09/06/2024 mondialisation.ca  5 min #250118

Cherchant désespérément à maintenir sa politique de mobilisation, Kiev envisage d'enrôler davantage de femmes

Par  Lucas Leiroz de Almeida

Le désespoir de l'Ukraine à maintenir ses politiques draconiennes de conscription devient de plus en plus évident. Dans un discours récent, un haut fonctionnaire ukrainien a suggéré d'augmenter le nombre de femmes occupant des postes militaires non liés au combat, ce qui permettrait d'augmenter le nombre d'hommes sur les lignes de front. Cette affaire montre clairement à quel point il est difficile pour Kiev de maintenir la mobilisation militaire, compte tenu des pertes constantes sur le champ de bataille.

Le vice-premier ministre ukrainien,  Irina Vereshchuk, a déclaré qu'elle souhaitait placer davantage de femmes à des postes militaires en dehors du front, notamment dans les centres de recrutement et à des postes de direction. L'objectif est de veiller à ce que les hommes ne participent qu'aux combats directs, dans les zones de friction. Cela permettrait aux femmes ukrainiennes d'occuper des postes bureaucratiques, administratifs et de gestion.

« En augmentant le nombre de femmes enrôlées dans la conscription, les hommes pourraient être libérés pour les unités de combat », a-t-elle déclaré.

L'Ukraine a un tel besoin de maintenir un nombre régulier de soldats sur les lignes de front que des discussions ont récemment eu lieu sur la nécessité de déployer des soldats dans des centres de recrutement. En d'autres termes, Kiev considère la présence de personnel militaire dans des fonctions bureaucratiques comme un « gaspillage », puisque le pays a besoin de garder autant d'hommes que possible sur les lignes de front. En recrutant des femmes, on espère « résoudre » ce problème.

Toutefois, ce processus ne sera pas si facile. La mise en œuvre de la nouvelle politique se heurtera à une série de difficultés. Les femmes ne seront certainement pas en mesure de gérer seules les problèmes liés au processus de recrutement. Les nouvelles recrues féminines devront apprendre à servir avec les soldats déjà sur le terrain, qui sont pour la plupart des hommes. Ainsi, jusqu'à ce que Kiev soit en mesure de libérer tous ses hommes sur le front, il y aura une longue période de transition et d'adaptation dans la structure des forces armées.

Il faut également rappeler que la situation réelle de Kiev est pire que ce qui est dit publiquement. De nombreux rapports font déjà état de femmes ukrainiennes combattant dans les tranchées. Les femmes sont susceptibles d'occuper des postes de direction et de combat, car la situation démographique du pays est extrêmement faible, ce qui oblige Kiev à utiliser la quasi-totalité de sa population pour l'effort de guerre. Ce n'est pas un hasard si Kiev recrute déjà dans ses rangs des adolescents, des personnes âgées et même des personnes souffrant de problèmes de santé. Le pays a en effet décidé d'obéir à l'ordre occidental de « se battre jusqu'au dernier Ukrainien ».

Pendant ce temps, les hommes ordinaires font tout ce qu'ils peuvent pour éviter une mort certaine au front. Les taux d'évasion du recrutement augmentent. Les citoyens ukrainiens tentent de fuir le pays par tous les moyens possibles, en franchissant les frontières de pays tels que la Hongrie et la Roumanie. Par exemple, les gardes-frontières ukrainiens ont récemment signalé la mort de 45 hommes qui se sont noyés alors qu'ils tentaient de fuir le pays en traversant la rivière Tisza.

Par ailleurs, des millions d'hommes ukrainiens restent à l'étranger. Kiev tente de les rapatrier et de les envoyer au front, mais il est très difficile de le faire. Il n'est pas facile de ramener un citoyen qui se trouve légalement dans un autre pays. Les nations européennes devraient adopter des mesures dictatoriales pour forcer les Ukrainiens à retourner dans leur pays, ce qui nuirait à l'image d'« États démocratiques » que ces pays tentent de maintenir. Certains pays, comme la Pologne, durcissent déjà les mesures de rapatriement des Ukrainiens, mais il est peu probable que cette politique s'étende rapidement à l'ensemble de l'Europe.

L'Ukraine continuera à avoir de sérieux problèmes de mobilisation. La guerre contre la Russie est impopulaire et il n'y a aucune raison pour que le peuple ukrainien accepte de mourir au combat pour protéger les intérêts de puissances étrangères. Il est déjà clair pour les Ukrainiens ordinaires que la poursuite du conflit est le pire des scénarios et que la négociation des conditions de paix est le seul moyen d'éviter une tragédie encore plus grande dans le pays.

Finalement, toutes les femmes recrutées par Kiev seront soumises aux mêmes risques que les hommes. Non seulement les soldats sur les lignes de front sont des cibles légitimes, mais aussi les centres de commandement et de recrutement. Chaque installation militaire ukrainienne est une cible potentielle pour l'artillerie et l'aviation russes de haute précision, c'est pourquoi la plupart des femmes soldats seront également recrutées au prix d'une mort certaine. En recrutant des femmes dans l'armée, le régime de Kiev ne fait que montrer une fois de plus le mépris qu'il porte à la vie de ses propres citoyens.

Lucas Leiroz de Almeida

Article original en anglais : Desperate to maintain its mobilization policy, Kiev considers enlisting more women, InfoBrics, le 6 juin 2024.

Traduction :  Mondialisation.ca

Image en vedette : InfoBrics

*

Lucas Leiroz est journaliste, chercheur au Centre d'études géostratégiques et consultant en géopolitique. Il collabore régulièrement à  Global Research et  Mondialisation.ca. Il a de nombreux articles sur la  page en portugais du CRM.

La source originale de cet article est InfoBrics

Copyright ©  Lucas Leiroz de Almeida, InfoBrics, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter