30/06/2024 ismfrance.org  4 min #251549

Le maintien des apparences diplomatiques renforce le génocide

Ramona Wadi, 29 juin 2024. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait s'adresser à une session conjointe du Congrès des Etats-Unis le 24 juillet, et les médias israéliens ont rapporté des spéculations sur le contenu de son discours, bien que légèrement contradictoires.

Les chars et les bulldozers israéliens ont détruit environ 50 hectares de serres au nord-ouest de Rafah. (source 𝕏 Quds News Network)

Les principaux collaborateurs israéliens de Netanyahu ont  déclaré que le discours porterait sur les accords de normalisation entre l'Arabie saoudite et Israël, un cessez-le-feu centré sur un accord pour les otages et « une voie vers un État palestinien ». Cette dernière a été contredite par le bureau de Netanyahu, qui a déclaré que le Premier ministre « s'oppose à un État palestinien et ne changera pas sa position dans son discours au Congrès ». Cependant, on a rapporté que Netanyahu « offrirait un soutien rhétorique à un vague processus menant à une autonomie palestinienne accrue sans un État ».

Rien de nouveau dans le jargon diplomatique habituel, mais à l'heure où Israël commet ouvertement un génocide à Gaza, même un « soutien rhétorique à un vague processus » ne peut pas mériter son piédestal habituel dans le récit américano-israélien. En commettant un génocide, Netanyahu a prouvé sans conteste son opposition à un État palestinien. En revanche, vider Gaza des Palestiniens est crédible même sans la rhétorique de Netanyahu.

Les déplacements forcés internes récurrents des Palestiniens, Israël poussant les Palestiniens dans des zones qu'il bombarde ensuite, la famine forcée, les fosses communes, les corps enterrés sous les décombres - quelle partie du génocide fait même allusion à une hypothétique entité palestinienne autonome, sans parler d'un État ?

Israël et les États-Unis ont signé une complicité bien plus grande dans leurs crimes contre le peuple palestinien colonisé. Parler d'accords de normalisation dans le passé était déjà une aberration ; le niveau d'absurdité atteint aujourd'hui nécessite un nouveau vocabulaire. Renvoyer le génocide dans le passé semble être la voie à suivre pour Israël et les États-Unis. Pour les Palestiniens, cependant, le génocide est en cours depuis la Nakba et est désormais ouvertement pratiqué, approuvé et soutenu par les puissances occidentales. Loin de la diplomatie de la force, les Palestiniens vivent les horreurs et les conséquences de bombardements et de massacres incessants qui ont déjà provoqué des catastrophes humanitaires. Quels Palestiniens auront la santé physique et mentale nécessaire pour envisager la politique avant de soulager la famine, le besoin d'un abri, l'accès à l'eau potable, à la santé et à l'éducation ? Tous ces éléments étaient déjà rares avant le génocide !

Le génocide n'est pas survenu de nulle part dans le projet colonial sioniste. Les Palestiniens ont mis en garde à plusieurs reprises la communauté internationale contre les diverses manières dont ils étaient soumis au nettoyage ethnique de leurs villes et villages depuis la Nakba. Mais la communauté internationale était trop occupée à protéger son consensus à deux États et à renforcer les divisions politiques et économiques entre Gaza et la Cisjordanie occupée, ce qui jouait directement en faveur des intérêts israéliens. Les Palestiniens ont perpétuellement été exploités comme des pions dans la diplomatie internationale, jusqu'au génocide.

Le discours de Netanyahu devant le Congrès n'est qu'un pas de plus vers l'oubli politique lorsqu'il s'agit du peuple palestinien. Travaillant de concert non seulement avec la destruction de la mémoire historique et collective de la Palestine, l'oubli trouve désormais un meilleur partenaire dans le génocide. Alors que le contenu du prochain discours fait l'objet de spéculations, Israël gagne encore un peu de répit par la voie diplomatique pour massacrer davantage de Palestiniens à Gaza, et peut-être avoir l'occasion de parler d'un plan pour l'après-génocide, dans lequel seul le concept sioniste de prétendue paix peut couver. Ce n'est pas du tout un processus vague, c'est juste un processus sanglant.

Article original en anglais paru sur  Middle East Monitor le 27.06.2024 / Traduction MR

 ismfrance.org

 Commenter