11/07/2024 les-crises.fr  6min #252345

Les Houtis sont-ils en train de l'emporter en mer Rouge ?

Le groupe rebelle yéménite continue d'attaquer des cibles malgré la coalition considérable et coûteuse dirigée par les États-Unis pour le combattre.

Source:  Responsible Statecraft, Giorgio Cafiero
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

Peu après le début de la guerre d'Israël contre Gaza l'année dernière, Ansarallah au Yémen, communément appelé les Houthis, a commencé à lancer des missiles et des drones sur des navires marchands et commerciaux liés à Israël dans le golfe d'Aden et le sud de la mer Rouge.

C'était la façon pour Ansarallah de soutenir les Palestiniens de Gaza en « contre-bloquant le bloqueur ». Cette action est conforme à la pratique d'Ansarallah qui consiste à rendre « œil pour œil » lorsqu'il s'agit de traiter les ennemis nationaux et étrangers du mouvement rebelle.

Les États-Unis et le Royaume-Uni, avec le soutien non opérationnel de l'Australie, de Bahreïn, du Canada et des Pays-Bas, ont commencé des opérations militaires contre Ansarallah le 12 janvier, estimant que les agissements des Houthis près du détroit de Bab al-Mandab constituaient une menace majeure pour l'économie mondiale. L'objectif est de dissuader les Houthis de mener de telles attaques maritimes.

Au cours des cinq derniers mois, la coalition a mené des frappes quasi quotidiennes contre les Houthis. Récemment, le 7 juin, les États-Unis et le Royaume-Uni ont mené six frappes aériennes, dont quatre visaient l'aéroport de Hodeidah et le port maritime de Salif, et deux la région d'al-Thawra, selon la chaîne de télévision Al Masirah TV, basée à Beyrouth et qui appartient aux Houthis.

Ces frappes ont eu lieu huit jours après que les deux armées occidentales ont attaqué des cibles houthies à Hodeida et dans le sud du Yémen, faisant au moins 16 morts et 35 blessés dans ce qui semble être l'une des plus importantes attaques de Washington et de Londres contre Ansarallah depuis le début de la campagne conjointe américano-britannique à la mi-janvier.

Il est difficile de déterminer dans quelle mesure les frappes ont endommagé la machine de guerre des Houthis et sa capacité à poursuivre ses attaques contre des cibles maritimes. Néanmoins, ces opérations, qui ont coûté aux États-Unis quelque 1 milliard de dollars selon un nouveau rapport des services de renseignement, n'ont finalement pas réussi à dissuader Ansarallah, qui continue de tirer des missiles et des drones sur des navires au large des côtes du Yémen.

« Les Houthis ont subi quelques pertes, mais pas suffisament. Ils conservent la capacité de bloquer la navigation maritime dans la mer Rouge », a déclaré Thomas Juneau, professeur agrégé spécialisé dans le Moyen-Orient à l'École supérieure d'affaires publiques et internationales de l'Université d'Ottawa, dans une interview accordée à Responsible Statecraft (RS).

« Et peut-être plus important encore, au-delà des dommages matériels qu'ils ont subis, leur intention de continuer à entraver la navigation en mer Rouge n'a pas faibli. »

Neil Quilliam, membre associé du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord du groupe de réflexion Chatham House, basé à Londres, a une vision similaire de la situation générale. « Les Houthis n'ont pas été découragés et les frappes américaines et britanniques ont eu un impact limité, comme le montre la poursuite des attaques malgré les tentatives répétées des Etats-Unis et du Royaume-Uni de perturber la campagne du groupe », a-t-il déclaré à RS. « Il est peu probable que la poursuite de la campagne militaire dissuade les Houthis. »

Depuis le début de la campagne militaire contre le gouvernement yéménite de facto à Sanaa en janvier, les États-Unis ont mené 450 frappes contre Ansarallah. Il y a de bonnes raisons de s'interroger sur la durabilité de ces opérations américano-britanniques contre les Houthis. « Leur approvisionnement en armes en provenance de l'Iran est bon marché et très durable, alors que le nôtre est coûteux et que nos délais logistiques sont longs. Nous courons un sprint, et eux une course de fond », a récemment déclaré Emily Harding, du Center for Strategic and International Studies, au Wall Street Journal.

L'administration Biden refuse de considérer que le comportement des Houthis dans le golfe d'Aden et le sud de la mer Rouge est lié à la guerre israélienne contre Gaza, soutenue par les États-Unis. Bien qu'Ansarallah se soit engagé sans détour à mettre fin à son comportement perturbateur au large des côtes yéménites une fois qu'un cessez-le-feu aurait été instauré à Gaza, la Maison Blanche affirme qu'il n'y a aucun lien entre les deux et que la meilleure solution consiste à poursuivre les opérations militaires contre les Houthis, plutôt que de s'attaquer à la cause profonde de ce comportement.

Il est indéniable que les frappes de la coalition ont, dans une large mesure, renforcé le pouvoir des Houthis au Yémen et dans le monde arabe. Sachant que les sentiments anti-israéliens sont partagés par les Yéménites dans l'ensemble du pays et de son spectre politique, il n'est pas surprenant de voir Ansarallah augmenter son recrutement à la suite de ses attaques maritimes menées sous la bannière de la défense des Palestiniens.

Ce faisant, les forces anti-Houthies au Yémen sont soumises à une pression accrue. Il s'agit notamment du Conseil de transition du Sud (CTS), qui dépend du soutien des Émirats arabes unis (EAU), l'État arabe à l'origine des accords d'Abraham - une série d'accords de normalisation entre les États arabes et Israël. Les Houthis ont saisi l'occasion de cette crise pour « renforcer leur position de champions de la cause palestinienne, ce qui leur permet d'accroître leur prestige et leur influence dans la région », explique Juneau.

En fin de compte, on ne sait pas très bien ce que les acteurs occidentaux et régionaux peuvent faire pour influencer les Houthis, qui ont prouvé leur capacité à vivre sous une pression intense de la part de l'Occident et de certains États arabes.

« La réalité sur le terrain au Yémen est que les Houthis ont gagné la guerre civile et que le gouvernement internationalement reconnu n'est pas en mesure de les défier ; il est faible, fragmenté et corrompu », a déclaré Juneau à RS. De plus, les Houthis ont bien l'intention de projeter leur pouvoir au-delà des frontières du Yémen maintenant qu'ils ont gagné la guerre. Face à cette réalité, les États-Unis n'ont que de mauvaises options à leur disposition.

*

Giorgio Cafiero est le PDG et fondateur de Gulf State Analytics, une société de conseil en risques géopolitiques basée à Washington. Il est également professeur adjoint à l'université de Georgetown et membre adjoint de l'American Security Project.

Source:  Responsible Statecraft, Giorgio Cafiero, 17-06-2024

Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter