05/06/2024 euro-synergies.hautetfort.com  5 min #249929

L'homme et le parfait crétin. Une anatomie de la République fédérale

L'homme et le parfait crétin. Une anatomie de la République fédérale

Karl Richter

Toute l'Antiquité était fondée sur une conception hiérarchique du monde et de l'homme, qui distinguait également les valeurs éthiques : le meilleur en haut, le pire en bas. En haut, les dieux, en bas les hommes, plus bas encore les animaux et le reste de la création. On voyait bien sûr cet ordre se refléter dans les petites choses, c'est pourquoi il était parfaitement clair pour Platon que chez l'homme, la tête, siège de l'intellect qui prend toutes les décisions, se trouvait en haut, tandis que les organes nécessaires au fonctionnement matériel du corps, la digestion, le métabolisme, etc. se trouvaient dans les régions inférieures du corps. On peut bien sûr en sourire, mais c'est ainsi que les Anciens voyaient les choses.

Ce qui est encore plus intéressant, c'est que Platon voyait des différences de valeur similaires entre les systèmes politiques et faisait des analogies avec le caractère de l'homme. En d'autres termes, l'attitude politique d'une personne se reflète en fin de compte dans sa constitution, ses capacités, son comportement et son apparence. Aujourd'hui, alors que nous connaissons les questions de psychosomatique, de physique quantique, de champs morphogénétiques et autres, cette idée est encore plus convaincante qu'à l'époque de Platon. Nous savons aujourd'hui que les pensées sont puissantes et ont un effet marquant : on est ce que l'on pense et quelles pensées, quels rêves, quels objectifs on laisse s'installer en soi. Le visage est considéré à juste titre comme le miroir de l'âme. Mais l'ensemble de l'apparence, de l'attitude, du rayonnement ne l'est pas moins.

Il est donc évident qu'un homme « aristocratique », qui défend politiquement la sélection des meilleurs, se présente différemment d'un homme « démocratique », qui est sérieusement convaincu de l'égalité de tous et qui vit lui-même ce principe. Le citoyen « démocratique » a tendance à être un paresseux, car il est convaincu que ce qui est en bas a autant de valeur que ce qui est en haut. Ce qui est inférieur, matériel, donne le ton. Selon Marx, c'est l'être qui détermine la conscience, et non l'inverse. L'homme démocratique ne peut donc pas se commander lui-même, il est livré à ses dépendances et à ses addictions et peut être manipulé à volonté par des appâts matériels comme l'argent. Il n'est donc pas étonnant que les communautés démocratiques ressemblent à des cloaques. La plupart des grandes villes d'Europe occidentale sont devenues des fosses à purin remplies de saletés et de graffitis, expression appropriée de l'idéologie de leurs habitants.

Nota bene : ce qui est dit ici est valable en principe. Bien sûr, il y a aussi des libéraux et des démocrates qui travaillent et s'améliorent, par exemple dans le sport de compétition. Et inversement, il y a des gens de droite qui se laissent aller, qui fument et qui boivent. Mais ce sont des incohérences dans un sens comme dans l'autre. Le personnage démocratique est logiquement une personne obèse, mal lavée et mal rasée, alors que le personnage de droite est idéalement un homme complet, capable de se défendre, en bonne forme physique et mentale.

En tendance, ce sont les personnes politiquement « à droite » qui font figure d'élite, car elles ont intériorisé l'idée hiérarchique, sont orientées vers la performance et recherchent l'optimisation, et non « l'égalité ». Il faut se rappeler que la « virilité » - c'est-à-dire le fait de se maîtriser soi-même - était autrefois, avant 1945, un idéal social évident, dès l'école. L'armée, en particulier, y attachait une grande importance. Comment faire autrement - si l'on n'est pas capable de se dépasser, on ne peut rien attendre de lui en cas d'urgence. Toute la culture occidentale, qui a fait des dons infinis au monde, est fondée sur le dépassement de soi et le renoncement aux pulsions, tandis que les personnages infantiles veulent tout, tout de suite, et n'ont pratiquement aucune tolérance à la frustration. Les jeunes femmes vertes qui ne savent rien faire d'autre que babiller en sont le meilleur exemple.

Suite à la rééducation d'après-guerre, qui a transformé les Allemands en zombies gauchistes et consuméristes (et suite au sabotage actif de nos amis américains !), notre pays est aujourd'hui en chute libre. La chute économique est prévisible. Une étude récente de la grande banque ING montre que la productivité, le secret de la réussite de l'économie allemande, s'est entre-temps évaporée. Entre 1972 et 1992, la performance économique par employé a encore augmenté d'environ deux pour cent par an, mais entre 2012 et 2022, elle n'a augmenté que de 0,3 pour cent. Ce n'est pas surprenant. Les prestataires sont soit déjà partis, soit passés en mode hibernation. Notre compétitivité internationale n'est donc plus d'actualité.

La chute est également palpable dans l'espace public. On le voit dans le paysage urbain, on le voit sur les gens. Les femmes qui s'habillent délibérément avec des jeans déchirés sont en fait un cas pour l'asile, sans parler des « hoodys », des sneakers et autres vêtements de la classe inférieure. Le façonnage de l'homme, la sélection, l'élevage des meilleurs, qui étaient autrefois la chose la plus naturelle du monde, n'ont plus lieu. Aujourd'hui, c'est considéré comme « d'extrême droite ». Dans les circonstances actuelles, c'est un qualificatif de noblesse pour tous ceux qui s'opposent à la chute.

Le cloaque ne manquera pas d'imploser. Et : le plus tôt sera le mieux. Depuis ses débuts, la République fédérale n'a qu'un seul objectif : être en tout point le contraire de ce que le pays était avant. La conception démocratique du monde, qui repose sur l'inversion des conditions naturelles, l'y aide. La République fédérale est le cancer de l'histoire allemande, qui contamine et dénigre rétroactivement un millénaire et demi de notre passé : pas seulement le Troisième Reich, mais aussi l'Empire, la Prusse de toute façon, l'histoire coloniale, Luther, Richard Wagner, Nietzsche - tout. Et comme elle combat le passé, elle veut aussi détruire l'avenir des Allemands. Le régime actuel en haillons n'est que la conséquence interne de la démocratie ouest-allemande d'après-guerre, installée par les vainqueurs en 1948/49. Il ne peut y avoir aucune discussion : la République fédérale doit disparaître si l'Allemagne veut continuer à vivre. La République fédérale est l'ombre maléfique de l'Allemagne, son zombie, sa rampe résiduelle empoisonnée.

Ce qui est réconfortant, c'est que nous n'avons pas besoin de nous casser la tête. Le voyage en enfer a commencé depuis longtemps. L'ordre reviendra.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter