06/06/2024 arretsurinfo.ch  6 min #249992

Washington s'attaque à un élément clé du parapluie nucléaire russe, menaçant l'ensemble de l'architecture mondiale de sécurité nucléaire

La politique de la corde raide avec la Russie se poursuit

Par  Caitlin Johnstone

Il est pratiquement impossible de se tenir au courant de toutes les actions bellicistes de l'empire occidental de nos jours.

En réponse aux mesures effrayantes prises par l'OTAN pour permettre à l'Ukraine d'utiliser des armes fournies par l'Occident pour frapper le territoire russe, Vladimir Poutine a averti la semaine dernière que ces escalades pouvaient avoir de « graves conséquences ».

«Cette escalade constante peut conduire à de graves conséquences», a déclaré Poutine. «Si ces graves conséquences se produisent en Europe, comment les États-Unis se comporteront-t-ils, compte tenu de notre parité dans le domaine des armes stratégiques ? Difficile à dire. Souhaitent-ils un conflit mondial ?».

Nous pouvons nous faire une idée plus concrète de ce dont parlait Poutine en lisant la menace flagrante que Moscou a formellement adressée au Royaume-Uni le mois dernier, en disant que l'Ukraine utilisant toute arme britannique pour attaquer le territoire russe pourrait entraîner des attaques russes directes sur des cibles militaires britanniques en Ukraine «et au-delà», ce qui placerait la Russie dans un état profondément dangereux de guerre chaude avec les forces de l'OTAN.

Vendredi, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a rejeté les avertissements de Poutine en déclarant:

«Ce n'est pas nouveau. Cela fait (...) longtemps qu'à chaque fois que les alliés de l'OTAN apportent leur soutien à l'Ukraine, le président Poutine tente de nous menacer de ne pas le faire».

Cette attitude cavalière à l'égard de la politique de la corde raide nucléaire dont les gestionnaires de l'empire font preuve ces derniers temps a été abordée lundi par le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Ryabkov, qui a déclaré que les États-Unis étaient sur le point de commettre une erreur de calcul «fatale».

«Je voudrais mettre en garde les responsables américains contre des erreurs de calcul qui pourraient avoir des conséquences fatales. Pour une raison inconnue, ils sous-estiment la gravité de la rebuffade qu'ils pourraient recevoir», aurait déclaré Ryabkov.

«J'exhorte ces responsables, qui ne sont apparemment dérangés par rien, à prendre le temps de cesser de jouer à des jeux informatiques, ce qu'ils font apparemment, étant donné leur approche légère des questions sérieuses, et à examiner de plus près les propos de Poutine» a ajouté Ryabkov.

Les responsables américains semblent faire exactement le contraire de ce que recommande le vice-ministre des Affaires étrangères, le porte-parole de la Maison-Blanche, John Kirby, ayant déclaré à la presse lundi que l'administration Biden était ouverte à des discussions sur l'extension de l'utilisation d'armes fabriquées aux États-Unis sur le territoire russe.

Interrogé sur la plainte du président Zelensky selon laquelle les autorisations américaines de mener des frappes limitées sur le territoire russe n'étaient pas suffisantes et sur les commentaires du secrétaire d'État Antony Blinken suggérant qu'une plus grande portée du territoire russe pourrait bientôt être autorisée, Kirby a déclaré qu'il ne fallait pas s'étonner que Zelensky en veuille plus et que les États-Unis continueraient à discuter avec l'Ukraine de la possibilité de mener des frappes soutenues par les États-Unis plus profondément sur le territoire russe.

«Nous aurons ces discussions, nous aurons ces conversations avec les Ukrainiens», a déclaré Kirby.

«Absolument, nous le ferons. Je ne peux pas dire à ce stade si cela conduira à de nouveaux changements de politique, mais nous n'allons pas tourner le dos à ce dont l'Ukraine a besoin. Et nous allons continuer à essayer, encore une fois, de faire évoluer notre soutien à l'Ukraine en fonction de l'évolution du champ de bataille».

J'ai écrit l'autre jour que l'autorisation de Biden pour des frappes limitées sur le territoire russe avec des armes américaines serait immédiatement suivie d'une poussée pour encore plus d'escalades avec des frappes plus profondément en Russie, et nous y sommes. Chaque fois que les bellicistes obtiennent une escalade, ils commencent immédiatement à en réclamer une autre.

Il y a une limite au nombre d'escalades que la Russie tolérera avant de prendre des mesures drastiques contre l'OTAN pour rétablir la crédibilité de la dissuasion, et personne ne sait vraiment où se trouve cette limite. Elle semble toutefois déterminée à la trouver, et lorsqu'elle le fera, il se peut que nous soyons déjà en chute libre irréversible vers l'Armageddon nucléaire.

Tout ceci intervient alors que le ministre des Affaires étrangères néerlandais donne publiquement son feu vert à l'utilisation par l'Ukraine de F-16 pour attaquer le territoire russe. Comme le note Kyle Anzalone d'Antiwar, les F-16 sont des avions de guerre à capacité nucléaire.

Il est important de s'opposer à la politique de la corde raide avec la Russie bien avant que nous ne passions au bord de la guerre nucléaire, car il sera alors évidemment trop tard pour que quiconque puisse faire quoi que ce soit - et en effet, une guerre nucléaire à grande échelle entre l'OTAN et la Fédération de Russie pourrait signifier que personne ne pourra plus jamais faire quoi que ce soit. L'Armageddon nucléaire est la seule erreur de politique étrangère que l'on ne peut pas corriger après l'avoir commise, et il est donc extrêmement urgent de la corriger bien avant d'en arriver là.

Le plus grand risque de guerre nucléaire n'est pas que l'une ou l'autre des parties choisisse sciemment d'en déclencher une, mais qu'elle soit déclenchée par une erreur de calcul, une mauvaise communication ou un dysfonctionnement technique dans le chaos et la confusion de tensions croissantes, comme cela a failli se produire à de nombreuses reprises au cours de la dernière guerre froide. Plus les tensions augmentent, plus la probabilité d'un tel incident augmente, et plus les systèmes nucléaires de chacun sont sous tension.

Cela ressemble beaucoup à une impasse où les gens pointent leurs armes les uns sur les autres, comme dans la scène finale de «Reservoir Dogs». Plus il y a d'armes et plus la situation devient tendue, plus il y a de chances que quelqu'un fasse un geste qui déclenche tout et tue tout le monde.

C'est pourquoi il est très inquiétant de constater que l'empire fait monter la tension avec autant de désinvolture, sans que personne ne s'y oppose - ni les gouvernements occidentaux, ni les médias, ni même les citoyens ordinaires en nombre significatif. Ces monstres jouent avec le feu avec des armes de l'apocalypse, et personne n'a approché le pied de la pédale de frein. Ils ne regardent même pas. Ils n'y pensent même pas.

Nous devons au moins trouver un moyen d'amener les gens à réfléchir à cette question. Ce serait une façon tellement stupide pour l'humanité de s'anéantir.

 Caitlin Johnstone

Article original en anglais publié le 4 juin 2024 sur le blog de  Caitlin Johnstone.com

 arretsurinfo.ch

 Commenter