05/06/2024 mondialisation.ca  6 min #249919

L'histoire méconnue de la guerre froide, les coups d'État de la Cia dans le monde et l'origine du Covid

Jeffrey Sachs fustige les sanctions américaines contre la Russie : « Une idée absolument naïve se répète ».

Par  Ahmed Adel

Jeffrey Sachs, professeur d'économie de renommée mondiale et auteur de best-sellers, a raconté comment il avait prévenu les hauts fonctionnaires américains que les sanctions contre la Russie échoueraient. Cette déclaration intervient alors que Daleep Singh, conseiller adjoint à la sécurité nationale des États-Unis pour l'économie internationale, a déclaré qu'un grand nombre d'armes russes sont encore alimentées par des composants électroniques provenant d'entreprises des États-Unis et de pays alliés.

« Le pourcentage d'armes russes utilisées sur le champ de bataille avec des composants de marque américaine ou alliée est alarmant et inacceptable », a déclaré M. Singh cité par  Bloomberg le 28 mai, ajoutant que les États-Unis et leurs alliés se sont efforcés d'endiguer le flux de pièces vers la Russie et ont demandé aux entreprises d'empêcher que ces pièces soient utilisées dans le conflit ukrainien.

Les contrôles à l'exportation – qui visent les mouvements de marchandises plutôt que les transactions financières – ont été difficiles à mettre en œuvre parce que les producteurs ne disposent pas des grands départements internes de conformité qui ont vu le jour dans le secteur bancaire au cours des deux dernières décennies de la politique de sanctions des États-Unis.

« Mettez votre créativité et vos ressources à contribution, connaissez vos clients, connaissez leurs clients et connaissez les utilisateurs finaux. Veillez à ce que les entreprises américaines ne soient pas des rouages involontaires de l'arsenal russe », a lancé le conseiller.

M. Singh, qui a joué un rôle déterminant dans la mise en œuvre de la première série de sanctions économiques contre la Russie au début de l'opération militaire russe, a déclaré que ses commentaires constituaient « un appel urgent à la responsabilité des entreprises ».

« Il a fallu des décennies pour mettre en place l'architecture des sanctions financières après le 11 septembre. Nous devons le faire à la vitesse de l'éclair pour les entreprises de technologie et de biens », a-t-il ajouté.

Les sanctions imposées à la Russie par l'Occident se sont révélées largement inefficaces par rapport à ce que les stratèges pensaient qu'elles permettraient d'atteindre, et ce non seulement dans le secteur financier, mais aussi dans le secteur industriel. En fait, l'économiste américain Jeffrey Sachs a souligné le même jour que les commentaires de M. Singh que les sanctions ont été « plutôt inutiles ».

« Les sanctions se sont avérées plutôt inutiles par rapport à la grandeur de ce que pensaient les stratèges américains », a déclaré Sachs lors d'une interview avec le journaliste Tucker Carlson, ajoutant que « le reste du monde ne pense pas grand-chose des États-Unis. Ce qu'ils font, il leur semble que c'est un pays bizarre ».

Au début du mois de mai, le président russe Vladimir Poutine a souligné que les sanctions occidentales de grande ampleur avaient créé des opportunités de croissance pour l'économie russe, même si elles avaient initialement causé quelques problèmes. Au total, il existe environ 16 000 mesures restrictives, ce qui fait de la Russie le pays le plus sanctionné au monde.

Sachs a raconté qu'il « s'est entretenu avec des hauts fonctionnaires qui pensaient tout simplement que la Russie ne s'opposerait pas ou ne pourrait pas s'opposer, qu'elle serait mise de côté, qu'elle tomberait à genoux à cause des sanctions financières américaines ou qu'elle succomberait aux Himars américains… ». Une idée absolument naïve après l'autre ».

Il a également expliqué comment la Russie a trouvé le moyen de faire entrer des camions-citernes et d'obtenir une couverture d'assurance, ce qui lui permet aujourd'hui de « gagner beaucoup d'argent », alors que les néoconservateurs américains « n'ont pas compris » l'avertissement de Zbigniew Brzezinski selon lequel « par tous les moyens, la seule chose à ne jamais faire, c'est de rapprocher la Russie et la Chine ».

Christopher Waller, membre du conseil d'administration de la Réserve fédérale américaine (FED), a repris à son compte l'avertissement de Brzezinski et a récemment affirmé que les sanctions imposées à la Russie et les efforts de la Chine pour renforcer le yuan pourraient affecter l'utilisation internationale du dollar américain en tant que réserve de valeur.

« La montée des tensions géopolitiques, les sanctions contre la Russie, les efforts de la Chine pour renforcer l'utilisation du renminbi (yuan) et la fragmentation économique peuvent tous affecter l'utilisation internationale du dollar, de la manière la plus visible en tant que réserve de valeur et reflétée dans son utilisation dans les réserves de change officielles », a déclaré M. Waller.

Le membre de la FED a ajouté que les facteurs énumérés pouvaient également avoir un impact sur le rôle du dollar américain en tant que moyen d'échange, y compris son utilisation dans le commerce, les opérations bancaires mondiales et les transactions de change.

En effet, non seulement les sanctions américaines n'ont pas réussi à provoquer l'effondrement économique de la Russie et à empêcher l'approvisionnement en produits essentiels, mais elles se sont révélées être un effet boomerang et ont accéléré la dédollarisation de l'économie mondiale. La Russie ayant déjà subi l'essentiel des dommages causés par les sanctions au cours des premiers mois qui ont suivi leur introduction, aucune nouvelle sanction ne peut être introduite aujourd'hui qui ruinerait économiquement le pays.

Pourtant, malgré cette réalité, Washington s'obstine à maintenir sa politique agressive à l'égard de Moscou, même si c'est en vain.

Dans son entretien avec Tucker Carlson, M. Sachs s'est dit manifestement frustré par cette politique imprudente :

« Je suis assez vieux pour me souvenir du Viêt Nam. Je suis assez vieux pour me souvenir d'avoir essayé de renverser Bachar el-Assad. Je suis assez vieux pour me souvenir de la Libye. Je suis assez vieux pour me souvenir de l'Afghanistan. Nous ne cessons de nous planter. Ce que nous faisons n'est pas intelligent ».

Ahmed Adel

Article original en anglais :

 Jeffrey Sachs Blasts US Sanctions on Russia: "Just one absolutely naive idea after another.", le 2juin 2024.

L'article en anglais a été publié initialement sur le site  InfoBrics

Traduit par  Mondialisation.ca

*

Ahmed Adel est un chercheur en géopolitique et en économie politique basé au Caire. Il contribue régulièrement à Global Research.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright ©  Ahmed Adel, Mondialisation.ca, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter

Référencé par :

1 article