11/07/2024 reseauinternational.net  6min #252381

 «Je m'ennuie, donc je tire», ou comment Tsahal cautionne la violence gratuite à Gaza

Soldats israéliens : «Il est permis de tirer, sans sommations, sur tout le monde»

par Julia Conley

Les publications israéliennes +972 Magazine et Local Call ont interrogé six soldats libérés du service actif qui ont donné des récits détaillés de la façon dont ils ont attaqué des civils à Gaza.

Contestant les affirmations répétées des responsables israéliens et de leurs partisans véhéments au sein de l'administration Biden qui ont honteusement démenti que les forces de défense ciblent les civils à  Gaza et ailleurs en Palestine occupé, un reportage approfondi publié lundi, basé sur le témoignage de six anciens soldats de Tsahal, décrit comment ils étaient encouragés à tirer avec leurs armes pour se «soulager de l'ennui» et qu'ils se sentaient «autorisés à ouvrir le feu sur les Palestiniens pratiquement à volonté, y compris sur les civils».

Dans leur dernier  rapport d'enquête sur les règles d'engagement de Tsahal à Gaza, publications israéliennes +972 Revue et Appel local a interrogé six soldats qui avaient été libérés du service actif.

Les prestataires médicaux et les témoins oculaires ont  décrit les tirs ciblant les femmes et les enfants palestiniens par des tireurs d'élite israéliens, et des images ont  montré des Palestiniens non armés exécutés alors qu'ils marchaient le long d'une route. Les soldats ont confirmé que Tsahal opère, depuis octobre, avec «une totale liberté d'action», comme l'un d'entre eux l'a dit.

«S'il y a [ne serait-ce] qu'un sentiment de menace, il n'est pas nécessaire de l'expliquer : il suffit de tirer», a déclaré un soldat identifié comme étant B.

Si les soldats voient une personne approcher et ne savent pas si elle est armée ou représente une menace, «il est permis de tirer sur son centre de masse [son corps], pas en l'air... Il est permis de tirer sur tout le monde, une jeune fille, une vieille femme, etc.» dit B.

Les soldats ont déclaré qu'ils tiraient parfois avec leurs armes comme «un moyen de se défouler ou d'atténuer l'ennui de leur routine quotidienne», un réserviste affirmant qu'ils voulaient «vivre l'événement [pleinement]».

Le réserviste a décrit avoir tiré «sans raison» par moments, «dans la mer, sur le trottoir ou dans un bâtiment abandonné», tandis qu'un soldat identifié comme S. a déclaré que Tsahal s'engagerait dans une tactique appelée «démonstration de présence», dans laquelle ils tireraient à plusieurs reprises avec leurs armes pour montrer à tous les Palestiniens dans la zone qu'ils étaient là.

Ils «tireraient beaucoup, même sans raison - quiconque veut tirer, quelle qu'en soit la raison, il tire», a déclaré S.

Le rapport fait suite à la publication d'une analyse par des experts médicaux dans The Lancet, qui a déclaré que le bilan des morts à Gaza - officiellement plus de 38 000 - pourrait être en réalité d'environ 150 000 personnes en raison des Palestiniens qui sont morts de faim, ou qui sont morts de problèmes médicaux, n'ayant pas pu être soignés en raison de la destruction du système de santé et ont succombé à d'autres impacts «indirects» de la guerre..

La journaliste d'Al Jazeera Laila Al-Arian a déclaré que les aveux des soldats israéliens au +972 ne font que confirmer ce qui «était clair depuis le début».

«Les soldats israéliens à Gaza partent du principe qu'ils peuvent tuer tout ce qui bouge et que chaque Palestinien est une proie facile pour le massacre», a-t-elle déclaré.

Soldats israéliens autour de la bande de Gaza, le 7 octobre

Les soldats ont également décrit avoir exécuté «systématiquement» des civils palestiniens parce qu'ils étaient entrés dans une zone désignée «zone interdite» par l'armée israélienne, et avoir laissé leur environnement «jonché de cadavres de civils, qui sont laissés pourrir ou mangés par des animaux errants».

Les soldats ont reçu pour instruction de cacher les corps à l'arrivée des groupes humanitaires internationaux, afin de s'assurer que «des images de personnes à un stade avancé de pourriture ne soient pas révélées».

S. a déclaré avoir «vu beaucoup de civils tués sans raison - des familles, des femmes, des enfants» et a confirmé qu'«il y a plus de morts que ce qui est rapporté».

«Chaque jour, au moins un ou deux [civils] sont tués [parce que] ils marchaient dans une zone interdite. Je ne sais pas qui est un terroriste et qui ne l'est pas, mais la plupart d'entre eux ne portaient pas d'armes», a-t-il déclaré.

B dit à +972 et Appel local que l'armée soupçonne tout homme âgé de 16 à 50 ans d'être un terroriste et traite toute personne se promenant à l'extérieur ou regardant les FDI depuis un bâtiment comme suspecte - et comme une cible légitime.

«Vous tirez d'abord», a déclaré B. «La perception [de l'armée] est que tout contact [avec la population] met les forces en danger, et il faut créer une situation dans laquelle il est interdit d'approcher [les soldats] en aucune circonstance».

Le rapport fait suite aux révélations précédentes des médias israéliens sur l'action de Tsahal de l' utilisation de l'intelligence artificielle pour cibler les Palestiniens, sans se soucier des civils qui pourraient être  tués lorsque des membres présumés du Hamas ont été attaqués à leur domicile.

Un soldat identifié comme A. a déclaré que travailler aux côtés des commandants dans une salle d'opérations et déterminer quels bâtiments devaient être frappés «ressemblait à un jeu informatique».

«Moi aussi, militaire plutôt de gauche, j'oublie très vite que ce sont de vraies maisons abritant de vrais êtres humains», estime A.

«Ce n'est qu'au bout de deux semaines que j'ai réalisé qu'il s'agissait de [véritables] bâtiments qui tombaient : s'il y avait des habitants [à l'intérieur], alors [les bâtiments s'effondraient] sur leur tête».

Yuval Green, qui a servi dans la 55e brigade de parachutistes à la fin de l'année dernière et a signé le mois dernier une lettre avec 40 autres réservistes refusant de participer à l'invasion de Rafah, a déclaré que les soldats avaient reçu l'ordre d'incendier les maisons qu'ils occupaient.

«Si vous faites déménager, vous devez incendier la maison», a-t-il déclaré, ajoutant que cette politique n'avait pas de sens à ses yeux dans le cadre d'une opération censée viser le Hamas.

«Nous sommes dans ces maisons non pas parce qu'elles appartiennent à des membres du Hamas, mais parce qu'elles nous servent sur le plan opérationnel», a déclaré Green. «C'est une maison de deux ou trois familles. La détruire signifie qu'elles se retrouveront sans abri».

Tariq Kenney-Shawa, analyste politique s'est 𝕏 adressé à ceux qui pourraient être surpris que «les soldats israéliens admettent si facilement leurs crimes de guerre».

«C'est simple», a déclaré Kenney-Shawa. «Ils n'ont jamais subi de conséquences. Personne ne leur demande de comptes pour leurs massacres».

Yael Berta, de Middle East Initiative, a déclaré que la dernière dépêche du +972 concernant les ordres donnés aux soldats de Tsahal n'est probablement qu'une fraction de la vérité qui finira par éclater sur la guerre à Gaza.

«Je suis presque sûre que nous ne savons pas la moitié de ce qui s'est passé pendant ces neuf mois à Gaza», a-t-elle déclaré.

source :  Common Dreams via  La Cause du Peuple

 reseauinternational.net

 Commenter