06/06/2024 euro-synergies.hautetfort.com  8 min #249975

Les pseudo-écologistes du monde occidental

Les pseudo-écologistes du monde occidental

Leonid Savin

Source:  geopolitika.ru

Il est bien connu qu'en Occident, il y a plusieurs décennies, les services ont parfaitement réussi à faire de la publicité, en particulier de la publicité politique. Si nécessaire, les spécialistes des relations publiques peuvent transformer n'importe quelle affaire pour qu'elle paraisse complètement différente de ce qu'elle est. Le thème de la protection de l'environnement ne fait pas exception à la règle. Il a été fortement politisé, mais il est activement utilisé à sa guise sur diverses plateformes internationales et dans le propre intérêt des propagandistes. En voici quelques exemples.

Fin mai, l'agence de presse irakienne Rudaw a rapporté que Hussein Jaloud avait poursuivi la compagnie pétrolière britannique BP après que son fils Ali soit décédé d'une leucémie qui, selon lui, s'est développée en raison du brûlage de gaz dans le plus grand champ pétrolifère irakien de Rumaila. « Après avoir rendu visite aux médecins et l'avoir examiné, ils ont confirmé qu'il [Ali] avait développé une leucémie en raison du pétrole et de la combustion de gaz », a déclaré Jaloud aux journalistes, expliquant que le cancer d'Ali avait été diagnostiqué pour la première fois en 2017. Il a souligné qu'il intentait un procès « non seulement pour Ali, mais aussi pour des dizaines, voire des centaines de patients et de personnes décédées d'un cancer » causé par la combustion de gaz excédentaire.

Lors de l'extraction des puits de pétrole, l'excès de gaz associé qui ne peut être stocké ou utilisé est généralement brûlé et l'Irak est connu pour cette pratique. Cette pratique libère des polluants toxiques tels que le benzène, un agent cancérigène connu pour provoquer des leucémies. En Irak, les communautés vivant à proximité des sites de torchage de gaz sont particulièrement exposées, car elles se trouvent dans une zone où un mélange mortel de dioxyde de carbone, de méthane et de suie noire est rejeté, mélange qui, en outre, pollue aussi fortement l'environnement.

Bien que la loi irakienne stipule que les raffineries ne doivent pas être situées à moins de 10 kilomètres des zones résidentielles, dans la pratique, la distance n'est que de deux kilomètres, et les logements éloignés des champs pétroliers sont chers. Le gouvernement lui-même s'efforce d'éliminer progressivement le brûlage de gaz et d'utiliser le gaz pour produire de l'électricité. Cependant, les entreprises occidentales jouent également un rôle important dans ce domaine. BP se présente comme une entreprise respectueuse de l'environnement. Mais, comme nous pouvons le voir, les faits racontent une autre histoire.

Un autre facteur directement lié à l'environnement et qui ne peut être ignoré est la croissance du marché mondial des équipements électriques et électroniques, qui connaît une croissance exponentielle, l'industrie électronique étant considérée comme l'industrie à la croissance la plus rapide au monde. Mais cette croissance a aussi un coût environnemental, car l'industrie électronique est celle qui produit le plus de déchets.

Par exemple, 53,6 millions de tonnes métriques de ces déchets ont été produites en 2019. Les habitants de la Norvège (28,3 kg par habitant et par an), de la Suisse (26,3 kg), de l'Islande (25,9 kg), du Danemark (23,9 kg), du Royaume-Uni (23,4 kg) et des États-Unis (20 kg) sont ceux qui ont produit le plus de déchets électroniques cette année-là.

Selon l'ONU, au début de l'année 2024, le taux de production de déchets électroniques sera cinq fois supérieur au taux de recyclage déclaré.

Dans le même temps, les principaux flux de ces « déchets » ne sont pas documentés et les experts se demandent raisonnablement si, dans les pays moins développés, le processus de recyclage ou de stockage des déchets électroniques ne se fera pas en violation des normes et exigences de base. Il ne s'agit pas seulement d'une question de commerce, mais aussi de justice environnementale, puisque, en règle générale, les pays économiquement développés envoient des déchets électroniques dans les pays en développement.

C'est le cas du Ghana, où le flux de déchets électroniques est important, mais où 95 % d'entre eux sont traités de manière non officielle. En outre, certains équipements mis hors service dans les pays occidentaux y sont exploités en raison de leur faible prix, puisqu'ils sont achetés en tant que ferraille, mais revendus sur le marché local en tant qu'articles d'occasion. Les trois principaux partenaires du Ghana sont les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine.

Décharge de déchets électroniques au Ghana

Accra est un lieu central pour l'« industrie » des déchets électroniques. En fait, il s'agit d'une industrie de déchets électroniques caractérisée par un travail manuel intensif, des relations informelles et l'autogestion. Après le tri, divers processus tels que l'incinération et le démantèlement sont utilisés pour recycler les déchets électroniques. Les entreprises locales achètent souvent les métaux contenus dans les déchets électroniques pour en faire des barres de fer, et les métaux sont exportés vers des pays comme la Chine et l'Inde.

Le Ghana abrite l'une des plus grandes décharges de déchets électroniques au monde, connue sous le nom d'Agbogbloshie. Ce territoire couvre environ 10 hectares, avec une population d'environ 80.000 personnes et 10.000 travailleurs informels dans le traitement des déchets électroniques. Ce site, où les déchets sont traités et éliminés, est situé près de la rivière Odaw et de la lagune Korle. On y trouve également de nombreuses usines, bureaux et petites entreprises, étroitement liés au quartier d'affaires d'Accra et au recyclage des déchets électroniques.

Il n'est pas difficile de deviner qu'il s'agit d'un monde semi-criminel, où, bien sûr, les droits de l'homme, dont l'Occident aime à parler, ne peuvent en aucun cas être respectés. Le travail des enfants, l'absence totale de respect des normes environnementales, etc. sont des pratiques courantes.

Une fois de plus, le Royaume-Uni figure sur la liste, tout comme les États-Unis. À propos de ces derniers, il convient de noter que, selon les prévisions, d'ici 2025, la capacité installée des entrepôts de données aux États-Unis atteindra 2,2 zettaoctets, ce qui permettra la production d'environ 50 millions d'unités provenant de disques durs périmés par an. Le stockage en nuage est réparti sur environ 70 millions de serveurs situés dans 23.000 centres de données à travers le monde ; collectivement, ils pèsent autant que 192 tours Eiffel. La superficie de l'un des plus grands centres est de plus de 1,5 million de pieds carrés, ce qui vous permet de loger 20 terrains de football professionnels.

Les processus de mise à niveau et de mise hors service des équipements dans l'industrie du stockage en nuage ont lieu tous les trois à cinq ans, après quoi les appareils sont détruits physiquement par déchiquetage afin de garantir la sécurité et la confidentialité des données. Les déchets qui en résultent sont soumis à divers processus tels que la fusion, le recyclage, l'incinération et la mise en décharge. Cela signifie que la plupart des 11 millions de serveurs produits dans le monde en 2017 auront déjà été mis hors service en 2022. Et comme 700 centres de données de grande envergure seront construits dans le monde au cours des deux prochaines années, le marché des déchets électroniques en fin de vie sera rempli d'un nombre croissant de déchets.

Les principales entreprises de ce secteur sont les sociétés américaines Amazon, Google, Microsoft, Oracle, IBM et un certain nombre d'autres.

La Chine fait bien sûr partie des pays dont l'industrie électronique est développée. Mais la province de Guangdong possède sa propre décharge électronique à Gulyu, qui est considérée comme la plus grande au monde (photo, ci-dessus). En outre, il existe un site de traitement similaire à Hong Kong. Et, du moins en Chine, les normes environnementales ne sont pas dénoncées de manière aussi virulente qu'en Occident.

L'hypocrisie totale des pays occidentaux à cet égard se manifeste également dans l'exemple de l'Allemagne. En avril 2024, ce pays a été condamné pour avoir sous-estimé des dizaines de fois les statistiques sur les émissions de méthane. Selon le rapport, bien que l'Allemagne ait produit 44 % de la production totale de lignite de l'UE en 2022, elle a déclaré des émissions actives de méthane provenant des mines de charbon d'un montant de seulement 1,39 mille tonnes, soit 1 % de ce que l'UE a déclaré. Par conséquent, les émissions de méthane provenant des mines de charbon en Allemagne peuvent être de 28 à 220 fois supérieures aux données officielles.

L'Allemagne estime que le niveau de production de lignite est comparable à celui de la Pologne. Toutefois, selon les estimations allemandes, la teneur en méthane de son charbon est 40 à 100 fois inférieure à celle du lignite polonais.

Mais même le charbon de l'Allemagne ne suffit pas à satisfaire sa faim d'énergie en raison de la décision stupide de suivre les injonctions des États-Unis et d'abandonner le gaz russe. Elle exporte désormais une partie de son charbon de Colombie. Là encore, il y a un décalage entre les belles paroles et les actes.

En Colombie, le charbon est extrait à El Serrejon, où le travail des enfants est exploité et les droits des communautés locales violés. Mais l'Allemagne continue d'acheter du charbon malgré son engagement déclaré à lutter contre « l'inégalité et la vulnérabilité exacerbées par la crise climatique ». Il est significatif que cette politique de deux poids deux mesures ait été rapportée par des journalistes allemands eux-mêmes, qui ont fait état de ces faits honteux.

Dans le même temps, tous ces partis verts et chefs d'entreprise occidentaux, qui versent souvent des larmes lors des présentations de divers sommets sur l'environnement, enseignent aux autres pays ce qu'ils doivent faire dans le domaine de l'écologie et imposent des décisions politiques qui sont toujours motivées par des intérêts économiques.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter