07/06/2024 reseauinternational.net  10 min #250026

Sourds et aveugles : la maladie des diplomates américains

par Patrick Lawrence

Voici une proposition modeste, rien de trop radical, juste du bon sens. Remettez Antony Blinken et Jake Sullivan aux autorités iraniennes, étant entendu que les deux «hommes d'État», définis de manière très vague, auraient à passer 444 jours dans l'enceinte de l'ambassade américaine à Téhéran. Pensons-y comme à une reconstitution.

Ces locaux, longtemps recouverts de barbelés, de mauvaises herbes, de ronces, de moisissures et de graffitis antiaméricains, sont aujourd'hui un musée.  Le repaire de l'espionnage, comme on l'appelle, est dédié à l'histoire honteuse des relations américano-iraniennes jusqu'à ce jour fatidique, le 16 janvier 1979, où le Shah fut destitué par une nation qui en avait assez de lui. Ces méchants Iraniens ont dû le constater : les vieux graffitis sont désormais recouverts de peintures murales moqueuses représentant Mickey Mouse et McDonald's.

Tant mieux, dis-je. Ma théorie est que le secrétaire d'État et le conseiller à la sécurité nationale du régime Biden reviendraient de leurs 365 + 79 jours à l'ambassade - assis par terre, à dormir dans les bureaux, et obligés de laver leurs chaussettes dans les lavabos des toilettes, le tout remis à neuf - transformés de manière presque béatifique. en... en hommes d'État aux objectifs élevés et à la perspicacité profonde, alors que pour le moment ils en sont totalement dépourvus, tous les deux, comme nous le constatons.

Ces réflexions m'ont été inspirées par  une bonne nécrologie que le New York Times a publiée dans son édition du 18 mai sur la mort d'un homme bon nommé Moorhead Kennedy. Le sang de Moorhead Kennedy était très bleu : son enfance dans l'Upper East Side, puis Groton, Princeton, droit à Harvard Law, et une carrière dans le service extérieur. Ayant appris l'arabe, il était en quelque sorte un homme du Moyen-Orient, ses missions au fil des années incluant le Yémen et le Liban. Et puis le destin a posé sa douce main sur l'épaule de Kennedy : il était en mission temporaire comme attaché économique à Téhéran lorsque les matières fécales lui sont tombées dessus, et sur les États-Unis.

M. Kennedy faisait donc partie de ces 52 Américains - diplomates, autres fonctionnaires - qui ont passé les fameux 444 jours en captivité auprès d'étudiants militants mais non-violents, je dirais tout à fait justes, qui avaient défoncé les portes de l'ambassade et escaladé ses murs. Ils étaient de toutes tendances, laïques et religieuses, mais ils étaient tous rebutés par l'insistance coercitive du Shah à occidentaliser l'Iran de la pire des manières - la «Westtoxicité», comme on a fini par l'appeler. Beaucoup d'entre eux ont passé leurs journées à fouiller dans les dossiers de l'ambassade et les câbles diplomatiques pour reconstituer comment, secrètement et criminellement, les États-Unis avaient tenté de renverser le gouvernement iranien pour la deuxième fois en 26 ans.

Je me souviens avoir vu des années plus tard des images d'actualités en noir et blanc des otages alors qu'ils montaient les escaliers pour monter à bord d'un vol de retour d'Air Algérie le 20 janvier 1981. L'un des diplomates a fait demi-tour à quelques pas de la porte de la cabine, a crié quelque chose que le film n'a pas enregistré et a fait un grand doigt d'honneur à la République islamique et à tous ses citoyens. Ah, oui, je me souviens avoir pensé, avec quelle dignité nous représentons-nous nous-mêmes face au monde...

Moorhead Kennedy aurait eu autant de raisons d'exprimer sa colère que ce vulgaire personnage dans les escaliers. Il avait les yeux bandés et était attaché à une chaise lorsque les étudiants entraient dans son bureau. Mais quelque chose arriva à Kennedy au cours des longs mois qui suivirent. Il commença à parler à ceux qui avaient pris d'assaut l'ambassade. Et surtout, il s'est mis à les écouter. J'ai longtemps soutenu que les premiers signes du déclin d'un imperium sont irréfutables lorsqu'il devient aveugle et sourd ; il ne peut ni voir les autres tels qu'ils sont ni entendre ce qu'ils ont à dire. M. Kennedy ne souffrait d'aucun de ces symptômes.

Alors qu'il racontait plus tard son expérience dans une interview accordée à un petit journal d'affaires publiques du Connecticut, Kennedy semblait avoir fait preuve d'un esprit singulièrement ouvert à ce qui était censé être une brève mission pour remplacer un collègue absent. «J'étais très intéressé de voir une révolution en cours»,  a-t-il déclaré à un journaliste du CT Mirror en 2016. «C'était une période très fructueuse jusqu'à ce que, tout d'un coup, j'entende un cri des Marines : «Ils arrivent», par-dessus le mur !» Et puis une toute nouvelle expérience a commencé.

Il y a une magnifique photo de M. Kennedy au sommet de la nécrologie du Times, prise à l'ambassade pendant sa captivité. Elle le montre assis à son bureau, lisant calmement, les doigts sur le menton. A côté de lui, par terre, se trouvent deux collègues dont la barbe donne l'impression qu'ils font partie des ravisseurs de M. Kennedy. Sur son bureau, on voit l'attirail des repas de fortune : un pot de moutarde, un pot de Sanka reconverti en sucrier, une boîte de Cocoa Krispies. Je soupçonne que le sang-froid apparent de M. Kennedy a quelque chose à voir avec cet aplomb inébranlable que l'on retrouve souvent chez les sangs bleus américains.

Il est étrange maintenant de penser que vous regardez un homme au milieu d'une métamorphose qui a bouleversé sa vie et sur laquelle il a eu l'intégrité de ne jamais revenir en arrière. C'est à l'ambassade que M. Kennedy a commencé à réfléchir à ce qu'il faisait en tant qu'officier du service extérieur américain et à conclure que ce qu'il faisait n'était absolument pas ce qu'il aurait dû faire parce que la nation qu'il servait avait tout faux. «Les réflexions de M. Kennedy sur la politique étrangère américaine, comme l'explique la nécrologie du Times, avaient été en partie façonnées par les discussions avec ses ravisseurs».

«Les Américains qui avaient applaudi les efforts d'occidentalisation du Shah n'avaient aucune idée de la façon dont ses programmes avaient perturbé la vie à tous les niveaux de la société», écrivait M. Kennedy, en y repensant plus tard, dans The Ayatollah in the Cathedral : Reflections of a Hostage (Hill et Wang, 1986). «De nombreux Iraniens, désorientés, contraints de penser de manière nouvelle et étrange, d'accomplir des tâches inconnues conformément à des normes inconnues, humiliés par leurs incapacités alors qu'ils essayaient de se comporter en Occidentaux et peu enclins à devenir des quasi-Occidentaux, au mieux de seconde classe, recherchaient avant tout un sentiment renouvelé de leur propre identité

Il y a quelque chose de brillant, d'une certaine manière presque miraculeux, dans la transformation profonde et personnelle implicite dans ces observations. M. Kennedy nous disait qu'il avait appris à l'ambassade une leçon que j'ai longtemps considérée comme la plus fondamentale que notre époque exige de nous, mais que trop peu d'entre nous tentent même d'e mettre en œuvre : c'est la capacité de voir du point de vue des autres en les voyant avec des yeux clairs et les entendant avec les oreilles ouvertes.

Cette «toute nouvelle expérience» lorsque des étudiants iraniens avaient fait irruption dans son bureau ne semble avoir pris fin que lorsque Kennedy est décédé à 93 ans le 3 mai dernier à Bar Harbor, ce doux refuge pour Wasps aigris sur la côte du Maine. À son retour aux États-Unis, il avait agi rapidement une fois les crépitements de téléscripteurs terminés et les lumières Klieg éteintes. Il avait démissionné du service extérieur sans hésitation et il était devenu un critique dévoué et admirablement perspicace de la politique étrangère américaine, mettant à profit ses années d'expérience à l'intérieur.

Il a donc fait de nombreuses conférences, donné de nombreuses interviews et écrit beaucoup. Dès qu'il a quitté le service extérieur, il a fondé le Cathedral Peace Institute à St. John the Divine, dans l'Upper West Side de Manhattan, domicile de longue date de nombreux militants des affaires internationales. Le Times cite une apparition qu'il a faite dans une émission de télévision publique en 1986, lors de la sortie de son livre :

Lorsqu'il s'agit d'affaires étrangères, la dernière chose au monde qu'un Américain est prêt à faire est de penser ou d'essayer de penser à ce que ce serait d'être Soviétique, Arabe, Iranien, Iranien ou Indien. Et le résultat est que nous considérons le monde comme une projection de nous-mêmes, et nous pensons que les autres doivent penser dans le même sens que nous. Et quand ce n'est pas le cas, cela nous perturbe sérieusement.

C'est une pensée lumineuse. Kennedy ne s'inquiétait pas seulement pour telle ou telle politique erronée : nous nous sommes trompés au Liban, en Angola ou ailleurs dans le monde. Je l'apprécie en partie parce qu'il avait subi et surmonté les déformations psychologiques qui ont tant à voir avec ce qui a fait de la politique étrangère américaine un désastre continu depuis les victoires de 1945 et la quête par Washington d'un «leadership mondial», ce terme poli pour désigner une hégémonie agressive.

Le voici sur ce qui est devenu une obsession familière au sein des cliques politiques depuis le début de sa captivité il y a 45 ans :

Les éléments du monde arabe et d'Iran réagissent contre nous par un autre type de guerre : une guerre de faible intensité appelée terrorisme. Et je pense que c'est une façon d'essayer de nous faire comprendre, ou du moins de nous faire prendre conscience, qu'ils ont un point de vue différent.

Quand j'ai lu cette remarque, mon esprit s'est immédiatement tourné vers ce charlatan intellectuel des années Bush II, Richard Perle, qui affirmait avec une stupidité suprême et conséquente après les attentats de 2001 : «Toute tentative de comprendre le terrorisme est une tentative de le justifier». Et puis j'ai pensé au discours sur le Hamas : on nous oblige à qualifier le Hamas de «terroriste» à tout moment et sans exception et à chaque mention pour éviter toute compréhension, comme le recommandait Perle.

La ligne de pensée que nous appelons le perspectivisme - la reconnaissance du fait qu'aucun de nous n'a le monopole de la vérité, des «valeurs» ou des interprétations de la réalité - existe depuis que Nietzsche y a réfléchi à la fin du XIXe siècle. Moorhead Kennedy est ce à quoi il ressemblait dans la pratique, sur le terrain, lisant en captivité dans son bureau.

À quel point nous sommes-nous appauvris depuis l'époque de ce Kennedy! Quelle distance entre sa pensée et la non-pensée idéologique d'Antony Blinken et de Jake Sullivan. Ils sont coupables quotidiennement de tous les péchés identifiés par Kennedy.

La veille de la publication par le Times de la nécrologie de Moorhead Kennedy, Sergueï Ryabkov, vice-ministre russe des Affaires étrangères, a évoqué l'état des relations américano-russes dans  une interview qu'il a accordée à l'agence de presse russe TASS à la mi-mai. «Ils vivent dans une bulle», a-t-il déclaré à propos des cliques politiques du régime Biden, «et ne perçoivent pas les signaux extérieurs qui vont à l'encontre de leurs idées préconçues». Il a poursuivi en disant à propos des nations atlantiques dans leur ensemble : «Nous ne ressentons face à eux pas la moindre confiance, ce qui déclenche un rejet politique et même émotionnel.» N'est-ce pas une bonne description, bien que fortuite, de la façon dont les étudiants iraniens pensaient et ressentaient les États-Unis lorsqu'ils ont escaladé le mur et franchi les portes en 1979 ?

Envoyez Blinken et Sullivan au "repaire de l'espionnage», dis-je. N'y aurait-il pas une faible chance que la bulle qu'ils partagent éclate ? Et peut-être qu'ils reviendraient chez eux avec une vision perspectiviste du monde, qu'ils pourraient soudainement voir et entendre, et qu'ils cesseraient de miner la position de l'Amérique dans le monde ?

source :  The Unz Review via  Entre le Plume et l'Enclume

 reseauinternational.net

 Commenter