06/06/2024 legrandsoir.info  8 min #249973

Avant que la farce des élections européennes ne vous cocufie

Daniel VANHOVE

Une nouvelle fois, les huiles européennes nous adressent leurs plus beaux sourires pour espérer nous séduire et nous inviter à participer à leur farce électorale.

Une nouvelle fois nous les entendons vanter les progrès et les avantages d'appartenir à une Europe ‘démocratique', forte et pleine de promesses d'avenir pour sa jeunesse – qu'elle s'apprête peut-être à envoyer se battre aux côtés des néonazis d'Ukraine – face aux 'dictateurs' russes et chinois qui menaceraient nos frontières.

Une nouvelle fois il nous faut supporter leurs discours aussi vides qu'hypocrites, un peu plus insistants peut-être, dès lors que – quand même ! – quelques indices leur parviennent d'un désintérêt citoyen croissant voire parfois d'un rejet pour 'la chose européenne' telle qu'ils nous l'ont concoctée et servie depuis des années. Et nul doute qu'ils insisteront jusqu'à la dernière minute via leur propagande élimée, sur la défense de ''nos valeurs''.

Eh bien, arrêtons-nous un moment sur ces ''valeurs'' tant vantées. Quelles sont-elles donc qu'ils convoquent régulièrement pour justifier leurs décisions et l'orientation ouvertement atlantiste qu'ils impulsent à cette Union Européenne, plus vassale que jamais et qui désenchante tant de citoyens qui ont pu y croire à ses débuts ? Vivier où pataugent les lobbies jamais en manque de ‘négocier' leurs bons services contre monnaies sonnantes et trébuchantes à travers des valises retrouvées ici-et-là chez les moins prudents de ses fonctionnaires. Bruxelles est après Washington, la deuxième ville au monde la plus infestée des ces lobbies qui empestent les couloirs de l'UE, pour le plus grand bien de ses citoyens, comme chacun a pu le constater avec les ‘vaccins' ruineux des contrats Pfizer.

Cela dit, peut-être est-ce l'occasion d'enfin vous poser la question de savoir si, depuis que vous votez pour cette UE impersonnelle de fonctionnaires inconnus, votre situation s'est améliorée ? Et avez-vous entendu parler de ce qu'il ne vous disent pas dans cette campagne : leur intention de supprimer encore un peu plus l'autonomie de chaque Etat européen pour préparer les citoyens à l'État-nation européen qui supplanterait définitivement ce qu'il reste de souveraineté de votre pays au profit de cet ‘Etat européen' ?! Sans parler des prochains pays qu'ils sont prêts à faire entrer dans le cirque : Ukraine, Moldavie, Géorgie, Macédoine du Nord, Monténégro, Albanie, Serbie, Kosovo, Bosnie-Herzégovine et... Turquie. Que du beau monde dont nul ne peut douter des penchants assurément ‘démocratiques'.

Et sans doute pourrait-on commencer par interroger leur rappel incessant de l'appartenance de l'UE au camp ‘démocratique'. Ah, la ‘démocratie'. Mot magique, devenu presque sacré, hissé à tout bout de champ au sommet de leurs déclarations, et repris par leurs médias de service, tel un mantra. Cette ‘démocratie' qui, faut-il le rappeler, a vu plusieurs gouvernements européens ignorer le résultat négatif exprimé par leurs citoyens lors des referendums de 2005 à propos de leur projet de Constitution européenne. Cette ‘démocratie', bafouée, vidée de sa substance pour ne plus être aujourd'hui que l'ombre d'elle-même. Et cette insistance de leur part sur la chose, témoigne comme souvent dans ces cas-là, de la carence du fond qu'ils essaient de combler par la forme. Chacun pourra s'en souvenir.

Cette même ‘démocratie' dont on a pu voir ce qu'ils en ont fait sur le terrain, lors du soulèvement populaire en France et ses ‘Gilets Jaunes' bastonnés, éborgnés, mutilés, placés en garde à vue, sans raison. Chacun aura pu apprécier les bienfaits de la ‘démocratie' policière et militaire du pays des ‘droits de l'Homme' et de la 'liberté d'expression', mais en réalité plus violente, censurée et fracturée que jamais sous les mandats de l'ado de l'Elysée et ses nervis.

Cette ‘démocratie' toujours lors de l'imposture des soi-disant ‘vaccins anti-Covid' et les mesures prises pour museler, menacer et contraindre tous ceux qui osaient contester ou simplement douter de la version officielle orchestrée par différents gouvernements de l'UE, à la tête desquels la plus haute dignitaire de cette Europe, Ursula von der Leyen, ayant violé toutes les règles et usages aux seules fins d'avantages personnels, sans qu'elle ne soit démise de ses fonctions pour fautes graves, et jugée en conséquence. Quand les exemples viennent d'aussi haut, à chacun d'en tirer ses conclusions.

Cette ‘démocratie' encore, qui sans rien demander à ses citoyens pour une décision d'une importance capitale, s'aligne sur les plans étasuniens pour déstabiliser l'Est du continent et se lancer par proxy ukrainien – et son régime ‘bandériste' néonazi (véritable outrage à la ‘démocratie' !) – dans une guerre qui enfle dangereusement contre la Russie. Et qui au passage, se fait hara-kiri en se privant des énergies russes bon marché, entraînant illico une hausse vertigineuse de l'inflation, appauvrissant de la sorte l'ensemble de la population et bouleversant le fragile équilibre économique dans une crise qui est loin d'avoir dit son dernier mot. Avec, clou de l'affaire, le refus d'enquêter sur les responsabilités dans l'explosion des gazoducs Nord-Stream approvisionnant le continent, au point que c'est la Chine qui aujourd'hui exige une réponse à cet acte de sabotage. Chacun peut voir comment les ténors de ces ‘démocraties' défendent nos intérêts, comme ils s'en vantent régulièrement.

Cette ‘démocratie' exemplaire qui à travers les propos répétés d'Ursula von der Leyen toujours soutient ''de manière inconditionnelle'' le régime terroriste israélien qui commet un génocide contre une population exsangue, prisonnière d'un immense camp de concentration depuis 17 ans, devenu un camp d'extermination à l'image de ‘la solution finale' nazie depuis le 7 octobre dernier, dont ceux-là juraient pourtant ''plus jamais ça !'', quand plusieurs charniers y sont découverts, et malgré des colons détruisant les convois d'aide humanitaire. Et, parenthèse de circonstances, il faudra que les représentants de LFI ou de la NPA nous expliquent comment ils concilient le courage de leur position en faveur de la Palestine tout en soutenant l'armement des Ukro-nazis. Chacun appréciera la ixième contradiction des partis politiques se disant 'de gauche'.

Cette ‘démocratie' européenne qui, face aux multiples horreurs qu'elle alimente ne trouve rien de mieux que de bâillonner ceux qui se solidarisent et manifestent contre ce génocide en cours, plutôt que de se mobiliser pour contraindre le régime criminel israélien à cesser sur-le-champ ses bombardements et son obstruction à venir en aide d'urgence aux populations dont il organise méthodiquement la famine. Ainsi, un rapport conjoint de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM) publié ce 5 juin indique que plus d'un million de Palestiniens pourraient être confrontés à des niveaux mortels de famine d'ici la mi-juillet. Soit près de la moitié de la population. ( thecradle.co). Entretemps, le Haut représentant de l'UE aux Affaires extérieures, Josep Borrell, s'est fendu d'une énième pitoyable déclaration : ''Si Israël poursuit son opération militaire à Rafah, cela mettrait inévitablement une lourde tension sur les relations de l'UE avec Israël''. Cette Europe et ses gouvernements condamnent les militants qui dénoncent ce crime majeur de génocide contre une population civile, plutôt que ceux qui en sont les auteurs. Chacun est ainsi menacé dans ses choix de solidarité avec les agressés au profit des agresseurs sionistes.

Cette ‘démocratie' enfin, qui dans ce tableau sinistre mais hélas réel, n'a pas un mot de la part de ses minables ‘journaleux' de service pour les plus de 135 journalistes palestiniens assassinés, préférant tout au contraire menacer, enfermer, voire liquider les lanceurs d'alerte tel Julian Assange, dès lors qu'ils révèlent les vérités inavouables de cette caste qui trompe et ment sans vergogne aux citoyens européens dont elle prétend être la protectrice des ‘valeurs démocratiques' que le bref résumé ci-dessus démonte et bat aisément en brèches.

Et ce qui précède n'aborde pas les autres dossiers faisant état du délabrement avancé de l'enseignement, des prisons, des structures de santé, ni celles de la recherche, de l'environnement, du monde agricole qui voit ses paysans se suicider, de la culture et sa morale dépravée, ni des acquis sociaux détricotés maille par maille au profit de ces puissants lobbies avec comme plus grand bénéficiaire l'industrie de l'armement dont les mêmes fonctionnaires – qui n'iront pas se battre, évidemment – nous assurent que ''pour avoir la paix, il faut se préparer (toujours plus) à la guerre''. Epuisant de la sorte les finances publiques entraînant des déficits hors de contrôle, et amenant en corollaire à toujours plus d'impôts et d'anxiété existentielle pour les plus précaires.

Si donc vous pensez, en tant que citoyens européens, que ces parasites sont vraiment les défenseurs de ''vos valeurs'' et que vous les soutenez au lieu de vous indigner, c'est que vous faites partie du problème... et qu'assurément nous ne devons pas avoir la même définition de ce que devrait être une ‘démocratie' saine et digne de ce nom qui, selon les tendances qui se dessinent, vire de plus en plus vers un régime autoritaire dont certains aspects revêtent désormais tous les signes d'une ‘fascisation' de la société. Nul besoin de verser dans le refrain râpé d'être ‘un rempart contre l'extrême-droite', la droite extrême gouverne déjà dans de nombreux pays d'Europe.

Si en revanche, vous partagez cette brève analyse de faits incontestables – rien n'est inventé et tout est vérifiable – et n'appréciez pas d'être cocufié une fois de plus, ne vous prêtez pas à cette mascarade qui se joue de vous et vous rend ainsi acteur de cette farce qui, face à la progression inarrêtable des pays émergents à travers les BRICS refusant désormais cet ordre imposé par l'Occident, finira par s'écrouler... avec tous les désagréments que vous serez alors seul à supporter, quand ces voyous vous ignorant comme ils le font depuis toujours, se réfugieront dans leurs paradis fiscaux préparés de longue date.

Et je termine sur un clin d'œil toujours utile pour garder quelque recul en ces temps plus que troublés : ''Si voter changeait quelque chose, il y a longtemps que ce serait interdit'', nous disait le regretté Coluche.

Daniel Vanhove -
06.06.24

 legrandsoir.info

 Commenter