07/06/2024 arretsurinfo.ch  6 min #250041

Guerre en Ukraine : Feu vert de Paris, Berlin et Washington à Kiev pour frapper le territoire russe, Moscou avertit contre des « erreurs de calculs »

Fyodor Lukyanov: la Russie doit expliquer ses « lignes rouges » à l'Occident

Par  Fyodor Lukyanov

Le bloc dirigé par les États-Unis poursuivra probablement l'escalade à moins que Moscou n'indique fermement comment il entend répondre.

Fyodor Lukyanov, professeur à  l'École supérieure d'économie de l'Université nationale de recherche.

Un débat intense a lieu actuellement en Europe occidentale sur la question de savoir si l'Ukraine devrait être autorisée à attaquer le territoire russe avec des armes de l'OTAN. Certains pays, comme le Royaume-Uni, la France, la Pologne et la Finlande, se sont déjà déclarés favorables à cette idée, tandis que l'Allemagne, l'Italie et les États-Unis s'y sont opposés au niveau exécutif, bien que l'idée ait des partisans au sein des parlements et des agences de sécurité. Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a notamment soutenu ces projets.

La formulation même de la question est révélatrice en soi - elle reflète la particularité de l'ensemble du conflit ukrainien. Quel semble être le problème ? Les pays qui considèrent Kiev comme un allié (même si ce n'est pas formellement, mais de facto) le soutiennent contre Moscou et lui fournissent des armes pour les opérations de combat. Quel est donc l'intérêt des restrictions ? Laissons-les combattre comme les chefs militaires ukrainiens l'entendent, ne pensez-vous pas ?

Mais la réalité est telle que l'Ukraine ne se bat pas en son nom propre, mais à la demande de quelqu'un d'autre.

Sans l'aide occidentale sous diverses formes, tout serait terminé depuis longtemps. Cela signifie que l'OTAN est un élément nécessaire et indispensable de l'ensemble de la campagne, ce qui en fait un participant actif. Le bloc reconnaît le premier aspect, mais pas le second. D'où la conviction assez absurde que la fourniture et l'utilisation d'armes de plus en plus sophistiquées ne constituent pas une escalade du conflit. Cela ne signifie pas non plus que l'OTAN elle-même est entraînée dans une confrontation avec la Russie.

Les passions concernant l'utilisation des armes sont particulièrement vives en Europe occidentale. Les États-Unis ont tendance à se tenir à l'écart de la controverse. La Maison Blanche réitère sa position antérieure selon laquelle les armes américaines ne peuvent être utilisées contre des cibles situées à l'intérieur des frontières internationalement reconnues de la Russie (du point de vue américain, cela ne s'applique pas aux anciens territoires ukrainiens, y compris la Crimée). Quels que soient les hommes d'État particuliers qui dirigent les États-Unis, la conscience qu'en tant que superpuissance nucléaire, ils pourraient être impliqués dans une véritable guerre atomique contribue toujours à concentrer les esprits. Le Vieux Continent, quant à lui, ne dispose pas d'un tel lest. Le dilemme auquel les Européens de l'Ouest sont confrontés, ou plutôt qu'ils ont eux-mêmes créé, est complexe. Ils considèrent l'Ukraine comme la clé de la paix sur le continent. Mais pas dans le sens où il est nécessaire de trouver une option acceptable par tous, y compris la Russie, pour sortir de l'impasse, mais au contraire - il ne peut y avoir de négociations avec Moscou, seulement une victoire militaire sur elle.

Les quelques sceptiques qui avertissent que Kiev ne pourra jamais atteindre ses objectifs ne parviennent pas à changer l'état d'esprit idéologique. Cela est dû à la manière dont le conflit est interprété en Europe occidentale. Les exaltations idéologiques et émotionnelles ont dominé au début, mais ce mantra est devenu une position officielle. D'où l'opinion, présentée comme un axiome, qu'après l'Ukraine, l'armada russe ira naturellement écraser toute l'Europe, en commençant par l'Est.

Peu importe que les responsables du renseignement américain soulignent de temps à autre qu'ils ne considèrent pas un tel scénario comme faisant partie de la planification stratégique russe. Les élites d'Europe occidentale pensent qu'elles connaissent mieux le président Vladimir Poutine que leurs amis américains.

Mais si l'on part d'un postulat aussi faux, alors oui, il n'y a pas d'autre solution que de soutenir l'Ukraine par tous les moyens possibles. Et, bien sûr, lever les restrictions sur l'utilisation des armes. Et peut-être même envoyer plus de spécialistes qui savent comment les utiliser. Et peut-être, à terme, envoyer directement en Ukraine des unités de combat des différents États membres de l'OTAN.

Il y a un point important à souligner ici. La question de savoir si l'establishment de l'Europe occidentale croit réellement que les chars russes vont rouler à travers l'Europe perd de son importance à chaque cycle d'escalade. La nécessité de construire un récit politique et de paraître compétent aux yeux de son propre électorat ne permet pas de faire marche arrière. Et lorsque le président français Emmanuel Macron a initialement annoncé la possibilité d'envoyer une force française de maintien de la paix en Europe, il n'a pas hésité à faire marche arrière.

Le même Macron, suivi par les membres de son gouvernement, a trouvé une explication à ses propres déclarations dans la nécessité de créer une atmosphère d'« ambiguïté stratégique ». Laissons les Russes, disent-ils, se demander ce que nous voulons dire et avoir peur. Une telle technique est utilisée dans les jeux de guerre, mais elle implique ou précède généralement un état de confrontation directe et très brutale. L'hypothèse selon laquelle de telles tactiques permettraient d'éviter une telle situation est donc manifestement erronée. C'est pourquoi les États-Unis, qui comprennent mieux le niveau de responsabilité, ne sont pas particulièrement enclins à jouer ce jeu maintenant.

L'histoire de la phase aiguë du conflit militaire en Ukraine a été marquée par un relèvement constant du plafond du possible et un abaissement du seuil de risque par l'Occident. Si l'on avait dit aux stratèges occidentaux au printemps 2022 quelle serait l'ampleur de leur implication au printemps 2024, ils ne l'auraient probablement pas cru. Mais la trajectoire est linéaire, ce qui signifie qu'il n'y a aucune raison de s'attendre à une dynamique différente. En d'autres termes, tout ce qui est d'abord considéré comme une escalade hypothétique finira par devenir réalité. Que ce soit en termes d'utilisation d'armes ou de déploiement de troupes.

Que faire dans une telle situation ? Le temps de l'ambiguïté stratégique est révolu, tout comme le discours de plus en plus ritualisé sur les « lignes rouges ». À tout le moins, la Russie doit être très claire quant aux mesures qu'elle prendra en réponse aux actions de l'OTAN. Le flou ne fait qu'encourager les volte-face et nourrir un sentiment d'impunité.

Fyodor Lukyanov

Fyodor Lukyanov, est rédacteur en chef de Russia in Global Affairs, président du présidium du Conseil de la politique étrangère et de défense et directeur de recherche du Club de discussion international de Valdai.

Cet article a été initialement publié dans le journal  Rossiyskaya Gazeta le 29 mai 2024 (Traduit par Arrêt sur info)

 arretsurinfo.ch

 Commenter