11/06/2024 arretsurinfo.ch  7 min #250244

Zelensky utilisera sa tribune en Suisse pour inciter ses partisans à envoyer plus d'armes et d'argent à Kiev

Par  Ian Proud

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky exhibe un cadeau offert par Nancy Pelosi, alors présidente de la Chambre des représentants, après son discours au Congrès américain le 21 décembre 2022. (C-Span toujours)

Le sommet de la paix de Zelensky n'est qu'une simple chambre de résonance

Dans l'une de ses crises les plus bizarres, Volodymir Zelensky, le visage rouge et le doigt pointé, a récemment accusé la Chine d'être « un instrument entre les mains de Poutine ». Il a tenu ces propos lors du récent dialogue Shangri-La à Singapour, dans le cadre d'une tournée mondiale au cours de laquelle il encourage la participation à ce que l'Ukraine appelle le Sommet mondial pour la paix. Ce sommet aura lieu en Suisse les 15 et 16 juin, et la Chine a déclaré qu'elle n'y participerait pas. M. Zelensky suivait un chemin désormais bien tracé dans lequel lui et d'autres personnalités ukrainiennes de haut rang insultent les pays qui ne se plient pas aux exigences de l'Ukraine en matière de soutien dans la guerre contre la Russie.

Il pense que la Chine a encouragé les pays à ne pas participer au sommet, mais il n'a fourni aucune preuve à cet égard. Certains rapports suggèrent que jusqu'à 107 États pourraient participer au sommet. Toutefois, outre Xi Jinping, Joe Biden ne sera pas présent en raison d'une collecte de fonds au Texas. Ceux qui enverront des délégations nationales apprécieront sans aucun doute le confort du Bürgenstock Resort, sur les rives du lac des Quatre-Cantons. Toutefois, je soupçonne que beaucoup d'entre eux ne comprendront pas vraiment le motif de l'événement.

En effet, malgré son intitulé, il ne s'agira pas d'un sommet mondial. S'il l'était, il se pencherait sans aucun doute sur l'épouvantable situation en Israël et à Gaza, et sans doute aussi sur d'autres foyers de conflit dans le monde. Il pourrait examiner plus largement comment renforcer l'adhésion des États aux obligations qui leur incombent en vertu de la Charte des Nations unies ou faire le point sur les progrès accomplis dans le renforcement de l'architecture internationale de consolidation de la paix. Mais ce n'est pas ce qu'elle fera.

En effet, le gouvernement suisse, qui est l'hôte de ce sommet, le qualifie de « sommet sur la paix en Ukraine ». Il n'est toutefois pas certain que la Suisse en soit responsable, car la plupart des articles de presse concernant les invitations semblent émaner du bureau de M. Zelensky. Cela soulève donc une question diplomatique quant à la portée exacte de l'événement lui-même. Les sommets sont normalement organisés par les pays dans lesquels ils se déroulent ; ces pays définissent l'ordre du jour et tentent d'élaborer un communiqué qui représente le meilleur résultat de ce qui peut être convenu entre les parties. Dans le cas présent, il semble qu'il y ait un bras de fer diplomatique entre les Suisses et les Ukrainiens sur la question de savoir qui dirige les opérations.

Pour l'Ukraine, le sommet est explicitement l'occasion de promouvoir la formule de paix en dix points de Zelensky, qui reprend essentiellement les points qu'il a soulevés dans un discours à l'Assemblée générale des Nations unies. Cette formule contient quelques lignes utiles sur la sécurité nucléaire, la sécurité alimentaire et énergétique et la protection de l'environnement. Mais elle contient également trois points qui sont probablement irréalisables. Il s'agit de la restauration complète de l'intégrité territoriale de l'Ukraine, c'est-à-dire des frontières de l'Ukraine avant 2014. Selon M. Zelensky, ce point « n'est pas négociable ». Deuxièmement, le retrait total de l'armée russe et, troisièmement, la création d'un tribunal chargé d'enquêter sur les crimes de guerre russes présumés.

Cependant, la frontière ukrainienne d'avant 2014 ne sera pas rétablie parce que l'Occident a tacitement renoncé à la Crimée en 2014 et a concentré son énergie sur des tentatives de médiation pour la paix dans le Donbass. Ces tentatives comprenaient notamment le format Normandie orchestré par la France et l'Allemagne, qui a échoué en raison de l'ingérence des États-Unis et du Royaume-Uni, à savoir le blocage des sanctions contre la Russie dans le cadre d'une notion inaccessible de mise en œuvre complète de Minsk II. Les dirigeants européens ne s'engageront pas dans un plan où la reprise de la Crimée est un élément clé. En effet, les objectifs de guerre occidentaux en Ukraine ne sont plus du tout clairs, si ce n'est qu'ils aident l'Ukraine à éviter de nouvelles pertes territoriales.

Même si des personnalités de la ligne dure, aujourd'hui mises à l'écart, comme Boris Johnson et Liz Truss, ont longtemps soutenu l'aspiration à reprendre la Crimée, l'Ukraine n'a pas et n'aura jamais les capacités militaires pour le faire. La seconde aspiration, liée à la première, à savoir le retrait total des troupes russes, n'est donc pas non plus réaliste, quelle que soit la manière dont la carte est dessinée. L'utilisation d'armes occidentales pour frapper des cibles à l'ouest de la Russie ne modifiera pas l'équilibre des forces sur le champ de bataille en Ukraine, qui favorise la Russie. Cela ne modifiera pas non plus de manière décisive le soutien de l'opinion publique russe à Poutine dans cette guerre. Au contraire, cela augmentera le risque d'escalade de la part de la Russie, qui n'a toujours pas engagé ses forces dans le combat en Ukraine, quel qu'en soit le nombre.

S'il est clair qu'il faut enquêter sur les allégations de crimes de guerre commis par les forces russes pendant la guerre, l'Occident aura du mal à le faire, notamment en raison de l'inévitable pression exercée pour que soient examinées les allégations de crimes de guerre commis par les forces ukrainiennes. Et comme ni l'Ukraine ni la Russie ne sont signataires du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, aucun des deux pays ne reconnaîtrait la légitimité d'une enquête si elle devait se concrétiser. En l'absence de mesures plus coercitives pour obliger l'un ou l'autre pays à rendre des comptes en vertu du droit international, l'entreprise serait donc sans effet.

Le plan de Zelensky n'est donc rien d'autre que la position maximaliste de l'Ukraine qui sera inévitablement négociée dans le cadre de toute négociation de paix future avec la Russie.

Mais, et c'est là que le bât blesse, la Russie n'a pas été invitée au sommet suisse. Le gouvernement suisse estime que la Russie devrait être invitée. Le site web suisse du DFAE indique que « la Suisse est convaincue que la Russie doit être impliquée dans ce processus (de paix). Un processus de paix sans la Russie est impensable". Mais Zelensky n'est manifestement pas d'accord. La politique étrangère ukrainienne a eu pour objectif explicite d'exclure la Russie de tout dialogue sur le règlement du conflit.

En effet, cela reflète la politique britannique de longue date qui consiste à parler de la Russie et non à la Russie. Au contraire, lors d'une récente visite à Madrid, M. Zelensky a encouragé les partenaires occidentaux à forcer la Russie à faire la paix. Il entendait par là continuer à fournir à l'Ukraine des armes offensives qu'elle peut utiliser pour frapper directement la Russie. Ou à forcer la Russie à faire la paix en continuant à faire la guerre, même si rien n'indique que l'OTAN ait l'intention de se joindre au combat de manière décisive.

Et pour être clair, en ce qui concerne le sommet lui-même, la « formule de paix » de Zelensky n'est pas un communiqué puisque les Suisses tiennent (ou devraient tenir) la plume. Les Suisses cherchent à obtenir la paix. Mais chaque fois que Zelensky parle de paix, il veut en réalité dire « continuer à financer la guerre ». Il s'agit donc d'une sorte de recette pour que les diplomates peaufinent leurs déclarations publiques à la fin d'un sommet qui, très probablement, n'aboutira à rien.

Depuis ses commentaires peu amènes sur la Chine, M. Zelensky a également suggéré que Donald Trump était un perdant. L'événement organisé en Suisse s'annonce comme une nouvelle chambre de résonance pour un Zelensky de plus en plus rustre, qui pourra ainsi harceler publiquement les pays qui ne sont pas d'accord avec sa position délirante et totalement insoutenable. Il est temps d'entamer de véritables pourparlers de paix avec la Russie.

Ian Proud

Ian Proud est un ancien diplomate britannique et a été conseiller économique à l'ambassade britannique à Moscou de juillet 2014 à 2019. Pendant son séjour en Russie, Ian a conseillé les ministres britanniques sur l'économie politique de la Russie et des anciens États soviétiques voisins, y compris l'Ukraine. Il a récemment publié ses mémoires, A Misfit in Moscow : how British diplomacy in Russia failed, 2014-2019.

Article original en anglais publié le 10 juin 2024 sur  Antiwar.com

Lire aussi:  Le Bürgenstock peut réussir... Mais sans Zelenski (ni Cassis)

 arretsurinfo.ch

 Commenter