06/07/2024 les-crises.fr  6min #251969

 La Russie va envoyer des navires de guerre et un sous-marin nucléaire à Cuba

Navires de guerre russes à Cuba : les sanctions américaines se sont révélées contre-productives

Certes, Poutine fait de l'esbroufe, mais La Havane a besoin d'une bouée de sauvetage économique que Moscou peut lui offrir et que les États-Unis n'ont pas su lui proposer.

Source :  Responsible Statecraft, William LeoGrande
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

L'annonce de la présence de quatre navires de guerre russes à La Havane pour des exercices navals rappelle l'aphorisme du vieux marin : « N'importe quel port dans la tempête. »

Cuba a désespérément besoin d'une aide économique, et la Russie la lui a apportée. Il en résulte un partenariat approfondi qui a des échos géopolitiques de la Guerre froide, bien que les Cubains soient désormais attirés par Moscou moins par affinité idéologique que par nécessité économique.

Depuis la pandémie de Covid-19, l'économie cubaine a été secouée par les vents d'une tempête parfaite - une confluence de sanctions américaines intensifiées imposées par le président Trump, une pandémie qui a fermé l'industrie du tourisme, et des politiques gouvernementales mal conçues qui ont empiré les choses au lieu de les améliorer.

Manquant cruellement de devises étrangères, le gouvernement cubain n'est pas en mesure d'importer suffisamment de produits de première nécessité tels que la nourriture, le carburant et les médicaments, sans parler des intrants nécessaires à la production nationale, qui s'est effondrée. La diminution de la production se traduit par une baisse des recettes en devises provenant des exportations et par un besoin encore plus grand d'importations - un cercle vicieux dont il n'est pas facile de sortir.

Certaines des réformes économiques entreprises par le gouvernement peuvent contribuer à relancer l'économie à moyen et à long terme, mais à court terme, le seul espoir de Cuba d'atténuer la crise immédiate, de mettre de la nourriture dans les assiettes des gens et, littéralement, de garder les lumières allumées, est l'aide étrangère. C'est là que la Russie entre en jeu.

Au début des années 1960, l'aide de l'Union soviétique a sauvé l'économie cubaine des ravages de l'embargo américain, contrecarrant les plans des présidents américains successifs visant à soumettre le gouvernement révolutionnaire. Les Soviétiques considéraient Cuba comme un avant-poste idéologique précieux en Amérique latine et Cuba voyait l'Union soviétique comme un partenaire nécessaire dans sa lutte pour se libérer de la domination américaine.

Bien que ce partenariat se soit effondré avec la fin de la Guerre froide, Vladimir Poutine s'est efforcé de le reconstruire depuis son premier mandat en tant que président russe. Son principal levier a été l'assistance économique. Poutine a effacé 90 % de la dette de Cuba datant de l'ère soviétique et, depuis, il a accordé une aide économique de plus en plus importante. En 2009, les relations économiques se sont étendues aux sphères politique et diplomatique lorsque les deux pays ont déclaré un « partenariat stratégique. »

Lorsque l'économie cubaine a subi un déclin de 11 % en raison de la pandémie, la Russie a envoyé de la nourriture et des fournitures médicales dont le pays avait désespérément besoin et qui ont permis de sauver des vies cubaines - une initiative qui a ravivé l'affection de certains Cubains pour les Russes, en particulier ceux qui ont étudié en Union soviétique lorsqu'ils étaient jeunes.

L'invasion de l'Ukraine par la Russie a mis à mal ce nouveau partenariat. Cuba entretenait des relations étroites avec l'Ukraine depuis les années 1990, lorsqu'elle a fourni un traitement médical à plus de 18 000 enfants ukrainiens souffrant de maladies dues aux radiations provoquées par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl. En outre, la non-intervention et l'opposition aux sphères d'influence des grandes puissances ont été les pierres angulaires de la politique étrangère cubaine et un cri de ralliement contre les politiques américaines de changement de régime depuis que Fidel Castro est arrivé à La Havane en 1959.

Dans un premier temps, Cuba a tenté de trouver une voie médiane sur l'Ukraine, réitérant son opposition à une intervention et appelant à une fin négociée du conflit, tout en reprochant aux États-Unis et à l'Europe occidentale d'avoir provoqué Moscou en élargissant l'OTAN jusqu'aux frontières de la Russie. Aux Nations unies, Cuba s'est abstenu sur les résolutions demandant le retrait de la Russie, mais s'est opposé aux résolutions imposant des sanctions à Moscou.

Depuis un an et demi, cependant, la position de Cuba est progressivement devenue moins équivoque et s'est rapprochée de celle de la Russie. Depuis que le président Miguel Díaz-Canel s'est rendu à Moscou en novembre 2022 et a déclaré que « la Russie n'est pas responsable » de la guerre, un défilé de responsables russes et cubains a voyagé entre les deux capitales, signant plus d'une douzaine de nouveaux accords de coopération économique.

Lors d'un voyage en juin 2023, le vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev, a rencontré Raúl Castro qui, selon l'agence de presse russe Tass, « a exprimé son soutien total à la Russie en ce qui concerne la situation en Ukraine et sa confiance dans la victoire de la Russie. »

Le mois dernier, Díaz-Canel s'est de nouveau rendu à Moscou et, lors de sa rencontre avec Poutine, il a réitéré la condamnation par Cuba de l'expansion de l'OTAN, déclarant : « Nous vous souhaitons, à vous et à la Fédération de Russie, tout le succès possible dans l'opération militaire spéciale. »

La visite des navires de guerre russes est une façon pour Poutine de rappeler au président Biden que Moscou peut défier Washington dans sa propre sphère d'influence, un contrepoint symbolique à l'aide américaine à l'Ukraine. Depuis plusieurs années, la déclaration annuelle sur la posture du Commandement Sud des États-Unis cite l'influence croissante des « concurrents stratégiques » - en particulier la Russie et la Chine - comme le principal défi de sécurité nationale pour les intérêts américains dans l'hémisphère occidental.

Sur cette question, comme sur celle de l'immigration, les sanctions américaines contre Cuba se sont révélées contre-productives. En exacerbant les difficultés économiques auxquelles sont confrontés les Cubains, les politiques de Washington ont accéléré la migration et n'ont laissé à Cuba d'autre choix que de chercher de l'aide auprès de ces mêmes concurrents stratégiques. Comme l'a déclaré au Congrès le commandant du Southcom, le général Laura J. Richardson, en faisant référence à l'Amérique latine de manière plus générale, « lorsque vous avez besoin d'une corde à saisir, vous ne cherchez pas nécessairement à savoir qui l'a lancée. C'est nous qui devons lancer la corde, pas nos concurrents stratégiques. »

Voilà, en résumé, une bonne explication de l'évolution des relations entre Cuba et la Russie et un conseil judicieux pour la politique américaine à l'égard de Cuba.

*

William M. LeoGrande est chercheur non résident à l'Institut Quincy, professeur de gouvernement et doyen émérite de l'École des affaires publiques de l'American University à Washington.

Source :  Responsible Statecraft, William LeoGrande, 13-06-2024

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter