30/06/2024 arretsurinfo.ch  7 min #251563

La Russie a des leçons à donner en matière de démocratie

Par  M.K. Bhadrakumar

Le président russe Vladimir Poutine (à droite) félicite le chef du Parti communiste russe, Guennadi Ziouganov, à l'occasion de son 80e anniversaire, lorsqu'il reçoit le titre de Héros du travail, Moscou, 26 juin 2024.

Nous avons récemment assisté au spectacle pathétique que, même après sept décennies d'indépendance et d'expérience en tant que démocratie où des centaines de millions de personnes se sentent véritablement habilitées, l'élite politique pouvait se comporter de manière infantile pendant le cycle électoral.

Mais ce n'était pas le cas auparavant. Mon père, aujourd'hui décédé, se souvenait que Pundit Nehru, en tant que Premier ministre, avait l'habitude de se diriger vers les députés communistes dans le Central Hall pour discuter avec eux. C'était dans les années 1950 et 1960, lorsque mon père était membre du Lok Sabha.

Ce souvenir est remonté du grenier de mon esprit lorsque j'ai lu dans la presse russe le geste extraordinaire du président Vladimir Poutine à l'égard du secrétaire général du parti communiste russe, Guennadi Ziouganov, à l'occasion de son 80e anniversaire de naissance, le 26 juin.

M. Poutine a rendu hommage à M. Ziouganov en signant un décret présidentiel attribuant le titre de Héros du travail de la Fédération de Russie au vénérable dirigeant communiste. Le décret précise que cette récompense est attribuée « pour sa contribution exceptionnelle au développement de l'État russe et de la société civile, ainsi que pour son travail fructueux de longue haleine ». M. Poutine a ensuite adressé un message personnel de félicitations à M. Ziouganov, dont voici un extrait :

« Vous êtes connu pour être un homme politique expérimenté et une personne honnête et attachée à ses principes, dévouée aux intérêts de la patrie.

« Vous restez immergé dans la vie publique du pays en vous efforçant de défendre les principes de la justice sociale, en apportant une contribution importante au travail législatif et au parlementarisme russe, et en abordant des questions d'importance nationale. Je tiens en particulier à saluer vos efforts visant à améliorer le bien-être de la population et à renforcer la souveraineté et les positions de notre pays sur la scène internationale. Ces activités multiformes et indispensables méritent un profond respect.

« Je vous souhaite une bonne santé, beaucoup de succès dans la mise en œuvre de vos projets et tous mes vœux de réussite.

« Une fois encore, veuillez accepter mes sincères félicitations pour avoir reçu le titre élevé de Héros du travail de la Fédération de Russie.

Plus tard, M. Poutine a reçu M. Ziouganov au Kremlin. Le communiqué du Kremlin indique que « le président a remercié le dirigeant du parti communiste de la Fédération de Russie pour les nombreuses années qu'il a passées au service de la patrie et a souligné que son parti a toujours défendu des positions patriotiques ». Ces mots ont été choisis avec soin. En effet, Zyuganov est un homme aux convictions fortes et n'a jamais hésité à exprimer ses positions sur les questions politiques dans ses commentaires publics, ses déclarations de campagne présidentielle et ses votes. Mais son amour sans faille pour la patrie n'a jamais été mis en doute.

Il a souvent été en désaccord avec Poutine. Mais ce dernier ne l'a jamais pris à cœur. Dans les années 1980, Ziouganov, membre du PCUS, a même critiqué le programme de réformes du secrétaire général Mikhaïl Gorbatchev, la « glasnost » et la « perestroïka ».

Cela peut sembler paradoxal, mais les bons communistes font en réalité de grands nationalistes. Ziouganov s'est opposé à l'implication de l'Occident en Syrie et a soutenu les opérations militaires spéciales de la Russie en Ukraine, accusant l'OTAN de planifier « l'asservissement de l'Ukraine » pour créer des « menaces critiques pour la sécurité de la Russie ». Il a soutenu l'appel de Poutine à la « démilitarisation et à la dénazification » de l'Ukraine.

Ziouganov a écrit un jour dans une tribune du New York Times : « Nous restaurerions la puissance de l'État russe et son statut dans le monde. Cela rendrait ses politiques incomparablement plus prévisibles et responsables qu'elles ne le sont aujourd'hui ». On pourrait dire qu'il s'agit là d'un « poutinisme » sans fard. Ziouganov estime que la Russie détient le « rôle unique de pivot et de point d'appui » de l'Eurasie.

Sans surprise, Zyuganov s'est opposé à la privatisation des industries d'État et s'est engagé à rétablir le contrôle de l'État sur l'économie. Mais, s'écartant de manière rafraîchissante du dogme soviétique, il a également fait de l'agriculture l'une des principales préoccupations du parti communiste, notamment en ce qui concerne le manque de soutien de l'État aux régions rurales.

Il est tout à l'honneur de Poutine de n'avoir eu aucun scrupule à emprunter le programme de Ziouganov et de se faire un devoir de le consulter et de suivre ses conseils, tout en orientant la Russie sans complexe vers un pays capitaliste qui en a fini avec le socialisme.

Il est intéressant de noter que Ziouganov affirme également que la Russie devrait s'inspirer de l'exemple réussi de la Chine et construire le socialisme russe. Il a déjà encouragé les membres du parti à lire les œuvres choisies de Deng Xiaoping. Il a également déclaré que si son pays s'était inspiré de la réussite de la Chine plus tôt, l'Union soviétique n'aurait pas été dissoute.

Avec le recul, on peut dire que Ziouganov a connu son heure de gloire au milieu des années 1990, lorsque, épuisés et désillusionnés par le choc et l'effroi provoqués par l'évolution de Boris Eltsine vers le libre marché et le capitalisme, qui a détruit la vie de vastes pans de la société habituée à une vie protégée et prévisible, les Russes ont afflué vers le parti communiste lors de l'élection présidentielle de 1996.

En fait, la candidature de Ziouganov a progressé à un point tel qu'il semblait que la Russie était en train de reconquérir le socialisme. C'est alors que Bill Clinton s'est rendu à Moscou avec son homme du vendredi, Strobe Albott. Alarmé par ce qu'ils voyaient, Clinton est retourné à Washington et a approuvé une feuille de route visant à assurer la victoire d'Eltsine, en faisant même appel au FMI. Clinton a déployé des experts américains comme directeurs de campagne d'Eltsine, rompus au zen des élections démocratiques. Le reste appartient à l'histoire.

Mais Ziouganov n'a jamais montré de rancœur ou d'amertume. En fait, il n'a jamais exercé de fonction publique. Mais il peut se réjouir qu'à 80 ans, il soit considéré comme l'éminence grise de la politique russe, alors que la réputation d'Eltsine est en très mauvais état.

La grande question est de savoir ce qu'est la démocratie. S'agit-il d'organiser régulièrement des élections ? Je viens de passer une semaine en Iran, au sein d'un groupe d'observateurs, pour assister au scrutin éclair de vendredi. Ce qui m'a le plus intrigué, c'est la liste des six candidats soigneusement préparée par le Conseil des gardiens sur la base de l'engagement d'un candidat potentiel envers l'idéologie nationale et le système de gouvernement que l'Iran a choisi dans sa sagesse après la tumultueuse révolution islamique de 1979.

Ce processus subtil est peut-être le reflet de l'esprit « islamique persan-chiite », mais une fois que les six candidats (dont un religieux) sont annoncés, les règles du jeu sont les mêmes pour tous. Une demi-douzaine de débats télévisés ont été organisés pour s'assurer que les gens se familiarisent avec les candidats. Le fait que seuls les conformistes soient autorisés à se présenter aux élections iraniennes est une parodie de vérité.

Il est pratiquement impossible de créer des présidents sur mesure. L'expérience montre qu'une fois élus à de hautes fonctions, certains d'entre eux ont même tendance à se comporter comme Thomas Becket, qui, après être devenu archevêque de Canterbury, a pris son travail trop au sérieux pour le confort du roi Henri II. Bien entendu, de telles luttes épiques ne se terminent jamais bien.

À l'autre extrême, on trouve l'étrange variante qui passe pour du « pluralisme politique » aux États-Unis. Un candidat âgé de 81 ans et l'autre de 78 ans, tous deux obsédés par les calomnies qu'ils se lancent l'un à l'autre. Le meilleur pari de Trump est que Biden a l'air « tordu et sénile », tandis que le refrain de ce dernier est que son adversaire est congénitalement malhonnête.

Un troisième candidat, Robert Kennedy Jr, bien qu'il soit un homme d'idées et de réflexion, est jugé indigne de participer au débat national sous le prétexte spécieux qu'il est un « candidat indépendant » !

Le résultat est un véritable spectacle de la faillite du système politique américain. Coïncidence ou non, Poutine a décerné l'honneur national à Zyuganov le jour même où Trump et Biden se sont affrontés au nom du pluralisme démocratique.

M.K. Bhadrakumar, 29 juin 2024

Source:  indianpunchline.com

 arretsurinfo.ch

 Commenter
newsnet 2024-06-30 #14244

Wow, Bhad a parfaitement saisi et intégré la philosophie néorusse, qui donne des leçons sans en donner tout en passant par le fait de montrer l'exemple et l'attente patiente de la compréhension.