Le récit de l'Inde sur le Jammu-et-Cachemire est hyperbolique

15-08-2019 reseauinternational.net 11 min #160380

par M.K. Bhadrakumar.

Des éditoriaux ont été publiés aujourd'hui ( ici et  ici) dans deux grands journaux de Delhi, exhortant le gouvernement à présenter un récit diplomatique crédible et attrayant sur les développements du Jammu-et-Cachemire (J&K).

Jusqu'à présent, la narration indienne s'est largement concentrée sur le public national. Elle a pris des proportions ridicules en projetant que la situation est en fait tout à fait « normale » au J&K. Des photos du conseiller à la sécurité nationale Ajit Doval savourant du biryani (mouton) avec des musulmans cachemiris au coin d'une rue à Srinagar ont fait le tour. (En effet, c'était  une mascarade pour tromper le public.)

La propagande brute ne gagnera pas les cœurs et les esprits. Un récit doit être élaboré de façon rationnelle. Il est de notoriété publique que les musulmans cachemiris n'acceptent guère la décision du gouvernement.

Lorsqu'il s'agit de la projection extérieure du récit indien, étant donné que le cas de l'Inde va à l'encontre du droit international et de la Charte des Nations Unies, le gouvernement doit être capable de sensibilité.

Le gouvernement aurait pris l'initiative au niveau diplomatique si seulement peu de temps après que le Ministre de l'Intérieur Amit Shah eut piloté à une vitesse vertigineuse la législation sur l'abrogation de l'article 370 de la Constitution, le Ministre des Affaires Étrangères S. Jaishankar s'était levé et avait fait une déclaration de sa propre initiative offrant de discuter de tous les différends avec le Pakistan dans un dialogue global, au mieux de la sécurité régionale et de la stabilité.

Bien sûr, une initiative aussi importante aurait nécessité de l'imagination, de la clairvoyance et de la sagesse - et, surtout, du courage politique au niveau de la direction. Le manque d'habileté politique et de diplomatie est épouvantable.

Une attitude moralisatrice ne suffira pas. Prenez la démarche du Ministère des Affaires Extérieures (MAE) avec son homologue chinois, le Conseiller d'État et Ministre des Affaires Étrangères Wang Yi, à Pékin lundi. La  lecture du MAE énonce la position de l'Inde sur les lignes suivantes :

Premièrement, l'amendement constitutionnel est une « affaire intérieure pour l'Inde » et « la seule prérogative du pays«.

Deuxièmement, l'abrogation du statut spécial du J&K (notamment les changements de statut du Ladakh) vise à « promouvoir une meilleure gouvernance et le développement socio-économique«.

Troisièmement, la décision du gouvernement n'a « aucune implication sur les frontières extérieures de l'Inde ou sur la ligne de contrôle réelle » avec la Chine.

Et, quatrièmement, l'Inde « ne soulève aucune revendication territoriale supplémentaire«.

Chose incroyable, c'est ainsi que le MAE a écarté la « grave préoccupation de la Chine face à la récente escalade des troubles au Cachemire«, à savoir que toute action unilatérale susceptible de compliquer la situation au Cachemire ne devrait pas être entreprise, que la question du Cachemire est un conflit né de l'histoire coloniale de la région et devrait être traitée de manière pacifique conformément à la Charte des Nations Unies, aux résolutions pertinentes du Conseil de Sécurité des Nations Unies et aux accords bilatéraux entre l'Inde et le Pakistan ; ainsi que sa préoccupation que l'Inde jouera un rôle décisif dans la paix et la stabilité régionales ». ( ici,  ici,  ici,  ici, et  ici)

La réplique du MAE peut avoir une certaine résonance en Inde, mais elle ne fera qu'éveiller les rires et la dérision à l'étranger - même dans l'enclave diplomatique de la région de Chanakyapuri.

Aucun pays membre du P5 n'a officiellement exprimé son soutien à l'Inde. Il n'y a aucune preuve que le Ministère russe des Affaires Étrangères ait exprimé son soutien à l'Inde sur cette question - pas sur le site web du bureau extérieur, ni dans un rapport du Tass ou du Novosti, ni même dans l'irrépressible presse russe. Un opérateur de vol de nuit qui connaissait bien le tour de la corde indienne a apparemment répandu de fausses nouvelles un vendredi soir qui sont devenues des « breaking news » en Inde le lendemain matin. Pathétique.

En termes simples, la position indienne formulée par le MAE est fondamentalement erronée dans sa logique et ne peut être que contre-productive, car elle ferme la porte à la discussion. Le fait est que le Cachemire est un conflit international et que l'Inde a unilatéralement changé le « statut » du J&K en violation des résolutions pertinentes de l'ONU. Personne n'acceptera l'affirmation de l'Inde selon laquelle il s'agit d'une « affaire intérieure ».

L'opinion mondiale reconnaît que le Pakistan est partie au conflit du Cachemire. C'est à côté du fait que l'Inde ne redessine pas les frontières. Et il est gratuit de dire qu'il n'y a « aucune implication » pour la Ligne de Contrôle (LOC) ou la Ligne de Contrôle Réelle (LOAC). Si les choses étaient aussi simples, pourquoi le gouvernement Modi ne pouvait-il pas accepter que le Corridor Économique Chine-Pakistan passe par le Gilgit-Baltistan ? Nous avons crié, « souveraineté territoriale » bla, bla, bla.

L'opinion mondiale ne fera que croire que l'intention réelle de Delhi est de changer l'équilibre démographique pour qu'il n'y ait plus d'entité à majorité musulmane dans l'Union Indienne.

Si de tels actes unilatéraux dans l'histoire moderne sont aussi simples que des « affaires intérieures », pourquoi personne ne reconnaît-il l'annexion de la Crimée par la Russie ? Pourquoi Pékin est-il si sensible à l'intervention à Hong Kong ? Pourquoi les États-Unis insistent-ils sur la « liberté de navigation » en mer de Chine méridionale ? Pourquoi les États-Unis lèvent-ils les sourcils sur la route de la mer du Nord et l'Arctique ? Qu'y a-t-il de mal à ce que l'Iran revendique la souveraineté sur le Golfe Persique ? Qu'est-ce qui empêche le Sri Lankais Mahinda Rajapaksa de résoudre le problème tamoul de la même manière (comme il l'a laissé entendre la semaine dernière) ?

Le gouvernement Modi créera un problème insoluble et à long terme pour l'Inde pour les générations à venir en adoptant une telle approche de l'autruche. Les analystes ont souligné ( ici et  ici) que le changement de statut du Ladakh rend le différend frontalier entre l'Inde et la Chine incroyablement compliqué et presque impossible à résoudre. La réputation internationale de l'Inde peut être sérieusement compromise.

La seule façon de résoudre l'énigme est de proposer au Pakistan que l'Inde soit prête à discuter de ces différences. Fort heureusement, le Pakistan est également confronté à une situation malheureuse : personne au sein de la communauté internationale n'est prêt à se lever et à être considéré comme son partenaire pour repousser l'Inde.

En fin de compte, l'Inde est largement acceptée pour son insistance sur le bilatéralisme afin de résoudre ses différends avec le Pakistan. L'Inde devrait maintenant exercer ce privilège avec tact. Il est toujours possible de donner des assurances informelles qu'il n'y aura pas de « colonisation » de la vallée du Cachemire. Après tout, nous avons ces garanties pour de nombreuses régions de l'Inde.

La fenêtre d'opportunité ne va pas rester ouverte longtemps. De l'avis général, la situation sur le terrain au J&K est explosive et le grondement de la misère humaine approche à grands pas. Le pronostic du Premier Ministre Imran Khan sur un autre Pulwama n'est pas faux. Pour que Delhi puisse construire une nouvelle architecture au J&K à partir des débris qui l'entourent, un dialogue avec le Pakistan est d'une importance capitale.

 M.K. Bhadrakumar

Source :  India's narrative on J&K is hyperbolic

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter