05/06/2024 reseauinternational.net  16 min #249926

Washington s'attaque à un élément clé du parapluie nucléaire russe, menaçant l'ensemble de l'architecture mondiale de sécurité nucléaire

Chaque escalade rapproche Washington de la défaite en Ukraine

par Mike Withney

Il y a une grande différence entre «ne pas gagner» et «perdre» une guerre. Dans le cas de l'Ukraine, «ne pas gagner» signifie que le président Zelensky et ses collaborateurs à Washington choisissent de poursuivre un règlement négocié qui permettrait à la Russie de conserver le territoire qu'elle a conquis pendant la guerre tout en répondant aux modestes exigences de Moscou en matière de sécurité. (Note : l'Ukraine doit rejeter toute intention d'adhérer à l'OTAN).

D'un autre côté, «perdre» la guerre signifie que les États-Unis et l'OTAN continuent sur la même voie qu'aujourd'hui, c'est-à-dire qu'ils déversent des armes létales, des entraîneurs et des systèmes de missiles à longue portée en Ukraine, en espérant que l'offensive russe soit progressivement affaiblie afin que l'Ukraine puisse l'emporter sur le champ de bataille. Cette autre voie, qui revient à prendre ses désirs pour des réalités, est la voie à suivre pour «perdre» la guerre.

Contrairement au scénario «ne pas gagner» la guerre, «perdre» la guerre aura un effet catastrophique sur les États-Unis et leur avenir. Cela signifierait que Washington n'a pas été en mesure d'empêcher une incursion militaire russe en Europe, ce qui est la principale raison d'être de l'OTAN. Cela remettrait en cause l'idée que les États-Unis sont capables de jouer le rôle de garant de la sécurité régionale, rôle dont ils jouissent depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. La perception d'une défaite américaine face à la Russie déclencherait inévitablement une réévaluation des relations actuelles en matière de sécurité, ce qui entraînerait la dissolution de l'OTAN et, très probablement, de l'UE également. En d'autres termes, perdre la guerre serait un désastre. Voici comment le colonel Daniel Davis a résumé la situation la semaine dernière :

«Nous ne pouvons pas laisser la Russie gagner».

«C'est ce que j'ai entendu tout au long des deux années et plus qu'a duré la guerre. Mais voici ce que je dis : Si vous continuez sur cette voie - en ignorant toutes les réalités dont nous parlons sans cesse - non seulement la Russie gagnera, mais nous perdrons. Et je vous assure que si vous pensiez qu'il était mauvais de «laisser Poutine gagner» - ce qui signifie avoir un règlement négocié dans lequel Poutine se retrouve avec un territoire avec lequel il n'a pas commencé la guerre -... Mais si vous dites cela - parce que je ne veux pas que cela se produise, je vais continuer à me battre - cela implique que vous pensez que vous pouvez gagner. Mais si vous ne pouvez pas gagner, le résultat probable est que vous perdrez encore plus, et c'est ce qui va vraiment nuire à notre crédibilité parce que, imaginez si toute la force de l'OTAN s'avérait incapable d'empêcher la Russie de gagner ?» «Notre crédibilité serait alors bien plus mise à mal que par un règlement négocié». ( Colonel Daniel Davis, You Tube)

Ainsi, si «ne pas gagner» n'est pas l'issue parfaite, elle est largement supérieure à «perdre», qui minerait gravement la crédibilité de l'Alliance, éroderait considérablement le pouvoir de Washington en Europe et obligerait les États-Unis à repenser leurs plans de projection de puissance en Asie centrale (pivot vers l'Asie). (En bref, une défaite des États-Unis face à la Russie en Ukraine porterait un sérieux coup à l'«ordre fondé sur des règles» et marquerait la fin du siècle américain.

L'enjeu est donc de taille pour les États-Unis. Malheureusement, il n'y a pas de véritable débat dans les cercles de pouvoir de l'élite sur la meilleure façon d'aller de l'avant. Et c'est parce que la décision a déjà été prise, et que cette décision se rapproche étroitement des vues maximalistes articulées dans un article du Conseil atlantique intitulé «L'OTAN à 75 ans : l'avenir de l'Alliance repose sur la victoire de l'Ukraine contre la Russie».

«Le 4 avril, l'OTAN fêtera son soixante-quinzième anniversaire en tant qu'alliance militaire la plus réussie de l'histoire. Toutefois, son avenir en tant que moyen de dissuasion crédible contre les agressions dépend désormais de la réussite ou de l'échec de l'invasion injuste et brutale de l'Ukraine par la Russie. (...)

Les dirigeants alliés ont clairement lié la sécurité de l'OTAN à cette guerre. Les sommets de l'OTAN ont condamné à plusieurs reprises l'invasion et exigé de la Russie qu'elle «retire complètement et inconditionnellement toutes ses forces et tous ses équipements du territoire de l'Ukraine».

Et la rhétorique s'est intensifiée. Le président français Emmanuel Macron a récemment qualifié la guerre d'«existentielle» pour l'Europe. «Si la Russie gagne cette guerre, la crédibilité de l'Europe sera réduite à zéro», a déclaré Macron...

Si le prochain sommet de Washington doit inspirer une confiance durable dans la crédibilité de l'OTAN, et donc dans son avenir, l'Alliance doit prendre des mesures pour placer l'Ukraine sur la voie de la victoire...

Les dirigeants alliés doivent soutenir sans ambiguïté les objectifs de guerre de l'Ukraine, à savoir la reconstitution totale du territoire jusqu'aux frontières de 1991 du pays. Tout manquement à cet égard constitue un signal de désillusion pour l'Ukraine et un encouragement pour Poutine à poursuivre son invasion». 1

Je répète : les dirigeants alliés doivent soutenir sans ambiguïté les objectifs de guerre de l'Ukraine, à savoir la reconstitution totale du territoire jusqu'aux frontières de 1991 du pays. Toute autre attitude constitue un signal de désillusion pour l'Ukraine et un encouragement pour Poutine à poursuivre son invasion.

Comme nous l'avons dit précédemment, cette vision maximaliste des objectifs de l'OTAN n'est rien d'autre qu'un vœu pieux. Les FAU anémiques ne vont pas chasser l'armée russe de l'Ukraine et ne vont pas non plus gagner la guerre. Malgré cela, les opinions ci-dessus sont partagées par la grande majorité des élites de la politique étrangère qui n'ont pas ajusté leur pensée pour qu'elle corresponde aux pertes sanglantes subies par l'Ukraine sur le champ de bataille. Voici un complément d'information tiré d'un article d'opinion de Foreign Affairs :

«L'administration Biden et ses homologues européens n'ont pas réussi à articuler leur finalité pour cette guerre. Trois ans après le début du conflit, la planification occidentale continue d'être stratégiquement rétrograde - aider Kiev est devenu une fin en soi, séparée d'une stratégie cohérente pour mettre fin à la guerre.

Mais la «théorie de la victoire» présentée par Zagorodnyuk et Cohen pour remplacer le malaise stratégique dans lequel se trouve l'Occident est, remarquablement, encore plus dangereuse et mal conçue que le statu quo. Les auteurs appellent la Maison-Blanche à soutenir sans réserve les objectifs de guerre de Kiev : éjecter toutes les forces russes des frontières ukrainiennes de 1991, notamment de la Crimée, traduire les responsables russes devant les tribunaux pour crimes de guerre, obtenir des réparations de la part de Moscou et fournir à l'Ukraine des «arrangements de sécurité à long terme». En d'autres termes, l'Occident doit s'engager à ce que la Russie soit totalement et inconditionnellement vaincue sur le champ de bataille.

Comment l'Ukraine, dont l'armée est battue en brèche, dont la démographie s'effondre et dont l'économie dépend entièrement de l'argent de l'Occident, va-t-elle accomplir cette noble tâche ? En faisant plus de la même chose, mais à plus grande échelle». 2

Ce que nous essayons de dire, c'est que ce type de pensée délirante est pratiquement universel parmi les élites de la politique étrangère américaine, dont aucune n'est prête à accepter la réalité fondamentale sur le terrain. Par conséquent, il n'y a aucune chance que l'administration Biden corrige le tir ou tente d'empêcher un affrontement direct entre les deux adversaires dotés de l'arme nucléaire, l'OTAN et la Russie.

Alors, comment une personne raisonnable aborderait-elle le conflit actuel en Ukraine ?

Elle chercherait un moyen d'y mettre fin le plus rapidement possible tout en infligeant le moins de dommages possible à la partie perdante. Voici ce que Mark Episkopos, professeur au Marymount, a déclaré dans l'article susmentionné :

«Les dirigeants occidentaux auraient dû depuis longtemps formuler une théorie cohérente de la victoire - une théorie qui prenne en compte les compromis et les limites auxquels sont confrontés Kiev et ses soutiens, plutôt que de les balayer à la poursuite d'objectifs maximalistes sur le champ de bataille qui sont de plus en plus détachés des réalités sur le terrain. Cela ne signifie pas qu'il faille se résigner à une reddition inconditionnelle de l'Ukraine. Mais il faudra que les décideurs politiques reconnaissent qu'il n'y a pas de voie viable vers une défaite inconditionnelle de la Russie et qu'ils façonnent leur réflexion sur la fin de la guerre en conséquence. Il n'est pas trop tard pour mettre fin à la guerre dans des conditions qui garantissent la souveraineté de l'Ukraine tout en défendant les intérêts des États-Unis. L'Occident dispose encore d'une influence considérable sur le champ de bataille et en dehors, mais la clé pour exercer cette influence efficacement est d'abandonner enfin une conception de la victoire à somme nulle qui a empêché les dirigeants de passer à une approche plus pragmatique et stratégiquement plus agile». 2

En résumé : Un accord peut être conclu qui minimisera les dommages globaux pour les États-Unis et l'Ukraine, mais il appartient aux diplomates américains et aux élites de la politique étrangère d'identifier les domaines de terrain d'entente afin qu'un accord puisse être conclu qui évitera une catastrophe encore plus grande.

Le problème avec la recommandation du professeur Episkopos, c'est qu'il s'agit d'une suggestion immédiatement raisonnable, ce qui signifie qu'elle sera rejetée d'emblée par les faucons de guerre qui définissent la politique. Aujourd'hui encore, les hommes de pouvoir américains sont convaincus que la guerre peut être gagnée s'ils abandonnent la prudence et appliquent davantage de force militaire brute. Cela devrait suffire. (pensent-ils)

C'est ce type de raisonnement erroné qui alimente la machine de guerre américaine. Les élites politiques croient sincèrement que si elles adoptent pleinement une platitude ridicule telle que «Nous ne pouvons pas perdre», la réalité de la supériorité de la puissance de feu, de la main-d'œuvre, du soutien logistique et de la capacité industrielle de la Russie s'évanouira dans la nature et que le pays «exceptionnel» l'emportera une fois de plus. Mais cela n'arrivera pas.

Alors, que se passera-t-il ?

Pour le savoir, nous nous tournons vers l'analyste militaire Will Schryver et un récent message sur Twitter :

«Il faut comprendre que les États-Unis et l'OTAN ne pourraient pas assembler, équiper, envoyer et soutenir ne serait-ce qu'une douzaine de brigades de combat compétentes pour affronter les Russes en Ukraine.

Vous rendez-vous compte de ce qui arriverait à 50 000 soldats de l'OTAN - dont aucun n'a JAMAIS fait l'expérience d'une guerre de haute intensité - s'ils étaient soudainement projetés, avec un leadership et une coordination nécessairement déficients, sur le champ de bataille de l'Ukraine ?

Ils seraient impitoyablement massacrés». 3

«Massacrés sans pitié»? Cela ne donne pas beaucoup d'espoir.

Pourtant, la France a déjà annoncé qu'elle enverrait des formateurs militaires en Ukraine, et d'autres suivront certainement. Parallèlement, des armes plus meurtrières, en particulier des missiles à longue portée et des F-16, sont déjà en route et seront probablement utilisées dans un avenir proche. Mais cela aura-t-il de l'importance ? La fourniture de nouvelles armes et de troupes de combat permettra-t-elle de renverser la vapeur et d'empêcher l'effondrement de l'armée ukrainienne ? Voici encore Schryver :

«Pourquoi les Russes s'opposeraient-ils à ce que les États-Unis et l'OTAN envoient davantage de leurs maigres stocks de missiles balistiques à courte portée et de missiles de croisière à plus longue portée ? Les taux de réussite des missiles ATACMS et Storm Shadow ont été catastrophiques et ne cessent de diminuer avec le temps. Ces missiles n'ont aucune valeur stratégique. Et la capacité de réapprovisionnement est effectivement nulle !

Pourquoi les Russes s'opposeraient-ils à l'envoi par les États-Unis et l'OTAN d'un escadron - ou même de cinq - de F-16 vétustes en Ukraine ? Oui, bien sûr, ils seraient pilotés par des «volontaires» de l'OTAN, et ils pourraient même remporter une poignée de «succès» fugaces et surestimés au début. Mais s'ils tentent réellement d'effectuer des sorties sérieuses au-dessus du champ de bataille ukrainien, les vieux F-16, dont la logistique et le soutien sont inadéquats, auront une durée de vie qui se comptera en HEURES». 3

Schryver a-t-il raison ? Ces éventuelles frappes de missiles à longue portée sur des cibles à l'intérieur de la Russie ne seront-elles que des attaques ponctuelles que Poutine ignorera tandis que ses troupes continueront d'écraser les forces ukrainiennes le long de la ligne de contact de 1300 km ? Et Poutine devrait-il accueillir favorablement l'introduction de «troupes au sol» des États-Unis et de l'OTAN en Ukraine pour faire face à l'armée russe ? Cela permettra-t-il de mettre un terme plus rapidement à la guerre ? Voici Schryver une fois de plus :

«Au rythme où se déroule cette débâcle ukrainienne, l'essentiel de la puissance militaire basée en Europe... sera réduite à l'état d'«inefficacité au combat» pendant au moins une décennie, et probablement plus. Si j'étais les Russes, je considérerais cet objectif comme le summum bonum («le plus grand bien») à atteindre à l'issue de cette guerre, et je répugnerais à interrompre les maîtres de l'empire alors qu'ils sont en train de me l'offrir sur un plateau d'argent....

Donc, à la place de Guerassimov, je dirais : «Allez-y !»» 3

Le tollé suscité par l'utilisation de missiles à longue portée fournis par l'OTAN (et le déploiement de F-16 et d'avions d'entraînement français) ne fait que détourner l'attention du fait inéluctable que l'OTAN sera vaincue par les forces armées russes si elles entrent en guerre. Un homme sage chercherait donc à obtenir un règlement négocié avant que la situation ne devienne incontrôlable. Mais ce n'est pas ce que font nos dirigeants. En fait, ils font exactement le contraire et pratiquent l'escalade à tout bout de champ.

Examinons donc les faits de manière un peu plus approfondie. Lisez cette analyse sommaire réalisée par les professionnels de War on the Rocks :

«Lorsqu'on lui a demandé, il y a deux semaines, lors d'un témoignage devant la commission des forces armées du Sénat, si l'armée était «dépassée» par un adversaire, le chef d'état-major de l'armée américaine, le général Mark Milley, a répondu : «Oui... ceux qui sont en Europe, vraiment la Russie. Nous n'aimons pas cela, nous ne le voulons pas, mais oui, techniquement, [nous sommes] dépassés, sur le terrain».

Compte tenu de l'agression de la Russie en Ukraine, ce témoignage donne à réfléchir. Mais est-il exact ? Malheureusement, oui : près de deux ans de jeux de guerre et d'analyses approfondies montrent que si la Russie menait une attaque de courte durée contre les États baltes, les forces de Moscou pourraient rouler jusqu'aux abords de la capitale estonienne de Tallinn et de la capitale lettone de Riga en 36 à 60 heures. Dans un tel scénario, les États-Unis et leurs alliés seraient non seulement dépassés en nombre et en armement, mais aussi en nombre. (...)

Surpassés ? (Les Russes) disposent de blindés, d'armes et de capteurs beaucoup plus avancés et, dans certains domaines - tels que les systèmes de protection active contre les missiles guidés antichars (ATGM) -, ils sont supérieurs à leurs homologues occidentaux. (...)

Outre les inconvénients liés à l'infériorité numérique, à la supériorité des armes et des capteurs, une série d'autres questions viennent aggraver le problème. Tout d'abord, les alliés de l'OTAN et l'armée américaine n'auraient qu'une aide immédiate limitée pour compenser ces désavantages. Les alliés européens ont suivi l'exemple américain en réduisant les blindés et en optimisant leurs forces restantes pour des missions «hors zone» comme en Afghanistan. Ainsi, la Grande-Bretagne poursuit ses plans de retrait de ses dernières troupes d'Allemagne, tandis que l'Allemagne a réduit son armée de 10 divisions lourdes, niveau de la guerre froide, à l'équivalent de deux.

Mais il n'y a pas que les chiffres qui comptent. Les États-Unis et leurs partenaires ont également réduit de façon constante l'infrastructure nécessaire pour soutenir toute forme de dissuasion ou d'effort de défense en Europe. Aujourd'hui, il n'y a pas de quartier général de division ou de corps d'armée américain basé en avant sur le continent, ni de brigades d'aviation, de génie et de logistique associée de l'armée de terre. (...)

La Russie dispose de l'ensemble de défenses contre les missiles surface-air (SAM) peut-être le plus formidable au monde. Opérant à partir d'emplacements situés sur le territoire russe, ces SAM dépassent de loin les armes de défense existantes et représentent une menace crédible pour la puissance aérienne des États-Unis et des alliés, qu'il serait coûteux et long de contrer. (...)

Aujourd'hui, l'OTAN est effectivement dépassée en nombre, en puissance et en armement par la Russie en Europe, et elle est confrontée à un certain nombre de facteurs qui aggravent la situation. (...)

Une guerre avec la Russie aurait un potentiel d'escalade dès le premier coup de feu, et les générations nées en dehors de l'ombre de l'Armageddon nucléaire seraient soudainement réintroduites dans des peurs que l'on croyait mortes et enterrées depuis longtemps». 4

Que montre cette analyse ?

Elle montre que, malgré les fulminations délirantes des généraux de salon sur les chaînes câblées qui se vantent d'infliger une «défaite stratégique» à la Russie, cela n'arrivera pas. La Russie a l'avantage dans pratiquement tous les domaines de la puissance de feu, des effectifs, de l'aptitude au combat et du matériel. Elle dispose également d'une capacité industrielle inégalée en Occident. Voici comment Schryver résume la situation :

«Il n'y a pas eu d'augmentation significative de la production d'armements dans l'Occident collectif, et il n'y en aura pas de sitôt. L'Europe a été effectivement démilitarisée et les États-Unis sont gravement épuisés et effectivement désindustrialisés. (...)

En dehors de la population désespérément propagandiste des soi-disant «démocraties occidentales», personne dans le monde ne croit que la Russie a l'air «docile» à ce stade. Au contraire, ils réalisent que les Russes ont complètement mis en échec les plans de l'empire et révélé sa faiblesse. (...)

L'Occident n'a aucun avantage. L'OTAN est une coquille vide.... Je suis absolument convaincu qu'un corps expéditionnaire de l'OTAN en Ukraine serait massacré au moins aussi largement que l'a été la FAU, et très probablement de façon BIEN PLUS GRAVE et BIEN PLUS RAPIDE...» 3

C'est écrit noir sur blanc : L'Occident «désindustrialisé» est une coquille vide qui n'a aucune chance de l'emporter dans une guerre terrestre combinée contre la Russie. Malgré cela, Washington est déterminé à poursuivre son plan lunatique qui rapproche le monde de l'Armageddon tout en ruinant le peuple américain.

source :  The Unz Review

  1. « L'OTAN à 75 ans : l'avenir de l'Alliance repose sur la victoire de l'Ukraine contre la Russie», atlanticcouncil.org
  2. « La nouvelle théorie de la victoire ukrainienne est la même que l'ancienne», The American Conservative
  3. « Bleeding the Beast», Will Schryver, Twitter
  4. « Surpassée en nombre, en puissance et en armement : Comment la Russie défait l'OTAN», War On The Rocks

 reseauinternational.net

 Commenter