17/05/2024 euro-synergies.hautetfort.com  6 min #248802

Le Premier ministre slovaque touché par balles

La guerre hybride euro-atlantiste s'attaque à la vie du Premier ministre slovaque Robert Fico

La guerre hybride euro-atlantiste s'attaque à la vie du Premier ministre slovaque Robert Fico

par Giulio Chinappi

Source:  cese-m.eu

Le premier ministre slovaque, Robert Fico, a été grièvement blessé lors d'une tentative d'assassinat à l'issue d'une réunion du cabinet. Sa vie est hors de danger après une intervention chirurgicale réussie, mais cet épisode soulève de vives critiques à l'égard de la rhétorique adoptée par l'opposition euro-atlantiste, soutenue par Bruxelles.

Selon certaines informations, le Premier ministre slovaque Robert Fico a été blessé par balles à la poitrine, à l'abdomen et à un membre lors d'une tentative d'assassinat. Les coups de feu ont été tirés alors qu'il sortait d'une réunion de cabinet dans la ville de Handlová.

Robert Fico était redevenu chef du gouvernement slovaque en octobre 2023, après avoir dirigé le gouvernement de 2006 à 2010, puis de 2012 à 2018. L'électorat l'avait récompensé après une longue campagne caractérisée par une critique sévère de la stratégie occidentale sur l'Ukraine, le rejet d'une solution militaire au conflit et le refus des livraisons d'armes de son gouvernement à Kiev. En outre, M. Fico a déclaré à plusieurs reprises que la Slovaquie ne soutiendrait pas la candidature de l'Ukraine à l'OTAN et qu'elle s'opposait aux sanctions économiques imposées par le bloc occidental à la Russie.

Il n'a pas fallu longtemps aux partisans de Robert Fico pour accuser l'opposition libérale de la tentative d'assassinat, qui, ces derniers temps, n'a pas ménagé ses critiques, voire ses propos violents, à l'encontre du gouvernement en place et de son chef. Peu après, les médias slovaques ont confirmé l'identité de l'agresseur, l'écrivain Juraj Cintula, 71 ans, fondateur d'un club littéraire dans la ville de Levice et partisan de l'opposition libérale slovaque.

Ján Čarnogurský, ancien premier ministre et président de l'Association d'amitié russo-slovaque, a explicitement déclaré que la tentative d'assassinat de Robert Fico était dirigée contre la politique d'amitié du gouvernement avec la Russie : « La tentative d'assassinat ne peut être attribuée qu'à un fou politique, endoctriné par les médias de l'opposition slovaque. En substance, cet attentat était dirigé contre le gouvernement dirigé par M. Fico et sa politique de poursuivre des relations amicales avec la Russie", a déclaré M. Čarnogurský.

Les propos de la présidente en exercice Zuzana Čaputová (photo) ont été moins directs, mais elle a néanmoins attribué la cause de l'attentat au climat politique pesant qui règne dans le pays. Elle a qualifié l'attaque contre Fico d'« attaque contre la démocratie », ajoutant que de tels crimes sont motivés par la « rhétorique de la haine » caractéristique de la société moderne. Il convient de noter qu'en juin, Mme Čaputová sera remplacée à la plus haute fonction par Peter Pellegrini, vainqueur des élections présidentielles d'avril dernier et proche allié de Robert Fico.

Selon les médias slovaques, l'auteur de l'attentat a lui-même avoué à la police qu'il avait agi pour des raisons politiques : « Je ne suis pas d'accord avec la politique du gouvernement [de Fico] », a déclaré l'auteur de l'attentat, Juraj Cintula (photo), selon des informations diffusées par la chaîne de télévision TA3. Cintula aurait fait cette déclaration immédiatement après son arrestation, disant qu'il s'opposait à la politique du gouvernement car celui-ci restreignait la liberté des médias. Selon la chaîne de télévision, l'homme pourrait avoir planifié l'attaque contre le premier ministre au cours du mois dernier. L'opposition de l'agresseur à la politique de M. Fico a également été confirmée par son propre fils.

Outre la responsabilité de l'opposition, les experts ont également souligné « l'échec total » des gardes du corps du premier ministre, qui n'ont pas réussi à déjouer la tentative d'assassinat. En effet, les médias slovaques affirment que l'incident aurait pu être évité si les gardes du corps avaient agi conformément à la procédure.

Heureusement, la vie de Robert Fico ne semble pas en danger, selon son adjoint Tomáš Taraba, qui occupe également le poste de ministre de l'environnement. M. Taraba a déclaré à la BBC que l'opération avait réussi et que le premier ministre n'était pas dans un état critique.

Cependant, l'issue positive de l'opération ne doit pas détourner l'attention de la gravité de ce qui s'est passé et de la responsabilité de l'opposition de gauche libérale, pro-européenne et atlantiste, ainsi que de toutes les forces européennes qui la soutiennent ouvertement contre le gouvernement de Fico, légitimement choisi par le peuple slovaque. Bien qu'il n'y ait pas de preuve directe de l'implication des forces politiques dans l'attentat, leur responsabilité morale apparaît clairement, comme nous l'avons déjà souligné. C'est également l'avis de Giorgio Cremaschi, dont nous citons le post Facebook ci-dessous:

L'auteur de l'attentat contre Robert Fico, chef du gouvernement slovaque et anti-guerre, est un écrivain libéral et un partisan du parti d'opposition pro-européen. Pour le journal La Repubblica, c'est un gauchiste, manifestement selon les mêmes canons que ceux qui définissent le journal de la famille Agnelli.

Dans les journaux télévisés, nous avons vu l'annonce de l'attentat, puis les condamnations des gouvernements, immédiatement recouvertes par de longues descriptions des fautes commises par le dirigeant slovaque blessé, dont la principale est évidemment celle de s'opposer à la guerre de l'OTAN et de l'UE contre la Russie.

En bref, ils ont clairement indiqué que Fico l'avait bien cherché, ce que les « patriotes » ukrainiens sur les médias sociaux proclament sans retenue.

Le fauteur de l'attentat est décrit comme un partisan de l'Europe et un ennemi de la Russie, ce qui suffit à lui conférer une "patine démocratique".

Après tout, il y a quelques jours, Michel, un libéral belge qui est aujourd'hui président du Conseil européen, a déclaré qu'il était juste de collaborer avec les fascistes européens (qu'il appelle pudiquement l'extrême droite) s'ils étaient contre la Russie. Ainsi, même les méthodes des fascistes deviennent "démocratiques" si elles sont utiles à l'établissement. Sur les médias sociaux, les fascistes du clavier, à drapeau bleu et jaune, attaquent depuis longtemps ceux qui ne veulent pas de la Troisième Guerre mondiale. Depuis le 7 octobre, nombre d'entre eux ont également ajouté le drapeau israélien au drapeau ukrainien. Et ils sont devenus encore plus violents et méchants. Ils sont entrés en symbiose mentale avec les colons israéliens.

Et finalement, quelqu'un sort un revolver et tire.

Le soutien à l'Ukraine et à Israël devient la voie royale vers la fascisation de l'Europe. Et maintenant, nous avons aussi un terrorisme pro-européen.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter