The National interest : Empire America: Pourquoi Washington ne peut pas réduire son empreinte militaire

07-09-2019 histoireetsociete.wordpress.com 11 min #161316

Cet article du National Interest témoigne de la manière dont les États-Unis dans leur mode de domination impériale ne changent pas, un pays dominé, vassalisé, doit rester dominé militairement. Le pouvoir américain a trois piliers : le dollar qui fait que tous les échanges en particulier ceux liés à l'énergie sont soumis à l'achat de cette monnaie et aux exigences US, y compris le report de sa dette sur le reste du monde. Le deuxième pilier est l'armée qui a elle seule est plus forte que celle de tous les autres pays du monde, sans compter celle de ses vassaux, trois un système médiatique qui peut diffuser n'importe quelle nouvelle et campagne allant dans le sens des intérêts non pas des Etats-Unis, mais du système de multinationales financiarisées dont ils sont le bras armé. En fait ce système est devenu trop onéreux pour la planète autant que pour les Etats-Unis eux-mêmes, mais comme le décrit l'article il leur est impossible d'en changer tant leur crédit planétaire repose sur cette folie. C'est pour cela que chaque nation doit s'arcbouter sur ses intérêts et pour cela s'appuyer sur l'intervention populaire et pas sur ceux d'une classe capitaliste servile et collaborationniste. Dans le fond Julien Assange paye simplement le prix d'avoir voulu dénoncer ce fait (note et traduction de Danielle Bleitrach).

3 septembre 2019 Sujet:  Sécurité Région:  Amériques Blog Marque:  Les Sceptiques Balises:  Troupes militaires  stratégiques  Afghanistan  Guerre

L'emprise militaire des États-Unis dans un État client devient aussi permanente que si elle était encastrée dans du béton. L'Afghanistan n'est que la dernière arène dans laquelle ce modèle s'inscrit.

par  Ted Galen Carpenter

Alors que les négociations entre les États-Unis et les Talibans se poursuivent, il est de plus en plus évident que même si un accord devait être conclu, tout retrait de troupes américaines en Afghanistan serait partiel, et non total. Le président Donald Trump a récemment confirmé ce point. « Oh oui, nous devons conserver une présence », a déclaré Trump  dans une interview à la radio Fox News. «Nous allons rester présents là-bas.» Il a indiqué que le niveau actuel de ses troupes, qui était de plus de 14 000, avait été réduit à 8 600. D'autres réductions pourraient avoir lieu si un accord final pouvait être atteint, mais un contingent considérable de personnel des forces spéciales, d'agents de renseignement et de sous-traitants militaires resterait indéfiniment.

Les défenseurs déçus d'un retrait total de la plus longue guerre d'Amérique ont estimé qu'une fois de plus, le président avait écouté les chefs militaires et les faucons congénitaux tels que le  sénateur Lindsey Graham (R-SC) et avait renoncé à son intention initiale de dégager les États-Unis de l'apparent interminable conflit. Un fait similaire était intervenu durant l'été 2017, lorsque le conseiller à la sécurité nationale, HR McMaster, le secrétaire à la Défense, James Mattis, et d'autres conseillers avaient réussi à convaincre Trump d' abandonner la promesse qu'il avait faite lors de la campagne présidentielle de 2016 de mettre fin à la mission en Afghanistan.

C'est une simplification exagérée de reprocher à l'influence de faucons néfastes le désir de Trump de conserver une emprise militaire américaine (bien que moindre) en Afghanistan. Son geste est conforme à plus de sept décennies de politique de sécurité américaine dans le monde. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis ont mis en pratique leur propre version de la doctrine Brejnev de l'époque de la guerre froide. La politique de Moscou, nommée en l'honneur du dirigeant soviétique Leonid Brejnev, affirmait qu'une fois qu'un pays est devenu membre du camp communiste, il doit toujours en rester membre. La version américaine signifie qu'une fois qu'un pays devient dépendant des États-Unis en matière de sécurité, il reste toujours dépendant des États-Unis pour la sécurité, et une fois que Washington aura établi une emprise militaire importante dans un pays, cette emprise perdurera.

Cela a été un modèle remarquablement cohérent. Les États-Unis ont toujours des troupes stationnées en Europe et au Japon longtemps après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Même l'effondrement du pacte de Varsovie et de l'Union soviétique elle-même n'a entraîné qu'une réduction, et non l'élimination, de la présence des troupes américaines en Europe. De même, Washington continue d'affecter près de trente mille soldats à la Corée du Sud, alors que ce pays a maintenant une population deux fois plus grande et une économie presque cinquante fois plus grande que celle que la Corée du Nord, et que le contexte bipolaire de la guerre froide a disparu.

Même dans les rares cas où les dirigeants américains ont accepté de mettre fin à leur présence militaire, la décision est prise à contrecœur et Washington n'abandonne jamais et pour tenter d'orchestrer un renversement de cette orientation, il a fallu un vote catégorique du Sénat philippin et l'éruption massive d'un volcan qui a enseveli la base aérienne américaine concernée pour amener les États-Unis à retirer leurs forces de ce pays au début des années 90. De plus, dès que les responsables américains ont pu faire état de la menace du terrorisme islamique et la montée de la puissance militaire de la Chine, ils ont exploité ces justifications pour  rétablir la présence militaire américaine. L'emprise retrouvée devient de  plus en plus grande, avec de nouvelles installations permanentes en construction. L'aspect le plus scandaleux du retour des États-Unis est peut-être qu'il est mis en œuvre dans le cadre d'un accord de coopération renforcée en matière de défense signé en 2014 qui contournait effrontément le pouvoir conventionnel du Sénat des Philippines.

Lorsque Washington a déclenché la guerre en Irak en 2003, les autorités américaines ont assuré aux populations sceptiques du Moyen-Orient qu'elles n'avaient pas l'intention d'établir une présence militaire permanente en Irak. Le président George W. Bush a même négocié un accord avec le nouveau gouvernement démocratique de Bagdad prévoyant le retrait de toutes les troupes américaines d'ici à la fin de 2011. Malgré  les pressions exercées par les faucons (principalement républicains) pour revenir sur cet engagement et négocier un accord sur le statut des forces visant à maintenir les forces américaines en Irak, le président Barack Obama a  respecté le délai de rétractation. Mais Washington a rapidement saisi au vol la menace d'un Etat islamique pour renvoyer des troupes dans le pays. L'État islamique justifiait également l'insertion de troupes américaines dans la Syrie voisine et, malgré l'insistance de l'administration Trump sur le fait que l'État islamique  avait été vaincu et que le califat qu'il avait établi n'existait plus, rien n'indique que l'emprise militaire des États-Unis se terminera dans un avenir prévisible. Au mieux, il y a de vagues rumeurs sur d'éventuelles réductions de troupes.

Malheureusement, ce scénario est également probable pour la mission en Afghanistan. Les États-Unis ne pratiquent pas l'impérialisme à l'ancienne de la conquête, l'établissement de colonies et l'utilisation du régime direct. Au lieu de cela, l'impérialisme américain consiste à créer des relations client-client avec des personnes dépendantes de la sécurité et à appliquer cette politique par le biais d'un réseau mondial de bases militaires. Néanmoins, il s'agit d'une politique impériale et l'emprise de l'armée américaine dans un État client devient aussi permanente que si elle était coulée dans du béton. L'Afghanistan n'est que la dernière arène dans laquelle ce modèle s'inscrit.

Ted Galen Carpenter, chercheur principal en études de sécurité à l'Institut Cato et rédacteur en chef pour National Interest, est l'auteur de treize ouvrages et de plus de huit cents articles sur les affaires internationales. Son dernier livre est NATO: The Dangerous Dinosaur (à paraître en septembre 2019).

Image: Flickr / US Department of Defence

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter
 Référencé par : 1 article