05/06/2024 arretsurinfo.ch  7 min #249871

Huit mois après le début de la guerre de Gaza, l'armée israélienne, épuisée, est au bord de « l'effondrement »

Par  Dan Cohen

Forces israéliennes dans la bande de Gaza en décembre 1987 pendant la première Intifada. (Efi Sharir / Collection Dan Hadani / Bibliothèque nationale d'Israël / Collection nationale de photographies de la famille Pritzker / Wikimedia Commons, CC BY 4.0)

Alors que l'armée israélienne est confrontée à de graves pénuries de personnel, à la fatigue et à la désertion, et que les dirigeants politiques se concentrent sur leur survie, un général israélien de haut rang prédit que la fin d'Israël est proche.

 Dan Cohen

3 Juin 2024

Le 9 octobre, deux jours après l'assaut militaire surprise du Hamas contre les bases israéliennes et les colonies entourant Gaza, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'est  engagé à vaincre le Hamas.

Cependant, huit mois plus tard, Israël n'a pas atteint l'objectif qu'il s'était fixé. Au contraire, il est confronté à un isolement international sans précédent, à une instabilité politique, à des accusations de génocide devant la plus haute juridiction mondiale et à des mandats d'arrêt à l'encontre de ses dirigeants. Alors que Netanyahou rejette les propositions de cessez-le-feu, l'armée israélienne est confrontée au défi le plus grave qu'elle ait eu à relever : Le manque de personnel, la fatigue et la désertion.

Une série d'articles parus dans les médias israéliens révèlent l'ampleur du défi auquel Israël est confronté.

Amir Rapaport, un journaliste israélien de haut niveau ayant des liens étroits avec l'establishment militaire, a écrit que les hauts gradés de l'armée sont préoccupés par « l'épuisement physique et mental et le burn-out des soldats, en particulier ceux qui sont en service régulier, ainsi que par une grave pénurie de commandants ».

Il ajoute que ces pénuries sont « présentes dans tous les rangs de l'armée, la pénurie la plus grave concernant les commandants de terrain - les commandants de section et de compagnie, et même au-delà. La formation de chaque commandant est un processus qui prend des années, et la pénurie se fait sentir partout ».

L'armée israélienne reconnaît la mort de 644 soldats et 3 703 blessés depuis le 7 octobre. Toutefois, ce chiffre est très certainement sous-estimé. En avril, le média israélien Calcalist a rapporté que 7 200 soldats avaient été blessés, soit près du double de ce que révèlent les statistiques officielles du gouvernement. Ces chiffres ont certainement augmenté depuis que la résistance palestinienne à Gaza a mené de nombreuses attaques réussies contre les forces d'invasion israéliennes.

Celles qui continuent à se battre sont chargées d'opérer dans des zones que l'armée israélienne a déclarées conquises il y a plusieurs mois. Le 6 janvier, Israël a affirmé que le Hamas avait été vaincu dans le camp de réfugiés de Jabaliya. Cependant, les soldats y sont retournés en mai, menant une opération de 20 jours que beaucoup ont qualifiée de « sisyphéenne », en référence au mythe grec d'un roi puni par la tâche interminable de déplacer un rocher vers le haut d'une colline escarpée, pour le voir ensuite redescendre.

Un commandant de compagnie du 196e bataillon s'est plaint : « C'est frustrant de voir cela, sept mois et demi après le début de la guerre ».

Il n'est pas mentionné dans les comptes rendus qu'Israël a commis des massacres odieux lors de sa deuxième reconquête ratée de Jabaliya, laissant des corps en décomposition au milieu de vastes étendues de décombres.

Entre-temps, une enquête de la direction des effectifs des FDI publiée par le site d'information israélien Ynet a révélé que seuls 42 % des officiers de carrière de l'armée israélienne ont indiqué qu'ils souhaitaient continuer à servir dans l'armée, alors qu'ils étaient 49 % à le faire en août 2023. Cette baisse a choqué les hauts gradés de l'armée israélienne, qui pensaient que le moral des troupes augmenterait en temps de guerre.

« La longue guerre est épuisante, la vie de famille est affectée pour les hommes et les femmes qui ne voient pas leurs conjoints et leurs enfants, et la compensation est inadéquate compte tenu des longues heures de travail ainsi que du stress et des responsabilités qu'impliquent certains rôles », note l'article.

Au-delà des aspects personnels, l'échec cuisant d'Israël à vaincre le Hamas ou à ramener des prisonniers de guerre vivants a affecté leur volonté de continuer à se battre.

« Le sentiment d'échec hante les officiers, et ils ne veulent pas servir dans une organisation qui a échoué », selon un officier supérieur cité dans l'article.

En effet, certains soldats de réserve ont refusé de se battre. En avril, 30 parachutistes d'une compagnie de réserve ont informé leurs commandants qu'ils ne se présenteraient pas au travail pour cause d'épuisement professionnel. Le commandant de la compagnie s'est plaint à Channel 12 que le moral des soldats était « très bas ».

L'armée israélienne et l'État vont s'effondrer de l'intérieur

Le général de division Yitzhak Brik, l'ancien médiateur militaire qui a gagné le surnom de « prophète de la colère » pour avoir prédit avec précision, bien avant le 7 octobre, qu'Israël n'était absolument pas préparé à une guerre régionale imminente, a écrit un article dans lequel il avertit qu'Israël a déjà perdu la guerre contre le Hamas et que le refus des dirigeants politiques et militaires de reconnaître ce fait conduit Israël dans un « abîme ».

« Un fait est clair et certain, et je le signe en connaissance de cause : Tsahal n'a pas le pouvoir de gagner cette guerre contre le Hamas, et certainement pas contre le Hezbollah. Je ne pense pas que nous ne voulons pas gagner, mais Dieu n'a tout simplement pas la main pour le faire. Notre armée est minuscule et usée et n'a pas d'excédent de forces. Dans ces conditions, chaque jour où la guerre se poursuit, notre situation s'aggrave", a écrit M. Brik.

Si la guerre n'est pas immédiatement arrêtée, M. Brik prévient que l'État israélien prendra bientôt fin.

« Les forces de défense israéliennes et l'État vont s'effondrer de l'intérieur. L'effondrement de l'État n'est qu'une question de temps, car nous pourrions le perdre si une guerre régionale totale éclatait également. Les « capitaines » aux niveaux politique et militaire, qui mènent la guerre à Gaza, ne veulent pas reconnaître les dures réalités dont ils sont responsables. Ils n'ont qu'un seul objectif : poursuivre les combats à tout prix, car c'est la seule chose qui leur garantisse le maintien de leurs positions pendant encore une courte période ».

Alors qu'Israël s'efforce d'obtenir des résultats à Gaza au-delà du génocide, le ministre israélien des finances, Bezalel Smotrich, rêve de conquérir le Hezbollah, groupe militant libanais beaucoup plus puissant, et de conquérir le Sud-Liban « jusqu'au Litani ».

« Beaucoup de ceux qui ont entendu ses remarques se sont interrogés sur la capacité de Tsahal à mener à bien une telle mission », a commenté Rappaport à propos de la déclaration de Smotrich.

L'avertissement de M. Brik concernant les dirigeants est encore plus grave.

Il faut les arrêter, ils mènent le peuple d'Israël comme des moutons à l'abattoir ; c'est un groupe qui a complètement perdu la tête et qui a « déraillé ». Il ne s'agit pas de sauver le pays qu'ils ont sous les yeux, mais de se sauver eux-mêmes et de survivre au pouvoir ».

Brik compare le sort d'Israël à la révolte biblique de Bar Kochva, lorsque des zélotes juifs ont tenté de se soulever contre l'empire romain, mais ont subi une défaite historique et causé des pertes massives au sein de la population juive. Alors que les Juifs considèrent ce soulèvement raté comme une mise en garde contre les faux messies, les idéologies sionistes ont fait le contraire, s'inspirant et se baptisant elles-mêmes d'après les figures centrales de ce soulèvement.

Alors que l'armée israélienne, épuisée physiquement et moralement, fait du sur-place (ou plutôt du sang) à Gaza, et que l'administration Biden refuse d'utiliser son influence pour contraindre Netanyahou à signer un accord de cessez-le-feu, ce sont peut-être les alliés les plus proches d'Israël qui pousseront ce dernier vers le scénario de la fin des temps envisagé par M. Brick

 Dan Cohen

Article original en anglais publié le 3 juin 2024 sur  uncaptured.media

 arretsurinfo.ch

 Commenter