27/06/2024 reseauinternational.net  5 min #251364

 Le plus beau des jours

Julian Assange : enfin libre, mais coupable de pratique du journalisme

🇬🇧

par Pepe Escobar

L'impitoyable et tout-puissant appareil de renseignement américain ne recule devant rien et ne fait aucun prisonnier pour punir quiconque, où que ce soit, ose révéler les crimes impériaux.

Le gouvernement des États-Unis (USG) - en vertu de l'«ordre international fondé sur des règles» - a de facto statué que Julian Assange est coupable de pratique du journalisme.

Edward Snowden avait déjà noté que «lorsque révéler un crime est traité comme commettre un crime, vous êtes gouverné par des criminels».

Des criminels comme Mike «Nous mentons, nous trichons, nous volons» Pompeo, l'ancien secrétaire d'État de Trump, qui avait prévu d'enlever et de tuer Julian lorsqu'il était à la tête de la CIA.

L'indomptable Jennifer Robinson et l'avocat américain de Julian, Barry Pollack, Lawyer says Julian Assange "suffered tremendously" for free speech  : les États-Unis ont «poursuivi le journalisme comme un crime».

Julian a été contraint de subir une Via Crucis indiciblement vicieuse parce qu'il a osé révéler les crimes de guerre du gouvernement américain, les rouages de l'armée américaine dans sa guerre contre le terrorisme en Afghanistan et en Irak, et - le Saint des Saints - il a osé révéler des courriels montrant que le Comité national démocrate (DNC) était de connivence avec la harpie Hillary Clinton, belliciste notoire.

Julian a été soumis à une torture psychologique implacable et a failli être crucifié pour avoir publié des faits qui devraient toujours rester invisibles pour l'opinion publique. Voilà ce qu'est le journalisme de haut niveau.

Ce drame apprend à la planète entière tout ce qu'il faut savoir sur le contrôle absolu de l'Hégémon sur le pathétique Royaume-Uni et l'UE.

Et cela nous amène au kabuki qui pourrait - et le mot clé est «pourrait» - clore l'affaire. Titre de la pièce de moralité tordue : «Plaider coupable ou mourir en prison».

Le dernier rebondissement de l'intrigue de la pièce de moralité est le suivant : le combo derrière le cadavre de la Maison-Blanche s'est rendu compte que torturer un journaliste et éditeur australien dans une prison américaine de haute sécurité au cours d'une année électorale n'était pas particulièrement bon pour les affaires.

Dans le même temps, l'establishment britannique suppliait qu'on l'exclue de l'intrigue, alors que son système de «justice» était contraint par l'hégémon de garder un homme innocent et un père de famille en otage pendant cinq ans, dans des conditions épouvantables, au nom de la protection d'un certain nombre de secrets des services de renseignements anglo-américains.

En fin de compte, l'establishment britannique a exercé discrètement toutes les pressions possibles pour se diriger vers la sortie, tout en sachant parfaitement ce que les Américains prévoyaient pour Julian.

La prison à vie était «juste et raisonnable»

C'est le kabuki de ce mercredi à Saipan, la plus grande des îles Mariannes du Nord, une terre du Pacifique non incorporée et administrée par l'Hégémon.

Enfin libre - peut-être, mais avec des conditions qui restent assez obscures.

Le tribunal américain du Pacifique a ordonné à Julian de demander à WikiLeaks de détruire des informations comme condition de l'accord.

Julian a dû dire à la juge américaine Ramona Manglona qu'il n'avait pas été soudoyé ou contraint de plaider coupable de l'accusation cruciale de «conspiration en vue d'obtenir et de diffuser illégalement des informations classifiées relatives à la défense nationale des États-Unis».

Ses avocats lui ont dit qu'il devait suivre le scénario «Plaider coupable ou mourir en prison». Sinon, pas d'accord.

Le juge Manglona - dans une étonnante mise à l'écart de ces cinq années de torture psychologique - a déclaré : «il apparaît que vos 62 mois de prison étaient justes, raisonnables et proportionnés».

Le gouvernement américain, si bienveillant et si «juste», va donc prendre les mesures nécessaires pour effacer immédiatement les charges qui pèsent encore sur Julian dans le district oriental de Virginie notoirement sévère.

Julian a toujours été inflexible : il a insisté à maintes reprises sur le fait qu'il ne plaiderait jamais coupable d'une accusation d'espionnage. Il ne l'a pas fait ; il a plaidé coupable d'une accusation floue de crime/conspiration ; il a été condamné à une peine de prison ; il a été libéré ; et c'est tout.

Vraiment ?

L'Australie est un État vassal de l'hégémon, notamment en matière de renseignement, et sa capacité à protéger sa population civile est inférieure à zéro.

Passer du Royaume-Uni à l'Australie n'est peut-être pas vraiment une amélioration, même si la liberté est incluse. Une véritable amélioration consisterait à passer chez un Véritable Souverain. Comme la Russie. Cependant, Julian aura besoin de l'autorisation des États-Unis pour voyager et quitter l'Australie. Moscou sera inévitablement une destination interdite et sanctionnée.

Il ne fait aucun doute que Julian sera de retour à la tête de WikiLeaks. Il se peut même que des dénonciateurs fassent la queue en ce moment même pour raconter leur histoire, documents officiels à l'appui.

Pourtant, le message brutal et inquiétant reste pleinement imprimé dans l'inconscient collectif : l'impitoyable et tout-puissant appareil de renseignement américain ne recule devant rien et ne fait aucun prisonnier pour punir quiconque, où que ce soit, ose révéler les crimes impériaux. Une nouvelle épopée mondiale commence maintenant : La lutte contre le journalisme criminalisé.

 Pepe Escobar

source :  Strategic Culture Foundation

 reseauinternational.net

 Commenter