05/06/2024 reseauinternational.net  8 min #249873

Russie, Ocs, Brics : La normalisation de l'Afghanistan

par Pepe Escobar

L'affaire entre la Russie et les Taliban implique un énorme paquet - comprenant du pétrole, du gaz, des minerais et de nombreuses connexions ferroviaires.

Dimanche dernier, à Doha, j'ai rencontré trois représentants de haut niveau du Bureau politique des Taliban au Qatar, notamment un membre fondateur de l'organe (en 2012) et un fonctionnaire clé du précédent gouvernement taliban de 1996 à 2001. D'un commun accord, leurs noms ne doivent pas être rendus publics.

La rencontre cordiale a été organisée par le professeur Sultan Barakat, qui enseigne au Collège des politiques publiques de l'Université Hamad bin Khalifa - située dans un campus exceptionnel et immaculé à l'extérieur de Doha, qui attire des étudiants de tout le Sud mondial. Le professeur Barakat fait partie de ces quelques acteurs - discrets - qui savent tout ce qui est important au Moyen-Orient et, dans son cas, également à l'intersection de l'Asie centrale et de l'Asie du Sud.

Avec mes trois interlocuteurs taliban, nous avons longuement parlé des défis de la nouvelle ère talibane, des nouveaux projets de développement, du rôle de la Russie et de la Chine, et de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS). Ils se sont montrés particulièrement curieux au sujet de la Russie et ont posé plusieurs questions.

Le professeur Barakat travaille en parallèle. Il dirige les travaux du Forum de réflexion sur l'avenir de l'Afghanistan, dont la 9ème session s'est tenue à Oslo à la mi-mai et à laquelle ont participé 28 Afghans - hommes et femmes - ainsi qu'un éventail de diplomates de l'Iran, du Pakistan, de l'Inde, de la Chine, de la Turquie, des États-Unis, du Royaume-Uni et de l'UE, entre autres.

Les principales discussions du forum tournent autour de la question extrêmement complexe de l'engagement des Taliban auprès de cette entité floue qu'est la «communauté internationale». À Doha, j'ai demandé directement à mes trois interlocuteurs quelle était la priorité numéro un des Taliban : «La fin des sanctions», ont-ils répondu.

Pour cela, il faut que le Conseil de sécurité des Nations unies revienne sur sa décision de 2003 de désigner plusieurs membres des Taliban comme organisation terroriste et que, simultanément, la discrimination/diabolisation/sanctions imposées par Washington cessent. Dans l'état actuel des choses, il s'agit là d'une tâche extrêmement ardue.

Le forum - la prochaine session devrait se tenir à Kaboul, peut-être à l'automne - travaille patiemment, étape par étape. C'est une question de concessions successives de part et d'autre, de construction de la confiance, et pour cela il est essentiel de nommer un médiateur reconnu par les Nations unies, ou un «conseiller pour la normalisation» pour superviser l'ensemble du processus.

Dans ce cas, le soutien total de la Russie et de la Chine, membres du Conseil de sécurité des Nations unies, sera essentiel.

Nous sommes les Taliban et nous voulons faire des affaires

J'ai quitté la réunion du Qatar avec l'impression que des avancées positives - en termes de normalisation de l'Afghanistan dans son ensemble - étaient possibles. Et puis, une intervention magique a changé la donne.

Le lendemain de notre réunion, avant que je ne quitte Doha pour Moscou, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Justice russes ont tous deux informé le président Poutine que les Taliban pouvaient être exclus de la liste russe des organisations terroristes.

Le très compétent Zamir Kabulov, représentant spécial de Poutine pour l'Afghanistan, est allé droit au but : sans le retrait des Taliban de la liste, la Russie ne peut pas reconnaître la nouvelle administration de Kaboul.

Et comme une horloge, le même jour, Moscou a invité les Taliban à participer au Forum économique international de Saint-Pétersbourg (SPIEF), qui débute mercredi prochain.

Kabulov a indiqué que «traditionnellement, les Afghans sont intéressés par la poursuite de la coopération sur l'achat de produits pétroliers en Russie et d'autres biens à forte demande. Bien sûr, à l'avenir, il sera possible de parler des capacités de transit de l'Afghanistan afin d'accroître les échanges commerciaux».

Et puis le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, également le même jour, à Tachkent lors de la visite officielle de Poutine, a quasiment conclu l'affaire, en déclarant que la normalisation des Taliban reflétait une réalité objective : «Ils sont le vrai pouvoir. Nous ne sommes pas indifférents à l'Afghanistan. Nos alliés, en particulier en Asie centrale, n'y sont pas indifférents non plus. Ce processus reflète donc une prise de conscience de la réalité».

Le Kazakhstan a déjà manifesté sa «conscience de la réalité» : les Taliban ont été retirés de la liste des terroristes d'Astana l'année dernière. En Russie, dans la pratique, les Taliban seront exclus de la liste des organisations terroristes si la Cour suprême l'approuve. Cela pourrait même se produire dans les deux prochains mois.

Cette histoire d'amour s'accompagne d'un énorme paquet

La  normalisation des liens entre la Russie-Taliban est inévitable pour plusieurs raisons. La principale priorité est certainement liée à la sécurité régionale - ce qui implique des efforts conjoints pour lutter contre le rôle flou, obscur et déstabilisateur de l'EI-K, une ramification terroriste de l'État islamique qui est activement soutenue, dans l'ombre, par la CIA/MI6 en tant qu'outil Diviser pour Régner. Le directeur du FSB, Alexander Bortnikov, est  parfaitement conscient qu'un Afghanistan stable signifie un gouvernement taliban stable.

Et ce sentiment est pleinement partagé par l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) dans son ensemble. L'Afghanistan est un observateur de l'OCS. Inévitablement, il deviendra membre à part entière dans les deux prochaines années au maximum, consolidant ainsi sa normalisation.

Ensuite, il y a le corridor de connectivité qui s'annonce et qui est aussi important pour la Russie que pour la Chine. Pékin construit une autre merveille d'ingénierie routière à travers le corridor de Wakhan pour relier le Xinjiang au nord-est de l'Afghanistan. Il est ensuite prévu d'intégrer Kaboul dans le corridor économique Chine-Pakistan (CPEC) : une intégration géoéconomique à la vitesse de l'éclair.

Moscou - ainsi que New Delhi - s'intéressent aux retombées du corridor multimodal de transport international nord-sud (INSTC), qui relie la Russie, l'Iran et l'Inde. Le port de Chabahar, en Iran, est un nœud essentiel pour la route de la soie indienne, qui le relie à l'Afghanistan et, au-delà, aux marchés d'Asie centrale.

Il y a aussi les richesses minérales afghanes encore inexploitées, d'une valeur d'au moins 1000 milliards de dollars, notamment du lithium.

Kaboul prévoit également de construire rien de moins qu'une plate-forme russe pour exporter de l'énergie vers le Pakistan, dans le cadre d'un accord stratégique sur l'énergie conclu entre le Pakistan et la Russie.

Ce que Poutine a  dit au Premier ministre pakistanais, Shebhaz Sharif, en marge du sommet de l'OCS à Samarcande en 2022, est immensément significatif : «L'objectif est de livrer du gaz par gazoduc de la Russie au Pakistan (...) Certaines infrastructures sont déjà en place en Russie, au Kazakhstan et en Ouzbékistan». L'Afghanistan entre maintenant en scène.

En ce qui concerne les corridors de connectivité, il y a un nouvel énorme enfant sur le bloc - selon un protocole d'accord  signé à Tachkent en novembre 2023 en marge du Forum international des transports de l'OCS : c'est le corridor de transport Biélorussie-Russie-Kazakhstan-Ouzbékistan-Afghanistan-Pakistan.

La pièce manquante de ce fascinant puzzle est de relier ce qui existe déjà - des chemins de fer traversant la Biélorussie, le Kazakhstan et l'Ouzbékistan - à un tout nouveau chemin de fer Pakistan-Afghanistan-Ouzbékistan. La construction des deux derniers tronçons de ce projet Pak-Afghan-Ouz a  débuté il y a quelques mois seulement.

C'est précisément ce projet qui a fait l'objet de la déclaration conjointe de Poutine et du président ouzbek Shavkat Mirziyoyev en début de semaine à Tachkent.

Comme l'a rapporté TASS, «Poutine et Mirziyoyev ont évalué positivement la première réunion du groupe de travail sur le développement du corridor de transport multimodal Biélorussie-Kazakhstan-Ouzbékistan-Afghanistan-Pakistan qui s'est déroulée le 23 avril 2024 dans la ville ouzbèke de Termez».

L'affaire entre la Russie et les Taliban implique donc un énorme paquet, comprenant du pétrole, du gaz, des minerais et de nombreuses liaisons ferroviaires.

Il ne fait aucun doute que de nombreux détails supplémentaires juteux émergeront lors du prochain forum de Saint-Pétersbourg, puisqu'une délégation talibane comprenant notamment le ministre du Travail et le directeur de la Chambre de commerce et d'industrie sera présente.

Et ce n'est pas tout : L'Afghanistan sous Taliban 2.0 sera certainement invité au prochain sommet des BRICS+ en octobre prochain à Kazan. Il s'agit là d'une méga-convergence stratégique. Le Conseil de sécurité des Nations unies devrait se dépêcher de normaliser l'Afghanistan pour la «communauté internationale». Oh, attendez : qui s'en soucie, puisque la Russie-Chine, l'OCS et les BRICS le font déjà.

 Pepe Escobar

source :  Strategic Culture Foundation

 reseauinternational.net

 Commenter