Accepter cookie ?
18/05/2022 arretsurinfo.ch  24 min #208377

Remarques et réponses du ministre des Affaires étrangères Sergey Lavrov lors d'une réunion avec les participants du marathon éducatif Nouveaux Horizons, Moscou, 17 mai 2022.

🇬🇧

Mes amis,

Je suis ravi de participer à nouveau à ce marathon, comme j'ai été ravi de m'exprimer devant vous au printemps et à l'automne 2021. Je pense que recréer la société de la connaissance dans un nouveau format sans aucune formalité était une excellente décision. Un format sans formalités est important. C'est verbeux, mais cela porte un sens profond.

On m'a demandé de parler de la multipolarité. Dans un contexte ou un autre, le secrétaire de presse du président, Dmitry Peskov, a évoqué les problèmes internationaux et ce à quoi la Russie est actuellement confrontée sur la scène internationale. Le terme "multipolarité" est bien présent dans le vocabulaire diplomatique international, grâce à la Russie. Il a été utilisé pour la première fois par l'un de mes grands prédécesseurs, Yevgeny Primakov, au milieu des années 1990, lorsqu'il dirigeait notre ministère. À l'époque, ce terme était accueilli avec scepticisme, car quelques années seulement s'étaient écoulées depuis la fin de l'Union soviétique et du camp socialiste. L'Occident a annoncé que c'était la "fin de l'histoire", ce qui signifiait que l'idéologie libérale occidentale dominerait désormais notre planète.

L'expansion de l'OTAN vers l'est était l'un des outils que l'Occident utilisait pour consolider cet objectif dans la pratique, contrairement aux promesses verbales qu'il nous avait faites. À l'initiative d'Evgueni Primakov, l'Acte fondateur a été conclu dans nos relations avec l'OTAN en 1997, qui stipulait clairement que nous ne sommes pas des adversaires et qu'aucun d'entre nous ne renforcera sa propre sécurité au détriment de celle des autres. Une sécurité égale et indivisible a été proclamée comme l'objectif et le principe sous-jacent de notre travail. Le même principe de sécurité indivisible a été consacré dans un contexte plus large pour tous les pays de la région euro-atlantique lors des sommets de l'OSCE. Une formule spécifique y a été énoncée : la sécurité doit être égale et indivisible, chaque pays a le droit de choisir ses alliances, mais en même temps, aucun pays n'a le droit de renforcer sa sécurité au détriment de celle des autres. Dans le même temps, il a été déclaré qu'aucune organisation de l'espace euro-atlantique ne devrait avoir le droit de revendiquer une domination en matière de sécurité dans l'ensemble de ce vaste champ géopolitique. Il est évident qu'il est inutile de souligner que nos collègues de l'OTAN dirigés par les États-Unis (les États-Unis ont mis au pas l'ensemble de l'Occident, comme chacun peut le constater aujourd'hui) ont gravement violé l'obligation de ne pas renforcer leur sécurité aux dépens des autres et l'obligation d'empêcher une organisation (en l'occurrence l'OTAN) de revendiquer le rôle de leader et de dicter sa volonté à tous les autres.

Le résultat pratique de cette politique occidentale a été l'expansion effrénée de l'OTAN à l'Est. Nous avons averti pendant toutes ces longues années que cela ne se terminera pas bien et que des menaces sont créées pour notre sécurité, malgré les nombreuses promesses et engagements pris par l'Occident. Nous avons proposé de rendre juridiquement contraignant l'engagement de ne pas renforcer sa propre sécurité au détriment de celle des autres, que nous avons consigné comme un engagement politique au sein de l'OSCE en 2009. Nous avons proposé de conclure un traité de sécurité européenne. Nous avons reçu une réponse polie et condescendante selon laquelle cela ne fonctionnerait pas, car l'Occident n'est prêt à fournir des garanties légales de sécurité qu'aux membres de l'OTAN.

Cela a conduit les États neutres à croire que l'adhésion à l'OTAN arrangerait les choses pour eux. Cette approche que nous avons adoptée en 2009 a été ignorée, tout comme le projet de traité que nous avons présenté en novembre 2021.

S'exprimant lors de la réunion du conseil élargi de notre ministère, le président de la Russie Vladimir Poutine a proposé de conclure un traité Russie-États-Unis et Russie-OTAN. Il affirmerait des garanties de sécurité pour tous les pays de la région, y compris l'Ukraine et d'autres États qui ne sont membres d'aucun bloc militaro-politique. Les blocs ne seront pas élargis. Les participants exposeront des garanties fiables qui ne créeront pas de sentiment de danger ou de menace pour quiconque. Cette proposition a également été rejetée avec arrogance. Pendant ce temps, l'Ukraine était physiquement attirée dans l'OTAN. Les auteurs ont fait des déclarations publiques sur l'absence d'obstacles à l'adhésion de l'Ukraine et ont affirmé que ce n'était pas l'affaire de la Russie. Ils prévoyaient de déployer des armes de frappe en Ukraine. Nos collègues britanniques construisaient une base navale dans la mer d'Azov. Beaucoup était fait pour transformer l'Ukraine en "anti-Russie", comme l'a dit le président Vladimir Poutine. Tout cela se déroulait sur fond de processus déclenchés par le coup d'État de 2014, lorsque des radicaux et des néonazis indéniables ont pris le pouvoir. Ils ont exigé la fin du statut de la langue russe en Ukraine. Ils voulaient évincer les Russes de Crimée et ont envoyé des unités de militants prendre d'assaut le bâtiment du Conseil suprême de Crimée. En conséquence, les habitants de l'est de l'Ukraine (notamment en Crimée) ont exprimé leur propre opinion. Ils ont rejeté les auteurs du coup d'État et ont décidé par référendum qu'ils vivraient selon leurs propres règles et valeurs. S'en est suivie une guerre qui a été stoppée en février 2015 par les accords de Minsk. Ils prévoyaient simplement un statut spécial pour les régions de l'est de l'Ukraine dans le respect de l'intégrité territoriale de ce pays. Pendant huit longues années, les présidents de l'Ukraine, jusqu'à l'actuel inclus, ont refusé catégoriquement de respecter ces accords en public et ont continué à utiliser la force contre le Donbass. L'Occident qui a garanti les accords de Minsk et a voté pour eux au Conseil de sécurité de l'ONU, plutôt que d'encourager Kiev à respecter ce qu'il avait signé, a tout fait pour le persuader d'éviter le dialogue direct avec Donetsk et Lougansk. Le président russe Vladimir Poutine en a parlé à plusieurs reprises. Nous n'avions pas d'autre choix que de reconnaître ces républiques et de nous rallier à la défense du Donbass, de la culture et de la langue russes, ainsi que des médias russes qui ont été interdits en Ukraine ces dernières années. Ce pays a codifié dans la loi les efforts visant à encourager les théories et les pratiques néo-nazies.

Les pays membres de l'OTAN, menés par les États-Unis, ne veulent même pas entendre parler d'un monde multipolaire. Il est intéressant de noter que, lors des discussions au sein de l'ONU, ils proposent le libellé des documents finaux de certaines conférences et écrivent que nous nous engageons tous à respecter les droits de l'homme, l'État de droit et les valeurs démocratiques. Nous ne nous opposons pas à cela, car tout cela fait partie des documents universellement acceptés, notamment la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948. Au contraire, nous nous engageons à ce que les accords universellement applicables et acceptés restent le fondement de notre travail commun pour promouvoir le respect des droits de l'homme. Nous ne voulons pas que des valeurs absolument inattaquables soient étirées pour englober les exigences néolibérales modernes selon lesquelles il faut faire preuve de respect pour tout ce qui ne peut pas attirer le soutien actuel et qui va à l'encontre de nos valeurs culturelles, ethniques et religieuses. Les droits de l'homme, l'État de droit - qui pourrait s'y opposer ? Cependant, dès que nous proposons, dans le cadre de la coordination avec les pays occidentaux, des documents ainsi libellés, pour souligner que l'État de droit et les valeurs démocratiques doivent également être encouragés dans les relations internationales - non pas à l'intérieur d'un pays mais sur la scène internationale - on nous répond qu'on ne le fera pas pour l'instant et qu'on refuse de réaffirmer un engagement en faveur d'une approche démocratique des affaires mondiales. Ceci est en contradiction directe avec le principe inscrit dans la Charte des Nations unies qui est le précurseur d'un monde multipolaire et qui sert de pilier sur lequel repose le respect de l'égalité souveraine des pays. Nos partenaires occidentaux ne respectent pas l'égalité souveraine des pays et ne veulent pas d'un monde multipolaire. Ils ont déclaré un monde unipolaire.

La secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a récemment déclaré qu'il était nécessaire de dissuader la Chine car elle a acquis une trop grande influence sur l'économie, la finance et le commerce mondiaux. Il est essentiel de réformer l'OMC, le FMI et la Banque mondiale pour rendre unipolaires ces systèmes monétaires, commerciaux et de change. Il est soi-disant nécessaire d'expliquer à la Chine qu'un monde bipolaire n'est pas nécessaire. L'Occident a établi toutes ces institutions sur la base des mécanismes suggérés par les États-Unis à tous les autres qui ont été forcés de les accepter. La Chine a utilisé ces mécanismes et ces règles du commerce et de la finance mondiaux pour "vaincre" les États-Unis et devenir la première économie du monde. C'est pourquoi elle n'est pas heureuse aujourd'hui. La mondialisation, qui était présentée comme multipolaire, a en réalité créé les conditions pour que tous les autres travaillent sur la base imaginée par l'Occident. Tout le monde était prêt à s'en accommoder : l'OMC, que nous avons cherché à intégrer et que nous avons intégrée, le FMI et la Banque mondiale, tous ont travaillé dans ces conditions. Mais dès que les pays qui réussissaient le mieux dans ces domaines ont commencé à apparaître dans ces conditions, en suivant les règles du jeu occidentales, les pays qui vont établir un monde multipolaire (la Chine, l'Inde et d'autres grands États), l'Occident a immédiatement décidé de réécrire les règles. Comme on dit, ils ont décidé de déplacer les poteaux de but pendant le jeu. Mais objectivement, cette tendance ne va nulle part et ne fait que se renforcer. La tendance consiste en un renforcement de ce caractère multipolaire, car de nouveaux centres de croissance économique et de puissance financière apparaissent en réalité (sont déjà apparus). Ce processus s'accompagne d'une influence politique accrue : La Chine, l'Inde, le Brésil et l'Afrique du Sud sont les pays BRICS. Ils font partie du G20 où sont représentés à la fois le G7 et les BRICS, ainsi que d'autres États qui gravitent autour des BRICS. C'est dans ce format que l'Occident doit discuter avec les nouveaux centres de la croissance mondiale. Il ne fait aucun doute que la victoire finale appartiendra à la vie plutôt qu'aux tentatives artificielles de freiner l'avancée d'un processus historique. Elles peuvent atteindre leurs objectifs pendant un certain temps. Aujourd'hui, l'Occident tente fébrilement d'entraver ces processus, agonisant dans sa réponse aux actions de la Russie pour défendre ses intérêts légitimes, mais la vie prendra le dessus. Il ne fait aucun doute que le monde sera multipolaire. Les grandes nations qui se respectent ne se contenteront pas du rôle que l'Occident veut leur attribuer, celui d'observateurs obéissants. Aucun régime colonial dans l'histoire ne dure longtemps et ne reste durable. Du point de vue de l'histoire et de la politique mondiale, notre cause est juste.

Question: Souvent, lorsque les gens parlent de politique étrangère, ils mentionnent le hard power, le soft power et le young power. Pouvez-vous nous expliquer la signification de ces mots ? Y a-t-il des exemples spécifiques ?

Sergey Lavrov: Il y a suffisamment d'exemples dans l'histoire du monde pour remplir des centaines de volumes. Je vais parler de notre époque. Le hard power est l'utilisation de la force militaire pour résoudre les problèmes internationaux. Les États-Unis et leurs alliés sont connus pour leur utilisation du hard power. Leur faire concurrence est un exercice futile. Les États-Unis s'estiment en droit (ils se considèrent comme une nation exceptionnelle, même Barack Obama et les présidents qui l'ont précédé se sont décrits en ces termes) de déterminer ce qu'ils peuvent faire et où ils peuvent le faire, sans se soucier de savoir si leur désir est conforme aux obligations de la Charte des Nations unies qui stipule que les pays doivent s'abstenir de s'ingérer dans les affaires intérieures des autres, en recourant à la force ou à la menace de la force, sauf dans les cas prévus par la Charte des Nations unies, qui sont au nombre de deux. Le premier est l'autodéfense individuelle ou collective, ce qui est notre cas, puisque nous protégeons les habitants du Donbass, puisque nous avons reconnu leur indépendance et que nous l'avons fait en réponse à leurs demandes légitimes de les protéger contre les attaques constantes et croissantes des forces armées ukrainiennes et des bataillons nationaux. Le deuxième cas où la force peut être utilisée conformément au droit international est celui de la résolution du Conseil de sécurité des Nations unies. Les États-Unis (même si nous nous concentrons sur les 20 dernières années, en commençant par la fin des années 1990) ont bombardé la Yougoslavie sans l'autorisation du Conseil de sécurité des Nations unies, uniquement parce qu'ils voulaient protéger les droits du Kosovo et du peuple albanais, prétendument violés par Belgrade. En l'espace de deux mois et demi, ils ont bombardé des zones résidentielles, des ponts ferroviaires et des trains de voyageurs, détruit un centre de télévision (ils l'ont fait publiquement et sans y réfléchir à deux fois) et frappé l'ambassade de Chine "pendant qu'ils y étaient" (tuant plusieurs employés). Puis, en 2003, les États-Unis ont pensé que quelqu'un fabriquait une sorte de poudre dans un Irak lointain. Ils soupçonnaient qu'il s'agissait d'une arme biologique ou chimique. Il s'est avéré plus tard que tout cela n'était qu'un mensonge, mais sous le prétexte d'éliminer la menace, une guerre a été déclenchée en Irak. L'Irak a été détruit et n'a toujours pas retrouvé son intégrité territoriale en tant qu'État-nation. Aucune arme de destruction massive n'y a été trouvée. Ce pays, qui vivait sous un régime strict, autoritaire, si vous voulez, centralisé, a été jeté il y a de nombreuses années. Puis il y a eu la Libye avec le dictateur Mouammar Kadhafi, un pays où personne n'avait de problème avec les prix, ou le niveau de vie, ou avec la possibilité de faire des études à l'étranger. Quelqu'un pensait que leur vie était bonne, mais antidémocratique. Ils ont bombardé la Libye, qui, comparée à l'Irak, est dans un état désespéré. Nous essayons d'aider à rétablir l'unité, mais cela ne fonctionne pas. Ils ont voulu faire la même chose en Syrie. Tout cela se passe à des milliers de kilomètres des États-Unis. Mais ils pensent qu'ils ont le droit de s'imposer où bon leur semble. De la même manière, ils exigent maintenant que l'OTAN non seulement s'étende, mais assume une responsabilité mondiale. Ils essaient clairement de se rapprocher de la Chine dans l'océan Indien et l'océan Pacifique. Il s'agit là de la force brute ou du hard power.

Le soft power concerne la diplomatie, les opportunités médiatiques et les organisations ou associations non gouvernementales qui se concentrent sur les questions historiques, culturelles et autres. Dans un certain nombre de cas, le soft power peut être tout aussi efficace. Pour atteindre des objectifs géopolitiques, il suffit de penser aux tristement célèbres révolutions de couleur organisées par les États-Unis au Moyen-Orient, en Géorgie et en Ukraine à partir de 2004. Puis, par l'intermédiaire de structures non gouvernementales, les États-Unis ont insisté pour organiser un troisième tour d'élections, car le candidat qui ne leur convenait pas l'avait emporté au second tour (selon la Constitution, il ne peut y avoir que deux tours). Il existe de nombreuses façons de rendre le soft power non moins dangereux que la force militaire pure et simple.

Nous sommes pour une solution pacifique des problèmes. Nous avons nos façons de défendre nos valeurs, nos idées et nos approches devant la communauté internationale. Nous avons des choses à dire. Nous n'hésitons pas à le faire. Nous sommes ceux qui ont les réponses aux faux concepts et aux thèses qui sont promus par le soft power occidental. Un excellent exemple est ce que le régime de Kiev dit maintenant à propos des développements en Ukraine, prétendant que le pays n'est pas russophobe (alors que toutes les lois à cet effet y ont été introduites) ou néo-nazi. Pourtant, les faits parlent d'eux-mêmes.

Je pense que des réunions comme celle-ci sont, dans une certaine mesure, un moyen de former notre capacité de soft power (je n'aime pas ce terme), la capacité d'apporter aux gens des informations qui les font réfléchir et prendre des évaluations et des décisions par eux-mêmes. C'est notre force : notre peuple n'est pas zombifié, mais s'efforce au contraire de traiter l'information de manière créative et de se forger une position indépendante.

Question: Il n'y a pas si longtemps, l'ambassadeur d'Ukraine en Allemagne a traité la chancelière fédérale allemande de "saucisse de foie boudeuse". Il n'a même pas été expulsé pour cela. En outre, l'Allemagne continue d'apporter une assistance globale à l'Ukraine en lui envoyant des armes et en lui offrant une aide financière. Dans ce contexte, j'ai une question. Kiev peut-il s'en tirer à bon compte ? Si oui, pourquoi ?

Sergey Lavrov: Oui, il s'en tire à bon compte. Vous avez correctement décrit l'attitude de l'Occident envers ses clients en Ukraine. Personne n'a besoin de l'Ukraine. Elle est sacrifiable dans la guerre hybride totale contre la Fédération de Russie. Plus personne n'en doute. Cela a été annoncé en public. Le diplomate en chef de l'UE, Josep Borrell, affirme que cette guerre doit être gagnée sur le champ de bataille. Les Britanniques, les Américains, les présidents, les premiers ministres et les ministres déclarent qu'ils n'ont pas le droit de laisser la Russie gagner - elle doit être vaincue. Ils ont déclaré la guerre. Il ne s'agit pas du tout d'une guerre entre l'Ukraine et la Russie, mais entre l'Occident et la Russie. Il y a un dicton populaire : "L'Occident est prêt à se battre jusqu'au dernier ukrainien." C'est exact. L'Ukraine est sacrifiable dans la lutte contre la Fédération de Russie et tout est donc acceptable. C'est pourquoi le néonazisme est en plein essor et les sponsors occidentaux l'ignorent. De plus, ils participent à la formation d'unités néonazies et les incitent à s'engager dans des actions anti-russes. Ils ont déjà interdit la langue russe, dès la cinquième année, tous les médias russes et même les médias ukrainiens en russe, qui défendent les vues du parti d'opposition. La langue russe est interdite même dans la vie quotidienne. Pendant toutes ces longues années d'excès flagrants, nous n'avons pas pu faire comprendre cela à l'OTAN, à l'UE, aux États-Unis, à l'OSCE ou au Conseil de l'Europe. Nous n'avons pas pu leur faire remarquer que cela contredit toutes les conventions qui constituent le fondement de la défense des droits de l'homme dans la communauté internationale.

Après l'arrivée au pouvoir du gouvernement actuel, l'Allemagne a perdu ses derniers vestiges d'indépendance. Dans l'UE, le président français Emanuel Macron est le seul dirigeant qui essaie de parler de "l'autonomie stratégique" de l'UE." Je suis sûr qu'ils ne seront pas autorisés à l'avoir. L'UE s'intègre de plus en plus à l'Alliance de l'Atlantique Nord et elle ne le cache pas. Maintenant, la Finlande et la Suède font l'actualité. Le président de la Russie, Vladimir Poutine, a déclaré hier que nous ne voyons pas la nécessité pour eux de s'inquiéter de leur sécurité. Nous considérons leur décision, qui a certainement fait l'objet d'un lobbying actif de la part de Washington et de l'OTAN elle-même, comme une simple manœuvre géopolitique visant à dissuader la Russie et à mettre en œuvre le plan de l'OTAN visant à étendre ses actions à la région arctique. Le président finlandais Sauli Niinisto et les ambassadeurs finlandais affirment partout que leur pays ne voit pas de menaces venant de la Russie et que son adhésion à l'OTAN est déterminée par le changement de la situation sécuritaire en Europe. Il n'y a aucune logique dans tout cela. Vous ne voyez aucune menace de la part de la Russie, mais la situation sécuritaire change parce que la Russie est "agressive". Il est inapproprié de faire de telles déclarations. La Finlande, la Suède et d'autres pays neutres participent depuis longtemps aux exercices de l'OTAN. L'OTAN tient compte de leur territoire dans sa planification militaire de l'expansion vers l'est. Cela ne fait pas une grande différence dans ce sens. Nous devrons voir comment l'OTAN utilisera leur territoire et nous en tirerons des conclusions. Mais l'UE en tant que telle, maintenant que l'Allemagne a perdu son indépendance et que la France essaie vainement de promouvoir ses thèses d'autonomie stratégique, est déjà en train de fusionner avec l'OTAN dans la pratique. Maintenant, en ce qui concerne son adhésion également.

Quant à l'insulte de l'Allemagne par l'ambassadeur ukrainien. Il est notoirement connu pour cela. Son impolitesse a longtemps fait parler d'elle et les politiciens allemands ayant un tant soit peu de dignité l'ont soulevée plus d'une fois. Mais lorsqu'on a demandé au chancelier Olaf Scholz de répondre à l'insulte consistant à se faire traiter de "saucisse de foie boudeuse", il a répondu qu'il laissait aux journalistes le soin de tirer leurs propres conclusions. En d'autres termes, il ne s'est pas offensé. Donc, le mot "boudeur" peut être retiré de la phrase.

Question: Les jeunes de la République populaire de Donetsk peuvent déjà prendre part aux activités de la société de la connaissance. Quand les jeunes de Kherson pourront-ils s'y joindre ?

Sergey Lavrov: Je pense que cela se produira dès que les citoyens de Kherson prendront cette décision. Je ne considère pas qu'il soit nécessaire de donner une autorisation officielle. Il me semble que la valeur de cette organisation, qui a été recréée délibérément dans un format entièrement nouveau, ouvert et démocratique, est qu'elle offre la possibilité de promouvoir la diplomatie publique et les contacts sans autorisation officielle. C'est donc à la société civile de chaque région de décider.

Question: Qu'adviendra-t-il de l'internet ? L'Occident dispose-t-il de moyens techniques pour déconnecter la Russie de l'internet ?

Sergey Lavrov: Je ne possède pas les connaissances nécessaires pour prévoir comment la technologie liée à l'internet se développera à l'avenir. Toutefois, je ne doute pas que les cerveaux russes, les jeunes russes, qui remportent régulièrement toutes sortes de compétitions impliquant l'internet et d'autres technologies modernes, nous assureront une vie normale et une position avancée dans tous ces processus.

L'ONU dispose d'une agence, qui s'appelle l'Union internationale des télécommunications. Cela fait maintenant plus de 10 ans que nous, ainsi qu'un groupe de pays, demandons instamment à cette agence d'entamer une discussion sérieuse, honnête et fondée sur les faits concernant la démocratisation du contrôle de l'internet. D'une manière ou d'une autre, la majorité des pays occidentaux, menés par les États-Unis, torpillent la discussion sur cette question. L'internet a toujours été présenté comme un élément essentiel de la mondialisation. Maintenant que l'Occident, au lieu d'adopter une approche multipolaire - ce qui est le sujet de la session actuelle et le point de départ - s'oriente vers l'établissement de sa domination dans tous les domaines, nous, la Chine et tous les autres pays qui se respectent et qui ne veulent pas être des garçons de courses obéissants pour l'Occident, faisons tout notre possible pour veiller à ce que les industries clés responsables du fonctionnement d'un pays et de sa sécurité, ainsi que du bien-être de sa population, ne dépendent pas de ceux qui ont prouvé leur incapacité totale à remplir leurs obligations. Je vous assure que ces tâches, que le président russe Vladimir Poutine a maintenant clairement formulées, seront accomplies. Vous ne serez pas laissés sans Internet, et moi non plus.

Question: L'expulsion des diplomates russes est-elle une simple démonstration ou un coup sérieux porté à la communication internationale ?

Sergey Lavrov: Tout d'abord, c'est une preuve de l'arrogance, de la frénésie et de l'impudence de nos partenaires occidentaux, qui pensent pouvoir agir en toute impunité. Washington a dit : "Attaquez !" et tous les pays qui expulsent nos diplomates ont compris que tout était permis, qu'ils pouvaient frapper et interdire la Russie, annuler sa culture, etc. En fait, il n'y a rien dont nous puissions parler avec les pays occidentaux. Nos ambassades, bien que réduites, ont gardé du personnel. Mais il n'y a rien à dire, car l'Occident boycotte tout contact et a fermé tous les canaux de communication, autrefois nombreux entre la Russie et l'UE et entre la Russie et l'OTAN. Au lieu d'utiliser ces canaux, qui devraient être utilisés en période de crise avant tout, ils les ont fermés. C'est leur perte. Vous pouvez mener un cheval à l'eau, mais vous ne pouvez pas le faire boire, comme le dit le proverbe. Les sanctions et les interdictions sont adoptées, et nous entendons leurs cris hautains et pompeux selon lesquels les sixième, septième et huitième paquets de sanctions arrivent. Pensez-vous que nous voudrons les rencontrer ou discuter avec eux dans cette situation ? Non, nous ne le ferons pas. Nous avons d'autres partenaires avec lesquels nous pouvons discuter.

Les diplomates qui sont revenus d'États inamicaux, voire hostiles, se verront proposer des postes au ministère des affaires étrangères et dans nos missions étrangères dans d'autres pays, en premier lieu en Asie, en Afrique, en Amérique latine et, surtout, dans les pays de la CEI. Nous augmenterons considérablement le nombre de membres du personnel des ambassades dans toutes ces régions. La structure des départements du Bureau central sera profondément remaniée. Nos priorités sont claires. Elles ne sont pas anti-occidentales. Elles sont axées sur le développement accéléré des relations avec les pays qui respectent les principes de la Charte des Nations unies, en premier lieu l'égalité souveraine des États. Les pays qui ne respectent pas ces principes et veulent agir du point de vue du seul souverain du monde auquel le reste du monde doit obéir doivent savoir que la Russie n'accepte pas l'utilisation d'un tel langage.

Question: En réponse à l'une des questions précédentes, vous avez dit que les guerres par procuration sont une méthode occidentale traditionnelle depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle a également été décrite comme "tirer les marrons du feu" dans le cas de Winston Churchill. Est-il judicieux de mener des pourparlers directs avec l'Ukraine et Kiev ? Kiev ne voit-il pas qu'ils sont des laquais de l'Occident ?

Sergey Lavrov: Oui, vous avez tout à fait raison. Je ne sais pas ce que le président Zelensky pense de lui-même ni comment il se sent à un moment donné de la journée. Ce n'est pas à moi de le dire, bien qu'il y ait des rumeurs. Mais peu importe ce qu'ils pensent d'eux-mêmes, c'est un fait qu'ils ne sont pas des acteurs indépendants.

Vous avez parlé de pourparlers. Oui, lorsqu'ils ont proposé des pourparlers, c'est-à-dire peu après le début de l'opération militaire spéciale, le président Poutine nous a donné l'ordre d'organiser des pourparlers. De plus, nous avons suspendu l'opération en signe de bonne volonté lors du premier tour, mais la partie ukrainienne n'a pas rendu la pareille, agissant sans scrupules comme d'habitude. Par conséquent, nos troupes et les milices de Donetsk et de Lougansk n'ont pas arrêté les combats lors des cycles de négociations suivants.

Il y a eu plusieurs séries de discussions : d'abord au Belarus, puis en ligne, puis une réunion en Turquie, où, selon nous, nous avons assisté à une percée, puisque l'Ukraine, pour la première fois dans toute la période de nos contacts, a présenté un document paraphé par le chef de la délégation, plutôt que quelques idées communiquées de bouche à oreille. Ce document contenait des principes, que la Russie était prête à prendre comme base, en déclarant qu'il s'agissait d'un texte sur lequel nous étions prêts à travailler et des principes que nous étions, de manière générale, prêts à accepter. Nous avons commencé à traduire ces principes en langage juridique, mais pratiquement un jour plus tard, la partie ukrainienne a fait marche arrière. Qui plus est, avant qu'ils ne fassent marche arrière, une provocation organisée s'est produite à Bucarest, et l'Occident, sans se pencher sur la question, a immédiatement demandé une enquête. Mais avant même que l'enquête ne commence, ils ont introduit des sanctions, un autre paquet, et c'était un signal clair que l'Occident ne soutenait pas l'initiative ukrainienne qui s'était manifestée par la présentation de principes acceptables pour un accord. Nous recevons des informations par différents canaux selon lesquelles les négociateurs ukrainiens sont contrôlés par Washington et surtout par Londres, qui "régulent leur liberté de manœuvre". Il est possible qu'ils puissent même le faire directement, ayant comme eux leurs représentants en Ukraine.

Beaucoup de gens disent : Pourquoi continuer ce processus insensé ? Les États-Unis, Londres et Bruxelles ont déclaré que leur objectif était d'infliger une défaite à la Russie. Soudain, ils ont vu quelque part que l'armée ukrainienne lançait une offensive. Je laisse ces déclarations sur leur conscience ; tous les faits sont fournis quotidiennement par le ministère russe de la Défense. Ils veulent faire durer le conflit. Plus il durera, pensent-ils, plus les pertes seront lourdes pour l'armée russe et la Fédération de Russie. Leur objectif est de nous épuiser et de nous lasser. Par conséquent, je n'ai aucun espoir que le fait de porter la conversation au niveau de Washington ou de Londres change quoi que ce soit. D'ailleurs, ni Londres, ni Washington, ni l'Occident dans son ensemble n'ont fait de propositions. Même l'approche initiale que l'Ukraine nous a proposée à Istanbul impliquait que le document en question serait signé par les pays qui garantiraient la sécurité de l'Ukraine, à savoir les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, la Turquie et l'Allemagne. Après avoir fait marche arrière, ils ont également retiré cette proposition. Selon nos informations, ils n'ont pas reçu l'assurance de l'Occident qu'il était prêt à souscrire à ces garanties de sécurité. Cela indique également que l'Occident n'a pas particulièrement besoin de l'Ukraine, sauf en tant qu'irritant permanent pour la Fédération de Russie et source de menaces pour la sécurité.

Nous disons toujours que nous sommes prêts à discuter. Mon prédécesseur, Andrey Gromyko, a prononcé la célèbre phrase : "Mieux vaut dix ans de négociations qu'un jour de guerre." Mais nous n'avions pas d'autre choix. Nous avons eu non pas 10, mais 20 ans depuis la fin des années 1990, lorsque l'Occident a commencé à préparer des outils, notamment l'utilisation de l'OTAN et de l'Ukraine, pour contenir la Russie. Tout au long de ces années, nous avons insisté sur les pourparlers. Mais ils n'ont pas tenu compte de nos propositions.

Aujourd'hui, nous résoudrons les problèmes en fonction de la façon dont nous les voyons. Je soulignerai toujours que nous sommes prêts à aborder les questions humanitaires, comme ce fut le cas hier, lorsque grâce aux initiatives des militaires russes sur le terrain, il s'est avéré possible d'évacuer des centaines de soldats blessés de l'usine Azovstal. Ce sont les principes qui constituent la base de l'éthique de l'armée russe.

Merci beaucoup. Je vois que les questions ont été posées par des étudiants du MGIMO. Mes respects les plus sincères à tous les autres ! Les gars, intéressez-vous à la politique locale. Pour être honnête, cela vous sera d'une grande aide dans la vie, peu importe ce que vous deviendrez plus tard. Au revoir et bonne continuation.

Source:  Ministère affaires étrangères

 arretsurinfo.ch

 Commenter
admin [Commentaire] 2022-05-18 #11909
Je pense que recréer la société de la connaissance dans un nouveau format sans aucune formalité a été une excellente décision.

wow
je suis client

De toute évidence, il est inutile de souligner que nos collègues de l'OTAN dirigés par les États-Unis (les États-Unis ont mis au pas tout l'Occident, ce que tout le monde peut clairement voir maintenant) ont violé de manière flagrante l'obligation de ne pas renforcer leur sécurité aux dépens des autres et l'obligation d'empêcher une organisation (dans ce cas l'OTAN) de revendiquer le leadership et de dicter sa volonté à tout le monde.

cette règle fonde le droit international

Nous avons reçu une réponse polie et condescendante selon laquelle cela ne fonctionnerait pas, car l'Occident n'est prêt à fournir des garanties de sécurité juridique qu'aux membres de l'OTAN.
Afficher la suite  3 min
admin [Ndlr] 2022-05-18 #11910

on a sabordé l'article de la source qui était vrillé et incomplet, et remplacé intégralement le contenu, et le titre, par une traduction deepl de l'original en anglais

admin [Commentaire] 2022-06-02 #11991

étirement des règles

Nous ne voulons pas que des valeurs absolument inattaquables soient étirées pour englober les exigences néolibérales modernes selon lesquelles il faut faire preuve de respect pour tout ce qui ne peut pas attirer le soutien actuel et qui va à l'encontre de nos valeurs culturelles, ethniques et religieuses.

sur l'ordre fondé sur les règles

Mais dès que les pays qui réussissaient le mieux dans ces domaines ont commencé à apparaître dans ces conditions, en suivant les règles du jeu occidentales, les pays qui vont établir un monde multipolaire (la Chine, l'Inde et d'autres grands États), l'Occident a immédiatement décidé de réécrire les règles. Comme on dit, ils ont décidé de déplacer les poteaux de but pendant le jeu.

principe 1 : l'égalité des pays

le principe inscrit dans la Charte des Nations unies qui est le précurseur d'un monde multipolaire et qui sert de pilier sur lequel repose le respect de l'égalité souveraine des pays
Se réfère à : 2 articles

Référencé par : 4 articles