27/06/2024 reseauinternational.net  5 min #251355

Les villes des Brics+ s'unissent à Kazan, ouvrant une nouvelle ère de coopération

par Pepe Escobar

L'idée du maire de Kazan, Ilsur Metshin, est aussi simple que révolutionnaire. Pourquoi ne pas profiter de l'année de la présidence russe des BRICS - le premier sommet BRICS+ ayant lieu à Kazan en octobre prochain - pour créer une nouvelle association réunissant les villes des BRICS+ ?

Le maire Metshin est un fervent partisan du «développement de liens horizontaux entre les villes». L'expérience de Kazan en matière de coopération intercommunale s'étend déjà sur plus d'un quart de siècle, avec des localités du monde entier et des accords de jumelage conclus avec 71 villes.

L'objectif de la nouvelle association est de renforcer la coopération dans plusieurs domaines : économie, culture, éducation, écologie, gestion des déchets et tourisme. Il s'agit en quelque sorte d'un gigantesque dialogue de ville à ville, fondé essentiellement, pour citer le camarade Xi Jinping, sur des «échanges de peuple à peuple».

C'est ce qui s'est passé le week-end dernier à Kazan, où plus de 100 maires, maires adjoints, responsables d'associations municipales et fonctionnaires locaux se sont retrouvés dans le magnifique hôtel de ville de Kazan pour le premier forum de l'Association des Villes et Municipalités des BRICS+.

Le président Poutine a adressé un  message spécial à la cérémonie d'ouverture, présidée par le maire Metshin, et à laquelle ont participé, entre autres, le maire d'Ankara, Mansur Yavash, et Yang Dong, vice-président de l'Association du peuple chinois pour l'amitié avec l'étranger.

La Chine, l'Iran, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud, membres des BRICS, ont envoyé les plus grandes délégations à Kazan, allant des petites villes brésiliennes aux villes iraniennes importantes comme Isfahan et Mashhad, en passant par une puissance comme Harbin en Chine, la porte d'entrée pour le commerce avec l'Extrême-Orient russe.

La délégation argentine - dont le nouveau président, Javier «Tronçonneuse» Milei, a refusé de faire partie des BRICS - comprenait un véritable dissident, Juan Javier Willipan, le maire de Moreno. L'espace post-soviétique était pleinement représenté par le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Tadjikistan, la Biélorussie et l'Azerbaïdjan.

Il était fascinant de voir des intérêts interconnectés s'exprimer sous de multiples latitudes, du jeune vice-maire de Téhéran, Hamidreza Natanzi, à l'ultra-énergique Bernadia Tjandradevi, originaire de Yogyakarta, capitale culturelle de l'Indonésie, et secrétaire général de la section Asie-Pacifique de l'organisation Cités et gouvernements locaux unis.

En croisière sur la Volga

Il était plus qu'approprié que la première étape d'une nouvelle organisation multilatérale dynamique, dotée d'un immense potentiel de croissance, ait lieu à Kazan, capitale du Tatarstan, fenêtre de la Russie sur les terres d'islam et capitale des BRICS+ en 2024.

La riche histoire de la ville fondée à la fin du XIIIe siècle par les Mongols/Tatars de la Horde d'or après qu'ils se soient débarrassés du royaume bulgare sur la moyenne Volga s'étend de la capitale d'un khanat indépendant à la prise en 1552 par Ivan IV («Le Terrible») de l'ancienne forteresse tatare reconstruite en Kremlin, en passant par l'accueil de Tolstoï et de Lénine en tant qu'étudiants.

Il était donc tout à fait approprié que les hôtes ultra-gracieux et impeccablement organisés de Kazan emmènent la foule multinationale des BRICS+ faire une croisière sur la Volga - le berceau historique de l'État russe.

En chemin, j'ai partagé une table avec Mikhail Solomentsev, un diplomate immensément cultivé, spécialiste de l'Afrique et aujourd'hui représentant permanent de la République de Crimée auprès du président Poutine. Notre plongée en profondeur sur tout ce qui concerne la Crimée - et au-delà - a eu lieu un jour avant l'attaque ATACMS guidée par les États-Unis sur Sébastopol.

Notre destination était la ville insulaire de Sviyazhsk, entourée de rivières de tous les côtés : le Brochet, la Sviyaga et la Volga. L'établissement d'origine a été fondé en 1551 par Ivan IV en tant que forteresse pour aider les troupes russes à avancer et à prendre Kazan à la Horde d'or.

Sviyazhsk est immensément précieuse, à commencer par le musée archéologique du bois, où le village d'origine, préservé dans la boue, est en cours de restauration, le tout associé à une peinture murale de 21 mètres de long représentant la vie du village telle qu'elle était, recréée par IA.

La cathédrale de l'Assomption est enrichie de fabuleuses fresques du XVIe siècle, notamment un «Saint Christophe à la tête de cheval» - littéralement, ce qui aurait été interdit dans une basilique de Rome.

La cerise sur le gâteau tatar était le Sabantuy - un mélange de vacances folkloriques tatares et de foire agricole : une expérience sensorielle psychédélique - avec la reconstitution d'une épopée tatare, le conte d'Azamat, qui met en scène un héros à cheval qui cultive la terre et gagne la fille d'un chef de village lors d'un concours.

Sabantuy incarne en fait les valeurs classiques des Tatars : la terre, la famille, l'hospitalité, les coutumes traditionnelles, le tout sous le regard de Tengri, le dieu du ciel. Tout est question d'harmonie, ce que les membres du groupe BRICS+ ont immédiatement compris et qui a été mis en avant lorsque Poutine, lors du forum de Saint-Pétersbourg, a souligné l'émergence d'un monde multipolaire et «harmonique».

Il appartient maintenant aux villes des BRICS+, par dizaines, bientôt par centaines, puis par milliers, de dialoguer et d'harmoniser leurs stratégies de développement et de résolution des problèmes.

 Pepe Escobar

source :  Sputnik Globe

 reseauinternational.net

 Commenter