05/06/2024 euro-synergies.hautetfort.com  10 min #249928

Le retour des civilisations

Carlos X. Blanco

Des relations plus étroites entre les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) peuvent devenir une condition indispensable au dépassement progressif et à l'abandon de l'ONU et d'autres institutions obsolètes, inefficaces ou clairement alignées sur l'hégémon nord-américain.

Récemment - le jour de l'an 2024 - le nombre de pays membres a augmenté, ce qui rend impossible la modification ou l'élargissement de l'acrostiche, et les BRICS élargis peuvent être désignés sous le nom de BRICS+. Les nouveaux pays ajoutés sont issus du monde musulman et africain. L'incorporation complète de l'Argentine, située en marge de ces coordonnées et dotée d'un énorme potentiel pour rejoindre son voisin le Brésil, était prévue, mais le phénomène Milei est venu tout faire dérailler.

Parmi les pays fondateurs et les nouveaux membres, on trouve plusieurs puissances régionales moyennes, occupant des positions stratégiques (Iran, Arabie Saoudite, Brésil, Afrique du Sud), ainsi que des puissances aux possibilités mondiales - et pas seulement régionales - telles que la Russie, la Chine et l'Inde. Bien qu'elles jouissent d'une possibilité d'influence mondiale, ces trois grandes puissances n'ont pas manifesté le désir de devenir « l'hégémon », tout comme les États-Unis sont aujourd'hui un hégémon unipolaire. La vocation de tous les BRICS, qu'ils soient grands, moyens ou petits, est de développer un monde différent, un monde multipolaire.

Toutes ces puissances rencontrent des difficultés dans leur développement, elles ont un « travail inachevé », elles connaissent même des tensions entre elles et manifestent des rivalités sur différents sujets, mais elles ont un telos ou une cause finale : se libérer du joug de l'« hégémon ». L'hégémon américain, déterminé à préserver - par le sang et le feu - son unipolarité, n'admet que des colonies ou des États soumis. Les Etats soumis ont un temps l'illusion d'être des « partenaires et alliés », mots qui semblent renvoyer à une relation d'égal à égal et à une participation proportionnelle ou équitable aux bénéfices du pillage du reste de l'humanité. Mais tout cela s'est avéré être un mensonge.

Pendant trop longtemps, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'opinion publique et certains gouvernements occidentaux ou pro-occidentaux ont cru à toute cette histoire. Le « monde libre » garantirait à la population soumise la paix, les droits de l'homme, la stabilité démocratique et une société d'abondance pour une classe moyenne en pleine expansion.

L'histoire du « monde libre » a commencé à s'effondrer avec la crise économique mondiale de 2007. Il est devenu évident que les méthodes spéculatives des États-Unis et, en général, de l'anglosphère, n'étaient rien d'autre que des virus très dangereux qui pouvaient infecter toute économie capitaliste qui ne conservait pas certains éléments classiques dans ses règles de fonctionnement : a) un niveau élevé de contrôle étatique dans les sphères financières, monétaires et productives, b) un niveau élevé de protectionnisme dans les industries et l'activité agricole, c) une souveraineté économique totale qui permet une planification productive à long terme et la fermeture relative et strictement réglementée des frontières.

À partir de 1945, les pays occidentaux ont commencé à renoncer à tous les mécanismes et règles qui pouvaient garantir leur souveraineté économique. Celle-ci, ainsi que la souveraineté militaire, qui lui est nécessairement imbriquée, garantit toute souveraineté possible. L'« Occident collectif » est tombé dans une situation coloniale malheureuse : ses économies sont exposées à toutes les infections possibles provenant du système américain, un système progressivement et dangereusement déconnecté de la réalité, basé sur des bulles spéculatives qui tendent à étrangler la production.

La preuve la plus notoire de la situation néocoloniale a été l'affaire « Nord Stream » (en 2022), le sabotage ayant très probablement été effectué sur ordre des États-Unis. L'hégémon, dans sa lutte désespérée pour conserver son pouvoir incontesté et maintenir le monde dans l'unipolarité, n'a pas seulement déclaré la guerre aux puissances en déclin et aux pays du Sud. Depuis des décennies, les Américains mènent également une guerre secrète contre leurs « partenaires, alliés et amis », c'est-à-dire les petites puissances d'Europe occidentale. Pour ce cupide Oncle Sam, il est essentiel qu'en dehors de l'anglosphère (sa première ceinture d'hommes de main et de copains), tout l'Occident non anglo-saxon soit soumis et fonctionne comme une colonie et un champ de bataille.

Les Américains ont ri au nez des Allemands naïfs et impuissants en leur coupant brutalement l'approvisionnement en gaz russe bon marché et proche. La coopération eurasienne tout à fait naturelle et nécessaire, qui comprend l'insertion de la Russie en Europe (les Russes slaves sont des Européens, bien qu'il existe également une Russie asiatique, alors que les Yankees ne le sont pas) ainsi que l'insertion de l'Europe en Asie, dont nous sommes, en fin de compte, un appendice, a été amputée. Lorsque les autorités allemandes ont accepté avec soumission le fait brutal du sabotage, ainsi que l'interdiction intimidante de la brute yankee d'acheter librement du gaz russe et d'accepter le gaz beaucoup plus cher de l'Amérique du Nord, le néocolonialisme de l'hégémon a montré au monde son terrible visage.

Le reste du monde en a été témoin. Le Sud global a vu comment le maître traite ses hommes de main, les hommes de main du troisième niveau, comme les Allemands et les Français et les autres chiens aboyeurs de l'Union européenne qui sont sur le point de jeter aux orties les restes de leur « État-providence » pour soutenir le dictateur Zelensky et sa clique corrompue et néo-nazie.

Le Vietnam d'Europe centrale qu'est l'Ukraine, l'Afghanistan à deux pas de l'Allemagne et de la France, l'Ukraine ultranationaliste d'où les « marines » et les « collabos » sortent toujours la queue entre les jambes, prétend maintenant être un problème transféré à une Europe indigne. Les Américains laissent la « patate chaude » aux « partenaires » européens, à une UE otanisée qui accepte l'une après l'autre les impositions du Pentagone, et qui permet à des personnages sinistres ou serviles, comme Borrell, Ursula ou le Dr Sanchez (connu sous le nom de « Dr Death/Dr Mort » lors de ses confinements lors de la pandémie du CO VID-19) de se dire « Européens », alors qu'ils ne sont en réalité que les garçons de course du Parti démocrate des Yankees, c'est-à-dire la faction la plus belliciste et criminelle de l'establishment américain, déjà très belliciste et criminel.

En Espagne, notre Docteur Mort local a promis cette semaine même quelque 1100 millions d'euros au dictateur ukrainien, un autre artiste comique devenu boucher. Ce milliard sera consacré aux armes, et ce dans un contexte critique pour l'Espagne, à savoir a) démantèlement progressif de la petite industrie et du secteur agricole du pays, livrés aux lobbies marocains qui contrôlent Madrid et Bruxelles, b) extrême faiblesse de l'armée espagnole, incapable de repousser toute annexion unilatérale ou toute nouvelle « Marche verte » des Marocains vers Ceuta, Melilla, vers les Canaries ou dans le sud de l'Espagne en général, c) l'érosion et le démantèlement progressifs de l'« État-providence » espagnol, déjà précaire, où le nombre de bras inactifs et de bouches affamées ne cesse d'augmenter, en raison du manque d'investissements productifs et de l'accueil illimité de populations africaines et d'autres populations provenant d'autres latitudes.

En Espagne, la pauvreté des enfants et le nombre de foyers brisés sont en augmentation (en partie à cause des politiques de prétendue « autonomisation » des femmes et de l'idéologie LGTBIQ+). Dans le même temps, le système scolaire s'est détérioré de manière inquiétante, l'ignorance et la fraude se propageant à des niveaux plus élevés. La « culture » de l'hédonisme, de l'aboulie, de l'idéologisation de la classe et du manque de rigueur dans l'attribution des diplômes a triomphé. Elle a créé une société moralement malade, décomposée et appauvrie jusqu'à la moelle des os. Des processus similaires sont en cours dans d'autres pays d'Europe occidentale. Le seul moyen de vivre est le secteur des services, le tourisme (le grand destructeur de la diversité productive), la spéculation. Les talents sont mutilés et les gens vivent dans une forte déconnexion par rapport au réel.

Le grand espoir des BRICS+ est que ce réseau ou système de pouvoirs en vienne à fonctionner comme une ONU alternative au sein de laquelle de véritables lois internationales, et pas seulement des « règles », seraient élaborées. Les tyrans établissent des règles, mais le droit et la souveraineté édictent des lois. L'instauration de transactions dédollarisées, l'immunité contre les sanctions arbitraires de l'hégémon, la possibilité de revenir à un financement équitable - et non usuraire - du développement des pays les plus démunis en technologie, en talent et en argent, ouvrent un horizon humaniste. Après la série d'invasions, de coups d'État, de guerres hybrides de conquête, d'assassinats sélectifs, de bombardements « humanitaires », etc., etc. commis par les Yankees, l'humanité avait presque perdu l'espoir qu'une quelconque institution internationale puisse s'élever avec autorité et prestige et être capable de canaliser les relations entre nations souveraines, voire entre civilisations, de manière solidaire, coopérative et anticolonialiste.

L'Organisation de coopération de Shanghai (上海合作组织, Шанхайская организация сотрудничества), l'une des plus importantes au monde en termes de population et de taille de la planète qu'elle représente, peut également constituer une barrière efficace contre l'agressivité prédatrice de l'hégémon américain. Ce type de cadre institutionnel ouvre la porte à une coopération loyale dans tous les domaines : a) transferts commerciaux, financiers et technologiques, b) échanges culturels et éducatifs, c) construction d'environnements sûrs, où le terrorisme financé par les États-Unis et l'OTAN, ainsi que les ONG d'ingérence et autres unités de guerre hybride, sont dûment neutralisés.

Il est urgent pour nous, habitants d'un Occident colonisé, citoyens d'une Europe prostrée, de créer toutes sortes d'associations culturelles, humanitaires, commerciales, étudiantes et professionnelles, ainsi que des plateformes mixtes pour des rencontres virtuelles et face à face avec ces pays non membres de l'OTAN et non hégémoniques, des pays qui font des pas décisifs vers la désaméricanisation, la dédollarisation, en affrontant le néolibéralisme et le militarisme agressif qui lui est inhérent. C'est à nous, Espagnols, de lancer une mobilisation citoyenne massive contre l'OTAN et contre toute implication dans une guerre suicidaire contre la Russie. Nous devons préconiser la tenue immédiate de conférences de paix pour résoudre le conflit ukrainien et commencer à organiser une politique commune des Européens en faveur d'une plus grande intégration eurasienne. Il est urgent que les nations européennes se réindustrialisent et s'approvisionnent auprès de leurs propres agriculteurs, qu'elles orientent leurs forces armées vers la défense de leur territoire (comme c'est le cas urgent dans le sud de l'Espagne, exposé à l'invasion) et non vers la guerre contre la Russie. Il est nécessaire de collaborer avec la puissance techno-scientifique du 21ème siècle, la Chine, en intégrant nos pays dans sa « nouvelle route de la soie » pour un bénéfice réciproque.

En Espagne, nous savons que les Américains se sont développés à nos dépens. Après avoir dépouillé le Mexique d'une grande partie de son territoire et, peu avant, du territoire espagnol, ils ont exterminé les indigènes d'Amérique, puis ils ont dépouillé l'Espagne de ses provinces de Cuba, Porto Rico, Guam et des Philippines, provoquant ainsi de grands génocides. Depuis lors, l'empire yankee est l'empire de la mort, de la douleur et de l'esclavage. Comme le dit A. Douguine, et pas mal de philosophes chinois actuels, l'empire yankee n'est qu'une parenthèse. L'heure est aux civilisations, plurielles, aux mondes autocentrés mais collaboratifs, aux grands espaces impériaux qui font régner l'ordre à l'intérieur et coopèrent sans coloniser à l'extérieur. Les vieux empires traditionnels reviennent, habillés des vêtements du futur, tandis que la thalassocratie yankee, brutale, anti-traditionnelle et artificielle, se retire.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter