22/06/2024 euro-synergies.hautetfort.com  10 min #251014

Bruits de guerre et logique géopolitique

Bruits de guerre et logique géopolitique

Srdja Trifkovic

Source:  geopolitika.ru

Le monde est confronté au danger d'une grande guerre. Pour comprendre l'ampleur de cette menace, il faut aller au-delà des nouvelles en provenance d'Ukraine. Il faut aussi, d'une part, essayer d'apprécier de manière équilibrée le facteur variable de la volonté humaine dans la gestion des crises internationales et, d'autre part, les facteurs immuables de la réalité géographique.

La décision de Washington d'élargir l'OTAN et d'armer l'Ukraine contre la Russie était un acte de volonté humaine, tout comme la décision de Moscou de répondre à ce défi par la force militaire. La permanence de la position géographique de l'Ukraine, en revanche, fait de ce défi une question existentielle pour la Russie, tout comme le contrôle de la vallée du Jourdain et des hauteurs du Golan est une question existentielle pour Israël et le contrôle de ses mers côtières est une question existentielle pour la Chine. Un État qui aspire à la sécurité peut modifier des segments de son espace en construisant des grandes murailles et des lignes Maginot, mais il est inextricablement lié au cadre physique de son existence: à l'emplacement de son territoire, à sa position, à sa forme et à sa taille, à ses ressources et à ses frontières.

Toutefois, contrairement aux chaînes de montagnes et aux fleuves, les frontières ne sont pas des réalités fixes séparant la souveraineté et les autorités juridiques. Ce sont des arrangements politico-militaires susceptibles d'être modifiés en fonction des rapports de force. Elles n'ont rien de sacré ni de permanent. Pendant des siècles, elles ont évolué en faveur des plus forts et au détriment des plus faibles, indépendamment des revendications juridiques ou morales. La future frontière entre l'Ukraine et la Russie, ou entre Israël et ses voisins arabes, sans parler de la frontière maritime de la Chine, ne sera pas décidée à une table de conférence. Elles seront décidées par les réalités créées sur le terrain par la force et la menace de la force.

Bien entendu, les nouvelles frontières seront également remises en question au fil du temps. Leur durabilité dépendra principalement de la force des vainqueurs et du consensus de leurs décideurs pour défendre le nouveau statu quo. Dans le drame de la politique internationale, le pouvoir a toujours été fondé sur la force et la volonté. Le territoire et l'espace physique ont toujours été la monnaie d'échange dans cette affaire cruelle et dangereuse.

La plupart des Russes, des Juifs et des Chinois ont enfin compris qu'il n'y a pas de "bon" ou de "mauvais" côté de l'histoire. Au 20ème siècle, tous trois ont payé cher ce sophisme progressiste: la croyance que l'histoire est un agent indépendant qui conduira l'humanité vers un monde meilleur. Cette croyance engendre des visions mégalomanes et conduit aux horreurs du Goulag, de l'Holocauste et de la Grande Marche en avant. Cette idée fausse et fatale est pourtant bien vivante à Washington.

L'idée fausse que l'histoire a des "côtés" explique également pourquoi une guerre avec la Russie dans un avenir proche, ou avec la Chine plus tard au cours de ce siècle, est une possibilité prévisible. Elle repose sur l'affirmation narcissique de l'exceptionnalisme américain, selon laquelle "nos valeurs" sont universelles (y compris le transgendérisme). L'affirmation, comme celle de Madeleine Albright, selon laquelle "si nous devons recourir à la force, c'est parce que nous sommes l'Amérique, la nation indispensable; nous nous tenons debout, nous voyons plus loin dans l'avenir que d'autres" est étroitement liée à cette affirmation. Cette folie facilite la déshumanisation et le meurtre d'ennemis désignés: en Serbie en 1999, en Irak en 2003, en Libye et en Syrie peu après.

Le corollaire de cette "vision" est qu'un monde qui n'accepte pas l'exceptionnalisme, l'indispensabilité et la prévoyance de l'Amérique ne mérite pas d'exister. Il est donc non seulement possible mais obligatoire de continuer à faire monter les enchères: la modération est une faiblesse et la retenue une lâcheté. Une telle approche de la politique entre les nations considère que le facteur spatial n'est pas pertinent, l'Amérique étant guidée par un concept abstrait d'intérêt national. En d'autres termes, "nos valeurs" continueront à définir "qui nous sommes" dans le contexte d'un "ordre international fondé sur des règles".

Contrairement à cette psychose collective, la plupart des autres États pensent en termes traditionnels et basent leurs calculs sur des espaces réels, visibles et tangibles. Plus un pays est grand, plus il est résistant, comme le montre l'expérience historique de la Russie. Au lieu que le conquérant engloutisse le territoire et en tire sa force, c'est le territoire qui, à plusieurs reprises, a englouti le conquérant et épuisé sa force.

Cela n'a pas changé, même à l'ère nucléaire. C'est précisément à l'ère nucléaire - comme l'ont compris les Russes et les Chinois - qu'une grande puissance a besoin d'un vaste territoire pour déployer son potentiel de production et son efficacité militaire sur un espace aussi vaste que possible. La grande stratégie des deux puissances est basée sur la survie, la sécurité et le renforcement économique. Elle peut évoluer en fonction des circonstances spécifiques, mais elle découle toujours d'un ensemble d'hypothèses de base reconnues par les grands hommes d'État du passé, de César à Churchill.

À Washington, en revanche, les 30 dernières années ont été marquées par une déviation continue des expériences accumulées par les générations précédentes. Comme le montrent les exemples des rois Philippe II et Louis XIV, de Napoléon et d'Hitler, faire passer l'idéologie avant la géopolitique dans la formulation d'une grande stratégie - ou simplement permettre à la mégalomanie personnelle de l'emporter sur la raison - est un chemin sûr vers l'échec.

Les États-Unis semblent déterminés à suivre cette voie. L'isolement diplomatique presque total des États-Unis face aux actions d'Israël à Gaza est sans précédent et n'est qu'un exemple d'un malaise plus profond. La poursuite de la guerre par procuration en Ukraine, quels que soient les coûts et les risques, et malgré la situation militaire catastrophique sur le terrain, rappelle les puissances défaillantes d'antan qui comptaient sur la volonté pour vaincre la réalité.

Il ne s'agit pas seulement de l'Ukraine aujourd'hui ou de Taïwan demain. Le rejet de la réalité géopolitique est omniprésent dans l'administration actuelle, qui refuse de voir l'aspiration spontanée du système international à la polycentricité. Cette tendance est présente depuis le début du déclin de l'Empire romain jusqu'à aujourd'hui. L'Europe de l'ère classique de l'équilibre des pouvoirs - de la fin de la guerre de Trente Ans au déclenchement de la Grande Guerre - a fonctionné selon la matrice tissée dans l'Italie de la Renaissance. Elle s'est avérée efficace pour réprimer les contestataires qui aspiraient à un ordre hégémonique, de Louis XIV à Hitler.

Le système s'est effondré avec le suicide en deux temps de l'Occident entre 1914 et 1945, le bipolarisme de la guerre froide et le "moment unipolaire" de l'Amérique après l'implosion de l'URSS. L'unipolarité s'est révélée être un moment historique atypique et contre nature. Malgré la rhétorique hégémonique, chargée de platitudes idéologiques, il est impossible d'ignorer la dimension spatiale des rivalités dans des lieux géographiques spécifiques. L'Ukraine, le Moyen-Orient et Taïwan appartiennent tous au Rimland qui entoure le Heartland. La carte géopolitique a changé plus rapidement au cours des cent dernières années qu'au cours de toute autre période antérieure, mais la dynamique des conflits spatiaux entre les principaux acteurs est constante.

Pendant près d'un demi-siècle après la Seconde Guerre mondiale, le monde a été régi par un modèle bipolaire relativement stable. Les deux superpuissances acceptaient tacitement l'existence de sphères d'intérêt rivales, comme en témoigne la retenue marquée des États-Unis lors des interventions soviétiques en Hongrie en 1956 et en Tchécoslovaquie en 1968.

Le jeu géopolitique se jouait alors dans les zones contestées du tiers-monde (Moyen-Orient, Indochine, Afrique, Amérique centrale), mais les règles du jeu reposaient sur un calcul relativement rationnel des coûts et des bénéfices des politiques étrangères. Les guerres clientélistes sont restées localisées. La rationalité implicite des deux camps a permis la désescalade de crises ponctuelles (Berlin 1949, Corée 1950, Cuba 1962) qui menaçaient de se transformer en désastre.

Le monde redevient multipolaire, mais les États-Unis ne sont pas encore prêts à l'accepter. Cette situation n'a pas de précédent historique: une puissance hégémonique a temporairement réussi à dominer le système de manière monopolaire et s'oppose maintenant à son retour à l'état normal de multipolarité. Du Congrès de Vienne à 1914, les relations internationales ont été dominées par un modèle stable de multipolarité équilibrée. Ce modèle a garanti à l'Europe et au monde 99 années de paix et de prospérité relatives. Les hégémons potentiels étaient confrontés à des coalitions prêtes à tous les sacrifices pour les vaincre, quelles que soient leurs différences idéologiques.

Aujourd'hui, la Russie et la Chine ont également des motifs potentiels de conflit entre elles, mais leurs différences sont mineures par rapport au défi que représente la suppression d'un hégémon qui ne connaît pas sa mesure. Nous avons assisté à une étrange inversion des rôles. L'Union soviétique était une force révolutionnaire, un perturbateur au nom d'objectifs utopiques idéologiquement définis. Pendant la guerre froide, elle a été combattue par une Amérique qui pratiquait l'endiguement pour défendre le statu quo.

Aujourd'hui, cependant, les États-Unis sont devenus les porteurs d'un dynamisme révolutionnaire aux ambitions mondiales, au nom de normes idéologiques postmodernes. Ils se heurtent à une coalition informelle mais de plus en plus affirmée de forces plus faibles, telles que les pays BRICS en pleine expansion, qui s'efforcent de réaffirmer les principes essentiellement conservateurs de l'intérêt national, de l'identité et de la souveraineté de l'État. Ils s'opposent à la variante américaine de l'ancienne doctrine soviétique de la souveraineté limitée, qui porte aujourd'hui le nom d'"ordre international fondé sur des règles".

La nouvelle émanation américaine de ce concept juridiquement et moralement intenable n'a pas de domaine géographiquement limité, contrairement au modèle soviétique qui ne s'appliquait qu'aux pays du camp socialiste. Tôt ou tard, elle conduira à la création d'une contre-coalition comme celles qui se sont opposées avec succès à d'autres hégémons en puissance, de Xerxès à Hitler. La grande question reste de savoir si le duopole néoconservateur-néolibéral de Washington le comprendra, et à quel prix pour lui-même et pour le reste du monde.

Les puissances en déclin ont tendance à prendre des risques et à se déstabiliser, comme le montre l'exemple de Philippe II envoyant l'Armada contre l'Angleterre en 1588, ou de l'Autriche-Hongrie annexant la Bosnie en 1908. L'Amérique semble prête à faire de même à plus grande échelle en ce qui concerne l'Ukraine. Une grande partie de l'Europe, culturellement et moralement décrépite, semble prête à suivre docilement. L'histoire ne peut pas se terminer bien sans un sursaut tardif de raison dans l'Occident collectif.

Les relations internationales d'aujourd'hui sont conditionnées par des considérations géopolitiques qui priment sur l'idéologie. Aucun système de valeurs - et surtout pas la monstruosité de la liberté d'expression prônée par les États-Unis - ne peut modifier l'aspiration des grandes puissances (Russie, Chine) ou des puissances régionales (Israël) à accroître leur sécurité en étendant leur contrôle sur l'espace, les ressources et les voies d'accès.

L'essence de la compétition spatiale ne change pas, seuls les points de pression essentiels changent. L'élite politique américaine a intérêt à comprendre qu'il en sera ainsi jusqu'à la fin de l'histoire, ce qui ne se produira que lorsque le monde passera du temps à l'éternité.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter