16/05/2024 reseauinternational.net  9 min #248709

Le Premier ministre slovaque touché par balles

L'attentat contre Fico est un message adressé à ceux qui veulent avoir une politique indépendante

Si le président Poutine a fait une déclaration qui ne met en cause personne et se contente de vanter la force de Fico et en espérant que celle-ci l'aidera à lutter (1), en revanche les médias slovaques désignent le fait que le personnage, Juraj Cintula un poète mais ancien membre des forces de sécurité dans un supermarché et membre du parti d'opposition pro-européen est un crime politique (2). L'article ci-dessous va plus loin puisqu'il fait nettement allusion à la manière dont (sans doute en Ukraine mais il y en a eu en Moldavie (3)) les assassinats de personnalités sont sinon courants à tout le moins sont désormais une pratique reconnue.

Danielle Bleitrach

*

Evgeny Mikhailov : L'objectif des services spéciaux américains et ukrainiens n'est pas nécessairement de tuer, mais d'envoyer un signal : il ne faut pas mener une politique indépendante. Viktor Orban et Aleksandar Vucic doivent renforcer leur sécurité.

Le premier ministre slovaque Robert Fico a été frappé de cinq balles dans la ville de Gandlová, où se tenait une réunion du gouvernement le 15 mai. Le Premier ministre a été touché à la poitrine, à l'estomac et à la jambe alors qu'il quittait le bâtiment où se trouvaient ses bureaux.

Selon la presse slovaque, Fico a été transporté par hélicoptère à l'hôpital de Banka Bistrica. Le tireur a été arrêté. Il s'est avéré être un homme de 71 ans qui ne s'est pas caché et qui, avant d'ouvrir le feu, a crié : «Robo, viens ici».

La présidente de la Slovaquie, Zuzana Chaputova, a exprimé son indignation face à cette attaque terroriste et a déclaré : «Je suis sous le choc. Je souhaite à Robert Fico beaucoup de force en ce moment critique pour se remettre de l'attaque».

Evgeny Mikhailov, politologue et expert en conflits interethniques, a suggéré dans une conversation avec Svobodnaya Pressa que l'objectif de la tentative d'assassinat de Fico n'était pas nécessairement de le tuer, mais plutôt de démontrer qu'il ne faut pas de politique indépendante dans l'Europe moderne.

- Je suis sérieusement impliqué dans la sécurité depuis longtemps et, dans le contexte de la tentative d'assassinat dans la ville de Gandlova, je voudrais lancer un avertissement professionnel au premier ministre hongrois, Viktor Orban. Lui aussi est en danger.

SP : Cela est-il lié à la position des premiers ministres slovaque et hongrois sur l'Ukraine ?

- Ils ont tous deux adopté une position plus large, à savoir qu'il est nécessaire de défendre les intérêts des citoyens de leur pays. Et dans l'Europe moderne, cela n'est pas apprécié.

Dans le cadre de leur position, Fico et Orban ont leur propre point de vue sur les relations avec la Russie et sur la question de savoir si leurs pays devraient intervenir dans le conflit en Ukraine.

Les deux premiers ministres se présentent comme les nouveaux dirigeants d'une nouvelle Europe qui se développera de manière indépendante, sans les États-Unis. Ils construisent l'Europe de demain.

Cela implique des relations indépendantes avec la Russie, la Chine et les pays d'autres régions. Et le refus de fournir des armes à Kiev.

Je pense que les «tuteurs» américains de l'Ukraine ont demandé aux terroristes des services de sécurité ukrainiens de trouver un homme qui tirera sur Fico. Bien qu'une enquête «indépendante» en Europe dirait probablement que l'assassin était un hooligan ou quelqu'un d'offensé par la politique intérieure slovaque.

De toute évidence, il s'agissait de démontrer que la politique de Fico ne plaît pas à l'hégémon de Washington et aux commissaires européens, et que le refus de fournir des armes à l'Ukraine irrite les nationalistes de Kiev.

SP : Le professionnalisme du tireur soulève des questions : cinq coups de feu, mais (nous l'espérons) aucun fatal. Pourquoi avoir choisi un tel exécutant ?

- Je pense que les services spéciaux ukrainiens ont engagé pratiquement la première personne qui leur est tombée sous la main. Si les services spéciaux des pays normaux avaient agi de la sorte, le résultat aurait été différent. Surtout quand on sait à quel point les gardes de sécurité des premières personnes sont peu professionnels dans les petits pays européens. Là-bas, les premiers ministres courent et font du vélo le matin avec tout le monde.

Je pense donc que l'objectif n'était pas de tuer Fico. Si ce pépé le tue, il le tue, sinon ce n'est pas grave. L'essentiel est que ce tir ait eu lieu dans un lieu public, à la vue de tous. C'est un signal donné aux dirigeants européens : ils ne doivent pas mener une politique indépendante.

C'est pour cela qu'ils ont choisi un homme âgé comme auteur, qui n'a probablement rien à perdre, mais qui est capable de tenir une arme et de la pointer dans la bonne direction.

SP : Pensez-vous que cette tentative d'assassinat va effrayer les partisans du premier ministre slovaque, Fico lui-même, s'il se rétablit, et son compagnon d'armes Orban ?

- Je doute que cela effraie les dirigeants élus qui sont soutenus par la majorité de la population de leur pays. Ils continueront à mener des politiques indépendantes.

Rien qu'à leur apparence, on peut voir que Fico et Orban sont des durs, des leaders brutaux et forts. Il est difficile de les intimider. Mais il serait tout à fait normal qu'ils pensent à renforcer leur sécurité», suggère Evgeny Mikhailov.

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a souhaité à son collègue un prompt rétablissement :

«Je suis scandalisé par l'attaque odieuse dont a été victime mon ami, le Premier ministre Robert Fico. Nous prions pour sa santé et son prompt rétablissement ! Que Dieu le bénisse, lui et son pays», a écrit Orban sur son blog.

Le journal slovaque Vecernje Novosti a rapporté que le premier ministre hongrois Viktor Orban et le président serbe Aleksandar Vucic ont l'intention de rendre visite au premier ministre slovaque blessé dans les prochains jours. Il ne fait aucun doute que les coups de feu tirés en Slovaquie constituent également un avertissement pour le président serbe : les liens entre les peuples de Serbie et de Russie sont trop étroits. Et Vucic se comporte de manière trop «capricieuse».

*

Notes de Danielle Bleitrach précisant la situation politique slovaque et la personnalité de l'assassin

(1) Avec indignation, j'ai appris l'attentat contre la vie du Premier ministre de la République slovaque Robert Fizzo. Ce crime monstrueux n'a pas d'excuse. Je connais Robert Fico comme un homme courageux et fort d'esprit. J'espère vraiment que ces qualités l'aideront à résister à cette situation  difficile. Je vous demande de lui transmettre des mots de mon soutien le plus sincère, ainsi que des vœux de prompt et complet rétablissement.

(2) Note de danielle Bleitrach à partir de renseignements slovaques en particulier TV pravda :

L'assassinat du Premier ministre Robert Fico a été commis par Juraj Cintula, un habitant de Levice âgé de 71 ans. Robert Fico a été abattu après une réunion du gouvernement à Handlová. Plusieurs coups de feu ont été tirés sur les lieux et l'agresseur a été arrêté. 15 mai 2024 ? Robert Fico a été atteint à l'abdomen et à l'heure où nous parlons les médecins n'arrivent pas à arrêter l'hémorragie. L'agresseur présumé est né en 1953 et réside depuis longtemps à Levice. Selon des informations accessibles au public, il est l'un des fondateurs du club littéraire Rainbow, dans lequel il est actif depuis  2005. Il a écrit trois recueils de poésie, en 2010 son roman a été publié, en 2015 un livre. Depuis 2015, il est membre de l'Association des écrivains slovaques. Ce suspect principal de l'assassinat serait en possession d'une arme à feu qu'il possède légalement.

En 2016, il a attiré l'attention des médias lorsque, en tant qu'employé du service de sécurité privée d'un grand magasin de Levice, il a lui-même été victime d'une attaque. Dans le centre commercial où il travaillait, il a été attaqué par un homme plus jeune, apparemment sous l'influence de stupéfiants. Juraj Cintula avait des blessures sur tout le corps et ne pouvait pas travailler pendant longtemps, a rapporté Markiza TV. La même année, il a initié la formation du mouvement Contre la violence, à l'aide d'une pétition qu'il voulait recueillir des signatures et un soutien financier pour l'enregistrement officiel du mouvement. «La violence est souvent une réaction des gens, comme une forme d'expression d'un simple mécontentement face à l'état des choses. Soyons mécontents mais pas violents !», indiquait la pétition. Le mouvement appelait les gens à s'opposer à la violence de toutes sortes, de «l'état de guerre à la violence domestique physique ou psychologique», ainsi qu'à la violence sur la scène internationale, dans une Europe «où la militarisation, l'extrémisme, le néonazisme, l'anarchie sont en hausse». Aktuality, qui a pu contacter son fils et un ami, le tireur présumé est «un homme de gauche», en fait appartenant au parti social-démocrate pro-européen, pro-ukraine qui a été battu par Fico, il est difficile de s'y repérer parce que Fico est lui-même de gauche et social-démocrate. La faction de Fico, la social-démocratie slovaque (SMER-SD), dirige actuellement un gouvernement de coalition tripartite. À côté, il y a Caputova présidente de la slovaquie (fonction honorifique) cofondatrice du parti Slovaquie progressiste à laquelle appartient l'assassin. Fico a qualifié Suzana Caputova d'«agent américain» à plusieurs reprises. Après avoir consulté l'ambassade américaine à Bratislava l'été dernier, Caputova a poursuivi Fico pour ces remarques, a rapporté l'agence de presse slovaque SITA.

Il faudra voir la confirmation de cette information, mais l'homme semblait ces derniers temps protester contre la réforme de l'audiovisuel (à mettre en relation avec les événements de Georgie et l'idée de la mainmise de la Russie sur les médias et le jeu de certaines ONG spécialises dans les «révolutions de couleur»). Notons que malgré ses 71 ans le personnage avait toutes les caractéristiques pour être repéré par ceux qui (au nom des ONG liés à des mafias manipulées par la CIA qui agissent dans toute l'Europe et les Balkans et actuellement en Géorgie et que monsieur Glucksmann connait bien).

(3) Nous rappelons entre autres non seulement en Ukraine l'assassinat par ses collègues d'extrême droite de l'un des négociateurs qui avaient signé le protocole d'accord avec la Russie dénoncée par le régime sur intervention directe de la Grande Bretagne en 2022, l'étrange accident qui a frappé un ministre et sa famille en fuite en hélicoptère, etc. mais aussi l'assassinat en Moldavie du responsable du Parti communiste de la Transnistrie, feindre d'ignorer le nombre d'assassinats de communistes dans le Donbass est un peu léger.

source :  SV Pressa via  Histoire et Société

 reseauinternational.net

 Commenter