05/06/2024 arretsurinfo.ch  7 min #249901

Washington s'attaque à un élément clé du parapluie nucléaire russe, menaçant l'ensemble de l'architecture mondiale de sécurité nucléaire

L'Ukraine fait-elle preuve d'insouciance? Ou a-t-elle attaqué les systèmes d'alerte précoce russes avec l'approbation des Usa

Par  Andrew Korybko

La réponse de la Russie à cette question déterminera sa réaction à toute intervention conventionnelle de l'OTAN en Ukraine.

Les relations russo-américaines se sont détériorées plus que jamais à la fin du mois de mai à la suite de trois événements. Tout d'abord, les États-Unis ont ouvert le bal en  autorisant plus ouvertement l'Ukraine à utiliser ses armes pour frapper des cibles à l'intérieur de la Russie, puis la Pologne a déclaré que les États-Unis  frapperaient toutes les forces russes dans  la zone d'opération spéciale si Moscou utilisait des armes nucléaires, et enfin, le président Poutine a indiqué qu'il s'attendait à  ce que l'OTAN intensifie considérablement le conflit dans le courant de l'été. Tout cela est déjà assez grave, mais ce que vient de faire l'Ukraine ne fait qu'aggraver la situation.

La Russie a  confirmé que l'Ukraine avait touché au moins un de ses systèmes d'alerte nucléaire précoce, tandis que Kiev affirme en avoir visé un second plus profondément dans l'arrière-pays de son adversaire, ce qui n'a pas (encore ?) été confirmé. Ces structures détectent les missiles balistiques intercontinentaux en approche, du type de ceux qui pourraient être lancés par les États-Unis en cas de première frappe, permettant ainsi à la Russie de se préparer à une inévitable seconde frappe. Elles n'ont rien à voir avec le conflit ukrainien et tout à voir avec la stabilité stratégique.

Les deux systèmes resteraient opérationnels, mais il s'agit néanmoins d'une évolution sans précédent, car jamais auparavant un pays n'avait pris pour cible les systèmes d'un autre pays, ce qui pourrait les rendre partiellement aveugles à une première frappe dans le pire des cas et donner ainsi à la partie attaquante un avantage considérable dans cette éventualité. La nouvelle détérioration des relations russo-américaines, qui s'est produite indépendamment de ce développement, a porté les tensions à leur plus haut niveau depuis la crise des missiles de Cuba, de sorte que cela ne pouvait pas arriver à un plus mauvais moment.

La question la plus importante qui se pose actuellement dans le monde est de savoir si l'Ukraine est en train de se comporter en voyou, peut-être pour provoquer une crise comme celle mentionnée ci-dessus dans l'espoir de forcer la Russie à se retirer d'au moins une partie du territoire que Kiev revendique comme étant le sien, ou si cela a été fait avec l'approbation des États-Unis. L'article du  Washington Post selon lequel les responsables américains sont préoccupés par ce que l'Ukraine vient de faire donne du crédit à la première opinion, mais il pourrait s'agir simplement de désinformation à des fins de déni plausible.

Dans le même temps, il convient de rappeler que l'Ukraine a défié les demandes publiques des États-Unis de ne pas cibler les raffineries de pétrole russes. L'administration Biden ne veut pas que le prix de ce produit de base monte en flèche avant les élections de novembre, mais Zelensky a tout de même ordonné à ses forces de frapper les raffineries. Cela s'est également produit dans l'impasse du Congrès sur l'augmentation de l'aide à l'Ukraine, qui  a été résolue peu de temps après que ces frappes soient devenues problématiques. Il ne serait donc pas sans précédent que l'Ukraine devienne une fois de plus un voyou.

En outre,  le Financial Times a rapporté que « certains responsables ukrainiens affirment que (les liens avec les États-Unis) ont atteint leur niveau le plus bas » en raison des restrictions susmentionnées concernant le ciblage des raffineries de pétrole russes et de la « paranoïa » de Zelensky (comme l'a décrit l'un de leurs prétendus initiés ukrainiens) à l'égard des intentions des États-Unis. Il est également offensé par le fait que Joe Biden ne participera pas aux prochains «  pourparlers de paix » en Suisse, après les avoir snobés lors d'une collecte de fonds, ce qui l'aurait incité à envoyer une note ordonnant aux fonctionnaires de critiquer le dirigeant américain.

Néanmoins, la meilleure approche serait sans doute pour la Russie de supposer que l'Amérique a au moins tacitement approuvé les frappes de l'Ukraine sur son (ses) système(s) d'alerte précoce, puisque ce courant de pensée s'aligne sur la tendance à l'escalade de la semaine dernière. Après tout, si l'OTAN dans son ensemble ou au moins une « coalition de volontaires » de ce bloc entame une intervention  conventionnelle en Ukraine, cela pourrait inciter la Russie à utiliser des armes nucléaires tactiques en légitime défense pour arrêter cette force d'invasion si elle franchit le Dniepr et menace ses nouvelles régions.

Dans ce cas, les États-Unis pourraient soit frapper de manière conventionnelle toutes les forces russes dans la zone d'opération spéciale, comme la Pologne a affirmé qu'elle le ferait, soit aller droit au but en lançant une première frappe nucléaire qui pourrait être facilitée par l'exécution par leur mandataire ukrainien d'autres attaques contre leurs systèmes d'alerte précoce. Il est également possible que d'autres attaques de ce type précèdent simplement une première frappe nucléaire des États-Unis avant toute intervention conventionnelle de l'OTAN, si les décideurs concluent qu'un échange serait alors inévitable.

Il n'est donc pas exclu que l'Ukraine ait sondé la sécurité des systèmes d'alerte précoce de la Russie à la demande de son protecteur américain en prévision de ce scénario catastrophe, d'où la sagesse du conseil de Dmitry Suslov à son pays de procéder à un essai nucléaire « démonstratif ». Cet expert influent du Conseil russe de la politique étrangère et de défense a fait traduire et republier sa proposition politique sur RT, ce qui l'a portée à l'attention du monde entier dans le but d'envoyer un signal aux États-Unis.

Les lecteurs se souviendront peut-être aussi que RT a publié en juin dernier la proposition de Sergey Karaganov, un collègue de Suslov, qui expliquait  pourquoi la Russie devrait bombarder l'Europe afin de dissuader les États-Unis en Ukraine. Cette dernière proposition est beaucoup plus pratique et ne comporte aucun risque de déclencher la Troisième Guerre mondiale. De plus, elle pourrait constituer une conclusion appropriée  aux exercices d'armes nucléaires tactiques que la Russie vient de réaliser. Ces exercices avaient pour but de dissuader les États-Unis, mais compte tenu de leurs escalades incessantes, un signal plus fort pourrait s'avérer nécessaire.

La réponse de la Russie à la question de savoir si l'Ukraine a attaqué son ou ses systèmes d'alerte précoce de manière irresponsable ou si elle l'a fait sur ordre des États-Unis déterminera sa réaction à toute intervention conventionnelle de l'OTAN en Ukraine. Dans le premier cas, la Russie pourrait attendre qu'une force de grande envergure franchisse le Dniepr pour utiliser des armes nucléaires tactiques, tandis que dans le second, elle pourrait être amenée à lancer une première frappe nucléaire contre les États-Unis avant le début de l'intervention, afin de devancer la première frappe nucléaire que la Russie pourrait penser que les États-Unis préparent.

Andrew Korybko, le 31 mai 2024

Source:  korybko.substack.com

Voir aussi:

 Pourquoi l'OTAN joue t elle à la roulette russe ? Par Caroline Galacteros

 Frappe ukrainienne sur un radar nucléaire russe : l'escalade la plus grave à ce jour

 arretsurinfo.ch

 Commenter