11/06/2024 legrandsoir.info  7 min #250241

La Chine et la Russie renforcent les liens alors que les États-Unis se préparent à la guerre

Le correspondant socialiste

Notre période historique est celle d'une profonde instabilité alors que les États-Unis, la puissance impérialiste dominante, lancent des guerres, des coups d'État, des assassinats, des sanctions et des guerres commerciales afin de maintenir leur hégémonie.

Il y a 25 ans, en 1999, l'OTAN bombardait la Serbie pendant 78 jours. Il l'a fait sans l'approbation de l'ONU, ouvrant ainsi la voie à de futures guerres de l'OTAN. L'ambassade de Chine a été délibérément ciblée. La Chine ne pouvait pas faire grand-chose. La Russie a été affaiblie après la défaite du socialisme et la dissolution du Pacte de Varsovie, laissant l'OTAN triomphante. C'était le comble de l'unipolarité.

Chine et Russie

Mais 25 ans plus tard, la part de la Chine dans le PIB mondial, basée sur la parité de pouvoir d'achat, a dépassé celle des États-Unis – de 19 % à 15,5 %. Son infrastructure financée par l'État lui a donné la tête de l'informatique quantique, comme exemple de son succès, tandis que sur le plan militaire, sa surveillance et sa reconnaissance spatiales égalent désormais celles des États-Unis, et sa production de sous-marins, d'armes anti-sous-marines et de porte-avions, est en pleine expansion.

La Russie a également progressé, après s'être remise des années 1990 dévastatrices. Le premier signe majeur en a été la guerre réussie de 2008 pour empêcher l'OTAN d'absorber la Géorgie. En 2018, elle a acquis un avantage stratégique sur les États-Unis en développant le missile hypersonique Kinzhal. Depuis le début de la guerre en Ukraine, l'économie russe s'est développée jusqu'à devenir la quatrième économie mondiale, le FMI ayant doublé ses prévisions de croissance russe. Sa production de guerre dépasse celle de l'Occident.

Cela a été rendu possible grâce à son amitié avec la Chine, avec laquelle ses échanges commerciaux ont augmenté de 64 % depuis 2022, atteignant un record de 240 milliards de dollars l'année dernière, tandis qu'un autre partenaire commercial important est l'Inde.

Poutine et Xi, poussés ensemble par l'accélération des agressions occidentales, se sont rencontrés plus de 40 fois en personne ou virtuellement. L'accueil particulièrement chaleureux réservé à Poutine lors de sa récente visite d'État à Pékin a montré l'échec des tentatives occidentales de les diviser. Leurs déclarations condamnaient l'expansion de l'OTAN et le placement provocateur d'armes nucléaires à proximité de la Russie. Ils ont réitéré leur rejet de « l'hégémonisme » et condamné le renversement des statues soviétiques et la réhabilitation du fascisme en Europe.

Bien qu'il n'existe pas de traité militaire officiel, l'armée chinoise est, comme l'a annoncé son ministère de la Défense la semaine dernière, « disposée à travailler avec l'armée russe pour mettre pleinement en œuvre l'important consensus atteint par les chefs des deux États ». Cela ressemble beaucoup à une alliance informelle.

La Chine devient plus audacieuse face aux États-Unis. La récente visite de Xi Jinping en Serbie, où il a rendu hommage à l'ambassade de Chine, a envoyé un message sans ambiguïté aux États-Unis : elle ne se laissera pas intimider par les menaces et les sanctions – concernant son amitié avec la Russie, à propos de Taiwan ou à propos de l'expansion économique de la Chine.

L'Iran

Un message tout aussi provocateur, bien que soigneusement calibré, a été envoyé par l'Iran, dont les représailles contre Israël en avril après l'attaque de son consulat à Damas ont changé la donne au Moyen-Orient, démontrant :

a) que l'Iran était prêt à frapper Israël depuis son propre territoire et
b) qu'il pourrait pénétrer le système de défense anti-aérienne tant vanté d'Israël.

Pendant ce temps, le stock iranien d'uranium enrichi est désormais suffisamment important pour produire des armes – avec plus de 30 fois la quantité maximale convenue dans l'accord nucléaire que Trump a déchiré. La mort du président Raïssi, un accident selon l'Iran, a provoqué des foules massives de personnes en deuil – 2,2 millions lors de ses dernières funérailles dans la ville de Mashad et des foules massives à Téhéran et ailleurs – démentant la propagande occidentale sur l'impopularité désespérée du régime. Bien qu'il soit lourdement sanctionné depuis 2007, l'Iran est un autre exemple de l'efficacité limitée des sanctions et de la violence occidentales.

Les États-unis se préparent à la guerre

Néanmoins, la guerre économique a permis aux États-Unis de réaliser des gains stratégiques ailleurs, notamment en renforçant leur hégémonie sur leurs propres partenaires de l'alliance – l'Europe, le Japon, l'Australie, le Canada, etc. La coercition, y compris le sabotage de Nordstream, a assuré la subordination continue de l'Allemagne en particulier. Et le dollar, en tant qu'arme, permet aux États-Unis de continuer à attirer les investissements et de maintenir le marché boursier étasunien au premier rang mondial en termes de volume d'échanges et de capitalisation boursière.

Pourtant, les États-Unis sont en déclin relatif, leur part dans l'économie mondiale étant moitié inférieure à celle de 1960. Cela les rend de plus en plus dépendants du pouvoir coercitif. Faisant référence au chaos et aux conflits croissants orchestrés par les États-Unis, Wang Yi, le ministre chinois des Affaires étrangères, a déclaré récemment que le monde était témoin de « changements profonds sans précédent depuis un siècle ».

Les préparatifs étasuniens pour une guerre majeure comprennent l'escalade des livraisons d'armes à Taiwan et à la Corée du Sud, la construction de nouvelles bases aux Philippines et sur les îles de la mer de Chine méridionale et l'expansion de l'OTAN dans le Pacifique.

Ce bellicisme inclut une escalade contre la Russie, l'OTAN ayant ordonné à l'Ukraine d'utiliser des missiles à longue portée pour compenser l'échec de la guerre terrestre. Les attaques contre les raffineries de pétrole russes se sont intensifiées, tout comme le ciblage plus dangereux des systèmes radar d'alerte nucléaire russes, dans un jeu de poulet nucléaire. Ces attaques auraient facilement pu déclencher une réponse russe et augmenteraient certainement le niveau d'alerte russe.

La Russie a prévenu qu'elle frapperait les installations de l'OTAN à partir desquelles des armes sont lancées – même dans les pays de l'OTAN si c'est de là que proviennent les tirs – et qu'elle ciblerait les troupes de l'OTAN à l'intérieur de l'Ukraine. Ses avertissements doivent être pris au sérieux, d'autant plus que la Russie fait face à un ennemi imprudent qui a déchiré les traités de contrôle des armements tels que les traités sur les missiles antibalistiques et les forces nucléaires intermédiaires en préparation d'une première frappe étasunienne.

Il est donc encourageant de voir que l'Italie s'est jointe à la Hongrie et à la Slovaquie pour mettre en garde contre l'imprudence des États-Unis et de l'OTAN.

Géorgie

Mais les États-Unis ont déjà ouvert un autre front contre la Russie en Géorgie, dont la côte de la mer Noire lui confère une importance stratégique. Une loi appelant les 25 000 ONG étrangères – comme le National Endowment for Democracy, dirigé par la CIA – à s'enregistrer, a été adoptée pour protéger la souveraineté nationale.

L'Occident a utilisé systématiquement les ONG depuis 1991 pour promouvoir la propagande occidentale. La présidente géorgienne, qui est française et ancienne ambassadrice de France en Géorgie et est donc elle-même un agent étranger haut placé, a opposé son veto à la loi, mais le parlement géorgien a annulé ce veto à une large majorité. Loin d'être une loi dite russe, elle ressemble davantage à la loi étasunienne sur l'enregistrement des agents étrangers.

La révolution de couleur actuelle – la dernière étant la Révolution des Roses en 2013 qui a installé le président corrompu pro-occidental Sakashvilli – est une tentative d'entraîner la Géorgie dans le camp anti-russe de la guerre en Ukraine. Comme lors des manifestations de Maïdan, des hommes politiques étrangers ont fait des apparitions provocatrices – les ministres des Affaires étrangères de Lettonie, d'Islande, de Lituanie et d'Estonie – tandis que l'UE oppose son veto à l'application de la Géorgie à moins que la loi ne soit retirée. Le Premier ministre géorgien Kobakhidze a reçu des menaces personnelles, un commissaire européen lui rappelant de manière menaçante la tentative d'assassinat du Premier ministre slovaque Fico, un autre dirigeant qui a osé défendre la souveraineté de son pays.

Les manifestations se déroulent principalement à Tbilissi, composées en grande partie de classes moyennes et de jeunes, alors que la majorité des Géorgiens rejettent la subversion occidentale et que beaucoup sont fiers de leur compatriote Staline. Le principal parti d'opposition pro-occidental, l'UNM, bénéficie de moins de 10 % de soutien au niveau national, selon un récent sondage.

La Moldavie, autre société divisée, pourrait bien être la prochaine cible de l'OTAN.

Face au déclin et aux problèmes internationaux croissants, la réponse des États-Unis, de l'UE et de l'OTAN est une déstabilisation incessante et des préparatifs de guerre.

»»  facebook.com

 legrandsoir.info

 Commenter

Se réfère à :

1 article