13/06/2024 arretsurinfo.ch  15 min #250449

 D-Day : un historien détruit les mensonges historiques des Américains ! - Eric Branca

Jour J 2024 : Un renversement d'alliances ?

Par  Diana Johnstone

De gauche à droite : Staline, Roosevelt et Churchill sur le portique de l'ambassade soviétique lors de la Conférence de Téhéran en novembre 1943. (Wikimedia Commons, domaine public)

Par  Diana Johnstone, le 13 Juin 2024

Des cérémonies ont eu lieu la semaine dernière pour commémorer le 80e anniversaire de

e débarquement anglo-américain sur les plages de Normandie qui a eu lieu le 6 juin 1944, connu sous le nom de jour J. Pour la première fois, les Russes n'ont ostensiblement pas été invités à participer aux cérémonies.

L'absence des Russes a symboliquement changé le sens des festivités. Certes, la signification de l'opération Overlord, première étape de la domination de l'Europe occidentale par le monde anglophone, est plus que jamais d'actualité. Mais sans la Russie, l'événement est symboliquement sorti du contexte originel de la Seconde Guerre mondiale.

Le président ukrainien Vladimir Zelensky a été invité à prononcer un discours vidéo devant le Parlement français en l'honneur de cet événement. M. Zelensky a utilisé tous les moyens rhétoriques pour diaboliser M. Poutine, décrivant le président russe comme "l'ennemi commun" de l'Ukraine et de l'Europe. La Russie, a-t-il affirmé, "est un territoire où la vie n'a plus de valeur... C'est le contraire de l'Europe, c'est l'anti-Europe".

Ainsi, 80 ans plus tard, le jour J a symboliquement célébré une alliance différente et une guerre différente - ou peut-être la même vieille guerre, mais en essayant d'en changer la fin.

Il s'agit d'un changement d'alliance qui aurait plu à une bonne partie de la classe supérieure britannique d'avant-guerre. Dès sa prise de pouvoir, Hitler a eu de nombreux admirateurs dans l'aristocratie britannique et même dans la famille royale. Beaucoup voyaient en Hitler l'antidote efficace au "judéo-bolchevisme" russe. À la fin de la guerre, certains auraient voulu "finir le travail" en se retournant contre la Russie. Il a fallu 80 ans pour que cela se produise. Mais les germes du retournement étaient toujours là.

Le jour J et les Russes

En juin 1941, sans même un prétexte ou un faux drapeau, l'Allemagne nazie envahit massivement l'Union soviétique. En décembre, les États-Unis sont entraînés dans la guerre par l'attaque japonaise sur Pearl Harbor. Alors que la guerre fait rage sur le front oriental, Moscou supplie ses alliés occidentaux, les États-Unis et la Grande-Bretagne, d'ouvrir un second front afin de diviser les forces allemandes. Lorsque les Alliés occidentaux débarquent en Normandie, l'Armée rouge a déjà vaincu de manière décisive les envahisseurs nazis en Russie et est sur le point d'ouvrir un front gigantesque en Biélorussie soviétique, qui éclipse la bataille de Normandie.

L'Armée rouge a lancé l'opération Bagration le 22 juin 1944 et, le 19 août, elle avait détruit 28 divisions sur 34, brisant complètement la ligne de front allemande. Il s'agit de la plus grande défaite de l'histoire militaire allemande, avec environ 450 000 victimes allemandes. Après avoir libéré Minsk, l'Armée rouge a remporté des victoires en Lituanie, en Pologne et en Roumanie.

L'offensive de l'Armée rouge à l'Est a sans aucun doute assuré le succès des forces alliées anglo-américano-canadiennes face à des forces allemandes beaucoup plus faibles en Normandie.

Le jour J et les Français

Comme l'ont décidé les Anglo-Américains, le seul rôle des Français dans l'opération Overlord est celui de victimes civiles. En préparation du débarquement, les bombardiers britanniques et américains pilonnent les villes ferroviaires et les ports maritimes français, causant des destructions massives et des dizaines de milliers de victimes civiles françaises. Au cours des opérations en Normandie, de nombreux villages, la ville de St Lô et la ville de Caen ont été détruits par l'aviation anglo-américaine.

Les forces armées de la France libre, placées sous le commandement suprême du général Charles de Gaulle, ont été délibérément exclues de l'opération Overlord. De Gaulle a raconté à son biographe Alain Peyrefitte comment il en avait été informé.

"Churchill m'a convoqué d'Alger à Londres, le 4 juin, comme un châtelain sonne son maître d'hôtel. Et il m'a annoncé le débarquement, sans qu'aucune unité française ait été prévue pour y participer. Nous nous sommes affrontés rudement. Je lui ai reproché de se mettre aux ordres de Roosevelt, au lieu de lui imposer une volonté européenne (il appuie). Il m'a crié de toute la force de ses poumons : "De Gaulle, dites-vous bien que quand j'aurai à choisir entre vous et Roosevelt, je préférerai toujours Roosevelt ! Quand nous aurons à choisir entre les Français et les Américains, nous préférerons toujours les Américains !"

En conséquence, De Gaulle refuse catégoriquement de participer aux cérémonies commémoratives du Jour J. "Le débarquement du 6 juin, ç'a été l'affaire des Anglo-Saxons, d'où la France a été exclue. Ils étaient bien décidés à s'installer en France comme en territoire ennemi ! Comme ils venaient de le faire en Italie et comme ils s'apprêtaient à le faire en Allemagne !" [...] Et vous voudriez que j'aille commémorer leur débarquement, alors qu'il était le prélude à une seconde occupation du pays ? Non, non, ne comptez pas sur moi !" 1

Exclue de l'opération de Normandie, la Première Armée française libre se joint en août à l'invasion du sud de la France par les Alliés. Les Américains avaient prévu d'imposer un gouvernement militaire à la France, par le biais de l'AMGOT (Allied Military Government of Occupied Territories). L'obstination de de Gaulle, qui a ordonné à la Résistance de rétablir des structures politiques indépendantes dans toute la France, a permis d'éviter cette situation. Le général Eisenhower, commandant suprême des forces alliées, a réussi à persuader les forces de la France libre et un soulèvement de la Résistance de libérer Paris à la fin du mois d'août 1944.

Le jour J à Hollywood

La France a toujours célébré le débarquement de Normandie comme une libération. Les sondages montrent cependant que la perception de son importance a évolué au fil des décennies. Peu après la fin de la guerre, l'opinion publique était reconnaissante envers les Anglo-Américains, mais attribuait massivement la victoire finale de la Seconde Guerre mondiale à l'Armée rouge. De plus en plus, l'opinion a évolué vers l'idée que le jour J a été la bataille décisive et que la guerre a été gagnée principalement par les Américains avec l'aide des Britanniques. Cette évolution est en grande partie due à Hollywood.

Le plan Marshall et l'endettement de la France ont fourni le contexte pour les accords commerciaux d'après-guerre, avec des aspects à la fois financiers et politiques. Le 28 mai 1946, le secrétaire d'État américain James Byrnes et le représentant français Léon Blum signent un accord sur le cinéma. L'accord Blum-Byrnes stipule que les cinémas français ne sont tenus de projeter des films français que quatre semaines sur treize, les neuf semaines restantes étant ouvertes à la concurrence étrangère, dans la pratique essentiellement occupée par des productions américaines. Hollywood dispose en effet d'un énorme carnet de commandes, déjà amorti sur le marché intérieur et donc bon marché. Ainsi, au cours du premier semestre 1947, 340 films américains ont été projetés contre 40 films français. La France a tiré des avantages financiers de cette affaire sous forme de crédits, mais l'afflux de productions hollywoodiennes a fortement contribué à une américanisation culturelle, influençant à la fois le "mode de vie" et les réalités historiques.

Le débarquement de Normandie fut en effet une bataille dramatique, susceptible d'être représentée dans de nombreux films. Cependant, la focalisation cinématographique sur le jour J a inévitablement favorisé l'impression répandue que les États-Unis, plutôt que l'Union soviétique, ont vaincu l'Allemagne nazie.

Renversement d'alliance 1 - Les Britanniques

En juin 1944, alors que l'Armée rouge est en passe de vaincre la Wehrmacht de manière décisive, l'opération Overlord est saluée par les dirigeants soviétiques comme un second front utile. Pour les stratèges anglo-américains, il s'agissait également d'un moyen de bloquer l'avancée soviétique vers l'ouest. Les dirigeants britanniques, et Churchill en particulier, ont en fait envisagé de se déplacer vers l'Est contre l'Armée rouge une fois la Wehrmacht vaincue.

Il convient de rappeler qu'au XIXe siècle, les impérialistes britanniques considéraient la Russie comme une menace potentielle pour leur domination sur l'Inde et leur expansion en Asie centrale, et qu'ils ont élaboré une planification stratégique fondée sur le concept de la Russie comme leur principal ennemi sur le continent eurasien. Cette attitude a perduré.

Au moment même de la défaite de l'Allemagne en mai 1945, le Premier ministre britannique Winston Churchill a ordonné à l'état-major interarmées des forces armées britanniques d'élaborer des plans en vue d'une attaque surprise anglo-américaine contre les forces de leur allié soviétique en Allemagne. Top secret jusqu'en 1998, ces plans prévoyaient même d'armer les troupes vaincues de la Wehrmacht et de la SS pour qu'elles participent à l'opération. Cette fantaisie a reçu le nom de code "Operation Unthinkable" (opération impensable), qui coïncide avec le jugement des chefs d'état-major britanniques, qui l'ont rejetée parce qu'elle était hors de question 2.

Trois mois plus tôt, lors de la réunion de Yalta en février, Churchill avait fait l'éloge de Staline, "un ami en qui nous pouvons avoir confiance". L'inverse n'était certainement pas vrai. On peut supposer que Franklin D. Roosevelt aurait rejeté tout projet de ce type s'il n'était pas mort en avril. Roosevelt semblait convaincu que l'Union soviétique épuisée par la guerre ne représentait pas une menace pour les États-Unis, ce qui était effectivement vrai.

En fait, Staline a toujours respecté scrupuleusement les accords sur la sphère d'influence conclus avec les alliés occidentaux, refusant de soutenir le mouvement de libération communiste en Grèce (ce qui a provoqué la colère de Tito et contribué à la scission de Moscou avec la Yougoslavie) et exhortant constamment les puissants partis communistes d'Italie et de France à assouplir leurs exigences politiques. Alors que ces partis étaient considérés comme de dangereuses menaces par la droite, ils étaient farouchement combattus par les ultra-gauchistes parce qu'ils restaient dans le système au lieu de poursuivre la révolution.

Les dirigeants soviétiques et russes souhaitaient réellement la paix avec leurs anciens alliés occidentaux et n'ont jamais eu l'ambition de contrôler l'ensemble du continent. Ils ont compris que les accords de Yalta autorisaient leur insistance à imposer une zone tampon défensive sur le chapelet d'États d'Europe de l'Est libérés du contrôle nazi par l'Armée rouge.

La Russie a subi plus d'une invasion dévastatrice de l'Ouest. Elle a répondu par une défense répressive que les puissances atlantiques, désireuses d'avoir accès à tout, ont considérée comme potentiellement agressive. La répression soviétique à l'égard de ses satellites ne s'est durcie qu'en réponse au défi occidental annoncé avec éloquence par Winston Churchill dix mois après la fin de la guerre. L'étincelle était allumée pour une dynamique d'hostilité sans fin et futile.

Churchill a été démis de ses fonctions par une victoire écrasante du parti travailliste en juillet 1945. Mais son influence en tant que chef de guerre est restée écrasante aux États-Unis. Le 6 mars 1946, Churchill prononce un discours historique dans un petit collège du Missouri, l'État d'origine du successeur inexpérimenté et influençable de Roosevelt, Harry Truman. Ce discours visait à renouveler l'alliance anglo-américaine du temps de la guerre, cette fois contre le troisième grand allié du temps de la guerre, la Russie soviétique.

Churchill a intitulé son discours "Les nerfs de la paix". En réalité, il annonçait la guerre froide par cette phrase historique : "De Stettin dans la Baltique à Trieste dans l'Adriatique, un rideau de fer s'est abattu sur le continent".

Le rideau de fer désignait la sphère soviétique, essentiellement défensive et statique. Le problème pour Churchill est la perte d'influence dans cette partie du monde. Un rideau, même s'il est "de fer", est essentiellement défensif, mais ses paroles ont été interprétées comme l'avertissement d'une menace.

"Personne ne sait ce que la Russie soviétique et son organisation communiste internationale ont l'intention de faire dans l'avenir immédiat, ni quelles sont les limites, s'il y en a, à leurs tendances expansionnistes et prosélytes. (Et ce, bien que Staline ait dissous l'Internationale communiste le 15 mai 1943) 3. En Amérique, cette incertitude s'est rapidement transformée en une "menace communiste" omniprésente qu'il fallait traquer et éradiquer au Département d'État, dans les syndicats et à Hollywood.

Renversement d'alliance 2 : les Américains

La prétendue nécessité de contenir la menace soviétique a fourni un argument aux planificateurs du gouvernement américain, notamment à Paul Nitze dans la directive NSC-68 4, pour renouveler et développer l'industrie américaine de l'armement, ce qui présentait l'avantage politique de mettre un terme décisif à la dépression économique des années 1930.

Venant de toute l'Europe de l'Est, les collaborateurs nazis pouvaient être accueillis aux États-Unis, où des intellectuels devenaient d'éminents "experts de la Russie". La russophobie s'est ainsi institutionnalisée, les diplomates, rédacteurs et universitaires WASP (anglo-saxons protestants blancs) de la vieille école, qui n'avaient rien de particulier contre les Russes, cédant la place à de nouveaux venus animés par de vieilles rancunes.

Parmi ces vieilles rancunes, aucune n'était plus véhémente et persistante que celle des nationalistes ukrainiens de Galicie, à l'extrême ouest de l'Ukraine, dont l'hostilité à l'égard de la Russie avait été encouragée à l'époque où leur territoire était gouverné par l'empire des Habsbourg. Fanatiquement attachés à nier le lien historique profond de leur pays divisé avec la Russie, les ultranationalistes ukrainiens ont été nourris pendant des décennies par la CIA en Ukraine même et dans l'importante diaspora nord-américaine.

Nous avons vu le point culminant de ce processus lorsque le talentueux comédien Vladimir Zelensky, dans son plus grand rôle de tragédien, a prétendu être "l'héritier de l'invasion de la Normandie" et a décrit le président russe Vladimir Poutine comme la réincarnation d'Adolf Hitler, parti à la conquête du monde - ce qui était déjà exagéré pour Hitler, qui voulait surtout conquérir la Russie. Ce que les États-Unis et l'Allemagne veulent apparemment faire aujourd'hui.

Renversement d'alliance 3 : L'Allemagne

Alors que les Russes et les Anglo-Américains se sont associés pour condamner les plus hauts dirigeants nazis lors des procès de Nuremberg, la dénazification s'est déroulée de manière très différente dans les zones respectives occupées par les puissances victorieuses. Dans la République fédérale établie dans les zones occidentales, très peu de fonctionnaires, d'officiers ou de juges ont été réellement purgés pour leur passé nazi. Leur repentance officielle s'est concentrée sur la persécution des Juifs, exprimée par des compensations monétaires aux victimes individuelles et surtout à Israël. Alors qu'immédiatement après la guerre, la guerre elle-même était considérée comme le principal crime nazi, au fil des années, l'impression s'est répandue en Occident que le pire crime et même l'objectif premier du régime nazi avait été la persécution des Juifs. L'Holocauste, la Shoah étaient des noms à connotation religieuse qui les distinguaient du reste de l'histoire. L'Holocauste est le crime impardonnable, reconnu par la République fédérale avec tant d'insistance qu'il tend à effacer tous les autres. Quant à la guerre elle-même, les Allemands pouvaient aisément la considérer comme leur propre malheur, puisqu'ils avaient perdu, et limiter leurs regrets les plus sincères à cette perte.

Ce ne sont pas les Allemands, mais les occupants américains qui ont décidé de créer une nouvelle armée allemande, la Bundeswehr, bien installée dans une alliance sous contrôle américain. Les Allemands eux-mêmes en avaient assez. Mais les Américains sont déterminés à consolider leur contrôle sur l'Europe occidentale par le biais de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord. Le premier secrétaire général de l'OTAN, Lord Ismay - qui avait été le principal assistant militaire de Churchill pendant la Seconde Guerre mondiale - définit succinctement la mission de l'organisation : "maintenir les Américains à l'intérieur, les Russes à l'extérieur et les Allemands en dessous".

Le gouvernement américain n'a pas perdu de temps pour sélectionner des Allemands qualifiés pour leur propre renversement d'alliance. Les experts allemands qui avaient recueilli des renseignements ou planifié des opérations militaires contre l'Union soviétique au nom du Troisième Reich étaient invités à poursuivre leurs activités professionnelles, désormais au nom de la démocratie libérale occidentale.

Cette transformation a été incarnée par le major général de la Wehrmacht Reinhard Gehlen, qui avait été chef du renseignement militaire sur le front de l'Est. En juin 1946, les autorités d'occupation américaines ont créé à Pullach, près de Munich, une nouvelle agence de renseignement employant d'anciens membres de l'état-major de l'armée allemande et dirigée par Gehlen, afin d'espionner le bloc soviétique.

L'Organisation Gehlen recruta des agents parmi les organisations d'émigrés anticommunistes d'Europe de l'Est, en étroite collaboration avec la CIA. L'Organisation employait des centaines d'anciens nazis. Elle a contribué à la scène politique intérieure de l'Allemagne de l'Ouest en traquant les communistes (le parti communiste allemand était interdit). Les activités de l'Organisation Gehlen ont été placées sous l'autorité du gouvernement de la République fédérale en 1956 et absorbées par le Bundesnachrichtendienst (BND ou Service fédéral de renseignement).

En bref, pendant des décennies, sous l'occupation américaine, la République fédérale d'Allemagne a encouragé les structures du renversement d'alliance, dirigé contre la Russie. L'ancien prétexte était la menace communiste. Mais la Russie n'est plus communiste. L'Union soviétique s'est dissoute de manière surprenante et s'est tournée vers l'Occident à la recherche d'une paix durable.

Rétrospectivement, il apparaît clairement que la "menace communiste" n'était en fait qu'un prétexte pour les grandes puissances à la recherche de plus de pouvoir. Plus de terres, plus de ressources. Le dirigeant nazi Adolf Hitler, tout comme les libéraux anglo-américains, considérait la Russie comme les alpinistes regardent proverbialement les montagnes. Pourquoi devez-vous escalader cette montagne ? Parce qu'elle est là. Parce qu'elle est trop grande, qu'elle a tout cet espace et toutes ces ressources. Et oh oui, il faut défendre "nos valeurs".

Ce n'est pas nouveau. La dynamique est profondément institutionnalisée. C'est toujours la même guerre, basée sur des illusions, des mensonges et des haines fabriquées, qui nous mène à un désastre encore plus grand.

Est-il trop tard pour arrêter ?

 Diana Johnstone

1 Alain Peyrefitte, C'était de Gaulle, Tome 2 (Édition de Fallois Fayard 1997), pages 84 à 87. les-crises.fr

2 fr.wikipedia.org

3 L'Union soviétique a fondé une sorte de successeur du Comintern, le Cominform, en 1947 pour contrer l'influence du plan Marshall en Europe de l'Est. Il n'a jamais tenté de répandre la révolution et a été dissous en 1956.

4 fr.wikipedia.org

 Arrêt sur info. 13 Juin 2024

 arretsurinfo.ch

 Commenter