09/06/2024 chroniquepalestine.com  13 min #250128

« Est-ce que vous condamnez le Hamas ? »

Combattants des Brigades Ezzedine al-Qassam, la branche armée du mouvement Hamas (résistance palestinienne islamique) - Photo : Archives

Par  James Ray

La question que nous devons nous poser n'est pas de savoir si nous condamnons le Hamas, mais si nous condamnons un régime colonial de colons qui rend la lutte armée nécessaire à sa survie.

Cette question est devenue omniprésente après le 7 octobre. Alors que les Palestiniens défiaient l'imagination en sortant de Gaza après plus d'une décennie et demie de blocus aérien, terrestre et maritime, nombreux sont ceux qui se sont retrouvés confrontés à cette question.

Que ce soit de la part des sionistes qui utilisent la violence dont nous avons été témoins ce jour-là pour produire des récits de propagande sur des supposées atrocités - pour forcer des alliés bien intentionnés à se mettre au pied du mur - ou de la part de ceux qui se considèrent véritablement comme pro-palestiniens et qui luttent contre la réalité de la violence décoloniale, la question de savoir si les factions de la résistance armée palestinienne méritent ou non d'être soutenues ou critiquées est devenue un point de discorde majeur.

Il était facile pour beaucoup de soutenir la cause de la libération palestinienne lorsqu'ils considéraient les Palestiniens comme de  parfaites victimes, mais lorsque les Palestiniens ripostaient, la question de la solidarité devenait soudain confuse.

Des mois plus tard, alors que des dizaines de milliers de Palestiniens ont été assassinés par les forces d'occupation israéliennes à Gaza dans le cadre d'un génocide qui se poursuit, et que des milliers de personnes en Cisjordanie ont été  emprisonnées ou régulièrement attaquées, la sympathie pour ceux qui résistent à leur propre anéantissement s'est accrue, et le débat est devenue plus clair qu'il ne l'était dans les jours qui ont précédé le 7 octobre.

 media2.mediaforall.net

11 avril 2024 - Les Brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont diffusé des images de l'opération menée par leurs combattants à al-Zanna, au nord-est de Khan Younis, à la veille du retrait israélien du sud de la bande de Gaza..

Alors que les  vidéos diffusées par les organisations de la résistance à Gaza et au Liban trouvent un public régulier et enthousiaste et que les cris de soutien à ceux qui risquent leur vie s'enracinent dans les manifestations à travers le pays, il est clair que beaucoup ont fini par accepter la nécessité de la lutte armée dans le contexte palestinien, même si un véritable consensus reste encore à atteindre.

À cette fin, la réponse à la question « Condamnez-vous le Hamas ? », en particulier pour ceux d'entre nous qui, à gauche, analysent l'histoire de la Palestine et les raisons pour lesquelles la résistance se produit dans un contexte colonial, aurait toujours dû être claire.

Un phénomène violent

Comme l'indique clairement la déclaration souvent citée de Frantz Fanon dans  Les damné de la terre, la libération nationale, le réveil national, la restauration de la nation dans le Commonwealth, quel que soit le nom utilisé, quelle que soit l'expression la plus récente, la décolonisation est toujours un événement violent.

La Palestine n'échappe pas à cette réalité.

La colonisation de la Palestine par les sionistes, comme tout colonialisme au cours de l'histoire, s'est accompagnée d'une violence généralisée et constante exercée sous toutes ses formes à l'encontre du peuple palestinien.

C'était à dessein, car la nature même du colonialisme de peuplement est nécessairement brutale, étant donné l'objectif final de l'élimination totale de la population indigène sous toutes ses formes, ne laissant que de la nostalgie.

Cette violence ne se manifeste pas seulement à travers les campagnes militaires menées par les colons sionistes et l'armée d'occupation israélienne, mais dans tous les aspects de l'entreprise coloniale elle-même - une entreprise qui ne peut être maintenue que par la souffrance, l'exploitation, la répression et la mort des Palestiniens et de tous ceux que la colonie souhaite conquérir.

Les Palestiniens, que ce soit en Palestine occupée, dans les camps de réfugiés des pays limitrophes ou dans la  diaspora à travers le monde, sont contraints chaque jour de lutter contre la réalité de cette violence coloniale.

L'existence même du projet sioniste constitue une menace existentielle pour la vie de millions de personnes qui, par un cruel retournement de la réalité, ont été considérées comme des menaces existentielles par le projet pour la simple raison que leur existence sape sa légitimité.

Cette violence ne se produit pas sans résistance. Tout au long de l'histoire, que ce soit en Algérie, en Afrique du Sud, en Irlande ou en Palestine, les peuples colonisés se sont soulevés face à la violence brutale pour se libérer des chaînes de leur propre oppression.

Cette résistance ne commence généralement pas par une lutte armée, mais par la désobéissance civile, les manifestations, les grèves générales et d'autres tactiques similaires.

Cependant, lorsque ces tactiques arrivent à leurs limites, comme c'est souvent le cas, ou lorsqu'une violence exceptionnelle est exercée contre le peuple en réponse, la lutte armée devient une nécessité.

La puissance coloniale, dont la légitimité n'est due qu'à la force qu'elle déploie pour se maintenir, crée les conditions de la résistance qui s'élèvera contre elle. Plus les colonisés sont confrontés à la violence et à la répression, plus ils résistent.

La résistance violente se généralise par pure nécessité, compte tenu des conditions matérielles. Cela crée un cycle de violence, perpétué avant tout par la violence de l'entité coloniale elle-même.

Avant même la fondation officielle du projet sioniste en 1948, ce cycle était déjà bien établi. La déclaration Balfour a vu le jour en 1917, signifiant l'approbation officielle par la Grande-Bretagne des aspirations sionistes.

En 1929, un  cinquième des Palestiniens se retrouvait sans terre. Dans les années 1930, de nombreux Palestiniens se sont retrouvés au chômage et économiquement démunis, alors que les capitaux sionistes, soutenus par des lois et un traitement impérial britannique favorables, commençaient à affluer de manière de plus en plus intensive en Palestine, selon l' ouvrage de référence de Ghassan Kanafani sur la Grande Révolte palestinienne de 1936.

Ces facteurs ont suscité des résistances diverses, notamment le soulèvement de Buraq en 1929, les initiatives des Palestiniens pour mettre en commun leurs ressources afin d'acheter des terres, des violences sporadiques, ainsi que des pressions exercées par des notables palestiniens pour obtenir un meilleur traitement de la part de leurs suzerains britanniques.

Ce mélange de combats violents et non violents a été réprimé ou n'a connu qu'un succès limité.

En 1936, lorsque les forces britanniques ont assassiné la figure révolutionnaire syrienne  Shaykh 'Izz al-Din al-Qassam, le ressentiment populaire palestinien s'est transformé en grève générale, puis en révolte populaire, qui a été brutalement réprimée par les forces sionistes et britanniques en 1939.

Quelques années plus tard, les sionistes procédaient au  nettoyage ethnique de plus de 750 000 Palestiniens dans plus de 530 villes et villages, et en tuaient des milliers d'autres dans ce que les Palestiniens appellent la  Nakba, ou « catastrophe ». Ces campagnes de nettoyage ethnique se poursuivent encore aujourd'hui.

Les Palestiniens se sont soulevés à la suite de l'asservissement auquel ils étaient confrontés, à nouveau par une combinaison de luttes violentes et non violentes qui se sont heurtées à une oppression encore plus violente.

Lorsque les Palestiniens ont mené des raids transfrontaliers dans les territoires occupés, ils ont été confrontés à une invasion sioniste au Liban et aux massacres de  Sabra et Chatila. Lorsque les Palestiniens se sont soulevés pendant la première et la deuxième Intifada, ils ont été confrontés à une  répression violente, à des arrestations massives et à une violence généralisée qui ont conduit à l'intensification de leurs propres efforts de résistance violente.

Lorsque les Palestiniens de Gaza ont commencé à marcher vers le mur qui les entourait lors de la  Marche du grand retour, des centaines de personnes ont été tuées et des milliers d'autres blessées par les soldats israéliens. Le cycle de la violence s'est poursuivi et intensifié.

Aujourd'hui, les Palestiniens continuent de vivre dans des  bantoustans en Cisjordanie et dans ce que l'on pourrait décrire comme un  camp de concentration à Gaza, les Palestiniens des territoires de  1948 et de  1967 vivant dans des structures de gestion brutale de l'apartheid.

Ils ont résisté à chaque étape du processus, voyant à chaque fois des milliers de personnes  emprisonnées, assassinées, déplacées, et des millions d'autres totalement soumises et exploitées, alors que le projet sioniste se poursuit vers l'objectif ultime de les éliminer sous toutes les formes, ne laissant d'eux qu'un simple souvenir.

Quand la lutte armée devient une nécessité matérielle

Face à toute cette violence, des organisations de résistance armée se sont levées et se sont insérées au sein de la population, qu'il s'agisse du  Fatah, du  FPLP, du FDLP, du  Jihad islamique palestinien, du  Hamas ou d'autres. Ces groupes, et la violence qu'ils emploient, ne sont pas nés dans le vide. Ils sont plutôt le résultat de décennies de violence coloniale brutale et l'aboutissement des efforts des Palestiniens pour s'en libérer.

Les tactiques qu'ils emploient sur le terrain sont l'aboutissement de cette même lutte. Ces groupes ont choisi de prendre en charge des opérations qu'ils ont jugées susceptibles de faire avancer leur lutte libératrice.

Nombreux sont ceux qui, en dehors de la Palestine, et même les Palestiniens eux-mêmes, peuvent être en désaccord avec ces tactiques ou, à un niveau plus élevé, avec les principes fondamentaux et les idéologies d'un ou de plusieurs des groupes qui les sous-tendent. Mais pour ceux d'entre nous qui, au sein de la gauche occidentale, sont éloignés de la réalité de la lutte sur le terrain, cela signifie que nous sapons la légitimité même de la lutte armée.

Le Hamas en est un  exemple central. Qu'on le veuille ou non, les actions qu'il a déployées et qu'il continue de déployer ont eu un impact matériel plus important sur la libération de la Palestine que tout ce que nous, Occidentaux, pourrons jamais faire.

Ils s'attaquent à la violence brutale du pouvoir colonial et mènent une campagne de lutte armée qui, à l'heure actuelle, en coordination avec d'autres organisations de la résistance, a fait de la colonie sioniste un paria comme elle ne l'a jamais été sur la scène mondiale et a brisé l'image d'invincibilité militaire et de stabilité générale qu'elle a passé des décennies à cultiver.

D'innombrables années de lutte ont abouti à ce changement fondamental.

Comme l'histoire l'a montré à maintes reprises, la voie à suivre sera largement forgée par la lutte armée des organisations de la résistance sur le terrain. Leur survie même en dépend, et elle continue de défier et d'éroder le pouvoir de l'entité sioniste elle-même.

La résistance armée palestinienne a forcé le projet sioniste à mener une campagne de plus en plus violente qui aiguise les contradictions de manière à conduire à son effritement continu.

Au fur et à mesure que les masses du « noyau impérial », en particulier celles des États-Unis, réalisent que leurs intérêts sont en contradiction avec ceux du projet sioniste et de leurs dirigeants gouvernementaux qui soutiennent le génocide en cours, la base de soutien traditionnelle sur laquelle le projet s'appuie s'érode.

Elle est remplacée par une masse de plus en plus importante qui soutient fermement les Palestiniens plutôt que leurs colonisateurs.

En Palestine, la lutte palestinienne pour la libération a développé ce que l'on peut appeler un « berceau populaire » de résistance - un état d'unité et de cohésion qui s'est développé entre la résistance armée palestinienne et la société palestinienne dans son ensemble.

Ce « berceau populaire », comme l'a si bien décrit le  Mouvement de la jeunesse palestinienne, a fonctionné comme un organe de la lutte de libération en conceptualisant la résistance comme un état normal et nécessaire de chaque individu. Cela a conduit à une réalité où la résistance est soutenue par les masses elles-mêmes, qui les soutiennent et acceptent volontiers les conséquences de leur lutte continue pour la libération.

Cette lutte armée, une nécessité matérielle, récolte des résultats matériels, même en dépit de la violence de masse, des mesures de répression et d'une campagne de  génocide pur et simple.

À Gaza en particulier, cette même lutte a conduit en grande partie au retrait des colons sionistes du territoire, ce qui a forcé les planificateurs sionistes à revoir leur façon d'occuper Gaza.

La lutte a empêché les  forces d'occupation israéliennes d'entrer à Jénine et dans d'autres camps de réfugiés à travers la Palestine historique sans conséquences graves. À bien des égards, la lutte de la résistance a été un élément clé de la survie des Palestiniens.

Dépasser la question

La question de savoir si nous condamnons le Hamas est plus qu'une simple question de condamnation. Au fond, on nous demande de désavouer complètement la violence décoloniale [la résistance] - de ne soutenir les Palestiniens que lorsqu'ils sont de parfaites victimes ou que les groupes qui mènent une lutte libératrice s'alignent sur les valeurs de nos idéologies et de nos partis.

Cette question est un piège et passe totalement à côté de l'essentiel.

Nous ne pouvons pas commettre l'erreur de nous engager sérieusement dans un tel repli. Il nous incombe, en particulier à nous de gauche, de comprendre que le principal moteur de la violence à laquelle nous assistons est et a toujours été le colonialisme sioniste.

Ce cycle de violence est perpétué non pas par les colonisés, qui cherchent à se libérer de l'état d'assujettissement total et de la réalité brutale de la liquidation génocidaire, mais par le projet sioniste et ceux qui défendent ses intérêts.

La question que nous devons nous poser, et à laquelle nous devons répondre, n'est pas de savoir si nous condamnons le Hamas, mais si nous condamnons un régime colonial de colonisation qui rend la lutte armée nécessaire à sa survie

Auteur :  James Ray


* James Ray est organisateur, écrivain et commentateur politique. Il est titulaire d'une licence en économie et en sciences politiques de l'université de Purdue.

 chroniquepalestine.com

 Commenter