10/06/2024 reseauinternational.net  5 min #250174

L'Ukraine dans le tourbillon

par Vladimir Castillo Soto

La «modernité» que le monde occidental a tenté d'imposer par le sang et le feu à l'ensemble de la planète a atteint des niveaux de violence et d'absence de scrupules très dangereux pour l'humanité. L'unipolarité imposée par les États-Unis après la destruction de l'Union soviétique s'est crue sans limites et est devenue le pire fléau de l'humanité. Le vol, le pillage et l'abus continus de l'Occident au cours des cinq derniers siècles, fondés sur un suprémacisme malade et mensonger, ont atteint leur apogée au cours des deux premières décennies du XXIe siècle, lorsqu'ils ont considéré, une fois de plus, que le monde leur appartenait et qu'ils pouvaient violer en toute impunité les normes et les conventions internationales, à commencer par la Charte des Nations unies (ONU) elle-même.

Si le non-respect des traités et conventions formellement signés ne les concernait pas, s'ils étaient au-dessus des décisions du Conseil de sécurité des Nations unies, que pouvait-on attendre de l'engagement verbal pris par Mikhaïl Gorbatchev et George Bush à Malte en 1989 de ne pas étendre l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) aux anciens États membres du défunt Pacte de Varsovie et encore moins aux anciennes républiques soviétiques. Cependant, alors qu'une organisation défensive à grande échelle était le moins nécessaire, puisqu'il n'y avait pas de nations puissantes opposées militairement à l'Occident et pouvant être considérées comme un danger potentiel pour sa sécurité, l'OTAN a décidé de se développer de manière offensive et a incorporé pratiquement toute l'Europe de l'Est dans ses rangs.

Le coup d'État contre le président Ianoukovitch en Ukraine en 2014 a été l'étape suivante pour ajouter l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie à l'instrument de guerre occidental, l'OTAN, menaçant encore plus la sécurité de la Russie et la paix mondiale.

Le gouvernement imposé était dès le départ un gouvernement fantoche, dangereux, agressif, russophobe et nazi, capable d'assassiner, de ségréguer et de violer les droits de l'homme des citoyens en raison de leur langue, de leurs croyances religieuses ou de leurs idées politiques. Un pion prêt à sacrifier pour l'Occident «jusqu'au dernier Ukrainien», un pion totalement soumis à Washington et à Londres.

L'Ukraine est devenue une nation toxique, accablée par des principes très négatifs, avec en tête la résurgence des idées nazies chez ses dirigeants et une partie de sa population, ce qui leur permet, sans gêne, de se livrer au trafic d'êtres humains, y compris d'enfants, au commerce d'organes humains, au trafic de drogue, à des châtiments publics inhumains, à des agressions contre des temples religieux, à la fermeture de partis et de médias, etc. La corruption est un autre grand mal qui ronge à tous les niveaux, une grande partie de l'«aide étrangère», financière, humanitaire et militaire qui arrive est volée et négociée avec le crime organisé et le terrorisme, ce qui constituera un grave problème de sécurité pour le monde entier dans un avenir proche.

Il est déraisonnable que le gouvernement ukrainien, étant donné la profonde décomposition de son gouvernement et de sa société, qui a également abandonné sa souveraineté et sa dignité à l'impérialisme, cherche à obtenir le soutien des nations du Sud pour des postes au sein d'organisations multilatérales. Heureusement, les pressions de l'Occident collectif ont de moins en moins d'influence sur les décisions des nations de la «périphérie», qui représentent près de 80% des pays de l'ONU. Pour sa part, l'Amérique latine et les Caraïbes honorent ce qui a été signé lors du deuxième sommet de la CELAC à La Havane en 2014, dans lequel elles se sont engagées à maintenir la région comme une zone de paix, raison pour laquelle elles doivent assurer leur neutralité en refusant de remettre du matériel de guerre et en empêchant le recrutement de mercenaires dans leurs nations.

Le régime de Kiev a été poussé à l'autodestruction et il est probable qu'il reçoive le coup de grâce lors de la conférence de paix sur l'Ukraine prévue dans les prochains jours en Suisse. Les milliards d'euros et de dollars des États-Unis et de l'Union européenne ne changeront rien à l'issue de l'opération militaire spéciale. Plus elle durera, plus elle perdra de territoires, historiquement sous influence russe, à l'est, sans compter que les Polonais, les Roumains et les Hongrois, à l'ouest, ont des revendications territoriales à l'encontre de l'Ukraine qu'ils voudront probablement faire valoir face à un pays vaincu et diminué. Inciter l'Ukraine à s'engager dans une initiative de paix unilatérale et irréaliste est la pire aide que l'Occident puisse lui apporter, d'autant plus que Zelensky n'est plus le président légitime selon la constitution ukrainienne.

Les médias occidentaux ont tenté d'imposer une matrice selon laquelle le président Poutine et la Russie sont isolés sur le plan international, dépensant d'énormes ressources pour tenter d'imposer cet isolement. Selon eux, la «communauté internationale» est contre la Russie et en faveur du «monde libre», mais la réalité est têtue et a montré qu'en fin de compte, c'est l'Occident qui a été isolé, montrant des signes d'un processus de décomposition irréversible, dont l'un des principaux catalyseurs a été l'existence de «centres» de résistance et d'opposition à la prétention de l'Occident de continuer à exercer son contrôle sur le monde, dans le seul but de maintenir ses privilèges racistes et classistes. L'existence et la consolidation des BRICS+, de l'Organisation de coopération de Shanghai, de l'Union africaine, de l'Union économique eurasiatique, de l'ALBA-TCP, de l'ASEAN, de l'OPEP+, etc. démontrent que la Russie est pleinement intégrée au côté positif de l'histoire et des peuples qui laissent derrière eux l'unipolarité et construisent un monde multipolaire et pluricentrique.

 reseauinternational.net

 Commenter