04/06/2024 reseauinternational.net  6 min #249837

Washington s'attaque à un élément clé du parapluie nucléaire russe, menaçant l'ensemble de l'architecture mondiale de sécurité nucléaire

L'Occident est bien décidé à entraîner la Russie dans une guerre chaude

🇬🇧

par Pepe Escobar

L'avertissement du président Poutine ne pourrait être plus lapidaire : «En cas d'utilisation d'armes à longue portée, les forces armées russes devront à nouveau prendre des décisions concernant l'extension de la zone sanitaire (...) Veulent-ils un conflit mondial ? Il semble qu'ils voulaient négocier [avec nous], mais nous ne voyons pas vraiment une volonté de le faire».

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a ensuite trouvé la métaphore appropriée pour désigner les débordements militaires de l'OTAN : non seulement l'OTAN augmente le degré d'escalade, mais elle plonge dans une «extase» guerrière.

La situation est on ne peut plus sérieuse. «Ils», comme Poutine les a désignés, semblent bel et bien vouloir un «conflit mondial». C'est le cœur de la nouvelle stratégie suicidaire de l'«extase» de l'OTAN.

Malgré toutes leurs circonlocutions, le secrétaire de l'OTAN Jens Stoltenberg, le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont effectivement donné leur feu vert à l'utilisation par Kiev d'armes occidentales pour des attaques au cœur de la Fédération de Russie. Le prétendu débat, toujours en cours, n'est qu'un «écran de fumée» pour le véritable objectif : un prétexte qui pourrait conduire à la Troisième Guerre mondiale.

Il n'y a aucune raison de penser que Kiev s'en tiendra à des frappes «limitées» contre des cibles relativement peu importantes. Au contraire, il est probable qu'elle vise des infrastructures de sécurité critiques dans l'espoir de provoquer une réponse russe implacable, qui à son tour ouvrirait la voie à l'invocation par l'OTAN de l'article 5 et à l'engagement de facto dans une guerre chaude.

Déjà au bord du gouffre

«L'extase» définie par Peskov est devenue incontrôlable depuis qu'un nouveau lot - secret - d'ATACMS a été expédié à Kiev au début de l'année, complété par des ATACMS à plus longue portée. Kiev les a utilisés pour frapper sérieusement les bases aériennes russes et les principaux nœuds de défense aérienne. Ces ATACMS tirent des missiles à la vitesse de Mach 3 : un défi sérieux même pour les meilleurs systèmes de défense aérienne russes.

Tout cela semble indiquer une décision cruciale enveloppée de plusieurs couches de brouillard : alors que l'humiliation cosmique de l'OTAN sur le sol noir de la Novorossia devient évidente jour après jour, les élites occidentales qui dirigent réellement le spectacle parient sur la provocation d'une guerre chaude totale contre la Russie.

Richard H. Black, ancien sénateur américain de Virginie, propose une analyse qui donne à réfléchir :

«C'est une continuation du schéma dans lequel les forces de l'OTAN reconnaissent qu'elles sont en train de perdre la guerre en Ukraine, avec les fragiles lignes de défense qui se brisent, et la réponse de l'OTAN est d'escalader. Il ne s'agit pas d'un accident, mais d'une action délibérée. Ce n'est pas la première attaque contre la triade nucléaire russe. Les idéologues voient leur monde s'effondrer, après avoir fait flotter le drapeau arc-en-ciel sur les pays conservateurs et [mené] des guerres perpétuelles. Ils sont affolés et pourraient recourir à la guerre nucléaire pour se sortir de ce guêpier. Ils font une série de petits pas et répondent qu'ils ne font rien en réponse. Ils continuent donc à faire des petits pas jusqu'à ce que l'un d'entre eux tombe sur une mine et que nous entrions dans la Troisième Guerre mondiale. (...) Poutine est très conscient de la déconnexion de l'Occident, qui ne cesse de dire qu'il ne fait que lancer des coups d'épée dans l'eau, mais ce n'est pas le cas - il informe l'Occident de la dangereuse réalité».

En Russie, le sénateur Dmitry Rogozin, ancien chef de Roscosmos, a directement mis en garde Washington : «Nous ne sommes pas seulement au seuil, mais déjà au bord, au-delà duquel, si l'ennemi n'est pas arrêté dans ses actions, un effondrement irréversible de la sécurité stratégique des puissances nucléaires commencera».

Le général Evgeny Buzhinky a avancé un scénario inquiétant : «Je suis sûr que si les frappes du Taurus de l'ATACMS sont très néfastes pour la Russie, alors je présume que nous frapperons au moins le centre logistique sur le territoire de la Pologne à Rzeszów» où les missiles sont préparés pour être livrés à l'Ukraine.

Dans ce cas, le lien serait irréversible : La Russie frappe la Pologne ; l'OTAN invoque l'article 5 ; Troisième Guerre mondiale.

Attention à ce que vous souhaitez

L'«extase» guerrière de l'OTAN est, comme on peut s'y attendre, enveloppée de lâcheté. Malgré toute la rhétorique 24/7 du «nous ne voulons pas d'une guerre avec la Russie», les faits montrent que l'OTAN a utilisé Kiev pour attaquer et tenter de détruire un large éventail de moyens militaires russes. On ne peut pas non plus nier le rôle de l'État profond américain pour permettre les attaques terroristes de Kiev contre les civils russes dans le Donbass, à Belgorod et ailleurs.

Compte tenu du débat sérieux qui se déroule actuellement sur plusieurs plateformes russes, tout cela pourrait constituer un prétexte raisonnable pour un largage nucléaire tactique sur le gang - légalement illégitime - de Kiev. Au moins, cela mettrait fin à une guerre qui traîne depuis trop longtemps.

Mais cela ne correspondrait pas du tout au caractère légaliste de Poutine, qui traite les questions liées à l'Armageddon avec la patience d'un moine taoïste. Pourtant, la Russie dispose d'un arsenal complet d'outils asymétriques - à la fois conventionnels et nucléaires - qui peuvent porter un coup douloureux à l'OTAN là où l'alliance s'y attend le moins.

Nous n'en sommes pas encore là, même si nous nous en rapprochons chaque jour de manière inquiétante. Dmitri Medvedev a fixé une énième ligne rouge : une frappe américaine sur des cibles russes ou le fait que les États-Unis laissent Kiev frapper des cibles en Russie à l'aide de missiles et de drones américains constituerait le «début d'une guerre mondiale».

Et le ministre des Affaires étrangères Lavrov, faisant une fois de plus preuve de sa patience taoïste caractéristique, a dû faire un autre rappel sérieux : La Russie considérera le déploiement de F-16 à capacité nucléaire en Ukraine - qui, de facto, ne peuvent être pilotés que par des pilotes de l'OTAN - comme «un signal délibéré de l'OTAN à la Russie dans le domaine nucléaire».

Et pourtant, la bande de Dr. Strangeloves en fauteuil - grassement récompensés par la ploutocratie atlantiste raréfiée qui détient le pouvoir réel, les fonds, l'influence et le contrôle des médias de masse - n'écoute pas.

 Pepe Escobar

source :  Sputnik Globe

 reseauinternational.net

 Commenter