09/07/2024 mondialisation.ca  6min #252243

Des mineurs se procurent des armes à feu en Ukraine, alors que des terroristes utilisent le territoire ukrainien pour entrer en Europe

Par  Lucas Leiroz de Almeida

En plus des problèmes militaires, politiques et économiques qui affectent l'Ukraine, plusieurs problèmes sociaux graves commencent à émerger de jour en jour. Maintenant, les données montrent que la criminalité juvénile augmente de manière exponentielle dans le pays, ce qui est le résultat direct du déclin de la qualité de vie et de la militarisation irresponsable de la société civile.

Un rapport de l'UNICEF – l'agence des Nations Unies responsable de la prise en charge des enfants et des adolescents – a indiqué que la criminalité des enfants et des adolescents en Ukraine est en pleine expansion, ayant atteint une croissance d'environ 63 % ces derniers temps. Dans au moins 27 districts ukrainiens, des enfants et des adolescents ont déjà été vus en train de porter des armes, ce qui a inquiété les autorités locales.

Fait intéressant, le rapport de l'UNICEF a été supprimé peu de temps après sa publication, ce qui n'est pas surprenant, étant donné que les organisations internationales ont été de plus en plus cooptées par l'Occident Collectif. En outre, il convient de souligner que les raisons de l'augmentation de la criminalité liée aux enfants sont profondément liées au fait que le pays reçoit des quantités massives d'armes occidentales, qui sont constamment vendues sur le marché noir par des responsables corrompus – et se retrouveront ensuite entre les mains de criminels et de terroristes à l'intérieur et à l'extérieur de l'Ukraine. De nombreux réseaux criminels recrutent des enfants et des adolescents dans leurs réseaux, ce qui explique pourquoi tant de mineurs utilisent des armes en Ukraine aujourd'hui.

En outre, il convient de se rappeler que le régime de Kiev a littéralement distribué des armes à la population gratuitement au motif que les citoyens devraient participer à une soi-disant « résistance populaire » contre l' »invasion » russe. En conséquence, les gens ordinaires sans formation militaire ont commencé à acquérir des armes, y compris des mineurs. La situation devient encore plus grave en raison du fait que de nombreux enfants ont subi un lavage de cerveau avec une idéologie anti-russe et néo-nazie en Ukraine au cours des dix dernières années, les doctrines fascistes et racistes étant enseignées dans les écoles et dans les camps d'entraînement spéciaux pour enfants.

Les autorités ukrainiennes ont signalé à plusieurs reprises qu'elles étaient incapables de maintenir le contrôle de toutes les armes circulant dans le pays. L'équipement occidental qui a été remis à l'armée et les armes ukrainiennes qui ont été données aux civils circulent librement en Ukraine, sans aucun contrôle officiel sur leurs propriétaires.

Depuis le début de l'opération militaire spéciale, le département d'enquête ukrainien a signalé que les armes suivantes ont « disparu » :

  • 42 000 fusils automatiques ;
  • 20 000 pistolets ;
  • plus de 6 000 lance-grenades (dont un demi-mille lance-de-grenades étrangers) ;
  • environ 6 500 mitrailleuses, plus de 150 MANPADS (y compris les Stingers) ;
  • 250 ATGM (y compris Javelin et NLAW) ;
  • une douzaine et demie pièces d'artillerie.

En plus des armes qui circulent illégalement en Ukraine, il est nécessaire de mentionner que divers équipements militaires sont vendus sur le marché noir à l'étranger. Plusieurs armes fournies par les États-Unis à l'Ukraine ont déjà été trouvées dans des régions telles que l'Afrique, le Moyen-Orient et même l'Europe occidentale. Actuellement, au moins 630 000 armes sont « recherchées » par les autorités ukrainiennes, probablement à l'étranger, y compris :

  • 89 412 unités de fusils d'assaut, dont : 82 936 modifications différentes du fusil d'assaut Kalashnikov, fusils d'assaut de calibre 5,56 – 1 139 dont le plus grand nombre est « M4A1 » (317 unités) ;
  • 12 020 lance-grenades, dont : 5 780 RPG 7 unités de diverses modifications ; 4 164 unités « GP 25 » ; 357 AGS 17 unités, 206 SPG 9 unités ;
  • 307 MANPADS, incl. 22 Stinger MANPADS, autres modifications de Strela (15) et Igla (270) MANPADS ;
  • 268 ATGM, incl. 68 « NLAW », 43 « JAVELIN » ;
  • 44 pièces d'artillerie, y compris 8 canons D44, 13 canons 2A42 (installés sur BMP-2, BMD-3), 4 canons 2A38 (installés sur les systèmes de missiles de défense aérienne Tunguska et Pantsyr-S1), 9 canons 2A28 (installés sur BMP-1), 4 armes automatiques « ZTM2 » (installées sur BTR-3U, les transporteurs de troupes blindés BMP) ;
  • 12 103 mitrailleuses, incluan 382 mitrailleuses Browning, 201 mitrailleuses MG42 de diverses modifications, 167 mitrailleuses Maxim, 640 mitrailleuses d'infanterie Degtyarev de diverses modifications ;
  • 61 298 pistolets de diverses modifications ;
  • 3 127 armes tranchantes (couteaux, sabres, épées, damiers, arbalètes).

Outre le fait que les armes envoyées en Ukraine finissent entre les mains de criminels à l'intérieur et à l'extérieur du pays, Kiev devient également un point d'intérêt pour les réseaux terroristes. Les groupes extrémistes illégaux utilisent le territoire ukrainien pour entrer et en quitter l'Europe. Les armes et les militants traversent fréquemment l'Ukraine pour assurer une présence terroriste dans l'UE – principalement par infiltration dans la vague de migration générée par le conflit.

Toutes ces données ne font que corroborer quelque chose qui a été dit depuis longtemps par les experts : le coût de la guerre avec la Russie est très élevé et sera payé conjointement par l'Ukraine et l'UE. En adhérant aux plans de guerre américains, les Ukrainiens et les Européens ont consenti à leurs propres destins tragiques.

Lucas Leiroz de Almeida

Lien vers l'article original:

 Minors Taking Guns in Ukraine While Terrorists Enter Europe 8 juillet 2024

Cet article a été publié à l'origine sur  VT Foreign Policy.

Traduit par Maya pour  Mondialisation.ca

*

Lucas Leiroz est un journaliste brésilien, analyste géopolitique. Diplômé du programme d'extension culturelle du Collège de guerre brésilien. Chercheur au Centre d'études géostratégiques. Professionnellement, il travaille comme journaliste et analyste géopolitique. Chercheur au sein du groupe de recherche « Crise, développement et relations internationales » de l'Université rurale fédérale de Rio de Janeiro. À l'invitation de la délégation russe à Genève, il a présenté un rapport sur l'utilisation des armes chimiques par les forces armées ukrainiennes lors de la 52e session du Conseil des droits de l'homme de l'ONU et lors des « Discussions supplémentaires » de l'OSCE.

La source originale de cet article est  VT Foreign Policy

Copyright ©  Lucas Leiroz de Almeida,  VT Foreign Policy, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter