07/07/2024 reseauinternational.net  7min #252037

Le plan de l'Onu contre la liberté d'expression

L'ONU déclare la guerre à la liberté d'expression pour censurer la vérité, détourner l'obligation de rendre des comptes et contrôler les populations

par Lance D Johnson

Le système de surveillance et de contrôle de l'information de l'ONU vise à centraliser la censure en vue d'une domination mondiale. L'ONU abusera de son pouvoir pour commander des récits et contourner l'obligation de rendre compte des actions totalitaires.

Antonio Guterres, le secrétaire général des Nations unies (ONU), vient de publier  le dernier plan de jeu des mondialistes pour le contrôle de la population, la surveillance et la censure. Le plan de jeu, intitulé « Principes mondiaux pour l'intégrité de l'information», cherche à mettre fin à la «mésinformation nuisible, à la désinformation et aux discours de haine» en ligne, tout en «faisant respecter les droits de l'homme tels que la liberté d'expression».

Guterres a présenté le plan de match avec un sentiment d'urgence, ordonnant aux gouvernements, aux entreprises technologiques, aux médias et aux annonceurs de prendre le contrôle et d'établir des récits officiels, tout en étouffant les voix de l'opposition. L'ONU soutient le contrôle algorithmique de Big Tech sur le flux d'informations en ligne et cherche à contrôler davantage le discours en ligne. Un groupe mondial d'élites cherche à supprimer ce qu'il estime être de la désinformation et cherche à discréditer et à démonétiser les voix dissidentes. Toute la censure émanant des systèmes de pouvoir mondiaux est une guerre contre la liberté d'expression, mais c'est aussi une guerre contre la vérité, de sorte que ces systèmes de pouvoir ne peuvent pas être tenus responsables de leurs abus.

Le système de surveillance et de contrôle de l'information de l'ONU cherche à centraliser la censure en vue d'une domination mondiale

L'ONU met en place un système de surveillance et de contrôle de l'information qui élabore des récits autoritaires limitant l'accès à des connaissances vitales. Ces systèmes de contrôle ne se contentent pas de censurer, ils apprennent aux gens ce qu'il faut dire, comment se comporter et ce qu'il faut penser. L'ONU veut créer un monde de simulacres qui abandonnent leur souveraineté et s'inclinent devant des entités manipulatrices et abusives et de fausses autorités.

Ces algorithmes ou processus d'examen automatisés seront programmés pour filtrer et supprimer les contenus jugés répréhensibles ou politiquement sensibles. Il peut s'agir de bloquer des sites web, des messages sur les médias sociaux ou des plateformes entières qui critiquent le gouvernement, encouragent la dissidence ou abordent des sujets sensibles tels que les violations des droits de l'homme ou l'opposition politique.

En période d'agitation politique ou lors de crises fabriquées, les gouvernements peuvent imposer des fermetures d'Internet ou restreindre l'accès à des sites web ou à des plateformes de médias sociaux spécifiques. Cette tactique réduit au silence les voix dissidentes, empêche la diffusion d'informations sur les manifestations ou les abus des gouvernements et limite la capacité des citoyens à communiquer et à s'organiser. Des exemples de cette tyrannie ont été observés sur la plateforme de médias sociaux Facebook, lorsque Meta a ciblé et fermé des groupes communautaires qui discutaient des lésions causées par le vaccin contre le COVID-19. Toute opposition aux mandats de vaccination a été tournée en dérision en tant que «mésinformation» et tous les groupes qui se sont organisés pour la liberté médicale ont été fermés de manière algorithmique ou leur portée a été sévèrement restreinte.

Note de Joseph : il sera par exemple interdit de remettre en question l'hypothèse du réchauffement climatique anthropique sous prétexte de «science» (alors que l'approche scientifique est basée en particulier sur le doute), comme le montre l'extrait suivant (document  visible en fin d'article) :

«Les efforts visant à exploiter l'espace d'information pour saper l'action climatique soulignent encore l'urgence du défi. Des campagnes de désinformation coordonnées, souvent menées par des intérêts commerciaux, cherchent à nier ou à semer le doute sur les fondements scientifiques du changement climatique induit par l'homme, ses causes ou ses impacts, afin de retarder ou de faire dérailler l'action visant à atteindre les objectifs en matière de climat. Les personnalités publiques activistes, scientifiques et diffuseurs - sont devenues la cible de propos haineux, de menaces et de harcèlement en raison de leurs efforts pour fournir des informations sur la crise climatique et y remédier.

Dans tous les domaines couverts par les objectifs, de la bonne santé à la faim zéro en passant par la paix, la justice, l'éducation et la réduction des inégalités, les mesures visant à renforcer l'intégrité de l'information stimuleront les efforts déployés pour parvenir à un avenir durable et ne laisser personne de côté».

(en page 2)

La supposée «science» de ces élites est en réalité une nouvelle religion mondiale fortement dogmatique (notamment dans le domaine médical) à laquelle tout le monde doit croire sans discussion sous menace d'excommunication. Voir  La religion de l'Antéchrist.

En outre, les technologies de surveillance peuvent être utilisées pour contrôler les activités en ligne en temps réel, suivre les empreintes numériques des individus et identifier les voix dissidentes ou les activistes. Cette surveillance a un effet dissuasif et dissuade les individus d'exprimer des opinions controversées ou de participer au discours politique en ligne.

En manipulant les résultats de recherche, les gouvernements et les sociétés pharmaceutiques peuvent influencer les algorithmes des moteurs de recherche afin de privilégier ou d'occulter certaines informations sur les traitements des maladies infectieuses, des maladies cardiaques, du cancer et d'autres maladies chroniques. En contrôlant les informations qui apparaissent en tête des résultats de recherche, les entreprises pharmaceutiques peuvent façonner la perception du public, supprimer les points de vue alternatifs ou promouvoir la propagande et les récits officiels afin que les gens restent malades et reviennent pour obtenir davantage de médicaments et de vaccins qui ne fonctionnent pas.

Les Nations unies abuseront de leur pouvoir pour commander des récits et contourner l'obligation de rendre des comptes pour les actions totalitaires

Les gouvernements peuvent promulguer des lois et des règlements qui imposent des restrictions sur le contenu numérique, en exigeant par exemple que les plateformes retirent les contenus «nuisibles» ou «offensants». Ces lois peuvent être vagues et interprétées de manière large, ce qui permet aux autorités de cibler les journalistes, les militants ou les citoyens ordinaires qui expriment des opinions divergentes. C'est ce que l'on a vu aux États-Unis lorsque le régime  Biden a ciblé la «douzaine de désinformateurs» qui ont été retirés des plateformes de médias sociaux et démonétisés. Le régime Biden a également dressé une «liste d'interdiction de promotion» pour les livres qui abordaient la question de la vaccination. Le gouvernement fédéral a contraint l'un des plus grands distributeurs de livres, Amazon, à restreindre l'accès à ces ouvrages.

Les autorités peuvent cibler de manière sélective les journalistes, les défenseurs des droits de l'homme, les militants ou les membres de communautés marginalisées en les harcelant, en les intimidant ou en les menaçant de poursuites judiciaires. Cela crée un climat de peur et d'autocensure, où les individus s'abstiennent d'exprimer des opinions divergentes ou de plaider en faveur du changement social. L'ONU peut réduire la vitesse de l'Internet ou bloquer les canaux de communication tels que les applications de messagerie ou les services VoIP pendant les périodes de troubles et d'incertitude. Cela limite la capacité des individus à communiquer en toute sécurité, à partager des informations ou à coordonner des manifestations ou des actions militantes.

Comme leurs prédécesseurs, ces systèmes de contrôle de l'information soutenus par l'ONU seront mis en œuvre sans transparence ni responsabilité, et leurs cibles ne bénéficieront d'aucune procédure régulière. Cette absence de contrôle permet aux détenteurs du pouvoir de manipuler les flux d'informations sans contrôle public, ce qui exacerbe l'impact de la censure sur les processus démocratiques et les libertés civiles.

Avec cette mesure, l'ONU et ses alliances militaires déclarent pratiquement la guerre à la presse, aux analystes et au journalisme indépendant.

source :  Natural News via  Aube Digitale

 reseauinternational.net

 Commenter