16/05/2024 arretsurinfo.ch  4 min #248713

Le Premier ministre slovaque touché par balles

Tentative d'assassinat de Robert Fico. Un très mauvais signal pour la démocratie et la paix en Europe

Par  Dimitris Konstantakopoulos

Prime Minister Robert Fico in Bratislava, Slovakia on April 25, 2024. (Wikipédia)

La tentative d'assassinat du Premier ministre slovaque Robert Fico, de gauche et critique de la politique occidentale en Ukraine, est probablement la plus alarmante d'une pléthore d'indications que nous avons déjà concernant la détérioration rapide de l'état de la démocratie en Europe et, aussi, de l'intention des puissants cercles occidentaux d'intensifier l'intervention occidentale en Ukraine. Nous rappelons l'envoi à Kiev d'armes qui peuvent frapper profondément en territoire russe, les déclarations de Macron sur l'envoi de troupes françaises en Ukraine, la déclaration du ministre polonais des Affaires étrangères selon laquelle il n'y a pas de solution diplomatique au problème ukrainien, entre autres. Il s'agit objectivement d'une politique de préparation à la guerre mondiale, que ceux qui la mènent s'en rendent compte ou non, et une telle politique présuppose bien sûr le « nettoyage » de l'Occident de toute « dissidence », ainsi que la répression violente de tous les manifestants. Et cette préparation semble inclure des actes terroristes majeurs comme l'explosion du pipeline NordStream, une action qui rappelle les années Gladio.

Certains étaient déjà prompts à lier la tentative d'assassinat à la politique de Fico. Bien entendu, nous ne pouvons pas être certains de quoi que ce soit à ce stade de l'enquête, et en particulier de savoir qui est derrière la tentative. Mais, si nous ne savons pas qui était derrière la tentative, nous savons qui pourrait espérer en profiter. Le fait est que le premier ministre slovaque s'est distingué comme une mouche dans l'UE avec ses positions et ses politiques, critiquant la politique de l'OTAN en Ukraine et exprimant également l'ambition de résister aux forces du néolibéralisme mondial qui, comme il l'a dit, menaçait son pays. Peu importe qui a armé la main de l'assassin potentiel, la tentative servira à terroriser tout politicien international qui veut se distancer de l'Amérique. Tout récemment, le Premier ministre hongrois a lu dans le Financial Times le projet de Bruxelles de détruire l'économie de son pays s'il insistait pour opposer son veto à l'aide de l'UE à l'Ukraine. En dehors de l'Europe, nous avons également l'exemple récent du populaire premier ministre pakistanais Imran Khan, que les États-Unis sont accusés d'avoir renversé  commondreams.org.

Fico a suspendu la fourniture d'armes et de munitions à l'Ukraine, a limité toute aide slovaque à Kiev dans le secteur humanitaire et a déclaré que Poutine ne serait pas arrêté s'il se rendait en Ukraine. Il a critiqué la politique du gouvernement précédent d'envoyer des armes en Ukraine, puis de commander de nouvelles armes aux États-Unis, de réduire les dépenses sociales pour les payer et a promis de réviser l'accord de défense avec les États-Unis.

Fico a décrit le conflit en Ukraine comme une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie, et a appelé l'OTAN et l'UE à "désescalade" immédiatement et à pousser à des pourparlers de paix, demander à l'Ukraine de recevoir des garanties de sécurité de la Russie et de l'OTAN et de devenir une zone tampon entre l'Est et l'Ouest. Il convient de noter que Fico a également critiqué la guerre en Irak et c'est à son époque que les troupes slovaques se sont retirées de ce pays.

En poursuivant cette politique, Fico est devenu l'un des rares dirigeants européens à faire une politique conforme à ce que veut leur opinion publique et non à ce que veulent d'eux les centres transnationaux qui contrôlent maintenant la majorité des politiciens européens. Entre 60% et 70% des Slovaques sont en faveur de bonnes relations avec la Russie, tandis que 66% pensent que les États-Unis poussent le pays dans un conflit avec la Russie.

Fico est également l'un des rares politiciens de gauche à succès à une époque de défaites et de dégénérescence de la gauche à travers l'Europe.

Bien sûr, tout cela a fait de lui un « mouton noir » de la presse occidentale, qui a décrit son élection comme une grave menace géopolitique pour l'OTAN le qualifiant de « populiste » et de « nationaliste ».

Comme nous l'avons déjà dit, personne ne peut être sûr de ce qui s'est passé. Mais les assassinats de premiers ministres ne sont pas monnaie courante en Europe, pas même pendant la guerre froide et les années Gladio.

C'est probablement une indication très sérieuse de notre position et de notre orientation si le peuple européen ne se lève pas pour protéger ses droits et empêcher la guerre mondiale à venir.

Dimitris Konstantakopoulos

Source:  Defenddemocracy.press, 5/05/2024

 arretsurinfo.ch

 Commenter