11/06/2024 arretsurinfo.ch  10 min #250277

« Chaînes numériques de destruction » : le côté obscur de la technologie dans la guerre

Par  Anis Raiss

Ces dernières années, l'intersection de la technologie et de la guerre a fait l'objet de critiques publiques, soulevant de profondes questions éthiques et juridiques sur l'utilisation militaire d'outils technologiques avancés. Le rôle de l'analyse avancée des données et de l'intelligence artificielle (IA) dans les conflits modernes fait l'objet d'un examen minutieux, en particulier lorsque des vies civiles sont en jeu.

À mesure que le génocide à Gaza progresse, l'attention se tourne vers les entreprises dont les technologies pourraient faciliter les atrocités quotidiennes d'Israël, parmi lesquelles la société américaine Palantir Technologies.

Alors que la Cour pénale internationale (CPI) intervient pour répondre aux accusations de génocide, les barons de la technologie qui conçoivent et fournissent les outils de guerre restent largement incontestés.

Depuis le 8 octobre, plus de 36.000 Palestiniens ont été tués dans un conflit brutal qui a fait plus de victimes que toutes les autres guerres au cours des deux dernières années. Ces pertes bouleversantes de vies innocentes ont suscité un nouvel examen minutieux des technologies qui ciblent à tort et systématiquement les civils plutôt que les combattants.

L'intégration de Palantir en Israël

Des entreprises comme Palantir Technologies, dirigées par le PDG Alex Karp, ont été  impliquées dans certaines de ces atrocités. Ses outils avancés d'analyse de données et d'IA, censés fournir un « ciblage de précision », tuent massivement des civils et ont transformé la guerre en une campagne d'extermination calculée et systématique avec peu de surveillance humaine.

Fondée en 2003 par Karp et Peter Thiel, Palantir Technologies est passée d'une startup secrète d'analyse de données à une pierre angulaire des opérations militaires et de renseignement modernes. Initialement financés par In-Q-Tel, la branche de capital-risque de la CIA, les produits technologiques de Palantir sont devenus partie intégrante de nombreuses agences gouvernementales américaines, notamment le FBI, le ministère de la Défense et divers services de police.

Cet enchevêtrement profond avec les services de renseignement et militaires US a ouvert la voie à l'alignement stratégique de Palantir avec Israël.

L'implication du géant de la technologie en Israël est antérieure de plusieurs années à ses accords formels. La société a ouvert un bureau à Tel Aviv en 2015, stratégiquement situé puisqu'il surplombe le boulevard Rothschild d'un côté et la rue Yehuda Halevy de l'autre.

Cet emplacement souligne la profonde intégration de l'entreprise dans l'écosystème technologique israélien. Karp lui-même a souligné les liens étroits de Palantir avec Israël dans une interview de décembre 2023 sur REACTION: Alex Karp DID NOT Back Down! New Fox Interview , déclarant : « Nous sommes très connus en Israël. Israël apprécie notre produit. »

Formaliser le partenariat

Le partenariat entre Palantir et l'armée israélienne a commencé à se consolider avec un accord officiel signé le 12 janvier 2024 - trois mois après le début du génocide des Palestiniens à Gaza - à la suite d'une visite de dirigeants de l'entreprise en Israël, au cours de laquelle ils ont tenu leur première réunion du conseil d'administration de l'année à Tel-Aviv.

Jabalia, 4 juin 2024

Comme l'a  déclaré Josh Harris, vice-président exécutif de Palantir : « Les deux parties ont mutuellement convenu d'exploiter la technologie avancée de Palantir pour soutenir des missions liées à la guerre », un euphémisme pour ce qui a été qualifié de facilitation d'actions génocidaires.

L'arsenal d'outils technologiques de Palantir - semblables à des armes numériques de destruction massive - est actuellement déployé par l'armée d'occupation, ne laissant aucun doute sur la complicité de l'entreprise dans le génocide en cours.

La brutale réalité de la précision

Le récent carnage de Rafah le 26 mai, au cours duquel Israël a bombardé un camp de réfugiés, tuant des dizaines de Palestiniens, et la mort de sept employés de World Central Kitchen en avril lors de frappes aériennes, mettent en évidence l'utilisation abusive et brutale de la technologie dite de « précision » de Palantir.

Le système TITAN de la société, présenté comme un modèle d'IA très précis conçu pour améliorer la précision du ciblage, incarne les problèmes liés aux capacités de haute précision revendiquées par Palantir. Bien qu'il n'existe aucune preuve directe que TITAN, en particulier, soit utilisé par Israël, les réalisations technologiques de l'entreprise font partie intégrante de son offre de produits plus large, dont certains sont employés par Tel Aviv.

Quand il n'y a plus d'ambulance. Jabalia, 4 juin 2024.

Commercialisé comme fournissant des renseignements exploitables en temps réel et intégrant les données des capteurs pour une précision extrême, le système TITAN de Palantir est vanté pour réduire les dommages collatéraux. Cependant, à Gaza, le déploiement de la technologie de Palantir n'a pas empêché mais facilité de nombreuses pertes civiles et destructions. Les tragédies de Rafah et la mort de travailleurs humanitaires révèlent l'ironie grotesque et le coût humain dévastateur d'une telle « précision ».

La collaboration a profondément intégré Palantir dans l'infrastructure militaire israélienne, fournissant une épine dorsale technologique ou « numérique » aux brutalités à Gaza et dans d'autres territoires palestiniens occupés.

Des titans de la technologie de guerre

Étant donné que Palantir est actif en Israël depuis 2015, le timing de l'accord stratégique, baptisé «  Partenariat pour Battle Tech », début 2024, soulève de sérieuses questions.

Était-ce une décision calculée de Palantir pour utiliser l'intensification du conflit comme une opportunité de tester ses modèles d'IA sur des civils, transformant Gaza en un horrible terrain d'essai pour sa technologie ? Cette suggestion jetterait une autre ombre noire sur l'éthique de Palantir, ce qui impliquerait que sa stratégie commerciale pourrait impliquer l'exploitation de la souffrance humaine à des fins de progrès technologique.

La profonde implication de Palantir dans l'infrastructure militaire israélienne fait partie d'un modèle plus large et troublant de technologie permettant la guerre. Cette connexion s'étend à un autre géant de la technologie : Starlink de  SpaceX, dirigé par Elon Musk. Comprendre cette relation complexe est crucial pour comprendre comment les conflits modernes sont de plus en plus alimentés par des technologies avancées développées par des entreprises privées.

En Ukraine, la collaboration entre Palantir et Starlink illustre de manière frappante l'impact profond de la technologie intégrée sur la guerre. Les modèles d'IA de Palantir fournissent à l'armée ukrainienne des analyses de données essentielles, transformant les images brutes des drones, des satellites et des rapports au sol en renseignements exploitables en temps réel.

Ce processus, que le PDG de Palantir, Karp, qualifie de manière effrayante de « Operational AI for Critical Institutions | Palantir CEO Alex Karp at CERAWeek  », est devenu central dans la stratégie de défense de l'Ukraine, permettant un ciblage précis et des évaluations du champ de bataille. Simultanément, Starlink d'Elon Musk assure une communication ininterrompue aux forces ukrainiennes, maintenant ainsi un flux continu d'informations critiques vitales pour la guerre moderne.

La guerre en Ukraine, bien sûr, s'est révélée catastrophique, avec un nombre effarant de victimes militaires ukrainiennes, tandis que le président Volodymyr Zelensky - malgré l'aide des barons de la technologie en matière de technologies de pointe - et ses alliés dans les capitales occidentales prétendent le contraire.

Aujourd'hui, la guerre menée par Israël contre Gaza semble sombrer dans un bourbier similaire. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, comme Zelensky, semble politiquement détaché des sombres réalités militaires sur le terrain, comptant, semble-t-il, sur la fausse illusion de contrôle fournie par les barons de la technologie grâce à un soutien technologique « sophistiqué ».

L'approbation controversée de Starlink à Gaza

Le 12 janvier, le gouvernement israélien a approuvé l'utilisation des services Starlink à l'hôpital Al-Shifa à Gaza, apparemment à des fins médicales.

Cette approbation ne doit pas être considérée comme un geste purement humanitaire. Elle jette plutôt les bases d'une autre intégration potentielle insidieuse de Palantir et Starlink, reflétant leur collaboration en Ukraine.

En permettant des communications avancées par satellite, l'approbation de Starlink à Gaza soutient potentiellement les opérations militaires, suggérant l'établissement d'une « chaîne de destruction numérique » derrière la feuille de vigne de l'aide humanitaire.

Le siège brutal de l'hôpital Al-Shifa par les forces israéliennes, impliquant des atrocités contre les civils et le personnel médical, contredit clairement toute intention altruiste supposée derrière le déploiement de Starlink. Après un siège de deux semaines qui a pris fin le 1er avril, l'hôpital Al-Shifa a été en grande partie détruit et des centaines de Palestiniens morts ont été retrouvés dans et autour de l'hôpital, y compris dans des fosses communes.

La question se pose : cette approbation très médiatisée de Starlink à Shifa était-elle une salve légère de relations publiques ouvrant la voie à l'intégration des produits de l'entreprise dans les opérations militaires israéliennes à l'intérieur de la bande de Gaza ? Le moment et le contexte de ces développements soulèvent des questions troublantes sur les intentions réelles de Starlink et de Tel Aviv.

Entre Musk

La visite très médiatisée de Musk en Israël le 27 novembre 2023, où il a rencontré Netanyahu, était loin d'être un simple événement diplomatique. Musk, qui a méticuleusement cultivé une image de champion de la liberté d'expression via son acquisition du réseau social Platform X - un rôle qu'il cultive comme une armure étincelante soigneusement taillée - s'est retrouvé pris au piège dans une affichage de  propagande orchestrée par Israël.

Ce scénario n'est pas sans rappeler le mythe d'Icare qui, malgré la chaleur, volait trop près du soleil avec des ailes faites de cire et de plumes.

De la même manière, l'implication de Musk aux côtés de Netanyahu et du gouvernement israélien, dans un contexte de surveillance croissante des crimes de guerre, menace de détruire son image méticuleusement construite. Rétrospectivement, alors que l'enquête de la CPI sur les crimes de guerre s'intensifie, cette réunion jette une longue ombre sur la personnalité soigneusement cultivée de Musk.

Tenir les dirigeants technologiques pour responsables

De récentes actions en justice, comme celle intentée au Royaume-Uni par le Centre international de justice pour les Palestiniens (CIJP) contre les ministres britanniques, mettent en évidence les initiatives croissantes qui tendent à demander des comptes aux auteurs du génocide.

Pourtant, des personnalités éminentes de l'industrie technologique restent visiblement sous-estimées. Mais pourquoi ? Cette situation renvoie aux poursuites engagées dans l'Allemagne nazie contre les individus qui ont permis la Shoah grâce à leur soutien technologique et logistique, soulignant la nécessité d'une responsabilisation globale à l'époque moderne.

Les statuts de la Cour pénale internationale (CPI), du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) et du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR) reconnaissent explicitement diverses formes de complicité. Il s'agit notamment de la complicité qui englobe la fourniture des outils et du soutien nécessaires à la commission de crimes de guerre et de génocide.

Ce cadre juridique implique que les dirigeants du secteur technologique dont les innovations facilitent la violence à grande échelle devraient être tenus pour responsables en vertu du droit international.

L'intersection de la technologie de pointe et de la guerre, dirigée par de puissants magnats de la technologie, illustre une réalité effrayante : les outils conçus pour connecter et protéger sont réutilisés pour détruire et dévaster. Pire encore, il semble que les champs de guerre comme Gaza soient considérés comme des terrains d'essai relativement sans risque pour ces systèmes technologiques. Il est temps de faire de la collaboration commerciale dans le génocide une entreprise à haut risque, et ces actions doivent commencer dans les tribunaux.

 Anis Raiss

<i>Article original en anglais sur <span id="bt2797990"><a onclick="togglebub('web,call__2797990_https://thecradle.co/articles/digital-kill-chains-the-dark-side-of-tech-in-warfare_0_250277');"><span class="philum ic-acquire"></span></a></span>&nbsp;<a href="https://thecradle.co/articles/digital-kill-chains-the-dark-side-of-tech-in-warfare">The Cradle, 6 juin 2024.</a> / Traduction MR </i>

 arretsurinfo.ch

 Commenter