06/07/2024 euro-synergies.hautetfort.com  4min #252023

Une guerre nucléaire limitée en Europe selon les voeux de l'élite occidentale

Markku Siira

Source:  markkusiira.com

L'utilisation d'armes nucléaires reste un tabou absolu pour les dirigeants russes, mais ne semble pas l'être pour l'Occident, qui est prêt à utiliser tous les moyens pour changer la direction de la  guerre hybride qui dure depuis un siècle et la configuration du grand jeu géopolitique. C'est ce que pense l'économiste et analyste russe  Mikhail Déliaguine.

L'annonce par la Russie d'exercices nucléaires tactiques et l'état d'alerte élevé des forces nucléaires militaires n'ont pas provoqué de changement dans la stratégie occidentale, et il n'y a pas eu de manifestations contre les armes nucléaires dans les rues des grandes villes, comme ce fut le cas dans les années 1980, la dernière fois que nous avons vécu sous la menace d'un nuage en forme de champignon.

En tout état de cause, la doctrine insensée de feu Henry Kissinger, à savoir une "guerre nucléaire limitée en Europe", reste une option pour les États-Unis et la Grande-Bretagne, qui ne sont pas étrangers à la planification stratégique froidement calculée.

Pour Déliaguine (photo), les citoyens de l'Europe continentale, malgré le succès électoral des nationalistes, sont "de simples objets de la manipulation anglo-saxonne". L'euro-élite bruxelloise non seulement "sacrifie ses propres intérêts pour servir ses maîtres anglo-saxons, mais n'est même pas capable de reconnaître ses propres besoins comme une valeur intrinsèque".

Dans ces conditions, l'achèvement de la destruction socio-économique de l'Europe par la mise en place d'armes nucléaires à l'Est serait favorable à l'avenir de la Grande-Bretagne. Sur les ruines de l'Europe, les "califats" contrôlés par les services secrets britanniques pourraient alors consolider leur pouvoir - "après tout, l'islam politique radical est un projet stratégique britannique au même titre que le Grand Turan", souligne Déliaguine avec sarcasme.

"Ce serait un pas vers la création d'un nouvel empire britannique qui dominerait politiquement non seulement le Moyen-Orient, mais aussi l'Europe", ajoute le penseur russe pour accréditer le projet  anglo-sioniste, auquel ils semblent toujours s'accrocher face aux bouleversements du monde.

L'Europe, que le conflit en Ukraine privera à jamais de la possibilité de concurrencer les Anglo-Américains, "sera mise dans une position où elle ne pourra pas consommer une quantité significative de produits chinois - et ne deviendra donc pas un marché pour une Chine montante", estime M. Déliaguine, réalisant ainsi les plans de l'Occident.

"Dans le même temps, l'élite anglo-saxonne, plutôt indifférente au sort de son propre peuple, semble croire qu'elle peut se protéger des retombées radioactives dans un coin du monde qu'elle considère comme sûr".

La Chine se méfie de cette perspective, mais peut-elle influencer le cours des événements ? Les appels à la paix de Pékin sont aussi vains que ceux de la Russie, étant donné l'intérêt des élites américaines et britanniques à intensifier le conflit, par exemple en faisant exploser une "bombe sale" en Europe.

M. Déliaguine estime que dans cette situation, "seule la Russie peut empêcher le monde de tomber dans l'abîme nucléaire". Pour ce faire, il est nécessaire d'arrêter l'escalade de l'agression en frappant les portefeuilles des élites occidentales. Puisque dans le monde occidental des valeurs, même la vie n'est pas aussi importante que l'argent, il faut parler aux élites capitalistes un langage qu'elles comprennent.

L'État profond de l'oligarchie occidentale doit être "visiblement endommagé économiquement", suggère l'économiste russe. Le temps des avertissements démonstratifs est révolu, car il n'y a plus en Occident d'hommes politiques capables d'entendre raison. Dans son état actuel de dégradation, l'Occident ne peut comprendre que les "actions directes et dommageables" qui lui sont adressées.

Par où commencer ? "L'invalidation de la propriété intellectuelle des pays occidentaux hostiles en Russie est une réponse écologique, humaine et économique à la guerre nucléaire qui peut mettre l'ennemi à genoux", affirme M. Déliaguine.

L'argent perd de son importance et cède la place à la révolution technologique. Dans ce processus de changement, qui n'est pas encore terminé, le pouvoir passe des spéculateurs du monde financier aux "numérisateurs" qui fusionnent avec le capital du secteur réel. Mais le règne des "Anglo-Saxons" s'arrêtera-t-il là ?

Déliaguine mentionne que les marchés sont déjà divisés en nouvelles macro-régions. Si la Russie, qui bouscule l'ordre mondial en Ukraine, réussit à concrétiser ses ambitions, elle pourrait devenir un "centre de créativité scientifique" et même une sorte de leader mondial à mesure que la quatrième révolution industrielle progresse.

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter