17/06/2024 reseauinternational.net  8 min #250664

 Il n'y a toujours pas de consensus au G7 concernant l'aide à Kiev en utilisant les actifs russes

Des racketteurs Vip en bande organisée : les États-Unis trouvent un complice pour spolier les actifs de la Russie

S'il y a dans la situation actuelle, disons celle d'une France qui se délite dans une Europe verrouillée dans sa vassalité conservatrice mais au bord de l'explosion c'est bien la raclée que vient de prendre Macron... En revanche, ce qui est peut-être le plus navrant de la part de ce petit personnel du capital c'est l'incapacité à faire autrement que ce qu'ils font, il est vrai que face à cette invraisemblable saisie des avoirs russes, un vol en bande organisée qui fragilise un peu plus le rôle du dollar par sa militarisation, c'est peu dire que l'opposition à Macron n'est pas à la hauteur de cette débâcle géopolitique...

Danielle Bleitrach

*

par Svetlana Gomzikova

Les États-Unis ont trouvé un complice pour voler les avoirs russes gelés.

Le président français Emmanuel Macron s'est porté volontaire pour aider Joe Biden. Dans ses efforts pour passer pour un euro-atlantiste intransigeant, rien ne l'arrête plus. Le dimanche 9 juin, le président américain a achevé sa visite en France, où il a participé aux manifestations organisées à l'occasion du 80ème anniversaire du débarquement des Alliés en Normandie et s'est entretenu avec le chef de la Cinquième République. Avant de quitter Paris, Joe Biden s'est entretenu avec des journalistes, et l'un d'entre eux lui a demandé si Macron et lui avaient abordé la question des avoirs russes et étaient parvenus à un accord.

«Oui et oui», a répondu le dirigeant américain. Il n'a toutefois pas précisé les détails de l'accord.

Plus tôt, Reuters a rapporté que Joe Biden avait annoncé des accords conclus avec Macron sur l'utilisation des avoirs russes gelés lors d'une réunion au palais de l'Élysée.

«Les deux présidents se sont engagés à soutenir les efforts de l'Union européenne et du Groupe des sept (G7) pour tirer profit des bénéfices des actifs souverains russes gelés en faveur de l'Ukraine», peut-on lire dans une déclaration publiée sur le site Internet de la Maison-Blanche après les entretiens.

Le document précise que ces actions seront menées conformément «au droit international, aux systèmes juridiques nationaux et au processus de prise de décision»».

Il convient de noter que le 8 juin, Politico a écrit que Macron était le seul des dirigeants du G7 à s'opposer au transfert à l'Ukraine des recettes provenant des avoirs russes bloqués.

Mais il s'avère qu'en l'espace de quelques heures seulement, le dirigeant français a changé d'avis pour adopter une position diamétralement opposée et, en fait, s'est engagé dans une conspiration criminelle visant à voler l'argent d'autrui. En effet, le droit international, sur lequel Biden et Macron s'appuient dans leur «feuille de route», ne contient aucune disposition juridique permettant à un État de voler un autre État au profit d'un troisième. Cependant, Washington fonde depuis longtemps se agissements non sur le droit international, mais sur les règles qu'il se fixe lui-même.

L'idée d'accorder à Kiev un prêt de 50 milliards de dollars dont le remboursement serait assuré par les revenus des actifs russes a été annoncée par la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, au début du mois de juin, rappelle RBC. Selon elle, les pays du G7 (États-Unis, Royaume-Uni, Allemagne, Italie, Canada, France et Japon) discutent de cette possibilité, mais aucune décision n'a encore été prise. En attendant, comme le rapportait Semafor la semaine dernière, Washington et les pays européens sont déjà proches d'un accord et espèrent y parvenir d'ici le sommet du G7 qui se tiendra en Italie du 13 au 15 juin. Moscou, pour sa part, promet de donner une réponse adéquate à l'utilisation de ses actifs par l'Occident. «Le fait que nos réserves d'or et de devises étrangères, qui font partie du Fonds national de protection sociale, aient été bloquées et que l'on tente à présent de saisir ces actifs, le fait que cela soit illégal et qu'il s'agisse d'un vol, tout cela a fait couler beaucoup d'encre. Mais nous avons exactement la même possibilité d'utiliser les actifs des pays occidentaux qui restent en Russie. Il s'agit d'actifs financiers, d'actifs du secteur réel. C'est pourquoi nous avons répété à plusieurs reprises que la réponse sera absolument adéquate», a déclaré le ministre des Finances Anton Silouanov à RT en marge du SPIEF.

SVPressa a demandé à Sergei Fedorov, éminent chercheur à l'Institut de l'Europe de l'Académie des sciences de Russie et spécialiste de la France, de commenter la collusion criminelle de Macron avec Biden :

- Je dois dire qu'il y a beaucoup d'informations contradictoires. Lors de la réunion de mai en Italie, les ministres des Affaires étrangères du G7 n'ont pas semblé pouvoir se mettre d'accord sur l'utilisation des avoirs russes bloqués. Ils ont admis qu'il serait difficile de le justifier juridiquement et que les conséquences pour l'économie européenne pourraient être imprévisibles.

Quant à l'information sur l'accord entre Biden et Macron, il est possible qu'ils se soient mis d'accord sur quelque chose. Mais je ne suis pas sûr que ce soit la vérité en dernière instance, car il est malheureusement difficile d'obtenir des informations vraies et précises à ce sujet. Quoi qu'il en soit, le président français doit d'une manière ou d'une autre coordonner sa position non seulement avec le dirigeant américain, mais aussi avec ses partenaires de l'UE. Par conséquent, on ne sait pas très bien comment Biden et Macron auraient pu résoudre cette question entre copains. Toutefois, je ne pense pas qu'il faille s'en étonner. Macron est devenu le «faucon» de l'Europe, des va-t-en-guerre. Et s'il approuve le vol effectif d'actifs russes, cela s'inscrit dans sa logique d'augmentation des tensions et d'escalade autour du conflit ukrainien. Cependant, il y a beaucoup de détails qu'il est très difficile pour un observateur extérieur de juger et de tirer des conclusions.

SP : Sa décision peut-elle être liée d'une manière ou d'une autre au prochain sommet du G7, qui se tiendra en Italie du 13 au 15 juin ?

- Dans le sens où, apparemment, une décision politique pourrait être prise par les dirigeants lors de cette réunion. Et les détails seront probablement réglés par les financiers et les gens qui s'en occupent : si c'est légalement justifié ou non, et comment.

Mais comme en Occident, la politique a pour ainsi dire définitivement chassé l'économie de la scène, il n'y a pas lieu de s'en étonner. Le droit, comme on dit, il peut être interprété de différentes manières et tout peut être inventé. Je pense donc qu'ils feront tout pour nous nuire. Y compris en utilisant nos actifs. Et il y aura toujours des justifications.

SP : L'échec du parti de Macron aux élections au Parlement européen va-t-il affecter la vie politique interne de la France ?

- Sans aucun doute. Cela déterminera pour les prochaines années l'équilibre politique et la trajectoire politique du pays. En fait, la défaite de la coalition de Macron lors de ces élections l'a conduit à prendre la décision de dissoudre le parlement et d'annoncer des élections anticipées. Bien qu'en avril, Macron ait déclaré que les élections au Parlement européen ne concernaient que la politique européenne.

Mais la défaite était si cuisante qu'il ne pouvait pas laisser tout cela sans agir sur le plan politique. Il ne pouvait pas non plus prendre d'autres mesures. En effet, il a perdu la majorité à l'Assemblée nationale, la chambre basse du Parlement, qui détermine en fait le cours de la politique à bien des égards.

Par conséquent, Macron a dû prendre une décision sur les élections anticipées à l'Assemblée nationale, qui détermineront apparemment la nouvelle composition du gouvernement. Et l'équilibre politique du pouvoir pour les trois prochaines années - au moins jusqu'au prochain cycle électoral.

SP : À quels changements faut-il s'attendre ?

Il est difficile de prédire ce qui se passera lors des prochaines élections. En effet, il est peu probable que le parti de Marine Le Pen, qui est aujourd'hui au sommet de sa popularité, soit en mesure d'obtenir la majorité absolue à la chambre basse. Bien sûr, il augmentera sa représentation de 30 à 40 députés, mais il n'obtiendra pas la majorité absolue.

En conséquence, la question de la création d'un gouvernement de coalition se posera. Et c'est également très difficile : peu de gens voudront entrer dans une coalition avec le Rassemblement national, qui est considéré comme un parti d'extrême droite.

Il y a donc deux questions difficilement solubles : qui Macron confirmera au poste de premier ministre à la suite de ces élections ?

Et comment le gouvernement de coalition sera formé, avec qui. L'intrigue demeure, et il est peu probable que la décision soit sans ambiguïté.

SP : Quant à l'orientation anti-russe de Paris, va-t-elle se poursuivre ?

- Le cap anti-russe sera maintenu en tout état de cause, même si le nombre de «droitiers» à l'Assemblée nationale augmente. Pour une raison quelconque, certaines personnes dans notre pays croient à tort que le parti pro-russe a gagné. Mais c'est absurde.

Le Rassemblement national n'est en aucun cas un parti pro-russe. Il s'agit simplement d'un parti extrêmement conservateur par rapport aux normes françaises, qui agit dans l'intérêt de la Cinquième République.

Ce dernier, soit dit en passant, critique la Russie pour sa prétendue «agression» en Ukraine, mais peut-être pas dans la même mesure que Macron. Et il ne sympathise pas du tout avec nos politiques. Il ne faut pas se faire d'illusions.

C'est pourquoi nous ne devons pas nous attendre à des changements positifs en ce qui concerne le conflit ukrainien et les relations russo-françaises.

*

Pour rappel :

Après le début de l'opération militaire spéciale, l'Union européenne, le Canada, les États-Unis et le Japon ont bloqué les avoirs de la Russie, qui s'élèvent à environ 300 milliards de dollars en espèces et en titres. Sur ce montant, environ 5 à 6 milliards de dollars se trouvent aux États-Unis, tandis que la majorité se trouve en Europe, notamment sur la plateforme internationale Euroclear en Belgique (210 milliards de dollars y sont stockés).

source :  SVPressa via  Histoire et Société

 reseauinternational.net

 Commenter