08/06/2024 euro-synergies.hautetfort.com  4 min #250114

La guerre sans règles

La guerre sans règles

Andrea Marcigliano

Source:  electomagazine.it

Cela peut paraître étrange. Surtout pour les partisans fanatiques d'un pacifisme tiède et peu convainquant. Mais la guerre a des règles. Ou plutôt, elle doit en avoir, bien définies et précises. Et il faut que chacun les respecte.

Mais je ne parle pas de ce pâle fantôme qu'est la Convention de Genève. Ignorée dès sa signature. Ni des soi-disant « règles d'engagement ». Qui ne sont rien d'autre que la définition des spécificités d'une mission, ou d'une opération, de guerre. Des règles modernes, d'invention américaine.

Non, les règles de la guerre sont aussi anciennes que l'humanité. On les trouve déjà dans l'Iliade d'Homère.

Des règles non écrites. Et qui ne prévoient ni sanctions ni embargos. Mais ne pas les respecter conduisait au mépris. Au déshonneur et à la honte. Et un homme ne pouvait plus vivre écrasé d'un tel déshonneur. Certainement pas dans le monde d'hier.

Mais aujourd'hui, tout est différent. Tout est basé, même en temps de guerre, sur un calcul économique. De coûts, de bénéfices. Et il n'y a pas de règles qui tiennent. On ne craint pas le déshonneur. Tout simplement parce qu'il n'y a plus de sens de l'honneur.

Je sais. L'honneur est un mot obsolète. Il suscite aujourd'hui l'ironie. Voire le sarcasme. Pourtant, c'est précisément l'honneur qui a permis à la guerre d'avoir des « règles ». Pour qu'elle ne devienne pas quelque chose de bestial. Et je m'excuse auprès des bêtes. Qu'elles ne se comportent pas comme nous. Parce que les animaux ont, toujours et de toute façon, leurs propres « règles », inscrites dans la nature.

Et aujourd'hui ? Pensons-y... un minimum de sens de l'honneur aurait évité que les traités de Minsk soient déchirés. Et la guerre en Ukraine aurait été évitée.

Mais nous savons qu'ils n'ont servi qu'à gagner du temps. Pour tromper Moscou. Tout en armant Kiev. Ce n'est pas Poutine qui l'a dit. Ce sont les dirigeants occidentaux eux-mêmes. Qui s'en sont presque vantés. Au final, je n'ai aucune raison d'utiliser ici le mot "presque".

Et donner aujourd'hui à Zelenski des armes à longue portée, pour lui permettre de frapper au plus profond de la Russie ? N'est-ce pas provoquer le Kremlin vers une guerre totale ? Une guerre nucléaire...

Et utiliser le terrorisme et les terroristes ? A Moscou comme en Iran. La fille de Douguine assassinée dans une voiture piégée. Le général Suleymani éliminé par un drone tueur. Sans déclaration de guerre. Sans respecter aucune règle.

Le terroriste, le « partisan » - selon la définition de Carl Schmitt - n'est pas un soldat. Et il ne respecte pas les « règles de la guerre ». Mais un État ne peut pas recourir à de tels instruments. Il en va d'abord de sa crédibilité. Il n'est plus fiable. Et personne, dès lors, ne peut se fier à ses engagements. A ses promesses. La guerre n'aura plus de règles. Elle ne sera que mort et destruction sans limites.

Comme je l'ai dit, la qualifier de "bestiale" est un euphémisme.

Car si nous voulons que l'autre, « l'ennemi », fixe des limites et des règles, nous devons d'abord le faire nous-mêmes.

Ce n'est qu'alors que la guerre devient « contestée », comme l'a théorisé Julien Freund.

Ce n'est qu'à cette condition que la guerre ne se résume pas à l'anéantissement aveugle de l'autre.

Et elle peut avoir une solution politique.

Les pacifistes jusqu'au-boutistes ont tort. La guerre, que nous l'aimions ou non (et nous ne l'aimons pas, bien sûr), fait partie de l'histoire et de la nature humaine. La paix et la guerre sont dans une relation systole-diastole. L'une ne va pas sans l'autre.

Mais de peur qu'elle ne devienne l'anéantissement de l'humain, il faut se souvenir de l'avertissement de Clausewitz.

Le vieux général prussien disait que « la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens ». Elle est nécessaire, lorsque les moyens de la politique échouent. Elle est inutile, lorsque la politique peut reprendre son cours.

Mais trop de gens dans cet Occident collectif, drogué à l'omnipotence, ne savent même plus qui était Clausewitz.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter