02/07/2024 reseauinternational.net  10 min #251666

L'Occident a indubitablement perdu la Russie et perd également l'Eurasie

🇪🇸 🇸🇹

par Alastair Crooke

L'objectif de la visite du président Poutine en Corée du Nord et au Vietnam n'est-il pas désormais clair dans le contexte du projet d'architecture de sécurité eurasienne ?

Il y a peut-être eu un moment de réveil à Washington cette semaine à la lecture du compte-rendu de la démarche de Sergueï Lavrov auprès de l'ambassadeur des États-Unis à Moscou : La Russie disait aux États-Unis : «Nous ne sommes plus en paix» !

Non seulement «nous ne sommes plus en paix», mais la Russie tenait les États-Unis pour  responsables de la «frappe à fragmentation» sur une plage de Crimée le dimanche dernier, jour férié de la Pentecôte, qui a fait plusieurs morts (notamment des enfants) et de nombreux blessés. Les États-Unis sont ainsi «devenus partie prenante» de la guerre par procuration en Ukraine (il s'agissait d'un ATACM fourni par les États-Unis, programmé par des spécialistes américains et utilisant des données américaines), selon la déclaration de la Russie : «Des mesures de rétorsion suivront certainement».

Manifestement, quelque part, une lumière orange s'est mise à clignoter en rose et en rouge. Le Pentagone a compris qu'il s'était passé quelque chose : «Il n'y a pas d'échappatoire, cela pourrait dégénérer». Le secrétaire américain à la Défense (après une pause depuis mars 2023) a  pris son téléphone pour appeler son homologue russe : «Les États-Unis regrettent la mort de civils ; les Ukrainiens avaient toute latitude pour cibler».

L'opinion publique russe, elle, est carrément furieuse.

L'argot diplomatique selon lequel «il existe désormais un État intermédiaire, ni guerre ni paix» n'est que la «moitié de l'affaire».

L'Occident  a «perdu» la Russie beaucoup plus profondément qu'on ne le croit.

Le président Poutine, dans sa  déclaration au ministère des Affaires étrangères à la suite du coup d'épée du G7, a expliqué comment nous en étions arrivés à cette étape charnière (d'une escalade inévitable). Poutine a indiqué que la gravité de la situation exigeait une offre de «dernière chance» à l'Occident, une offre qui, selon Poutine, ne devait pas être «un cessez-le-feu temporaire permettant à Kiev de préparer une nouvelle offensive, ni un gel du conflit, mais plutôt l'achèvement final de la guerre».

Il est largement admis que le seul moyen crédible de mettre fin à la guerre en Ukraine serait un accord de «paix» issu d'une négociation entre la Russie et les États-Unis.

Cette idée est toutefois ancrée dans une vision familière centrée sur les États-Unis : «Attendre Washington...».

Lavrov a commenté (en paraphrasant) que si quelqu'un pense que nous «attendons Godot» et que nous «allons nous enfuir», il se trompe.

Moscou a quelque chose de beaucoup plus radical à l'esprit - quelque chose qui choquera l'Occident.

Moscou (et la Chine) ne se contentent pas d'attendre les caprices de l'Occident, mais prévoient d'inverser complètement le paradigme de l'architecture de sécurité : créer une architecture «Alt» pour le «vaste espace» de l'Eurasie, rien de moins.

L'objectif est de mettre fin à la confrontation à somme nulle entre les blocs existants. Une nouvelle confrontation n'est pas envisagée, mais la nouvelle architecture vise néanmoins à contraindre les «acteurs extérieurs» à limiter leur hégémonie sur le continent.

Dans son discours au ministère des Affaires étrangères, Poutine a explicitement envisagé l'effondrement du système de sécurité euro-atlantique et l'émergence d'une nouvelle architecture : «Le monde ne sera plus jamais le même», a-t-il déclaré.

Que voulait-il dire ?

Youri Ouchakov, principal conseiller de Poutine en matière de politique étrangère (lors du Forum de lecture Primakov), a clarifié l'allusion «éparse» de Poutine :

Ouchakov aurait déclaré que la Russie est de plus en plus convaincue qu'il n'y aura pas de remaniement à long terme du système de sécurité en Europe. Et sans remaniement majeur, il n'y aura pas d'«achèvement final» (selon les termes de Poutine) du conflit en Ukraine.

Ouchakov a expliqué que ce système de sécurité unifié et indivisible en Eurasie doit remplacer les modèles euro-atlantiques et euro-centrés qui sont en train de tomber dans l'oubli.

«Ce discours [de Poutine au ministère des Affaires étrangères russe], dirais-je, définit le vecteur des activités ultérieures de notre pays sur la scène internationale, notamment la construction d'un système de sécurité unique et indivisible en Eurasie», a déclaré Ouchakov.

Les dangers d'une propagande excessive sont apparus dans un épisode antérieur où un grand État s'est retrouvé piégé par sa propre diabolisation de ses adversaires : L'architecture de sécurité de l'Afrique du Sud pour l'Angola et le sud-ouest de l'Afrique (aujourd'hui la Namibie) s'était également effondrée en 1980 (j'y étais à l'époque). Les forces de défense sud-africaines disposaient encore d'une immense capacité de destruction au nord de l'Afrique du Sud, mais l'utilisation de cette force ne débouchait sur aucune solution politique ou amélioration. Au contraire, elle menait l'Afrique du Sud à l'oubli (tout comme Ouchakov a décrit le modèle euro-atlantique aujourd'hui). Pretoria voulait du changement ; elle était prête (en principe) à conclure un accord avec la SWAPO, mais la tentative de mise en œuvre d'un cessez-le-feu s'est effondrée au début de 1981.

Le problème majeur était que le gouvernement d'apartheid sud-africain avait si bien réussi sa propagande et sa diabolisation de la SWAPO comme étant à la fois «marxiste ET terroriste» que son public a reculé devant tout accord, et il a fallu attendre une autre décennie (et une révolution géostratégique) avant qu'un règlement ne devienne enfin possible.

Aujourd'hui, l'«élite» sécuritaire des États-Unis et de l'Union européenne a connu un tel «succès» avec sa propagande antirusse tout aussi exagérée qu'elle est elle aussi prise au piège. Même s'ils le voulaient (ce qui n'est pas le cas), une architecture de sécurité de remplacement pourrait tout simplement s'avérer «non négociable» pour les années à venir.

Ainsi, comme l'a souligné Lavrov, les pays eurasiens ont pris conscience que la sécurité sur le continent doit être construite de l'intérieur - libre et loin de l'influence américaine. Dans cette conceptualisation, le principe de l'indivisibilité de la sécurité - une qualité qui n'est pas mise en œuvre dans le projet euro-atlantique - peut et doit devenir la notion clé autour de laquelle la structure eurasienne peut être construite, a précisé Lavrov.

C'est dans cette «indivisibilité» que se trouve la mise en œuvre réelle, et non nominale, des dispositions de la Charte des Nations unies, notamment le principe de l'égalité souveraine.

Les pays eurasiens unissent leurs efforts pour contrer conjointement les prétentions des États-Unis à l'hégémonie mondiale et l'ingérence de l'Occident dans les affaires des autres États, a déclaré Lavrov lors du  forum de lecture Primakov, mercredi.

Les États-Unis et d'autres pays occidentaux «tentent de s'ingérer dans les affaires» de l'Eurasie, en transférant les infrastructures de l'OTAN en Asie, en organisant des exercices conjoints et en créant de nouveaux pactes. Lavrov a prédit :

«Il s'agit d'une lutte géopolitique. Cela a toujours été le cas, et cela durera peut-être longtemps - et peut-être que nous ne verrons pas la fin de ce processus. Cependant, il est un fait que la tendance à contrôler depuis l'océan tout ce qui se passe partout est maintenant contrecarrée par la tendance à unir les efforts des pays eurasiens».

Le début des consultations sur une nouvelle structure de sécurité n'indique pas encore la création d'une alliance militaro-politique similaire à l'OTAN ; «Au départ, elle pourrait bien exister sous la forme d'un forum ou d'un mécanisme de consultation des pays intéressés, qui ne serait pas soumis à des obligations organisationnelles et institutionnelles excessives», écrit Ivan Timofeev.

Cependant, les «paramètres» de ce système,  explique Maria Zakharova, «... permettront non seulement d'assurer une paix durable, mais aussi d'éviter les grands bouleversements géopolitiques dus à la crise de la mondialisation, construite selon les schémas occidentaux. Elle créera des garanties militaro-politiques fiables pour la protection de la Fédération de Russie et des autres pays de la macro-région contre les menaces extérieures, créera un espace sans conflits et favorable au développement - en éliminant l'influence déstabilisatrice des acteurs extra-régionaux sur les processus eurasiens. À l'avenir, cela signifiera qu'il faudra réduire la présence militaire des puissances extérieures en Eurasie».

Le président honoraire du Conseil russe pour la politique étrangère et de défense, Sergei Karaganov, (dans une  récente interview) insère cependant son analyse plus sobre :

«Malheureusement, nous nous dirigeons vers une véritable guerre mondiale, une guerre totale. Les fondations de l'ancien système mondial sont en train de s'effondrer et des conflits vont éclater. Il est nécessaire de bloquer la voie qui mène à une telle guerre... des conflits se préparent déjà et se déroulent dans tous les domaines».

«L'ONU est une espèce en voie de disparition, chargée de l'appareil occidental et donc irréformable. Eh bien, qu'elle reste. Mais nous devons construire des structures parallèles... Je pense que nous devrions construire des systèmes parallèles en élargissant les BRICS et l'OCS, en développant leur interaction avec l'ASEAN, la Ligue des États arabes, l'Organisation de l'Unité africaine, le Mercosur latino-américain, etc.».

«D'une manière générale, nous souhaitons établir un système multilatéral de dissuasion nucléaire dans le monde. Personnellement, je ne suis donc pas inquiet de l'émergence de nouvelles puissances nucléaires et du renforcement des anciennes, simplement parce que se fier à la raison des gens ne fonctionne pas. Il faut de la peur. Il faut compter davantage sur la «dissuasion nucléaire - la peur, l'inspiration - l'effroi»».

La politique nucléaire est une question complexe et controversée aujourd'hui en Russie. Certains affirment qu'une doctrine nucléaire russe trop restrictive peut être dangereuse si elle amène les adversaires à devenir trop blasés, c'est-à-dire à ne pas être impressionnés par l'effet dissuasif ou à y être indifférents, au point d'en ignorer la réalité.

D'autres préfèrent une posture de tout dernier recours. Tous s'accordent cependant à dire que l'architecture de sécurité eurasienne dispose de nombreux stades d'escalade autres que le nucléaire.

Pourtant, la capacité d'un «verrou de sécurité» nucléaire à l'échelle du continent par rapport à une OTAN dotée d'un équipement nucléaire est évidente : La Russie, la Chine, l'Inde, le Pakistan - et maintenant la Corée du Nord - sont tous des États dotés d'armes nucléaires, de sorte qu'un certain degré de potentiel de dissuasion est intégré.

D'autres «étapes d'escalade» seront sans aucun doute au centre des discussions lors du sommet des BRICS à Khazan en octobre. En effet, une architecture de sécurité n'est pas seulement «militaire». L'ordre du jour englobe les questions commerciales, financières et les sanctions.

La simple logique de l'inversion du paradigme militaire de l'OTAN pour aboutir à un système de sécurité eurasien «Alt» semblerait, par la seule force de la logique, indiquer que si le paradigme de la sécurité doit être inversé, l'hégémonie financière et commerciale de l'Occident doit l'être également.

La dédollarisation est bien sûr déjà à l'ordre du jour et des mécanismes concrets devraient être dévoilés en octobre. Mais si l'Occident se sent désormais libre de sanctionner l'Eurasie à sa guise, il est également possible que l'Eurasie sanctionne réciproquement les États-Unis ou l'Europe - ou les deux.

Oui. Nous avons «perdu» la Russie (pas pour toujours). Et nous pourrions perdre bien plus encore. L'objectif de la visite du président Poutine en Corée du Nord et au Vietnam n'est-il pas désormais clair dans le contexte du projet d'architecture de sécurité eurasienne ? Ils en font partie.

Et pour paraphraser le célèbre poème de CP Cavafy :

Pourquoi cet égarement soudain, cette confusion ? (Comme les visages des gens sont devenus sérieux).
Parce que la nuit est tombée et que les [Russes] ne sont pas venus.
Et certains de nos hommes qui viennent d'arriver de la frontière disent
qu'il n'y a plus de [Russes]...
«Que va-t-il nous arriver sans [les Russes] ?»
«Ils étaient une sorte de solution».

 Alastair Crooke

source :  Strategic Culture Foundation

 reseauinternational.net

 Commenter
newsnet 2024-07-02 #14247
«L'ONU est une espèce en voie de disparition, chargée de l'appareil occidental et donc irréformable. Eh bien, qu'elle reste. Mais nous devons construire des structures parallèles... Je pense que nous devrions construire des systèmes parallèles en élargissant les BRICS et l'OCS, en développant leur interaction avec l'ASEAN, la Ligue des États arabes, l'Organisation de l'Unité africaine, le Mercosur latino-américain, etc.».

j'y pensais.
Si c'est irréformable c'est surtout en raison de sa méthodologie, qui est archaïque.