07/06/2024 reseauinternational.net  3 min #250046

Élections européennes : L'Arcom participe à la manipulation de l'opinion

par Dominique Delawarde

Si l'on se fonde sur les faits observables par tous, les médias, l'ARCOM et les instituts de sondages nous manipulent au point de nous vendre le résultat d'une élection avant qu'elle n'ait eu lieu.

L'explication très claire de l'affirmation qui précède a été donné depuis longtemps en trois minutes par Philippe de Villiers commentant sa campagne de 1994 :

En clair, ce sont les médias et les instituts de sondage qui décident, ou non, de promouvoir tel ou tel candidat, non pas en fonction de ses compétences, mais en fonction de son aptitude à financer généreusement ses promoteurs et à «renvoyer l'ascenseur après accession au pouvoir».

L'ARCOM, Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique, participe à la manipulation de l'opinion en attribuant des temps de parole sur les médias grand public en fonction de la notoriété présumée de tel ou tel candidat.

Chacun l'aura compris, cette notoriété est fabriquée artificiellement par les médias et les instituts de sondage. Celui qui n'a pas d'argent ne réussira pas en politique à un haut niveau. C'est aussi simple que ça, et cela explique le rapport qu'il peut y avoir entre le monde de la finance et celui de la politique.

Appliquez cela aux élections européennes et vous retombez très vite sur l'inégalité flagrante de traitement entre les listes qualifiées d'importantes par les médias et l'ARCOM et les listes qualifiées de «petites», dont le temps de parole est réduit par l'ARCOM pour les garder petites.

Pour moi, c'est tomber dans le panneau et se soumettre à la manipulation que d'éviter de voter pour une liste dont les instituts de sondage nous disent qu'elle ne fera qu'un score inférieur à 5% des suffrages exprimés.

Pour enfoncer le clou, j'invite le lecteur à relire l'article en lien ci après commentant des sondages sur les législatives de 2022. Les instituts de sondage avaient tout faux, et dans des proportions énormissimes : sans doute avaient-ils été manipulés...

 reseauinternational.net

C'est la raison pour laquelle, contre ce que disent les sondages et les benêts qui les croient aveuglément, je voterai pour l'UPR. Le scrutin du 9 juin prochain pourrait réserver des surprises aussi importantes que celles des législatives 2022. En tout cas, mon vote réduira d'autant le pourcentage des suffrages exprimés et donc la légitimité des «grandes listes» dont les programmes ne correspondent pas à mes attentes

 Dominique Delawarde

 reseauinternational.net

 Commenter