05/06/2024 arretsurinfo.ch  15 min #249924

Washington s'attaque à un élément clé du parapluie nucléaire russe, menaçant l'ensemble de l'architecture mondiale de sécurité nucléaire

La destruction des radars nucléaires russes est la chose la plus stupide que l'Ukraine puisse faire

Par  Theodore Postol

Les attaques contre le système d'alerte précoce mettent en évidence la fragilité de la paix entre les puissances nucléaires du monde.

Le 22 mai dernier, le monde est passé à deux doigts d'un accident nucléaire catastrophique à la suite d'une attaque imprudente de drones ukrainiens contre deux radars stratégiques russes d'alerte avancée à Armavir.

Heureusement, l'attaque ultérieure d'un drone ukrainien contre une troisième station radar à Orsk, en Russie, le 26 mai, a échoué.

Ces incidents soulignent quelques points importants. Premièrement, les Ukrainiens auraient pu inutilement déclencher une crise dans laquelle les Russes, ayant l'impression que l'un de leurs moyens de défense contre une attaque nucléaire américaine était réduit à néant, auraient frappé durement en représailles. Deuxièmement, cela souligne la nécessité pour les Russes de se doter d'un radar nucléaire spatial complet.

Ce qui s'est passé et ce que cela signifie

L'attaque ukrainienne à Armavir a été un événement majeur. Elle a immédiatement mis hors service les deux radars russes. Il est probable que dans les minutes qui ont suivi l'attaque, une réunion d'urgence a eu lieu avec le commandant des forces de fusées stratégiques russes et ses officiers les plus haut placés.

Ces attaques ne doivent pas être prises à la légère, et le président Biden et le secrétaire d'État Antony Blinken doivent y accorder une attention particulière.

Même après des décennies de tentatives coûteuses de la part de la Russie pour construire un système d'alerte précoce basé dans l'espace qui pourrait assurer une surveillance mondiale des lancements de missiles sous-marins américains, la Russie a été incapable de rassembler les technologies de pointe extrêmement spécialisées nécessaires à la construction d'un tel système.

Pour combler en partie cette grave lacune dans les capacités d'alerte nucléaire précoce de la Russie, Vladimir Poutine lui-même a lancé et soutenu publiquement un effort national très visible pour construire un système radar d'alerte nucléaire stratégique précoce dense et performant qui utilise de nombreux radars géants (généralement d'une hauteur de 30 à 35 mètres).

Étant donné que ces radars constituent la base unique des capacités d'alerte stratégique nucléaire précoce de la Russie, toute altération de leurs fonctions dans une situation mondiale imprévisible s'accompagne de risques très graves d'interprétations erronées des intentions qui pourraient conduire à un lancement massif des forces nucléaires russes.

La figure 1 ci-dessous montre une photographie satellite des deux radars d'Armavir. Le faisceau radar de ce qui est appelé « Radar Fan 1 » est orienté dans le sens inverse des aiguilles d'une montre à partir d'un angle d'environ 125° au nord. L'éventail radar 2 est orienté dans le sens des aiguilles d'une montre à partir d'un point situé à environ 125° au nord.

La figure 2 montre la couverture des deux antennes radar d'Armavir et du radar d'Orsk sur une terre sphérique. Une vue latérale d'une antenne radar est présentée dans le coin supérieur droit. La vue latérale montre une conséquence extrêmement importante du fait que la Terre est incurvée et que le faisceau radar se propage essentiellement en ligne droite. C'est pourquoi le radar ne peut pas voir les objets proches de la surface.

Par exemple, le radar ne peut pas observer les avions qui survolent l'Ukraine. Même les missiles ATACM lancés depuis les côtes ukrainiennes de la mer Noire, qui s'élèvent à une altitude maximale de 40 km avant de commencer à planer vers leurs cibles, ne peuvent pas être détectés de manière fiable par ces radars.

Les radars d'Armavir ne constituent donc pas une menace de surveillance pour les avions, les missiles de croisière, les drones ou les missiles ATACM ukrainiens. La véritable menace pour les avions et les missiles ukrainiens provient des systèmes de radars aéroportés russes qui sont étroitement liés aux systèmes de missiles sol-air russes.

Pourquoi ces radars sont-ils si importants ?

L'importance d'un système d'alerte précoce par satellite basé dans l'espace peut être facilement comprise en réexaminant la figure 2.

À titre d'illustration, imaginons qu'un missile balistique Trident soit lancé sur Moscou depuis l'océan Indien, à peu près à la même latitude que Bombay sur la côte ouest de l'Inde (20° de latitude nord). La distance jusqu'à Moscou serait d'environ 4 500 à 4 600 km.

Si le missile balistique était lancé sur une « trajectoire à énergie minimale » (avec un angle d'attaque d'environ 34°), il faudrait que le missile atteigne Moscou à la vitesse de combustion la plus faible possible. Dans ce cas, le délai entre la mise à feu du missile « brise-lames » et l'impact serait d'environ 21 à 22 minutes.

Toutefois, le missile Trident est conçu pour lancer ses ogives à des vitesses de combustion beaucoup plus élevées. Par exemple, il pourrait lancer sa charge nucléaire vers Moscou à une vitesse légèrement supérieure et à un angle d'envol inférieur de 25° (c'est ce que l'on appelle souvent une trajectoire légèrement « déprimée ») et atteindre Moscou en 18 à 19 minutes.

Si un lancement vers Moscou s'effectue sur une trajectoire légèrement déprimée, les Russes ne sauront pas qu'ils sont attaqués pendant au moins six minutes, jusqu'à ce que les ogives et les étages supérieurs de la fusée passent dans l'éventail de recherche du radar Armavir. Si le radar Armavir ne fonctionnait pas, il faudrait huit à neuf minutes à partir du brise-lames pour que les radars russes à Moscou indiquent qu'ils sont attaqués.

Le radar de Moscou devrait observer les charges utiles des missiles en approche pendant une ou deux minutes avant d'avoir suffisamment de données pour émettre une alerte, ce qui signifie que le temps de décision maximal dont pourraient disposer les dirigeants russes serait d'environ six ou sept minutes !

On comprend donc pourquoi les Russes seraient furieux des attaques contre l'Ukraine, qui réduiraient littéralement le temps déjà limité dont ils disposent pour répondre à une attaque nucléaire.

Si les Russes disposaient d'un système d'alerte précoce basé dans l'espace, ils sauraient qu'ils sont attaqués environ 19 minutes avant que les ogives attaquantes n'arrivent et ne détruisent Moscou. Ils sauraient également immédiatement si des missiles balistiques sont lancés depuis d'autres parties du monde.

Bien que tous ces délais d'alerte soient scandaleusement courts, il est clair qu'un délai d'alerte de 19 minutes contre huit à neuf minutes pourrait faire la différence entre forcer la Russie à s'en remettre à une décision automatisée qui pourrait conduire à la destruction accidentelle des États-Unis et de l'Europe occidentale, ou à une évaluation plus raisonnée de la part de dirigeants politiques et de commandants militaires hautement professionnels.

Tout expert dûment informé qui a écouté attentivement les nombreuses déclarations de Poutine sur les armes nucléaires sait qu'il a une connaissance détaillée de ce système d'alerte et de ses limites. Il a régulièrement assisté à l'inauguration de sites de radars d'alerte précoce, manifestant ainsi ouvertement ses préoccupations quant à la nécessité de disposer de systèmes d'alerte précoce adéquats et fiables.

Les Russes disposent actuellement d'un système d'alerte précoce basé dans l'espace extrêmement limité. Ce système n'observe que les champs de missiles balistiques intercontinentaux américains près de ses frontières septentrionales et ne peut pas être étendu pour assurer une couverture globale contre les missiles sous-marins américains. Il n'offre même pas une couverture 24 heures sur 24 des champs de missiles balistiques intercontinentaux américains, puisqu'il faut neuf satellites pour assurer cette couverture et que seuls quatre sont actifs à l'heure actuelle.

J'ai tenté d'alerter les dirigeants du gouvernement américain sur ce grave problème, qui aurait pu être résolu il y a 30 ans en « prêtant » certaines technologies aux Russes. Mes propositions consistaient à fournir aux Russes des réseaux infrarouges et des composants électroniques spécialisés, qualifiés pour l'espace, qui leur permettraient de construire leurs propres systèmes.

Cette technologie ne donnerait aux Russes aucun secret militaire sensible. Les Russes n'auraient aucun moyen de faire de la rétro-ingénierie sur ces composants de mise en œuvre. À l'instar des puces informatiques les plus avancées, seule une vaste entreprise technique pourrait parvenir à une telle fin.

Au lieu de reconnaître qu'il est dans l'intérêt du monde entier que la Russie et les États-Unis disposent de systèmes d'alerte précoce fiables et performants, l'administration Clinton a largement ignoré ce grave problème qui, selon moi, menace encore aujourd'hui la survie de la civilisation. Les autres administrations qui ont suivi n'ont pas fait mieux.

En définitive, ce grave danger pour la civilisation humaine, voire pour la survie de l'humanité, aurait pu être résolu par des dirigeants politiques compétents il y a près de 30 ans, dans l'intérêt du monde entier. Mais cela n'a pas été le cas, ce qui fait de l'attaque des radars une crise potentielle.

 Theodore Postol

Theodore A. Postol est professeur émérite de science, de technologie et de politique de sécurité nationale au MIT. Il a également enseigné à Princeton et à Stanford, et a été conseiller auprès du chef des opérations navales, où il a évalué les plans de guerre nucléaire tactique et stratégique des États-Unis, les plans de guerre anti-sous-marine stratégique des États-Unis, les défenses antimissiles russes et américaines, ainsi que les systèmes de missiles balistiques à lanceur sous-marin Trident I et Trident II.

Article original en anglai publié le 5 juin 2024 sur  Responsible Statecraft

Les attaques contre le système d'alerte précoce mettent en évidence la fragilité de la paix entre les puissances nucléaires du monde.

Le 22 mai dernier, le monde est passé à deux doigts d'un accident nucléaire catastrophique à la suite d'une attaque imprudente de drones ukrainiens contre deux radars stratégiques russes d'alerte avancée à Armavir.

Heureusement, l'attaque ultérieure d'un drone ukrainien contre une troisième station radar à Orsk, en Russie, le 26 mai, a échoué.

Ces incidents soulignent quelques points importants. Premièrement, les Ukrainiens auraient pu inutilement déclencher une crise dans laquelle les Russes, ayant l'impression que l'un de leurs moyens de défense contre une attaque nucléaire américaine était réduit à néant, auraient frappé durement en représailles. Deuxièmement, cela souligne la nécessité pour les Russes de se doter d'un radar nucléaire spatial complet.

Ce qui s'est passé et ce que cela signifie

L'attaque ukrainienne à Armavir a été un événement majeur. Elle a immédiatement mis hors service les deux radars russes. Il est probable que dans les minutes qui ont suivi l'attaque, une réunion d'urgence a eu lieu avec le commandant des forces de fusées stratégiques russes et ses officiers les plus haut placés.

Ces attaques ne doivent pas être prises à la légère, et le président Biden et le secrétaire d'État Antony Blinken doivent y accorder une attention particulière.

Même après des décennies de tentatives coûteuses de la part de la Russie pour construire un système d'alerte précoce basé dans l'espace qui pourrait assurer une surveillance mondiale des lancements de missiles sous-marins américains, la Russie a été incapable de rassembler les technologies de pointe extrêmement spécialisées nécessaires à la construction d'un tel système.

Pour combler en partie cette grave lacune dans les capacités d'alerte nucléaire précoce de la Russie, Vladimir Poutine lui-même a lancé et soutenu publiquement un effort national très visible pour construire un système radar d'alerte nucléaire stratégique précoce dense et performant qui utilise de nombreux radars géants (généralement d'une hauteur de 30 à 35 mètres).

Étant donné que ces radars constituent la base unique des capacités d'alerte stratégique nucléaire précoce de la Russie, toute altération de leurs fonctions dans une situation mondiale imprévisible s'accompagne de risques très graves d'interprétations erronées des intentions qui pourraient conduire à un lancement massif des forces nucléaires russes.

La figure 1 ci-dessous montre une photographie satellite des deux radars d'Armavir. Le faisceau radar de ce qui est appelé « Radar Fan 1 » est orienté dans le sens inverse des aiguilles d'une montre à partir d'un angle d'environ 125° au nord. L'éventail radar 2 est orienté dans le sens des aiguilles d'une montre à partir d'un point situé à environ 125° au nord.

La figure 2 montre la couverture des deux antennes radar d'Armavir et du radar d'Orsk sur une terre sphérique. Une vue latérale d'une antenne radar est présentée dans le coin supérieur droit. La vue latérale montre une conséquence extrêmement importante du fait que la Terre est incurvée et que le faisceau radar se propage essentiellement en ligne droite. C'est pourquoi le radar ne peut pas voir les objets proches de la surface.

Par exemple, le radar ne peut pas observer les avions qui survolent l'Ukraine. Même les missiles ATACM lancés depuis les côtes ukrainiennes de la mer Noire, qui s'élèvent à une altitude maximale de 40 km avant de commencer à planer vers leurs cibles, ne peuvent pas être détectés de manière fiable par ces radars.

Les radars d'Armavir ne constituent donc pas une menace de surveillance pour les avions, les missiles de croisière, les drones ou les missiles ATACM ukrainiens. La véritable menace pour les avions et les missiles ukrainiens provient des systèmes de radars aéroportés russes qui sont étroitement liés aux systèmes de missiles sol-air russes.

Pourquoi ces radars sont-ils si importants ?

L'importance d'un système d'alerte précoce par satellite basé dans l'espace peut être facilement comprise en réexaminant la figure 2.

À titre d'illustration, imaginons qu'un missile balistique Trident soit lancé sur Moscou depuis l'océan Indien, à peu près à la même latitude que Bombay sur la côte ouest de l'Inde (20° de latitude nord). La distance jusqu'à Moscou serait d'environ 4 500 à 4 600 km.

Si le missile balistique était lancé sur une « trajectoire à énergie minimale » (avec un angle d'attaque d'environ 34°), il faudrait que le missile atteigne Moscou à la vitesse de combustion la plus faible possible. Dans ce cas, le délai entre la mise à feu du missile « brise-lames » et l'impact serait d'environ 21 à 22 minutes.

Toutefois, le missile Trident est conçu pour lancer ses ogives à des vitesses de combustion beaucoup plus élevées. Par exemple, il pourrait lancer sa charge nucléaire vers Moscou à une vitesse légèrement supérieure et à un angle d'envol inférieur de 25° (c'est ce que l'on appelle souvent une trajectoire légèrement « déprimée ») et atteindre Moscou en 18 à 19 minutes.

Si un lancement vers Moscou s'effectue sur une trajectoire légèrement déprimée, les Russes ne sauront pas qu'ils sont attaqués pendant au moins six minutes, jusqu'à ce que les ogives et les étages supérieurs de la fusée passent dans l'éventail de recherche du radar Armavir. Si le radar Armavir ne fonctionnait pas, il faudrait huit à neuf minutes à partir du brise-lames pour que les radars russes à Moscou indiquent qu'ils sont attaqués.

Le radar de Moscou devrait observer les charges utiles des missiles en approche pendant une ou deux minutes avant d'avoir suffisamment de données pour émettre une alerte, ce qui signifie que le temps de décision maximal dont pourraient disposer les dirigeants russes serait d'environ six ou sept minutes !

On comprend donc pourquoi les Russes seraient furieux des attaques contre l'Ukraine, qui réduiraient littéralement le temps déjà limité dont ils disposent pour répondre à une attaque nucléaire.

Si les Russes disposaient d'un système d'alerte précoce basé dans l'espace, ils sauraient qu'ils sont attaqués environ 19 minutes avant que les ogives attaquantes n'arrivent et ne détruisent Moscou. Ils sauraient également immédiatement si des missiles balistiques sont lancés depuis d'autres parties du monde.

Bien que tous ces délais d'alerte soient scandaleusement courts, il est clair qu'un délai d'alerte de 19 minutes contre huit à neuf minutes pourrait faire la différence entre forcer la Russie à s'en remettre à une décision automatisée qui pourrait conduire à la destruction accidentelle des États-Unis et de l'Europe occidentale, ou à une évaluation plus raisonnée de la part de dirigeants politiques et de commandants militaires hautement professionnels.

Tout expert dûment informé qui a écouté attentivement les nombreuses déclarations de Poutine sur les armes nucléaires sait qu'il a une connaissance détaillée de ce système d'alerte et de ses limites. Il a régulièrement assisté à l'inauguration de sites de radars d'alerte précoce, manifestant ainsi ouvertement ses préoccupations quant à la nécessité de disposer de systèmes d'alerte précoce adéquats et fiables.

Les Russes disposent actuellement d'un système d'alerte précoce basé dans l'espace extrêmement limité. Ce système n'observe que les champs de missiles balistiques intercontinentaux américains près de ses frontières septentrionales et ne peut pas être étendu pour assurer une couverture globale contre les missiles sous-marins américains. Il n'offre même pas une couverture 24 heures sur 24 des champs de missiles balistiques intercontinentaux américains, puisqu'il faut neuf satellites pour assurer cette couverture et que seuls quatre sont actifs à l'heure actuelle.

J'ai tenté d'alerter les dirigeants du gouvernement américain sur ce grave problème, qui aurait pu être résolu il y a 30 ans en « prêtant » certaines technologies aux Russes. Mes propositions consistaient à fournir aux Russes des réseaux infrarouges et des composants électroniques spécialisés, qualifiés pour l'espace, qui leur permettraient de construire leurs propres systèmes.

Cette technologie ne donnerait aux Russes aucun secret militaire sensible. Les Russes n'auraient aucun moyen de faire de la rétro-ingénierie sur ces composants de mise en œuvre. À l'instar des puces informatiques les plus avancées, seule une vaste entreprise technique pourrait parvenir à une telle fin.

Au lieu de reconnaître qu'il est dans l'intérêt du monde entier que la Russie et les États-Unis disposent de systèmes d'alerte précoce fiables et performants, l'administration Clinton a largement ignoré ce grave problème qui, selon moi, menace encore aujourd'hui la survie de la civilisation. Les autres administrations qui ont suivi n'ont pas fait mieux.

En définitive, ce grave danger pour la civilisation humaine, voire pour la survie de l'humanité, aurait pu être résolu par des dirigeants politiques compétents il y a près de 30 ans, dans l'intérêt du monde entier. Mais cela n'a pas été le cas, ce qui fait de l'attaque des radars une crise potentielle.

 Theodore Postol

Theodore A. Postol est professeur émérite de science, de technologie et de politique de sécurité nationale au MIT. Il a également enseigné à Princeton et à Stanford, et a été conseiller auprès du chef des opérations navales, où il a évalué les plans de guerre nucléaire tactique et stratégique des États-Unis, les plans de guerre anti-sous-marine stratégique des États-Unis, les défenses antimissiles russes et américaines, ainsi que les systèmes de missiles balistiques à lanceur sous-marin Trident I et Trident II.

Article original en anglai publié le 5 juin 2024 sur  Responsible Statecraft

 arretsurinfo.ch

 Commenter