Accepter cookie ?
24/09/2010 info-palestine.net  4 min #43166

Les croisades pétrolières

Un ouvrage de l'écrivain américain d'origine palestinienne Abdel-Hay Zalloum explique comment le pétrole dicte à l'Amérique sa politique à l'égard du monde arabo-musulman.

Aliaa Al-Korachi - Al Ahram

Quelle stratégie ont adopté les Etats-Unis pour contrôler le pétrole de la région arabe ? Nombreux sont ceux qui voient dans la politique américaine un acte d'impérialisme économique. C'est ce qui figure dans ce livre qui a de vastes échos Les Croisades pétrolières. L'Amérique vue par les Arabes, rédigé en anglais par Abdel-Hay Zalloum, un Américain d'origine palestinienne qui a fait ses études économiques à Harvard, ce livre a été traduit aussi en arabe en 2007, c'est-à-dire deux ans après sa parution.

L'auteur a commencé son introduction en expliquant l'arrière-plan de ces croisades américaines pour le pétrole et qui ont pour but « d'enraciner l'idée que la stratégie de la sécurité nationale américaine est basée sur la domination du monde par les Etats-Unis. Ce qui légitime les guerres préventives pour protéger les intérêts américains ».

Le pétrole est le pilier fondamental de l'empire américain. Si les Etats-Unis s'inquiètent en voyant leur production pétrolière en déclin, il y a le substitut : la guerre pour le contrôle de cette ressource. Et cette guerre est masquée par des concepts comme celui de la lutte contre le terrorisme.

« Le début de la fin », c'est le titre du premier chapitre du livre. Dans cette partie, l'auteur prévoit que le pétrole va contrôler la politique internationale d'une manière sans précédent. Cela est dû à la croissance de nombreux pays, notamment des pays en développement, comme la Chine, le Brésil et l'Inde où la demande sur l'énergie augmente. D'autre part, le Moyen-Orient possède les plus grandes réserves de pétrole et les moins coûteuses à extraire, d'où la nécessité de le contrôler.

De plus, les compagnies pétrolières les plus importantes et les plus grandes - Exxon Mobil, Shell, BP, Steivron Texas et Total Fina Elf - se trouvent et opèrent essentiellement dans les pays arabes et musulmans, comme l'Iraq, l'Iran, le Koweït, l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Alors, « il n'était pas surprenant que l'ex-président Bush, dont la famille a travaillé dans le domaine du pétrole au Texas, ainsi que son vice-président Dick Cheney, qui a travaillé dans la compagnie pétrolière Enron, aient choisi l'invasion de l'Iraq ».

L'auteur débute son deuxième chapitre par présenter brièvement « L'histoire géologique du pétrole » avant d'aborder « L'histoire du pétrole arabe et comment l'Amérique s'en empare progressivement ». « Bien que l'Occident qualifie les Arabes de cheikhs riches, le revenu total des pays de l'Opep en 2003 était d'environ 240 milliards de dollars, ce qui est moins que les recettes du Walmart d'Amérique pour la même année », rétorque l'auteur.

Un jeu d'échecs

L'auteur énumère des actions politiques qui ressemblent aux déplacements des pièces sur un échiquier pour parvenir à contrôler le pétrole. Selon lui, George Bush père a incité les Iraqiens en 1991 à se révolter contre Saddam Hussein, mais Washington a craint par la suite la révolution populaire. Certains analystes estiment que c'est Washington qui avait encouragé Saddam Hussein à envahir le Koweït. La principale motivation derrière l'invasion était de contrôler le pétrole. La guerre de Saddam Hussein contre l'Iran, qui a duré huit ans, était aussi une incitation américaine.

« L'Iraq pourquoi ? Et pourquoi maintenant ? », dans cette partie du livre, l'auteur explique cette orientation brusque vers l'Iraq. Ce pays dispose de 112 milliards de barils, ce qui équivaut à 11 % du total des réserves mondiales de pétrole. Selon l'auteur, « l'Iraq avait provoqué les Etats-Unis et ses ambitions pétrolières, quelques années avant l'occupation, en signant des contrats pétroliers avec la Russie, la Chine, la France et en utilisant l'euro au lieu du dollar ».

Dans le cinquième chapitre, « Le groupe secret », l'auteur présente l'évolution de l'Opep. Les politiques pétrolières sont établies principalement par les grandes compagnies occidentales qui les déterminent selon leurs propres intérêts et ceux de l'Occident. Et l'Opep est ainsi manipulée.

Le livre se termine par une tentative de retracer une image de l'avenir, sur laquelle il n'est pas optimiste. L'auteur établit les prévisions les plus importantes qui vont façonner cet avenir, y compris l'épuisement. La production d'un substitut du pétrole est un processus coûteux en termes de temps et d'argent. « L'Amérique fera faillite en raison de l'augmentation des dépenses sur les guerres au lieu de dépenser sur l'éducation, la santé et la sécurité des citoyens ». Un ouvrage critique mais représente-t-il toute la réalité ? Sans doute les croisades pétrolières sont effectivement la cause de tous les malheurs du Moyen-Orient.

 Version anglaise disponible sur Amazon

 info-palestine.net

 Commenter