06/06/2024 reseauinternational.net  4 min #249965

Lentement mais sûrement, la Syrie se redresse

par Abdel Bari Atwan

La dernière attaque d'Israël est une marque de désespoir plutôt que de force.

Le raid aérien israélien de lundi près d'Alep, censé viser une base du Hezbollah, a causé la mort de 16 personnes. Il s'agissait de la première frappe de ce type contre la Syrie depuis l'attaque du consulat iranien à Damas en avril.

Il s'agissait de répondre à l'escalade des actions menées par les groupes de résistance contre l'armée et les bases aériennes israéliennes sur le plateau du Golan occupé, non seulement par le Hezbollah libanais, mais aussi par les frappes de missiles lancées par la résistance islamique irakienne dans le cadre d'une réponse coordonnée à la guerre d'Israël contre la bande de Gaza.

Les représailles stupéfiantes de l'Iran après le bombardement de son consulat - un barrage massif de drones et de missiles qui a réussi à toucher deux bases aériennes israéliennes clés malgré le mur élaboré de défenses aériennes mis en place par les forces américaines basées en Jordanie - ont changé la donne. Il a semé la panique parmi les dirigeants militaires et civils d'Israël et sa population de colons, mais surtout, il a établi une nouvelle doctrine : les attaques et les meurtres israéliens en série au Liban et en Syrie ne resteront plus sans réponse.

La Syrie, quant à elle, continue de se remettre progressivement, tant sur le plan pratique et politique que sur le plan interne et externe, des souffrances qui lui ont été infligées au cours des dix dernières années et plus.

L'embargo occidental et arabe imposé au pays s'effrite. Les régimes arabes ont rétabli les ponts avec Damas. Le président Asad a participé aux récents sommets arabes et a développé des relations avec des acteurs clés tels que les Émirats arabes unis et l'Arabie saoudite, précédés par Oman. On observe également des signes de rapprochement entre la Syrie et le Qatar, pays ultra-hostile, comme en témoigne la fermeture de «l'ambassade» de la coalition de l'opposition syrienne à Doha et des institutions connexes. Damas a également été autorisé à superviser directement le pèlerinage des citoyens syriens au Hajj annuel pour la première fois depuis des années.

Pendant ce temps, le district nord d'Idlib, contrôlé par les rebelles, est en pleine effervescence. Les protestations et les troubles se sont multipliés contre le groupe d'«opposition» dominant Hay'at Tahrir al-Sham (HTS), son gangstérisme et ses exactions, et ont exigé la destitution de son chef, Abu-Muhammad al-Jolani. Des scissions sont apparues au sein de ce mouvement, et de plus en plus de voix s'élèvent pour demander à Damas de réimposer sa souveraineté sur la région en raison des conditions de vie intolérables qui y règnent.

La Turquie, qui contrôle effectivement l'enclave, est de plus en plus sollicitée pour normaliser ses relations avec la Syrie. Devlet Bahceli, allié ultranationaliste du président Recep Tayyip Erdogan, l'a exhorté à reprendre la coordination avec Asad pour freiner les ambitions séparatistes kurdes dans le nord de la Syrie.

Selon certaines spéculations, le président américain Joe Biden pourrait s'apprêter à reconnaître une entité kurde séparatiste dans le nord de la Syrie, et peut-être aussi en Irak. Cela porterait un coup dur à l'État turc, à sa sécurité et à sa stabilité, telles qu'elles sont perçues par Ankara. Le premier ministre irakien s'est rendu dans la capitale turque il y a quelques jours pour tenter d'obtenir une réconciliation entre Erdogan et Asad afin d'empêcher Washington d'agir de la sorte.

Erdogan, confronté à des difficultés économiques et politiques croissantes dans son pays et n'ayant pas réussi à s'attirer les faveurs de l'administration Biden, cherche désormais à se faire des amis dans la région. Il tient particulièrement à regagner la confiance de la Russie et, pour ce faire, il est essentiel d'éclaircir la situation en Syrie.

Il est indéniable que la Syrie se trouve dans une situation économique terrible et en pleine détérioration. Son peuple souffre cruellement des sanctions draconiennes imposées par les États-Unis. Mais il y a des signes d'amélioration. Des réformes ont été introduites, notamment des mesures de lutte contre la corruption et des mesures visant à limiter les excès et les abus des forces de sécurité. Des pays européens comme l'Italie - qui a envoyé son chef des renseignements à Damas il y a quelques jours - ont commencé à rétablir des liens et cette tendance devrait s'accentuer.

Les dernières attaques d'Israël visaient à montrer qu'il continue à exercer un pouvoir écrasant sur tous ses adversaires. Mais c'est de l'orgueil démesuré. Israël est en train de s'effondrer sur le plan intérieur et d'essuyer des défaites face aux combattants de la résistance de Gaza, du Sud-Liban et du Yémen. Il n'a pas réussi à vaincre la bande de Gaza après près de neuf mois de bombardements vicieux, et l'administration américaine déploie des efforts désespérés pour réduire ses pertes et le sauver de lui-même.

Lentement mais sûrement, la Syrie se rétablit et retrouve sa stature dans le monde arabe. Le jour viendra certainement où elle apportera une réponse appropriée aux centaines d'attaques israéliennes qu'elle a subies pendant sa période de faiblesse.

source :  Raialyoum

 reseauinternational.net

 Commenter