04/07/2024 euro-synergies.hautetfort.com  15min #251868

Les erreurs de la vision libérale-occidentale du Proche-Orient

Filip Martens

L'échec de l'Islam et le succès de l'Occident

Pendant des siècles, l'Islam a été une grande culture, à la pointe de la science et de la technologie. Toutefois, à partir du XVIe siècle, cette culture a lentement commencé à se laisser distancer par l'Europe. Au XIXe siècle, l'ensemble du monde islamique s'est effondré en un rien de temps et est tombé aux mains de l'Europe impérialiste. Sur le plan militaire, les musulmans ont été vaincus à maintes reprises et même l'Empire ottoman, autrefois puissant, a été contraint de signer des traités de paix dictés par l'Europe. En outre, les économies libérales occidentales se sont avérées bien plus puissantes que celles du monde islamique. Sur le plan politique également, le Proche-Orient ne comptait plus. Le monde islamique s'est alors interrogé sur ce qui n'allait pas.

Le déplacement vers l'Atlantique des échanges commerciaux et intellectuels pluriséculaires entre l'Europe et le Proche-Orient signifiait le déclin du Proche-Orient. La découverte de l'Amérique en 1492 a modifié les routes commerciales pluriséculaires: elles ne passaient plus par le Proche-Orient. L'Europe commerçait désormais avec l'Afrique (esclaves) et avec ses colonies asiatiques et américaines. Parallèlement, l'Europe développe des armes plus performantes et le capitalisme naissant stimule le colonialisme en mobilisant d'importants capitaux. Jusqu'à la fin du XVIe siècle, le Proche-Orient continue de fournir des textiles à l'Europe.

L'histoire moderne du Proche-Orient commence en 1798 avec l'invasion de l'Égypte et de la Palestine par le général Napoléon Bonaparte. À cette époque, le processus de défaite et de recul de l'Islam avait déjà commencé dans les Balkans et en Europe de l'Est. L'invasion française a enseigné au monde islamique qu'une puissance européenne pouvait entrer et faire ce qu'elle voulait en toute impunité. Même le départ des troupes françaises n'a pas été provoqué par les Égyptiens ou les Ottomans, mais par la flotte britannique du vice-amiral Horatio Nelson, ce qui a permis de tirer une deuxième leçon: seule une autre puissance européenne peut faire repartir une puissance européenne envahissante.

Ainsi, à partir du XVIIIe siècle, l'Empire ottoman s'est affaibli et l'Europe a commencé à y construire sa sphère d'influence. Les différentes religions de l'Empire ottoman formaient chacune un "millet", de sorte que chaque croyance jouissait d'une autonomie sur le plan religieux, ce qui facilitait l'infiltration européenne. Cela a effectivement facilité l'infiltration européenne. Les "capitulations" ont notamment joué un rôle très important. Il s'agissait de traités entre l'Empire ottoman et des pays occidentaux amis, en vertu desquels les sujets de l'État occidental en question n'étaient pas soumis au droit pénal ottoman, mais étaient jugés selon le droit de leur propre pays. Le traité le plus connu est celui conclu entre la France et l'Empire ottoman en 1536, qui s'est transformé en 1740 en une combinaison de pacte de non-agression, de traité commercial et de privilèges étendus pour les sujets français dans l'ensemble de l'Empire ottoman. Cette capitulation ayant acquis en 1740 une validité perpétuelle, la France a pu s'en prévaloir au XIXe siècle pour s'immiscer dans les affaires de l'Empire ottoman affaibli.

Après avoir examiné l'échec islamique et le succès occidental, des réformes ont été lancées: modernisation de l'armée (méthodes, armes et entraînement occidentaux), industrialisation de l'économie et adoption du système politique occidental. Mais en vain. Tout au long du XIXe siècle, l'Empire ottoman tente de faire face à l'impérialisme croissant de l'Europe libérale et industrielle. Néanmoins, de nombreux territoires ottomans d'Afrique du Nord et d'Asie du Sud-Ouest sont devenus des colonies ou des zones d'influence européennes. Plusieurs réformes des structures impériales ottomanes ont donc eu lieu pour mieux défendre l'empire contre la domination étrangère. Si ces réformes ont profondément réformé le système judiciaire, l'armée et l'administration vers le début du XXe siècle, elles ont également entraîné une présence économique et culturelle européenne croissante et l'émergence de mouvements nationalistes naissants parmi de nombreux peuples de l'Empire ottoman, par exemple les Arméniens, les Arabes et les chrétiens maronites dans les montagnes libanaises. Le monde islamique a donc été non seulement dépassé par l'Europe au cours des trois derniers siècles, mais aussi dominé et colonisé par elle.

Par ailleurs, le débat sur l'"ijtihad" dans le monde islamique dure depuis trois siècles et ne cesse de fournir de nouvelles explications. Ijtihad" signifie raison, mais ce terme fait surtout référence aux divers mouvements qui ont émergé et exigé des changements depuis la fin du XVIIIe siècle. Ces mouvements étaient primo le wahhabisme réformiste et le salafisme conservateur ; secundo le modernisme islamique de Jamal ad-Din al-Afghani et Mohammed Abdu ; et tertio les combinaisons que Rashid Rida et Hassan al-Banna en ont fait.

Le choc des définitions

Le livre de Samuel Huntington "Le choc des civilisations" [1], publié en 1993, annonçait une politique mondiale totalement nouvelle, mais il s'agit d'un mythe. Huntington affirmait que, jusqu'alors, la guerre était menée entre des idéologies et que les conflits internationaux auraient désormais une cause culturelle. Ces "civilisations qui s'affrontent" - c'est-à-dire les civilisations occidentales contre les civilisations non occidentales - domineraient désormais la politique internationale. Il capitalisait ainsi sur l'idée d'un "nouvel ordre mondial" lancée par le président Bush père et sur le changement de millénaire qui était imminent.

La thèse de Huntington est une version recyclée de la thèse de la guerre froide selon laquelle les conflits sont idéologiques: pour lui, après tout, tout tourne autour de l'idéologie libérale occidentale contre les autres idéologies. En d'autres termes, la guerre froide s'est simplement poursuivie, mais sur de nouveaux fronts (Islam et Proche-Orient). Selon Huntington, l'Occident doit adopter une position interventionniste et agressive à l'égard des civilisations non occidentales pour éviter la domination de celles-ci sur l'Occident. Il voulait donc poursuivre la guerre froide par d'autres moyens au lieu d'essayer de comprendre la politique mondiale ou de réconcilier les cultures. Ce langage belliqueux apporte de l'eau au moulin du Pentagone et du complexe militaro-industriel américain.

Cependant, Huntington ne s'intéressait pas à l'histoire des cultures et était également très mal inspiré. En effet, nombre de ses arguments proviennent de sources indirectes: il n'a donc pas analysé correctement le fonctionnement des cultures, s'appuyant principalement sur des journalistes et des démagogues plutôt que sur des scientifiques et des théoriciens. Il a même emprunté le titre de son livre à l'article de Bernard Lewis "The Roots of Muslim Rage" [2]: un milliard de musulmans seraient furieux contre notre modernité occidentale, mais cette idée d'un milliard de musulmans pensant tous la même chose face à un Occident homogène est simpliste. Huntington reprend ainsi à Lewis l'idée que les cultures sont homogènes et monolithiques, ainsi que la différence immuable entre "nous" et "eux".

L'Occident serait également supérieur à toutes les autres cultures, et l'Islam serait anti-occidental par définition: cependant, le fait que les Arabes aient exploré de grandes parties du monde (Europe, Asie du Sud, Afrique de l'Est) bien avant Marco Polo et Christophe Colomb n'avait pas d'importance pour lui. Huntington pensait également que toutes les cultures (Chine, Japon, monde slave orthodoxe, Islam,...) étaient ennemies les unes des autres et, de plus, il voulait gérer ces conflits en tant que gestionnaire de crise plutôt que de les résoudre. On peut ici s'interroger sur le bien-fondé de peindre une image aussi simpliste du monde et de faire agir les généraux et les hommes politiques sur cette base. Après tout, cela mobilise la guerre raciale et culturelle. En fait, nous devons nous demander pourquoi quiconque souhaite augmenter la probabilité d'un conflit !

Des abstractions grotesques, vagues et manipulables telles que "l'Occident", "l'Islam", "la culture slave",... sont omniprésentes aujourd'hui et imprègnent des idéologies racistes et provocatrices bien pires que celles de l'impérialisme européen de la seconde moitié du 19ème siècle. Les puissances impérialistes inventent ainsi leurs propres théories culturelles pour justifier leur expansionnisme, comme la Destinée Manifeste des États-Unis ou le "Choc des civilisations" de Huntington. Ces théories sont basées sur les luttes et les chocs entre les cultures. De tels mouvements existent également en Afrique et en Asie, comme l'islamo-centrisme, le sionisme israélien, l'ancien régime d'apartheid sud-africain,...

Dans chaque culture, les dirigeants politiques et culturels définissent ce que "leur" culture signifie, ce qui devrait être qualifié de "choc des définitions" plutôt que de "choc des civilisations". Cette culture officielle parle au nom de l'ensemble de la communauté. Cependant, dans chaque culture, il existe des formes de culture alternatives, hétérodoxes et non officielles qui remettent en question la culture officielle orthodoxe. Le "choc des civilisations" de Huntington ne tient pas compte de cette contre-culture des ouvriers, des paysans, des bohèmes, des marginaux, des pauvres,... Pourtant, aucune culture ne peut être comprise sans tenir compte de cette remise en question de la culture officielle, car ce faisant, on passe à côté de ce qui est vital et fructueux dans cette culture ! Ainsi, selon l'historien Arthur Schlesinger [3], l'histoire américaine des grands politiciens et des grands éleveurs devrait être réécrite pour inclure les esclaves, les serviteurs, les immigrants et les travailleurs, dont les histoires sont réduites au silence par Washington, les banques d'investissement de New York, les universités de la Nouvelle-Angleterre et les magnats de l'industrie du Midwest. En effet, ces groupes prétendent représenter le discours des groupes réduits au silence.

Un débat culturel similaire existe également dans l'Islam, et c'est précisément cela que Huntington n'a pas su reconnaître. Il n'existe pas de culture unique et définie. Après tout, chaque culture est constituée de groupes en interaction et chaque culture est également influencée par d'autres cultures.

La souffrance du monde islamique

Les musulmans considèrent la disparition de l'Empire ottoman lors de la Première Guerre mondiale comme l'humiliation suprême. Pourtant, la chute avait commencé quatre siècles auparavant par un processus lent et douloureux (cf. supra). La Turquie, pays central, a surmonté cette épreuve lorsque le soulèvement de Mustafa Kemal (Atatürk) en Anatolie centrale a chassé les occupants alliés, mais il ne s'agissait pas d'une victoire islamique, mais d'une nouvelle défaite islamique. Après tout, Mustafa Kemal était un laïc et il a aboli le sultanat et le califat. La disparition du califat en particulier a été un désastre car elle a détruit l'unité religieuse dans la partie sunnite du monde islamique. Tout le monde au Proche-Orient s'en rend bien compte !

Aujourd'hui, l'ancien empire ottoman est divisé en États-nations créés artificiellement par la France et la Grande-Bretagne. Cependant, les musulmans ne se considèrent pas en termes nationaux et régionaux, mais plutôt en termes d'identité religieuse et d'allégeance politique.

Le prophète Mahomet est né à La Mecque et a fondé l'islam à Médine, d'où il a également conquis La Mecque. Les non-musulmans ne sont pas autorisés à pénétrer dans ces deux villes saintes, ainsi que dans l'ensemble du Hedjaz [4], afin de ne pas déshonorer le prophète. Selon certains, cette interdiction s'applique même à toute l'Arabie. C'est pourquoi la présence de troupes américaines (mais pas dans le Hedjaz) sur le golfe Persique est si problématique pour les musulmans. De plus, ces troupes ont attaqué l'Irak dès la genèse de l'islam, qui a été le siège du califat pendant un demi-millénaire - également la période la plus glorieuse de l'histoire de l'islam. Or, c'est précisément pour ces raisons que les Britanniques n'ont jamais pénétré à l'intérieur de l'Arabie, mais se sont cantonnés à sa périphérie (Koweït, Bahreïn, Qatar, Émirats arabes unis, Oman, Aden).

Les tromperies de l'orientalisme

L'orientaliste juif britannico-américain Bernard Lewis a affirmé que le monde islamique était de plus en plus hostile aux États-Unis depuis 1990 [5]. Bien que Lewis ait pris sa retraite en 1986, il est resté influent jusqu'à ce qu'il soit TRÈS influent ! La Maison Blanche et les deux partis politiques américains ont sollicité son avis sur le Proche-Orient, ce qui signifie qu'il a exercé une énorme influence sur la politique étrangère des États-Unis.

Bernard Lewis voyait une bataille entre "l'Islam" et "l'Occident" qui durait depuis treize siècles (croisades, djihad, Reconquista,...), l'un l'emportant de temps en temps sur l'autre. Après l'implosion de l'URSS en 1991, il restait selon lui un ennemi majeur pour l'Islam: les Etats-Unis. Ce faisant, il a même brandi de grands mots comme "la survie de notre civilisation". Depuis que les États-Unis ont occupé militairement certaines parties du Proche-Orient, la résistance s'est accrue. Par exemple, la défense irakienne contre les États-Unis en 2003-2011 a permis d'éviter la domination américaine sur l'Irak.

Lewis a également affirmé que la politique occidentale à l'égard du Proche-Orient n'avait pas été pas bonne jusqu'alors. Son conseil à l'administration américaine était le suivant : soyez fermes ou sortez ! Par "durcir le ton", il entendait poursuivre le "bon" travail entamé en Afghanistan et donc multiplier les attaques contre des pays et des groupes prétendument "terroristes". Par "sortir", il entendait trouver un substitut au pétrole pour que le Proche-Orient ne soit plus important.

La théorie simpliste de Bernard Lewis sur le "choc des civilisations" remonte à l'orientalisme. Ce que l'Occident libéral définit aujourd'hui comme l'"Islam" en vertu de la théorie du "choc des civilisations" a été défini par l'orientalisme. Il s'agit d'une construction artificielle visant à susciter l'hostilité à l'égard d'un continent qui intéresse les États-Unis en raison de son pétrole et de sa concurrence avec l'Occident. L'orientalisme offre à l'Occident une certaine image du Proche-Orient, ce qui amène les Occidentaux à penser qu'ils savent comment les gens se comportent là-bas et quel genre de personnes y vivent. Par conséquent, ils commencent à considérer ces personnes à partir de cette "connaissance" qu'ils croient avoir d'elles. L'orientalisme n'offre cependant pas une connaissance innocente ou objective du Proche-Orient, mais reflète certains intérêts.

Le choc de l'ignorance

Les médias apparemment indépendants d'une société libérale sont contrôlés par des intérêts commerciaux et politiques: il n'y a pas de journalisme d'investigation, seulement la répétition de la position du gouvernement et des personnes les plus influentes au sein du gouvernement. Ils utilisent l'islam comme un paratonnerre extérieur pour dissimuler les graves problèmes sociaux, économiques et financiers des sociétés occidentales. Parce que les médias peuvent si facilement attirer l'attention sur un aspect négatif de l'islam, il était également très facile, à la fin de la guerre froide, de créer un nouvel ennemi étranger et de continuer à légitimer l'existence de l'énorme armée américaine.

Les Américains ne connaissent pas grand-chose à l'histoire, même ceux d'entre eux qui sont très instruits. Ils ne peuvent donc ni capter ni comprendre les références historiques. Par exemple, lorsque Oussama Ben Laden a parlé du "désastre d'il y a quatre-vingts ans", tout le monde au Proche-Orient savait qu'il parlait de la chute de l'Empire ottoman. Les Américains, en revanche, n'avaient aucune idée de ce dont parlait Ben Laden. En outre, il est très difficile de trouver de la littérature favorable à l'islam aux États-Unis, car l'islam est considéré comme une menace pour la nation juive et protestante que sont les États-Unis.

Le "Choc de l'ignorance" [6] d'Edward Saïd a réfuté les affirmations de Lewis: chaque pays du Proche-Orient a sa propre histoire et sa propre interprétation de l'islam. En outre, il faut comprendre le Proche-Orient non pas comme des pays séparés, mais à travers la dynamique qui existe entre eux. Le "choc des ignorances" de Saïd a montré que l'orientalisme de Lewis généralise de manière simpliste l'"islam": après tout, il existe de multiples types d'islam ! Néanmoins, le "choc des civilisations" de Lewis domine la politique étrangère des États-Unis au Proche-Orient. Cependant, cette vision libérale-occidentale de l'"Islam" est totalement différente de la façon dont les musulmans perçoivent l'Islam ! Par exemple, il y a un monde de différence entre l'Islam en Algérie, en Afrique de l'Est et en Indonésie ! Il est donc extrêmement imprudent de considérer cet ensemble disparate comme une seule entité islamique, irrationnelle, terroriste et fondamentaliste. Selon Edward Saïd, une culture exclusive est impossible: nous devons donc nous demander si nous voulons nous efforcer de séparer les cultures ou de les faire coexister.

Épilogue

La version de Huntington du "choc des civilisations" de Lewis a d'abord été publiée sous la forme d'un article de magazine dans Foreign Affairs, parce qu'elle pouvait ainsi influencer les décideurs politiques : après tout, ce discours a permis aux États-Unis de poursuivre le schéma de pensée de la guerre froide. Mais il est bien plus utile d'adopter une nouvelle mentalité, consciente des dangers qui menacent actuellement l'ensemble de l'humanité: pauvreté croissante, haine ethnique et religieuse (Bosnie, Congo, Kosovo, Nagorno-Karabakh, Ukraine,...), analphabétisme croissant et nouvel analphabétisme (en ce qui concerne les communications électroniques, la télévision et l'internet).

L'histoire devrait être dénationalisée et montrer clairement que nous vivons dans un monde très complexe et mélangé, dans lequel les cultures ne peuvent pas être simplement séparées: l'histoire devrait être enseignée comme un échange entre les cultures, en montrant clairement que les conflits sont inutiles et ne font qu'isoler les gens. Or, aujourd'hui, l'enseignement de l'histoire en Occident continue d'enseigner que l'Occident est le centre du monde.

Les différences entre les cultures doivent également subsister : il n'est pas bon de vouloir effacer les cultures ou de vouloir que les cultures s'affrontent. Nous devrions nous efforcer de faire coexister des cultures, des langues et des traditions différentes et donc de préserver ces différences plutôt que de viser une culture mondiale unique ou - comme Huntington et Lewis l'ont fait - la guerre.

L'idée orientaliste erronée du "choc des civilisations" doit être combattue en révélant ce qui la sous-tend réellement, en en débattant, par l'éducation et en faisant prendre conscience aux intellectuels américains et européens de l'impact énorme des interventions étrangères de l'Occident sur les autres cultures.

Notes:

[1] HUNTINGTON (Samuel), Colliding Civilisations, Anvers, Icarus, 1997, pp. 412.

[2] LEWIS (Bernard), The Roots of Muslim Rage, in : The Atlantic Monthly, 1990.

[3] SCHLESINGER (Arthur), The Disuniting of America, New York, Norton, 1992, pp. 160.

[4] Le Hedjaz est une région située à l'ouest de l'Arabie, qui comprend les villes saintes islamiques de La Mecque et de Médine.

[5] LEWIS (Bernard), What went wrong ? Western Impact and Middle Eastern Response, Oxford, Oxford University Press, 2002, pp. VII + 180.

[6] SAÏD (Edward), Orientalism, Londres, Penguin, 2003, pp. 396.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter