11/06/2024 logic.ovh  12 min #250250

Le candidat Blanc - Hacker le système

"Le candidat Blanc fera la joie des Blancs et de tous ceux qui s'adonnent à une transition de Race pour eux aussi avoir le cerveau plus blanc que blanc".

Oh, on trouvera bien un meilleur slogan.

Le principe du candidat blanc est de récupérer tous les votes blancs, les abstentionnistes, "les marginaux qui sont la majorité", afin de leur confier toutes les décisions qui seront prises ensuite, une fois élu.

Il n'aura le droit de prendre aucune décision personnelle. Tout ce qu'il fera sera public et confié au public en temps-réel. Son "pouvoir" sera remit entre les mains du peuple.

Autant les questions que les réponses seront votées, et tous les jours des votes auront lieur par voie électronique.

1. La sécurité du vote

Les moyens de garantir la sécurité des votes sont divers. En annulant le secret du vote, ils sont vérifiables car publiés en ligne, et dans ce cas la sécurité est de 100% Un autre moyen d'atteindre les 100% serait de créer une blockchain dédiée. Chaque vote aurait un coût de 0.00001 euro, par exemple. Et avec lui, serait associé "un contrat", qui est le choix du vote (et qui est mentionné dans la blockchain). Peut-être-même que la valeur de ces bitcoins augmenterait avec le temps, mais ce n'est pas le but premier.

2. L'objet des votes

Les scrutins devraient concerner toutes les questions qui sont l'objet de l'activité du candidat blanc. Qu'il soit député ou président, toutes ses décisions, et les moyens d'en débattre, seraient remises au peuple. Afin de se prémunir contre les questions rhétoriques, les choix idiots, et toutes les manigances habituelles, un scrutin doit se passer en trois étapes :

- Discussion et décision de la question qui sera l'objet d'un vote,

- Discussion et décision des choix possibles,

- Discussion et décision du choix sélectionné.

3. Le système de vote

Il est établi, bien que peu en soient informés, que le système de vote par Jugement Majoritaire est le seul (avec le scrutin de Condorcet) à avoir été démontré comme capable de retranscrire de façon fiable, objective (numérique), ce qui à la base est une somme d'opinions (subjectives).

Il s'agit de procéder à un vote à choix multiples, qui est qualitatif, et non quantitatif. La quantité d'informations captées est supérieure, et le traitement de cette information se fait au moyen d'un algorithme simple à vérifier manuellement. Le plus important est d'avoir la certitude que le choix final est celui qui convient au plus de monde ; ce qui n'est pas le cas du système de vote traditionnellement établi.

4. Vision à long-terme

Une telle idée n'est pas faite pour être définitive. On aimerait avoir un système politique en lequel on pourrait avoir confiance, pour que les meilleures décisions soient toujours prises dans l'intérêt des peuples. Mais puisque ce n'est plus le cas, et que rien n'a d'effet sur lui, il est en roue-libre, et le pouvoir a été dérobé pour tomber entre les mains de maniganceurs irresponsables, inconséquents, fauteurs de guerres et de misère, et qui n'ont de compte à rendre à personne. Leur méthode consiste à placer des pions dans tous les partis afin d'être indifférents à l'illusion de démocratie qui est laissée comme un spectacle au public.

À long terme, le procédé qui est décrit a pour objectif de consolider sa posture réellement démocratique, en modifiant la constitution suite à un débat d'idées, et concevoir une structure politique, un état, qui corresponde aux critères décidés par les Droits de l'Homme, la morale, la justice, et l'ensemble des moyens modernes à disposition pour y parvenir.

*

La question est de savoir comment on peut se débarrasser des politiciens actuels qui conduisent ce monde à son auto-annihilation avec le soutien d'une armée mondiale de propagandistes ?

La politique ne sert plus à rien, voter ne sert plus à rien, les institutions sont comme des voitures sans pilotes lancées à pleine vitesse contre un mur, qui représente les conséquences logiques et prévisibles par n'importe qui ayant un QI supérieur à la température ambiante.

Voter ne sert à rien. Dans les pays démocratiques comme l'Inde, qui respecte les Droits de l'Homme, le NOTA (droit de refuser des candidats) s'il est "élu", garantit que d'autres candidats soient présentés à la place des premiers. Mais pas en France. Pourquoi ?

Même si c'est encore très insuffisant, c'est au moins un échappatoire, à une situation comme celle que semblent affectionner les français, à devoir choisir entre deux candidats symboliques d'une vengeance de principe, en sachant que cela ne changera rien à rien, ni n'arrangera rien. Choisir entre le poison et la pendaison, c'est toujours choisir la mort. Peut-on refuser ce choix ?

Pourtant à chaque élection, c'est le même cinéma, et ils courent pour donner leur approbation, leur légitimité à des politiciens qui n'en ont rien à faire d'eux, sur injonction d'un simple spot publicitaire, qui aura conforté leur illusion morbide d'être dans le camp du bien. Pendant ce temps, ils s'en mettent plein les poches.

Si c'est vraiment le Bien qui était recherché, alors ce serait celui de la concorde, de l'unification, de la recherche de solutions qui soient valables pour tous, efficaces, et qui permettent d'améliorer de façon immédiate et substantielle la vie, et le niveau de vie de chacun. Au lieu de cela, on assiste à un appauvrissement généralisé, et à chaque pour les "docteurs imaginaires" préconisent de nouvelles catastrophes qui ne font qu'aggraver la situation.

À un moment donné, il faut se rendre à l'évidence : la compétence n'est pas quelque chose dont on hérite dans les familles nobles et privilégiées. La compétence est l'addition des connaissances, l'émergence des discussions, le croisement des informations, et le courage des décisions. Et ce n'est jamais sur un politicien qu'il faut compter pour avoir cela.

*

Que faut-il aux français ? Qu'on leur promette de les envoyer faire une guerre à la Russie puis à la Chine ? Là où déjà trente mille hommes meurent par mois avant-même de sortir du bus avec leur arme toute neuve, fraîchement et gracieusement fournie par l'argent de leurs impôts ?

Que leur faut-il ? Qu'on leur fasse perdre quatre ans de vie par injection de ce qu'on a finalement admit ne pas du tout avoir été un "vaccin" et qui aura provoqué des dizaines, des centaines de fois plus de morts que le taux habituel de décès dus à la grippe ?

Que leur faut-il ? Qu'on les prive de la liberté de circuler ? De la liberté de s'exprimer ? Qu'on assassine des journalistes ? C'est pour cela que vous votez ? Ou bien est-ce qu'on vous a fait croire que c'était ce que vous vouliez, et que ces pauvres politiciens ne faisaient que répondre à votre demande ? Vous voulez être coupables ?

Que vous faut-il ? Qu'on invite une véritable nazi à l'Assemblée Nationale et que l'ensemble des députés l'applaudissent chaleureusement alors qu'il a causé des centaines de milliers de morts inutiles, détourné des milliards d'aide militaire (s'est payé le château d'un prince d'Angleterre et un casino), bombardé et enfermé dans des caves toute une population d'enfants pendant toute leur enfance (huit ans), pactisé avec les pires nazis et, fanatique de ceux-là, et malgré cela invité à célébrer "le débarquement" américain, qui n'avaient rien fait du tout pendant quatre ans ? (Jusqu'à ce que quelqu'un prononce le mot "régalien").

Que vous faut-il ? Qu'on fasse sauter un gazoduc de façon à multiplier le prix de l'énergie par dix tout en continuant d'accuser la Russie qui se proposait de le vendre dix fois moins cher (cent fois moins que maintenant, donc) ?

Que vous faut-il ? Que un, puis deux, puis quatre, etc. pays d'Afrique rejette la France en tant que pays colonialiste qui a perpétué la misère et la famine, la guerre et des génocides, uniquement pour garder ses possessions coloniales, et obtenir des matières premières rares et précieuses au prix du sable ?

Que vous faut-il ? Que la plupart des pays du monde regarde la France avec mépris, et tristesse, voyant la décadence d'une capitale devenue une Favela, et les pouilleux qui habitent là continuer de croire en leur supériorité morale par rapport à tout le reste du monde ?

Que vous faut-il ? Qu'on extermine un peuple Palestinien juste parce qu'ils sont arabes tout en les accusant d'être nazis pour ne pas se faire accuser d'être nazis alors que ça s'appelle un génocide, une épuration ethnique, un holocauste, une Shoah, une Nakba, mais que ça n'en n'a pas l'air parce que ce n'est pas nous les méchants de l'histoire ?

Et après cela, ça ose faire venir un Nazi à la commémoration de la fin des Jours Sombres en refusant le droit d'entrée à ceux, les Russes, qui ont fait tout le boulot sur le champ physique de la vraie guerre ?

Est-ce que ces conditions sont suffisantes pour espérer un mouvement de paupière ?

Vous faut-il quelque chose de plus ? La ruine personnelle, la famine, la loi martiale, une douche glaciale autorisée une fois tous les six mois ?

Voir ses proches mourir, déchiquetés, sans aucune raison ; et tous vos rêves, espoirs, et bons souvenirs, enfouis dans la souffrance ?

Que vous faut-il de plus ? Que plus aucune terre ne soit érable, que seuls les riches soient autorisés à procréer, que respirer soit facturé ?

Est-ce que cela suffira à vous faire lever un petit doigt ? Ou n'en aurez vous plus la force ?

C'est bien sur cela qu'ils escomptent. Mais pourquoi me direz-vous ? N'allons pas plus loin, c'est déjà suffisant.

Comment éviter cela ? Le demanderez-vous ?

Si vous le demandez, au cas où quelqu'un se le demande, je pose cela ici.

Il n'y a pas d'espoir, rien à attendre de ce système. Et en créer un autre sera toujours combattu. Se faire voler celui-là, tout est perdu. Que reste-t-il ?

Hacking.

*

On a le droit, de poser un candidat Blanc, anonyme, porté par un individu quelconque prit au hasard dans la foule, qui s'engagera à appliquer la stratégie du vote permanent pour chaque décisions.

Les scrutins devront être systématiques, qualitatifs (avec des étoiles et des choix multiples), discutés publiquement, et le tout sur un simple site web que n'importe qui peut fabriquer en une semaine ; et répliquer de serveur en serveur pour en faire un modèle, qui s'améliorera.

On a les outils, on a les moyens, on a l'opportunité... C'est comme ça que tous les crimes se font !

Mais il n'y aura pas d'autre moyen, pas d'autre outil, et pas beaucoup d'autres opportunités.

Je ne vois pas d'autre solution. S'il y en a, n'hésitez pas.

Une fois le phénomène enclenché, on aura obtenu une page blanche, et n'est-ce pas exactement cela qu'il nous faut ?

N'y a-t-il pas suffisamment de talents, d'intelligence, de compétences, et de volonté, dans tout ce pays, pour allègrement rivaliser avec la clique de politiciens corrompus qui agit de façon égoïste et inconséquente ? Ou que sais-je, ils agissent parfois seulement sans réfléchir, sans imagination, sans vision, je ne sais pas. Mais en tous cas, aucun n'agit pour le bien commun. Aucun ne considère comme un bien suprême, la paix, l'abondance, l'autodétermination, la rationalisation des richesses, la satisfaction des besoins, la pérennité, la sérénité, ou encore moins la santé et l'éducation, l'information, et encore moins les services publics. Ou si c'est le cas, c'est dans leurs rêves, mais sans connexion avec le réel.

Il y a énormément de choses à faire, et la liste ne cesse de s'allonger avec tous les retards accumulés par les redondantes arnaques de la recherche de pouvoir d'individus infréquentables. Et tout cela sera possible en plaçant un proxy dans la machine, qui fera simplement ce que le peuple lui dit.

*

Pour savoir si un concept est valable, il suffit parfois de substituer un mot par un autre. De la même manière, pour savoir si un projet est pertinent, il faut se demander ce que seraient les choses s'il avait déjà existé.

Si un Candidat Blanc avait été élu à la précédente présidentielle, où en serions-nous aujourd'hui ? Les choses seraient-elles pires (si tant est que cela soit possible) ? Serions-nous en guerre chaude contre toute la Terre ?

- Au lieu d'un vaccin mortel, le public aurait reçu des cours de biologie et de prophylaxie. On leur aurait conseillé de prendre le soleil et de bien se nourrir et se laver.

- Au lieu d'un conflit avec la Russie via l'Ukraine, on aurait prit notre indépendance en terme de production de blé, en faisant qu'il soit comestible (et non pas bourré de pesticides), appelé à la paix, fait respecter les accords de Minsk, et résolu le problème sur le plan politique, en s'appuyant sur des scrutins démocratiques.

- Julian Assange aurait reçu la nationalité française et l'asile politique dont a besoin une personne innocente et persécutée. Les journalistes dans leur ensemble seraient protégés, en particulier contre la corruption et la pression psychologique.

- En Afrique, il aurait suffit de célébrer (un peu hypocritement) "l'arrivée à maturité" des pays émancipés de l'influence de la France, au nom du droit sacré à l'autodétermination, et leur fournir toute l'aide dont ils auraient besoin pour construire des nations fortes et prolifiques, qui seraient autant de partenaires de confiance. Ce faisant, en passant, cela aurait résolu la crise migratoire.

- Toutes les sanctions contre la Russie auraient été levées et on aurait félicité la réussite industrielle de ce pays qui est revenu de l'enfer, et on se serait associés aux Brics, en apportant des idées et du soutien pour la réussite d'un projet qui consiste, finalement, à annuler les dettes de l'ancien système monétaire.

- En Palestine on aurait envoyé une force d'interposition et maintenu la position d'une solution à Un état, avec restitution des terres volées, et instauration d'un système plurinational sur le modèle de la Bolivie, en respect de l'autodétermination des peuples autochtones.

- En France, pour commencer, on aurait renationalisé les industries d'utilité publique, l'énergie, les télécommunications, les banques, les assurances, afin de générer un profit qui se serait ajouté à l'arrêt de la fraude fiscale, au point de ne même plus avoir besoin de prélever des impôts. L'éducation, la santé, et la formation continue auraient été une priorité. Plus personne ne serait à la rue. Cela aurait pu être fait en dix ans.

Ce ne sont que des exemples, et des suggestions. Mais l'essentiel est que tout ce qui arrive aujourd'hui n'est pas une fatalité, c'est le résultat de décisions. Et ces décisions doivent être prises dans l'intérêt majeur du bien des peuples, aussi bien pour nous-mêmes que pour nos relations avec les autres. Elles doivent à la fois s'inscrire dans l'histoire révolutionnaire du pays, et à la fois servir de modèle.

Mais surtout, et avant tout, ces décisions ne sont pas "magiques". Elles ne sont que le fruit de l'étude des chiffres, la recherche, la réflexion, le débat d'idées, la concertation, le tâtonnement de solutions, et d'une authentique détermination à toujours et rien d'autre que de chercher le bien commun.

Pour que tout cela ait lieu, il faut une plateforme, et cette plateforme n'a de raison d'être que si elle a une emprise sur les choix politiques. Et cette emprise, ne peut être qu'un élu du peuple qui s'engage à appliquer les décisions populaires. Ce qu'on appelle la souveraineté.

 logic.ovh

 Commenter