10/07/2024 dedefensa.org  6min #252300

Les États Désunis d'Amérique

 Les Carnets de Dimitri Orlov  

Une règle historique pratique : lorsque les coûts du service de la dette d'un empire puissant dépassent ses dépenses de défense, l'empire puissant touche à sa fin. Jusqu'à présent, cette règle a été valable pour les empires ottoman, russe et britannique ; l'empire américain est en train de la mettre à l'épreuve. Le Congressional Budget Office (bureau du budget du Congrès) a constaté que le gouvernement fédéral a dépensé davantage pour payer les intérêts de la dette nationale que pour l'armée au cours de l'année fiscale 2024. Les dépenses de défense des États-Unis s'élèvent à plus de 1 000 milliards de dollars par an, et le service de la dette sera encore plus élevé.

Selon le CBO, la dette fédérale américaine va encore augmenter de près de 2 000 milliards de dollars et dépasser le chiffre véritablement gargantuesque de 36 000 milliards de dollars. Un flux constant de milliards envoyés pour soutenir des projets impériaux défaillants dans l'ancienne Ukraine, en Palestine temporairement occupée par Israël et dans la province chinoise de Taïwan contribue à ce gonflement sans fin de la dette.

Pendant ce temps, alors que le monde se détourne progressivement mais sûrement du dollar américain, le processus d'exportation de l'inflation s'est arrêté, ce qui signifie que l'inflation en dollars restera obstinément supérieure à 3 %, obligeant ainsi les États-Unis à continuer d'emprunter à des taux d'intérêt de plus en plus élevés. Le point de basculement vers la faillite nationale et le passage à un état failli approche à grands pas.

Un point d'inflexion sera atteint lorsque les pays asiatiques, dont la Chine, qui détiennent d'énormes quantités de dette américaine sous forme de bons du Trésor américain, réagiront à la détérioration des relations politiques avec les États-Unis en se débarrassant de ces bons du Trésor américain sur le marché libre. Qui va précipiter ce désastre en devenir ? Le gouvernement américain lui-même ! Les sanctions et les droits de douane sont les outils préférés de l'Amérique, qui ne sait tout simplement pas comment s'arrêter. La boucle de rétroaction négative qui devrait exister entre l'imposition de sanctions et de droits de douane par les États-Unis et la vente par les pays sanctionnés de leurs avoirs en dette américaine n'existe tout simplement pas. Au lieu de cela, à chaque inflexion, le gouvernement américain réagit en creusant de plus en plus rapidement sa propre tombe financière.

La Russie a été la première à se retirer de ce jeu en réduisant à zéro ses avoirs en bons du Trésor américain. Aujourd'hui, alors que la Russie complote tranquillement pour donner un coup de grâce aux États-Unis d'une manière non financière, cinétique mais plausiblement niable, c'est au tour de la Chine : au cours des dernières années, elle a réduit d'un tiers ses avoirs en titres de la dette américaine et ne montre aucun signe de ralentissement. En outre, le travail d'isolation de l'économie mondiale du dollar américain se poursuit, car sa toxicité est devenue évidente pour presque tous les acteurs du commerce mondial. Le dernier exemple en date est celui du Viêtnam qui, à la suite de la récente visite de Poutine, est en train de convertir ses échanges commerciaux en monnaies nationales. Dans le prolongement de la visite de Poutine, le ministre vietnamien des affaires étrangères, Bui Thanh Son, a rencontré le secrétaire d'État adjoint américain aux affaires de l'Asie de l'Est et du Pacifique, Daniel Kretinbrink, et lui a dit qu'Hanoï considérait Washington comme un partenaire stratégique. Par ailleurs, les Américains aiment toujours l'odeur du napalm le matin et les mots sont encore bon marché.

La volonté du reste du monde d'absorber l'excès d'émission de dette américaine est ce qui a permis aux États-Unis de faire face à leur niveau d'endettement excessif. Mais aujourd'hui, la maladie terminale du dollar américain saute aux yeux : tout le monde commence à l'éviter comme s'il s'agissait d'un lépreux. À son tour, la mort du dollar américain signifiera la mort des États-Unis, qui deviendront des États désunis. La capacité d'émettre des chèques sans risque de refus est une fonction clé du gouvernement fédéral américain. Une fois cette fonction altérée – soit par l'hyperinflation, soit par d'autres formes plus directes d'insolvabilité – les États individuels s'éloigneront inévitablement les uns des autres.

Ce qui arrivera à chaque État dépend de la structure de son économie. Selon la carte de la balance des paiements par habitant (pour 2019, mais il s'agit d'effets systémiques qui ne changent pas trop vite). quatre États seulement – New York, Massachusetts, Connecticut et New Jersey – tirent l'ensemble du train en donnant plus au projet fédéral qu'ils ne reçoivent. Toutefois, si l'on retire l'effet économique des dépenses de défense (Raytheon, Lockheed Martin, Boeing, Northrop Grumman dans le Massachusetts et le Connecticut) et des prêts étudiants garantis par le gouvernement fédéral (en particulier dans le Massachusetts), leur part diminue. Quatre autres États – l'immense Californie, le Minnesota et le Colorado de taille moyenne et le minuscule Utah – sont également des donateurs, mais relativement mineurs.

Quelques autres États gris parviennent à se maintenir, pour l'instant : Le Texas, grâce à l'énergie, Washington, grâce à Microsoft, l'Illinois, grâce à Boeing, et le Nebraska, trop petit pour compter. Les autres sont des éponges à fric fédérales. L'insolvabilité d'un continent entier se profile entre les relativement riches États de New York et de la Nouvelle-Angleterre et la Californie, en difficulté mais toujours riche ; qu'est-ce qui va les maintenir ensemble ? Et puis il y a l'Alaska et Hawaï… ne sont-ils pas russes de toute façon ? L'Alaska l'est toujours, en vertu du droit international.

Voilà donc le paysage des EDA – les États Désunis d'Amérique. L'agglomération du nord-est s'en sortira tant bien que mal, tout comme la Californie, mais ils n'auront pas grand-chose à voir l'un avec l'autre et aucune raison impérieuse de rester unis. Il n'y a rien pour maintenir les deux côtes ensemble, si ce n'est le fret aérien (qui est trop cher pour représenter beaucoup d'échanges) et le réseau routier inter-États – et qui paiera pour cela, New York ou la Californie ? Ni l'un ni l'autre, à mon avis. Le système ferroviaire américain est tellement fatigué que des déraillements se produisent plusieurs fois par jour ; personne ne sera en mesure de le maintenir en état. Les États les plus fertiles du Midwest et du Sud disparaîtront tout simplement, remplacés éventuellement par un nouvel Anabaptistan tribal (ce qui semble inévitable, étant donné les taux de natalité relatifs). L'Alaska retournera en Russie et je ne me risquerais même pas à deviner ce que l'avenir réserve à Hawaï.

Le passage des États-Unis de l'Amérique aux États Désunis de l'Amérique entraînera une nouvelle hiérarchie économique mondiale : La Chine en première position, l'Inde en deuxième position et la Russie (qui est actuellement en quatrième position) en troisième position. C'est ainsi que s'achèvera la période historique aberrante au cours de laquelle le mauvais côté de la planète a pu dire au bon côté de la planète ce qu'il devait faire.

 dedefensa.org

 Commenter