Israël derrière les attaques de l'Inde contre le Pakistan

14-08-2019 reseauinternational.net 9 min #160332

par Robert Fisk.

Quand j'ai entendu le premier rapport de la nouvelle, j'ai supposé que c'était un raid aérien israélien sur Gaza. Ou la Syrie. Des frappes aériennes dans un « camp terroriste » ont été les premiers mots. Un « centre de commandement et de contrôle » détruit, de nombreux « terroristes » tués. L'armée ripostait contre une « attaque terroriste » contre ses troupes, nous a-t-on dit.

Une base islamiste « djihadiste » avait été éliminée. Puis j'ai entendu le nom Balakot et j'ai réalisé que ce n'était ni à Gaza, ni en Syrie - pas même au Liban - mais au Pakistan. C'est étrange, ça. Comment peut-on confondre Israël et l'Inde ?

Ne laissez pas l'idée se dissiper. 4000 km séparent le Ministère israélien de la Défense à Tel-Aviv du Ministère indien de la Défense à New Delhi, mais il y a une raison pour laquelle les dépêches habituelles de l'agence de presse sont si semblables.

Depuis des mois, Israël s'aligne assidûment  aux côtés du gouvernement nationaliste indien du BJP dans une coalition « anti-islamiste » tacite - et politiquement dangereuse -, une alliance non officielle et non reconnue, tandis que l'Inde elle-même est devenue  le plus grand marché du commerce des armes israélien.

Ce n'est donc pas par hasard que la presse indienne vient de vanter le fait que des « bombes intelligentes » Rafael Spice-2000 de fabrication israélienne ont été utilisées par les forces aériennes indiennes dans leur attaque contre les « terroristes » Jaish-e-Mohammed (JeM) au Pakistan.

Des militants du Centre d'Unité Socialiste d'Inde affichent des pancartes lors d'une manifestation pour condamner l'abrogation de l'article 370 qui accorde un statut spécial au Jammu-et-Cachemire par le gouvernement indien, à New Delhi, le 8 août 2019

Comme de nombreux Israéliens se vantent d'avoir atteint des objectifs similaires, l'aventure indienne au Pakistan doit peut-être plus à l'imagination qu'au succès militaire. Les « 300-400 terroristes » prétendument éliminés par les bombes fabriquées et fournies par Israël peuvent s'avérer n'être rien de plus que des rochers et des arbres.

Mais il n'y avait rien d'irréel dans l'embuscade sauvage des troupes indiennes au Cachemire le 14 février que le JeM a revendiquée, et qui a laissé 40 soldats indiens morts. Ni dans l'abattage d'un jet indien cette semaine.

L'Inde a été le plus gros client d'Israël en matière d'armement en 2017, payant 530 millions de livres sterling pour la défense aérienne, les systèmes radar et les munitions israéliens, dont des missiles air-sol - la plupart ont été testés lors des offensives militaires israéliennes contre les Palestiniens et des cibles en Syrie.

Israël lui-même tente d'expliquer la poursuite de ses ventes de chars, d'armes et de bateaux à la dictature militaire du Myanmar, tandis que les nations occidentales imposent des sanctions au gouvernement qui a tenté de détruire sa minorité, en grande partie le peuple Rohingya musulman. Mais le commerce des armes d'Israël avec l'Inde est légal, honnête et très médiatisé de part et d'autre.

Les Israéliens ont filmé des exercices conjoints entre leurs propres unités de « commandos spéciaux » et celles envoyées par l'Inde pour s'entraîner dans le désert du Néguev, toujours avec toute l'expertise qu' Israël aurait acquise à Gaza et sur d'autres fronts de bataille civils.

Au moins 16 commandos indiens « Garud » - faisant partie d'une délégation militaire indienne de 45 personnes - ont été basés pendant un certain temps sur les bases aériennes de Nevatim et Palmachim en Israël. Lors de sa première visite en Inde l'année dernière - précédée d'un voyage en Israël du Premier Ministre nationaliste indien Narendra Modi, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahu a rappelé les attaques islamistes de 2008 contre Mumbai, qui ont fait près de 170 victimes civiles.

« Les Indiens et les Israéliens connaissent trop bien la douleur des attaques terroristes, a-t-il dit à Modi. Nous nous souvenons de l'horrible sauvagerie de Mumbai. On serre les dents, on se défend, on ne cède jamais«.

C'était aussi le langage du BJP.

Plusieurs commentateurs indiens, cependant, ont averti que le sionisme de droite et le nationalisme de droite sous Modi ne devraient pas devenir la pierre angulaire des relations entre les deux pays, qui ont tous deux - de manière assez différente - combattu l'empire britannique.

Un soldat de la Force Centrale de Sécurité Industrielle monte la garde au terminal intérieur de l'aéroport international Chhatrapati Shivaji Maharaj à Mumbai, le 8 août 2019. Les autorités de l'aviation indienne ont demandé aux aéroports de renforcer les mesures de sécurité après que le gouvernement ait retiré son autonomie au Cachemire

La chercheuse bruxelloise Shairee Malhotra, dont  les travaux ont été publiés dans le journal israélien Haaretz, a souligné que l'Inde compte la troisième population musulmane du monde après l'Indonésie et le Pakistan - plus de 180 millions de personnes.

« La relation Inde-Israël est aussi souvent présentée sous la forme d'une convergence naturelle d'idées entre le BJP au pouvoir et le Likoud«,  a-t-elle écrit l'année dernière.

Les nationalistes hindous avaient construit « un récit des hindous comme victimes historiques des musulmans », une idée attrayante pour ces hindous qui se souviennent de la partition et de la relation toujours turbulente avec le Pakistan.

En fait, comme l'a souligné Malhotra dans Haaretz :

« Les plus grands fans d'Israël en Inde semblent être les « hindous de l'Internet » qui aiment principalement Israël pour la façon dont il traite avec la Palestine et combat les musulmans«.

Malhotra a condamné le professeur Vivek Dehejia, de l'Université Carleton, pour avoir exigé une alliance « tripartite » entre l'Inde, Israël et les États-Unis - car ils ont tous souffert « du fléau du terrorisme islamique ».

En fait, à la fin de 2016, seuls  23 hommes de l'Inde étaient partis se battre pour l'État Islamique dans le monde arabe, alors que la Belgique, qui ne compte qu'un demi-million d'habitants musulmans, a produit près de 500 combattants.

L'argument de Malhotra est que la relation entre l'Inde et Israël devrait être pragmatique plutôt qu'idéologique.

Le 8 août 2019, des membres de la Force de Sécurité Frontalière indienne montent la garde près du poste de frontière Inde-Pakistan Wagah, à quelque 35 km à l'ouest d'Amritsar

Mais il est difficile d'imaginer que le nationalisme sioniste ne s'infiltre pas dans le nationalisme hindou alors qu'Israël fournit tant d'armes à l'Inde - dont la dernière, que l'Inde a déjà utilisé contre les islamistes au Pakistan.

S'engager dans la « guerre contre le terrorisme » - en particulier la « terreur islamiste » - peut sembler naturel pour deux États construits sur une partition coloniale dont la sécurité est menacée par des voisins musulmans.

Dans les deux cas, leur lutte porte sur le droit de posséder ou d'occuper un territoire. Israël, l'Inde et le Pakistan possèdent tous des armes nucléaires. Une autre bonne raison de ne pas laisser la Palestine et le Cachemire s'emmêler. Et de laisser les 180 millions de musulmans d'Inde tranquilles.

Source :  Israel Behind India's Attacks on Pakistan

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
 Référencé par : 1 article