09/06/2024 arretsurinfo.ch  7 min #250158

Washington s'attaque à un élément clé du parapluie nucléaire russe, menaçant l'ensemble de l'architecture mondiale de sécurité nucléaire

La menace d'une guerre nucléaire se précise

Par  Marc Jean

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, s'adresse au Sommet international des communautés et des régions à côté de Zelensky, le 20 avril 2023. (OTAN, Flickr, CC BY-NC-ND 2.0)

La situation du conflit ukrainien s'exacerbe et se rapproche inexorablement d'un point de non-retour.

Nous n'allons pas répéter les causes de ce conflit, elles sont connues de nos lecteurs ; ce site les a évoquées plusieurs fois(1). Aujourd'hui la folie des « proxénètes de guerre »(2) n'a plus de limites. Se croyant à l'abri dans leurs bunkers, ils menacent maintenant d'attaquer la Russie avec des missiles à longue portée. Même le chef de la diplomatie européenne s'est transformé en chef de guerre(3).

Dans une situation de telle tension, une appréciation erronée d'un responsable militaire peut déclencher l'apocalypse nucléaire.

Pour nos lecteurs qui en douteraient, je voudrais leur rappeler « l'affrontement diplomatique et militaire qui oppose les États-Unis et l'Union soviétique du 14 octobre au 27 octobre 1962. Les deux grandes puissances s'engagent dans un bras de fer au sujet des missiles nucléaires soviétiques pointés en direction du territoire américain depuis l'île de Cuba. Cette crise conduit les deux blocs au bord de la guerre nucléaire. On ne saura qu'en 2001 que les sous-marins soviétiques étaient armés de torpilles à tête nucléaire. Lors de son affrontement avec les navires américains, un sous-marin soviétique, le Shoumkov, avait inséré une torpille nucléaire dans son tube lance-torpille numéro 1. Selon certaines sources c'est un officier supérieur à bord du sous-marin Vassili Aleksandrovitch Arkhipov qui s'opposa à l'envoi d'une torpille à tête nucléaire contre un navire américain, évitant probablement au monde une guerre nucléaire. (4)

L'appel à la paix du pape Jean XXIII, radiodiffusé et relayé en première page par la Pravda le 26 octobre, joua un rôle déterminant dans l'organisation de négociations entre Khrouchtchev et Kennedy, par ailleurs catholique lui-même »(5).

Les églises dorment

Aujourd'hui, alors que le monde joue à l'équilibriste au-dessus du feu nucléaire, le pape François est silencieux ! Qu'attendent les fonctionnaires ecclésiastiques de toute confession pour faire entendre leur voix ? Qu'attendent en vérité les archevêques, évêques, cardinaux, prêtres et pasteurs, des églises catholiques, anglicanes, luthériennes, réformées, orthodoxes, évangéliques, les rabbins et les imans, tous ceux qui prêchent la parole divine ?

C'est maintenant que ce personnel religieux doit réagir, en mobilisant toutes les églises, toutes les communautés, en lançant des marches pour la paix, des veillées de prière, des pétitions, en alertant les dirigeants politiques, en affichant dans tous les lieux de culte des banderoles « Stop à la guerre »

Où sont-ils trop occupés avec leurs synodes, leurs conclaves, leurs séminaires inter religieux ? A débattre du célibat des prêtres, de la bénédiction des couples homos, et d'autres sujets sociétaux. Importants sans doute, mais non prioritaires.

Déjà au plus fort du conflit palestinien, alors que des tonnes de bombes étaient déversées sur une ville sans défense, devant l'opinion mondiale horrifiée, les églises sont restées silencieuses. Dans son sermon de Noël, à Bethléem, le 23 décembre 2023, le pasteur Munther Isaac a condamné avec indignation le silence des églises de l'Occident.

En voici un extrait :

« Nous sommes indignés de la complicité de l'Église. Soyons clairs : le silence est de la complicité, et les appels creux à la paix sans cessez-le-feu et sans mettre fin à l'occupation, et les paroles superficielles d'empathie sans action directe sont tous sous l'enseigne de la complicité. Voici donc mon message : Gaza est devenu aujourd'hui la boussole morale du monde. Gaza était l'enfer sur terre déjà AVANT le 7 octobre. Si vous n'êtes pas horrifiés par ce qui se passe aujourd'hui à Gaza, si vous n'êtes pas ébranlés jusqu'au fond de vous-mêmes, il y a quelque chose qui ne va pas avec votre humanité. Si nous, en tant que chrétiens, ne sommes pas indignés par ce génocide, par la transformation en arme de la Bible pour le justifier, c'est qu'il y a quelque chose qui ne va pas dans notre témoignage chrétien, et que nous sommes en train de compromettre la crédibilité des Évangiles »(6).

Si, à la rigueur, on pouvait trouver une explication à cette frilosité dans la crainte paralysante des églises d'être accusées d'antisémitisme par le lobby pro-Israël, par contre, on ne peut trouver aucune excuse à leur silence actuel, devant une situation explosive.

Qu'attendent donc ces responsables ecclésiastiques pour dénoncer cette course à la guerre totale ? Les dirigeants politiques occidentaux ont perdu toute raison, et le bon sens élémentaire de stopper une guerre qui semble s'accélérer de manière incontrôlable. Richard Sakwa, professeur émérite de politique russe et européenne, Kent University (Royaume-Uni) avertit :« Ils (les dirigeants ukrainiens) sont dans une spirale d'escalade, surtout après ce que Blinken a dit à l'Ukraine, à savoir qu'ils pouvaient 'faire ce qu'ils voulaient avec leurs missiles. Cela démontre l'irresponsabilité des dirigeants américains. Nous nous dirigeons vers l'escalade nucléaire... »(7).

Le président John F. Kennedy avec le premier ministre soviétique Nikita Khrouchtchev à Vienne en juin 1961. (National Archives and Records Administration, Public domaine)

Ici, il faut remarquer que les Présidents Kennedy et Krouchtchev étaient d'une génération qui avait fait la guerre et avait vécu toutes ses horreurs. Nos dirigeants actuels sont totalement hors sol, n'ayant vécu aucun conflit et vivant dans un monde irréel. Il ne faut rien attendre d'eux, puisque même les écologistes allemands, autrefois pacifistes, sont devenus de belliqueux va-t-en-guerre. Il suffit de se reporter aux propos bellicistes du Président Macron, de la ministre des Affaires étrangères allemande, Annalena Baerbock, ancienne «Verte », ou du ministre de la défense allemand, Boris Pistorius,(8) pour être convaincu de la folie qui a saisi tous ces dirigeants politiques.

Alors il reste le monde syndical et le monde ecclésiastique pour se lever et crier "Stop, assez de morts inutiles, asseyons-nous et discutons !". Mais ne comptons pas trop sur le monde syndical, il est lui aussi gangrené par la désinformation générale.

Les ecclésiastiques auront-ils, eux, le courage de sortir de leur zone de confort, de leur routine et d'élever la voix, en devenant des artisans de paix ?

 Marc Jean

(1) La guerre en Ukraine - 2 ans de désinformation. L'analyse d'E. Denécé et O.Dujardin

(2) Chris Hedges : Les proxénètes de la guerre

(3) Le pire des diplomates

(4) Vassili Arkhipov

(5) Crise des missiles de Cuba

(6)  Prédication de Noël du pasteur Munther Isaac, le 23 décembre 2023

(7) Frappe ukrainienne sur un radar nucléaire russe : l'escalade la plus grave à ce jour

 L'OTAN entre dans la danse, planifie la guerre générale en Europe et relance l'escalade

(8) Pour le ministre allemand de la Défense, il est urgent de se préparer à la guerre

 arretsurinfo.ch

 Commenter