05/07/2024 mondialisation.ca  7min #251944

Risque d'accident vasculaire cérébral : les injections de Covid sont 200 fois plus susceptibles de provoquer des caillots sanguins dans le cerveau

Par  Suzanne Burdick

Selon une nouvelle  étude du Dr Peter McCullough et de ses collègues, les vaccins COVID-19 présentent un risque beaucoup plus élevé de formation de caillots sanguins dans le cerveau que les autres vaccins.

Les chercheurs ont examiné les rapports du  Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) des  Centers for Disease Control and Prevention(CDC) de janvier 1990 à décembre 2023.

Ils ont compté le nombre d'événements thromboemboliques cérébraux – c'est-à-dire de caillots sanguins dans les veines ou les artères du cerveau – signalés chez les personnes ayant reçu un vaccin  COVID-19 par rapport à celles ayant reçu un vaccin antigrippal ou d'autres  vaccins.

Les caillots sanguins qui bloquent le flux sanguin vers le cerveau représentent environ  87 % de tous les accidents vasculaires cérébraux, selon l'American Stroke Association, une division de l'American Heart Association.

 M. McCullough, cardiologue ayant à son actif plus de 1 000 publications et plus de 685 citations dans la National Library of Medicine, a déclaré au  Defender que l'étude montrait "un risque inacceptable de lésions thrombotiques catastrophiques au cerveau" chez les personnes ayant reçu une ou plusieurs injections de COVID-19.

McCullough a résumé les résultats de l'étude sur  Substack:

"Par rapport aux vaccins antigrippaux administrés sur une période de 34 ans, les vaccins COVID-19 administrés au cours des 36 mois d'utilisation présentaient un risque plus de 1000 fois supérieur pour la plupart des caillots sanguins, et par rapport à tous les vaccins combinés administrés sur une période de 34 ans, ce risque restait plus de 200 fois supérieur avec la vaccination COVID-19."

Des recherches antérieures ont suggéré que la protéine à pointes du  virus SARS-CoV-2 et du vaccin COVID-19 peut provoquer une grave  coagulation sanguine, ont indiqué McCullough et ses coauteurs dans leur rapport.

Les caillots sanguins dans le cerveau sont difficiles à traiter, a expliqué McCullough au Defender, et "laissent souvent les patients avec des handicaps dévastateurs".

"Ces données, ainsi que d  ‘autres, soutiennent les appels à  retirer tous les vaccins COVID-19 de l'utilisation publique", a-t-il ajouté.

L'étude, rédigée en collaboration avec Claire Rogers,  James Thorp et Kirstin Cosgrove, fait l'objet d'un examen par les pairs et est disponible en ligne sous forme de  préimpression.

Les femmes sont particulièrement exposées

Pour cette étude, McCullough et ses coauteurs ont utilisé 12 termes de recherche pour trouver les rapports VAERS d'événements indésirables liés à la présence de caillots sanguins dans le cerveau :  thrombose du sinus caverneux,  thrombose de l'artère cérébrale,  infarctus cérébral, thrombose cérébrale, thrombose  du sinus veineux cérébral,  thrombose veineuse cérébrale, infarctus cérébral embolique, infarctus cérébral ischémique, thrombose du sinus sigmoïde, thrombose du sinus sagittal supérieur, infarctus cérébral thrombotique et  thrombose du sinus transverse.

Au cours des trois années qui ont suivi l'introduction du vaccin COVID-19, ils ont relevé 5 137 cas de caillots sanguins cérébraux chez des personnes ayant reçu une ou plusieurs injections de COVID-19.

Par ailleurs, les données du VAERS ne font état que de 52 cas de caillots sanguins cérébraux signalés depuis 1990 à la suite d'un vaccin antigrippal et de 282 cas signalés depuis 1990 à la suite de toutes les autres vaccinations.

Selon eux, le nombre réel d'événements pourrait être plus élevé en raison d'une  sous-notification dans le VAERS, et ce pour plusieurs raisons.

Tout d'abord, le personnel du CDC pourrait avoir "d'énormes difficultés" à traiter les rapports en raison de l' augmentation considérable du nombre de  rapports VAERS depuis l'introduction du vaccin COVID-19.

En outre, les cliniciens peuvent ne pas avoir la conscience et les connaissances nécessaires pour reconnaître que les lésions sont liées à un vaccin et peuvent donc ne pas les signaler dans VAERS.

En outre, ils ont ajouté que "la base de données VAERS est bien connue pour sa difficulté à saisir les événements, ce qui rend encore plus difficile pour les travailleurs de  la santé de soumettre chaque événement avec un temps limité dans un hôpital ou une clinique".

Les auteurs ont déclaré que leurs résultats sont particulièrement préoccupants pour les femmes en âge de procréer, qui sont particulièrement exposées à certains événements de coagulation sanguine dans le cerveau, tels que la thrombose veineuse cérébrale.

L' American Heart Association a indiqué dans un article de synthèse publié le 29 janvier qu'environ deux tiers des cas de thrombose veineuse cérébrale concernaient des femmes en âge de procréer.

Compte tenu de cette réalité, les auteurs de l'étude ont demandé "un  moratoire mondial immédiat sur l'utilisation des vaccins COVID-19, avec une contre-indication absolue chez les femmes en âge de procréer".

CDC : pas de plan pour modifier les recommandations concernant le vaccin COVID

The Defender a demandé au CDC s'il envisageait de modifier ses recommandations en matière de vaccination contre le virus COVID-19 à la lumière des conclusions du Dr McCullough et de ses coauteurs.

Un porte-parole du CDC a déclaré au Defender que "le CDC ne commente pas les conclusions ou les affirmations de personnes ou d'organisations extérieures au CDC". Les recommandations actuelles du CDC sont disponibles  ici".

Le CDC a estimé que les vaccins COVID-19 étaient sûrs et efficaces, a déclaré le porte-parole."Le CDC continue d'encourager les Américains à se faire vacciner, car le vaccin COVID-19 reste le meilleur moyen de se protéger contre une maladie grave.

Interrogé spécifiquement sur les risques de la vaccination par le COVID-19 pour les femmes en âge de procréer, le porte-parole du CDC a renvoyé Le Défenseur à la page web du CDC intitulée " COVID-19 Vaccines While Pregnant or Breastfeeding" Vaccins COVID-19 pendant la grossesse ou l'allaitement, qui indique que les vaccins sont sûrs et efficaces.

Suzanne Burdick

La source originale de cet article est  The Defender

Copyright ©  Suzanne Burdick,  The Defender, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter